Tension élevée pendant la grossesse : symptômes et risques, que faire ?

Définition de la tension élevée pendant la grossesse – valeurs

  1. Tension artérielle diastolique > 90 mmHg deux fois avec un intervalle de 4 heures,
  2. Une seule mesure de la tension diastolique > 110 mmHg.

 

Classification

  1. Légère : 90-100/140-149 mmHg
  2. Modérée : 100-109/150-159 mmHg
  3. Grave : > 110/160 mmHg

 

Altérations de la circulation pendant la grossesse

  1. Augmentation du débit cardiaque,
  2. Augmentation de volume de liquide intracellulaire et de liquide extracellulaire,
  3. Chute de la tension artérielle, qui arrive à la valeur la plus baisse lors de la moitié de la gestation,
  4. Diminution de la résistance des artères,
  5. Vasodilatation au niveau rénal,
  6. Stimulation du système rénine-angiotensine-aldostérone.

La chute initiale de tension peut cacher une hypertension chronique non diagnostiquée avant la grossesse.
Cela peut provoquer une erreur d’évaluation, par exemple le médecin peut effectuer un diagnostic d’hypertension gravidique au lieu de l’hypertension chronique.

La tension élevée parmi les femmes enceintes est une raison de grave préoccupation.

La tension élevée :

  • Avant la vingtième semaine est dite chronique et la femme a généralement des valeurs élevées même avant de tomber enceinte,
  • Après la vingtième semaine est dite hypertension gravidique.

Les femmes qui ont la tension élevée avant de tomber enceintes ont plus de probabilités d’avoir la tension élevée pendant la grossesse.

 

Classification de la tension élevée pendant la grossesse

Hypertension chronique L’hypertension avant la grossesse ou diagnostiquée avant la vingtième semaine de gestation.
Hypertension gravidique L’hypertension qui se montre après la vingtième semaine de grossesse sans la présence de protéines dans les urines.
Prééclampsie L’hypertension et la protéinurie grave, cela peut toucher les patients souffrant d’hypertension gravidique ou d’hypertension chronique.
Prééclampsie
sévère
La prééclampsie associée à la tension élevée et/ou des symptômes et/ou des altérations du sang.
Éclampsie La prééclampsie et les convulsions.
Syndrome de HELLP L’hémolyse, les transaminases élevées, les plaquettes baisses.

 

Hypertension gravidique

Si on peut traiter l’hypertension gravidique à l’avance car son début se passe avant la grossesse, il est difficile de prévenir l’hypertension gravidique car son apparition est soudaine.

Symptômes de l’hypertension gravidique
Ils peuvent apparaitre pendant le deuxième ou troisième trimestre, mais également quelques jours après l’accouchement :

  • Une prise rapide de poids (plus de 3 kg en 7 jours),
  • Des sauts de pression artérielle,
  • Un gonflement excessif,
  • La production réduite d’urine,
  • Des maux de tête,
  • La vision floue.

Examens de diagnostic 

Les examens les plus importants qu’il faut effectuer sont :

  • Le monitoring ambulatoire de la pression artérielle (MAPA) pour évaluer les sauts de pression,
  • La protéinurie des 24 heures pour savoir si le patient souffre également de prééclampsie,
  • Le contrôle des valeurs d’uricémie et de créatininémie qu’en cas de prééclampsie sont élevées,
  • Les analyses de sang avec une prise d’albumine – la valeur est faible en cas de dommage d’endothélium,
  • L’hémogramme – l’hémoglobine est réduite à cause de l’hémolyse (la disruption des globules rouges),
  • L’échographie (entre le 26ème et la 28ème semaine) pour évaluer le développement du fœtus,
  • Le frottis sanguin pour comprendre s’il y a l’hémolyse et la thrombocytopénie (plaquettes basses).

On peut distinguer une forme :

  • Grave (on a besoin d’hospitalisation),
  • Modérée ou légère (la gestion est ambulatoire).

 

diagnosi-ipertensione-gravidanza-terapia
Prééclampsie

La prééclampsie est un syndrome caractérisé par :

  1. Tension élevée,
  2. Protéines dans les urines,
  3. Œdème (gonflement) surtout dans les mains et dans le visage.


Cependant, selon les lignes directrices de l’American College of Obstetricians and Gynecologists, les protéines dans l’urine ne sont pas nécessaires à développer la prééclampsie.
En l’absence de protéinurie, on diagnostique cette maladie en cas de :

  • Réduction des plaquettes dans le sang,
  • Troubles rénaux ou problèmes hépatiques,
  • Liquide dans les poumons,
  • Signes de troubles cérébrales comme des convulsions ou des troubles de la vision.

La prééclampsie touche 25% des femmes souffrant d’hypertension chronique.

Prééclampsie légère

  1. Tension artérielle entre 90-109/150-159 mmHg
  2. Protéinurie 0,3 à 5 g/24h,
  3. Absence de symptômes.

Prééclampsie grave

  • PA ≥ 160/110 mmHg,
  • Protéinurie ≥ 5 g/24h,
  • Production d’urine réduite, troubles de la vision et problèmes neurologiques,
  • Altération des enzymes hépatiques et des plaquettes,
  • Réduction du développement du fœtus.

La prééclampsie peut commencer autour de la 20ème semaine et peut provoquer des troubles à certains organes chez la femme enceinte y compris :

  1. Aux reins,
  2. Au cerveau,
  3. Au placenta,
  4. Au foie.

 

Facteurs de risque de prééclampsie

  1. Diabète – 50%,
  2. Hypertension chronique – 20%,
  3. Accouchement de jumeaux – 20% à 30%,
  4. Nulliparité – 6% à 10%,
  5. Âge > 40 ans,
  6. Intervalle entre les grossesses supérieure à 10 ans,
  7. Autres membres de famille qui ont souffert de prééclampsie,
  8. Prééclampsie au cours d’une grossesse précédente,
  9. BMI (body mass index) > 30 kg/m2,
  10. Pathologies cardiovasculaires,
  11. Pathologies rénales.

 

Risques de la tension élevée pendant la grossesse

La prééclampsie augmente le risque de décollement du placenta de la paroi interne de l’utérus avant l’accouchement.

Un décollement important peut provoquer des hémorragies graves qui peuvent mettre en danger la vie de la femme et du fœtus.

Dommage aux organes

L’hypertension peut provoquer des lésions :

  • Au cerveau,
  • Au cœur,
  • Aux poumons,
  • Aux reins,
  • Au foie,
  • Aux autres organes importants.

Dans les cas les plus graves, elle peut mettre en danger la vie.

Risques de la tension élevée chez le fœtus

La prééclampsie peut réduire le flux sanguin au placenta. Si le placenta ne reçoit pas assez de sang, le bébé reçoit une quantité plus basse d’oxygène et de nutriments.
Les conséquences peuvent être :

  • Un poids bas à la naissance,
  • Une naissance prématurée.

L’accouchement avant le terme (entre la 22ème et la 37ème semaine) peut provoquer :

  1. Des troubles respiratoires,
  2. Une augmentation du risque d’infection et d’autres complications chez l’enfant.

La plupart des femmes peuvent accoucher un bébé sain si on diagnostique la prééclampsie et on la traite précocement.

 

Conséquences de la tension élevée pendant la grossesse

Décollement du placenta normalement inséré

En cas de décollement partiel ou complet du placenta avec ou sans pertes hématiques significatives des génitaux ou souffrance fœtale aiguë, on a une indication à l’accouchement immédiat.

Indication à la césarienne en cas de décollement du placenta de la caduque basale après la vingtième semaine.

Syndrome de HELLP

Le syndrome de HELLP (H : hemolysis, EL : elevated liver enzymes, LP : low platelet count) est une maladie qui ne se produit que pendant la grossesse dans 0,2% à 0,6% des cas.

Les femmes à risque sont :

  • Les plus âgées,
  • Les femmes blanches,
  • Celles qui ont déjà accouché.

Cela se produit généralement au troisième trimestre de grossesse.

Physiopathologie – une grave anémie hémolytique microangiopathique peut toucher certains organes : le foie, le rein, jusqu’à arriver à la défaillance multiviscérale.

On peut avoir :

  • Des caillots produits par les plaquettes dans les vaisseaux périphériques,
  • L’hémolyse microangiopathique –on a une destruction des globules rouges dans les petits vaisseaux,
  • Des ischémies des organes.

Critères de diagnostic
Hémolyse :

  1. Des anomalies du frottis sanguin,
  2. La bilirubine totale > 1.2 mg/dl,
  3. La L-lactate déshydrogénase (LDH) > 600U/L,
  4. L’AST (transaminase) > 70 U/L,
  5. Une thrombopénie : les plaquettes < 100.000/mm3.

Symptômes

Le syndrome de HELLP est associé à un risque de mortalité maternelle d’1%.

Les complications peuvent être :

  • L’œdème pulmonaire (8% des cas),
  • L’insuffisance rénale aiguë (3%),
  • La coagulation intravasculaire disséminée (CID) (15%),
  • Le décollement du placenta (9%),
  • L’insuffisance et l’hémorragie hépatique (1%),
  • Le syndrome de détresse respiratoire chez l’adulte (< 1%),
  • Le sepsis (< 1%),
  • L’ictus (< 1%).

Traitement

  • Le plasma frais,
  • 20 mg de cortisone (dexaméthasone) par jour,
  • Le déclenchement de l’accouchement.

 

Éclampsie

Avec le terme « éclampsie » on parle de l’apparition de convulsions (ou coma) chez une femme enceinte qui montre les signes et les symptômes de la prééclampsie.
Dans le monde occidental cet évènement se passe environ 1 fois sur 2000 accouchements.

Cela peut se produire :

  • Avant l’accouchement (40% des cas),
  • Pendant l’accouchement (18%),
  • Au cours des premiers 20 jours après l’accouchement (44%).

Dans 90% des cas pendant la grossesse, cela se produit après la 28ème semaine et dans 1% des cela se passe avant la 20ème semaine.

Traitement :

  1. Benzodiazépines + Sulfate de magnésium (4g par voie intraveineuse pendant les premiers 15 minutes, ensuite 1/3 g par heure),
  2. Le mannitol,
  3. L’accouchement déclenché.

 

Un retard/arrêt de croissance du fœtus (RCIU)

Les paramètres qu’il faut considérer sont :

  • Le poids estimé <10° percentile selon la semaine de gestation et au sexe ou,
  • La réduction progressive de la circonférence abdominale et le maintien de la croissance de la circonférence céphalique, associée à altérations du flux dans l’artère ombilicale.

inversione flusso arteria ombelicale

Diagnostic

  • L’écho doppler de l’artère ombilicale,
  • La biométrie fœtale (des mesures échographiques) toutes les deux semaines.

Si le diagnostic confirme le retard de la croissance fœtale, on conseille l’accouchement déclenché.

 

Que faire ? Le traitement pour la tension élevée pendant la grossesse

Médicaments pour l’hypertension chronique

  • Premier choix : alpha-méthyldopa (Aldomet) 250-2000 mg/die,
  • Deuxième choix : labétalol (Trandate) 200-1200 mg/die. Certaines données montrent que la prise de labétalol peut provoquer la croissance fœtale fetale (Von Dadelszen 2000, Easterling 1999),
  • Associée à prééclampsie : nifédipine (Adalate – contrindiqué avant la vingtième semaine).

Médicaments pour la prééclampsie

  • Premier choix : nifédipine (10-40 mg/die) ou labétalol (200-1200 mg/die),
  • Deuxième choix : nitroglycérine transdermique (5-10 mg/die) associée au labétalol,
  • Troisième choix : Clonidine (Catapressan).

Le traitement conservatif n’est pas conseillé par la communauté scientifique entière, chez les États-Unis le déclanchement de l’accouchement est précoce.

Selon une étude de K. M. Petersen et all  – (Department of Cardiology, Rigshospitalet, University Hospital Copenhagen, Copenhagen, Denmark) pendant la grossesse les bêta-bloquants peuvent provoquer :

  • Un retard de croissance,
  • Un bébé prématuré,
  • Une mortalité périnatale.

 

Repos au lit sur le côté gauche

Selon certains auteurs le repos au lit augmente le flux de sang aux reins et aide la circulation systémique.
La conséquence est la diminution de la pression sanguine.
Toutefois les études montrent :

  • Que cela n’arrête pas la progression vers les formes les plus graves d’hypertension pendant la grossesse,
  • Une augmentation du risque de formation de thrombus et emboles.

 

Accouchement déclenché

Indications fœtales à l’accouchement déclenché

  1. L’échographie,
  2. L’oligoamnios (réduction de liquide amniotique) (AFI < 3),
  3. L’inversion de flux diastolique dans l’artère ombilicale,
  4. Un grave hypo-développement fœtale (<5° percentile).

 

Indications maternelles à l’accouchement déclenché

  • Les valeurs de la pression ne répondent pas au traitement (la tension ne baisse pas, bien que la femme prenne les médicaments),
  • La présence de symptômes cliniques d’éclampsie imminente : la céphalée, les scotomes (des taches ou des flashs dans le champ visuel), la perte de la vue d’un œil, les acouphènes, les vertiges, la douleur au haut-ventre, les nausées et les vomissements, des déficits neurologiques périphériques, des altérations de l’état de conscience,
  • Le syndrome de HELLP,
  • Une insuffisance cardiaque, l’œdème pulmonaire aigu, des évènements cérébro-vasculaires aigus,
  • Le foie enflé,
  • L’oligoanurie (une production réduite d’urine) < 0.5 ml/kg/heure malgré l’introduction de liquides,
  • Des complications obstétricales (la rupture prématurée des membranes, l’apparition de contraction utérine, le décollement intempestif du placenta, des saignements).

 

Le traitement peut dépendre de la semaine de gestation :

  • Avant la 24ème semaine le médecin conseille généralement d’arrêter la grossesse,
  • Entre la 24ème et la 34ème semaine on peut effectuer un traitement par médicaments à base de cortisone afin de prolonger la grossesse,
  • Après la 34ème semaine et pendant le 9ème mois (semaines 35, 36, 37, 38, 39 et 40) le médecin conseille l’accouchement déclenché.

ipertensione-gravidanza preeclampsia terapia

 

Régime et alimentation pour la tension élevée pendant la grossesse

L’alimentation, associée à l’activité physique, est le traitement naturel le plus important pour l’hypertension.
Certains aliments peuvent augmenter la pression, alors que d’autres aident à baisser les valeurs.

Quels aliments faut-il éviter ?

Les produits transformés et ceux conservés contiennent du sodium et ils peuvent provoquer l’hypertension.
Selon le régime du groupe sanguin :

  1. La pression systolique élevée est provoquée par le lait, les produits laitiers et la viande de porc,
  2. La pression diastolique élevée est provoquée par les céréales (les pâtes, le riz, la pizza, le maïs, etc.).

Que faut-il manger ?

Les produits végétaux (les fruits et les légumes) ont une quantité de sodium très basse et une teneur en potassium élevée. Cela permet de baisser la pression.
Selon l’hygiénisme, un régime végétalien avec la majorité d’aliments crus suffit à baisser la tension jusqu’à arriver aux valeurs normales.

À lire aussi :


Qui sommes-nous | Contact | Termes du service | Charte données personnelles | Sitemap |  Publications |  Disclaimer

Site du Docteur Massimo DEFILIPPO Via Roma 18 - 42048 Rubiera (RE) Italie
Tension élevée pendant la grossesse : symptômes et risques, que faire ? ultima modifica: 2018-03-16T00:34:30+00:00 da Defilippo Giovanni