Syndrome du piriforme, comment le reconnaître, les traitements efficaces et les exercices (testés)

Ce guide contient tout ce qu’il faut savoir sur le syndrome du piriforme.

Je vais vous expliquer de manière simple ce qu’est le syndrome du piriforme, les tests, les examens de diagnostic et lce qu’il faut faire pour guérir.

Vous avez déjà essayé différents traitements ? Je vais vous montrer les techniques avancées, les exercices et les corrections posturales pour soigner ce syndrome gênant

Conclusion :

Si vous voulez en savoir plus sur ce trouble, ce guide vous plaira.

 

Qu’est-ce que le syndrome du piriforme ?

Le syndrome du piriforme est une affection très douloureuse causée par la contracture, l’épaississement et l’ hypertrophie de ce muscle (Grgic – 2013).

Dans ce trouble, le piriforme comprime le nerf sciatique (Cass – 2015) et provoque les symptômes de la sciatique (douleur dans les parties du corps traversées par le nerf sciatique).

syndrome-du-piriforme

 

Quels sont les symptômes ?

Les principaux symptômes sont :

  1. Une douleur dans la fesse qui s’étend le long du trajet du nerf sciatique (le long de la jambe et jusqu’au pied),
  2. L’intensité de la douleur qui augmente en position assise,
  3. La pression exercée le long du muscle qui provoque l’aggravation des symptômes,
  4. La douleur qui augmente lorsque le muscle piriforme est étiré.
  5. Certains patients boitent parce qu’ils ressentent de la douleur à chaque étape, mais chez la plupart des sujets, le mouvement et la marche offrent un soulagement.

 

Notions d’anatomie

Le muscle piriforme est un muscle fin, de forme similaire à un triangle, divisé en trois faisceaux. Il provient  du sacrum au niveau S2 – S4.

Pourquoi ce petit muscle est- il si important ?

C’ est le seul muscle qui provient directement du sacrum. De plus, c’est le seul qui traverse l’articulation sacro-iliaque.
Le tendon du muscle piriforme s’insère au niveau de la partie supérieure du grand trochanter et s’étend dans la zone arrière du bassin.

trochanter,gluteus,piriforme

© alamy.com

 

Quelles fonctions a ce muscle ?

Ce muscle permet :

  • La rotation externe du fémur avec la hanche en position neutre,
  • Si la hanche est fléchie à plus de 90° alors le muscle piriforme lui fait faire une rotation interne (Michel et al. – 2013).

Pourquoi le piriforme peut provoquer une compression du nerf sciatique ?

  • Dans 80 à 90 % des cas, le nerf sciatique passe à l’avant du muscle piriforme,
  • Dans les 10 à 15 %, le nerf sciatique traverse complètement ou partiellement le muscle piriforme,
  • Dans les cas restants, il se divise en deux parties : péronier et tibia, qui passent à l’arrière et à l’avant du muscle.

 

Le syndrome du piriforme est-il assez connu ?

Le plus grand ennemi des patients atteints du syndrome du piriforme est le manque de connaissances sur cette pathologie.
D’après une étude de Silver et Leadbetter (1998), seuls 21 spécialistes en médecine physique et de réadaptation sur 29 interviewés aux États-Unis estimaient que ce trouble existait réellement.

C’est pourquoi ce syndrome n’est pas souvent diagnostiqué ou est confondu avec une sciatique.

Mais il y a une autre erreur fréquente.

La douleur au fessier est souvent confondue avec le syndrome du piriforme, mais ce sont deux troubles qui ont des causes et des symptômes très différents.
En l’absence de douleur s’étendant à la jambe, on ne peut pas parler de syndrome du piriforme.

muscles,postérieurs,cuisse,nerf,sciatique

Attention :

La douleur aux fesses peut être causée par des points de déclenchement actifs (trigger point) dans le muscle piriforme.
Dans ce cas, la personne peut ressentir une douleur à l’arrière de la cuisse jusqu’au genou.

C’est généralement un trouble unilatéral, mais, dans certains cas, il peut devenir bilatéral, avec le temps.

La différence entre le syndrome du piriforme et la sciatique se situe dans la zone d’où provient la douleur :

  • Dans le premier cas, elle démarre des vertèbres sacrées,
  • Dans le deuxième cas, la douleur est forte et commence au niveau lombaire, avec une forte douleur, en particulier lors du mouvement d’extension du pied.

Un dysfonctionnement du muscle piriforme peut être accompagné par des douleurs inguinales et à l’intérieur de la cuisse.

Ne pas confondre ce syndrome avec les symptômes des points de déclenchement (trigger point) actifs dans le muscle piriforme :

Le patient atteint du syndrome du piriforme ressent une douleur dans le centre de la fesse qui peut irradier le long de la partie arrière de la cuisse jusqu’au genou.

Les mouvements les plus douloureux sont les rotations, en particulier se tourner dans le lit et croiser les jambes en position assise.
Dans la plupart des cas, la douleur se produit en étant assis parce qu’on appuie le poids sur le muscle piriforme, il est également possible de ressentir de l’inconfort après quelques minutes de marche.

 

Les causes du syndrome du piriforme

Les causes les plus fréquentes sont :

  • Un traumatisme direct à la fesse ;
  • Un mouvement pouvant provoquer la formation d’un hématome et des adhérences qui appuient sur le nerf (Benson et al. – 1999) ;
  • Une prédisposition à la compression du nerf due à une conformation anormale du nerf sciatique ou du muscle piriforme (présent dès la naissance).
    Ces altérations consistent en le passage du nerf sciatique ou de ses branches à travers le ventre ou les parties tendineuses du muscle piriforme (Chen – 1994) ;
  • Une surcharge (Pecina et al. – 2008) .
  • Une intervention chirurgicale dans le corps qui provoque des adhérences du tissu conjonctif dans cette zone.

Les adhérences au niveau du fessier peuvent provoquer une compression du nerf sciatique.

En outre, il existe d’autres causes de syndrome du piriforme secondaire (c’est-à-dire provoqué par d’autres troubles ne concernant pas le muscle), par exemple :

  • Une tumeur,
  • Un abcès,
  • Un lipome.

 

Pourquoi la contracture du piriforme se développe ?

Le spasme (contracture) du piriforme ne se produit pas sans raison.
Cela signifie que le muscle n’a pas la possibilité de se contracter sans l’ordre d’un nerf.
Les muscles se contractent en cas de :

  • Stimuli nerveux,
  • Débit sanguin réduit.

Attention : C’est le seul muscle qui traverse l’articulation sacro-iliaque.

articulation-sacro-iliaqueLe spasme du piriforme peut être une réaction à l’instabilité de l’articulation sacro-iliaque.
Cela signifie que l’articulation entre le sacrum et le bassin se déplace de manière excessive.
Et cela peut être dû à la rigidité de la hanche.
Si la hanche ne s’étend pas (la cuisse ne peut pas se déplacer vers l’arrière), les autres articulations doivent compenser pour pouvoir marcher.
Parmi celles-ci, il y a l’articulation sacro-iliaque.

 

Causes posturales du syndrome du piriforme

Ce syndrome touche principalement les femmes ayant un grand bassin large qui dorment sur le côté.
Souvent, ces personnes ont aussi :

  • Le genu valgum,
  • Le pied valgus.

Pour cette raison, il semble qu’un membre inférieur soit plus court que l’autre.

Pouquoi ?

Pendant la nuit, en position couchée sur le côté, la hanche est en adduction (pliée vers l’intérieur) et tournée vers l’intérieur.

Cette position provoque l’étirement :

  • Des muscles qui tournent la hanche à l’extérieur (comme le piriforme),
  • Des abducteurs (comme le tenseur du fascia lata),
  • De la partie arrière et externe de la capsule articulaire.

Cela peut arriver chez les sportifs qui pratiquent :

  • Le cyclisme (surtout s’ils gardent les genoux serrés),
  • La course à pied.

Selon Kendall et al. (1993), la cause du syndrome de piriforme est un étirement excessif du muscle.
Lorsque la personne est debout, si elle a une position en rotation interne, en adduction ou en rotation avant du bassin, le piriforme est en extension.

Diagnostic du syndrome du piriforme

Le diagnostic de syndrome du piriforme reste un sujet contradictoire (Jankovic et al. 2013).

A qui se référer quand on ressent les symptômes du syndrome du piriforme?
Le médecin qui s’occupe de ce problème est l’orthopédiste.

 

Test du syndrome de piriforme

Il existe quelques tests à effectuer :

  1. La manœuvre de Freiberg (Freiberg – 1934) est effectué sur le patient en position couchée sur la table d’examen et consiste en la rotation interne de la hanche en portant le pied  vers l’extérieur.

    muscle piriforme de test, le bassin, la douleur, l'inflammation, mauvais, bloquer, limiter, crunch, plier, pliage, moyen fessier, l'allongement, la contraction, l'exercice, l'évaluation, les tests, les étirements

    Test de Freiberg – © Massimo Defilippo

  2. La manœuvre de Pace et de Nagle est réalisée sur le patient assis avec les jambes hors de la table d’examen ; celui-ci exécute une rotation externe en contraction isométrique de la hanche contre la résistance sur le genou de l’examinateur résistance.
  3. La manœuvre de Beatty : le patient, couché du côté non douloureux, doit amener le genou vers la poitrine et le poser sur la table d’examen.
    Le test consiste à lever le genou de la table d’examen de 20 à 30 cm. Si cela provoque une douleur, le test est positif.
  4. Le FAIR Test de Fishman : la personne à examiner est couchée du côté « sain ». Elle amène le genou contre le poitrine et se laisse tomber sur la table d’examen. À partir de cette position, l’examinateur fait pivoter la hanche vers l’intérieur (il lève le pied).
  5. La palpation de la fesse au niveau de  l’insertion sur le grand trochanter et la pression au centre de la masse musculaire, qui sont les points les plus douloureux où, généralement, le patient souffrant de ce syndrome, « saute ».

 

Différence entre le syndrome du piriforme et la sciatalgie

Patologie Différences
Syndrome du piriforme
  • Il provient de la fesse,
  • Il s’aggrave en étant assis,
  • Cela ne change rien si on plie le dos en arrière.
Sciatalgie
  • Elle provient du dos,
  • Elle s’améliorer en position assise,
  • Elle s’aggrave en allongeant le dos
    (en le pliant en arrière).

Partagez la différence entre piriforme et sciatalgie avec vos amis :

 

Quels examens dois-je faire pour le syndrome du piriforme ?

Les examens indiqués peuvent être :

  1. Une IRM du bassin,
  2. Une radiographie du bassin.

Que montrent-elles ?

Dans le cas du syndrome de piriforme, l’IRM peut montrer un épaississement musculaire.
De plus, le médecin peut prescrire de rechercher d’autres maladies susceptibles de provoquer ces symptômes.

 

Que faut-il faire ? Le traitement pour le syndrome du piriforme

Il existe de nombreux types de traitement pour cette maladie, le patient peut prendre des médicaments ou faire de la kinésithérapie.

Réduction de la douleur grâce à des infiltrations de lidocaïne et de cortisone

Selon une étude scientifique de Misirlioglu et al. (2015), les infiltrations de lidocaïne donne le même résultat que les injections de lidocaïne et de cortisone.
La lidocaïne a entraîné une réduction significative de la douleur au repos, pendant les mouvements et la nuit.

Infiltration de Botox
L’orthopédiste peut effectuer une infiltration de Botox (type A) directement dans le muscle. Ce traitement peut éliminer la contracture et réduire la douleur chez les patients atteints du syndrome du piriforme qui n’obtiennent pas de résultat avec les traitements (Yoon et al. – 2007).
Ce traitement est plus efficace que l’infiltration de cortisone (Kirschner et al. – 2009).

Kinésithérapie instrumentale

La kinésithérapie instrumentale (thérapie par ultrasons et tecar thérapie) peut soulager le patient, mais ce n’est pas une solution définitive.

  • La kinésithérapie recommandée est les ultrasons avec massage. En les effectuant, il faut masser le muscle. Les symptômes disparaissent généralement à la fin du cycle. Le traitement est un peu douloureux mais ne présente pas les contrindications typiques des médicaments.
    Il est utile d’effectuer des mouvements de rotation externe pendant  l’exécution de la kinésithérapie instrumentale afin d’augmenter la température du muscle et donc de la circulation sanguine.
    ultrasons
  • Parmi les thérapies physiques, la Tecar ® thérapie est aussi efficace dans le traitement du syndrome du piriforme si elle se fait en massant le muscle piriforme.
  • Beaucoup de patients me demandent si la magnétothérapie est indiquée. Cette thérapie est utile pour les fractures et l’arthrose, mais elle n’est pas indiquée pour les muscles.

Kinésithérapie manuelle
Une autre thérapie très efficace est la  manipulation myofasciale, douloureuse pour le patient, mais son point de force est qu’elle travaille sur la cause du problème et non les symptômes.

En effet, elle peut enlever des micros-adhérences qui provoquent des douleurs du piriforme jusqu’au pied.

miofascial

Intervention chirurgicale pour le syndrome de piriforme

Selon une étude de Han et al. (2017) effectuée sur 239 patients atteints du syndrome de piriforme qui ne s’améliorait pas grâce aux traitements conservateurs, la chirurgie a entraîné une réduction significative de la douleur, en particulier au niveau des fesses.

Les résultats ont été satisfaisants dans 83% des cas.

Cependant, une cicatrice d’environ 8/10 cm reste sur la fesse.

 

Quels sont les sports est-il possible de pratiquer ?

  • Le vélo peut provoquer de l’inconfort, il est donc préférable d’arrêter  le cyclisme jusqu’à la guérison complète.
  • La course à pied aggrave généralement les symptômes après quelques minutes, elle est donc déconseillée.
  • La natation en faisant du crawl ne provoque généralement pas de problèmes si le sportif garde les jambes détendues, en alternative, il est possible de nager sur le dos, mais la brasse est à éviter.

 

3 Remèdes naturels pour le syndrome du piriforme

1) Il n’existe aucune étude sur l’efficacité du massage  musculaire du  piriforme ou Rolfing, mais cette thérapie a un effet relaxant et décontractant qui permet donc de réduire la pression sur le nerf sciatique, et peut également détacher les adhérences cicatricielles.
Le seul inconvénient est la douleur pendant le traitement.

2) Il est possible de  s’auto-masser la fesse de cette manière :

  • Mettre une balle de tennis sur la chaise et appuyer le piriforme sur la balle.
  • Avec le corps, aller d’avant en arrière avec la balle qui masse la fesse.

Le massage peut être également fait chez les femmes enceintes.

3) Il est possible de faire le massage avec le rouleau de massage de cette façon :

  1. S’asseoir sur le rouleau de massage,
  2. Croiser la jambe à soigner sur celle « saine »,
  3. Placer le centre de la fesse douloureuse sur le rouleau en mousse,
  4. Faire des mouvements lents et courts d’avant en arrière pendant 30 secondes.

 

Que ne faut-il pas faire en cas de syndrome du piriforme?

Si on effectue un traitement pour la sciatique, on n’obtiendra pas les résultats escomptés, car on tente de résoudre un problème en en soignant un autre.

La glace ralentit la guérison. De plus, le piriforme étant profond, elle n’arrête même pas la douleur à court terme.

L’acupuncture n’est pas indiqué pour le syndrome du piriforme.
Les médecins recommandent souvent des exercices d’étirement, en réalité, ce type d’exercice ne guérit pas le patient, mais il peut aggraver les symptômes pendant une journée entière.

En fait, l’étirement ne guérit pas les contractures et peut aggraver la douleur car le muscle est étiré.

À l’inverse, le renforcement des muscles faibles peut éliminer les causes du désordre.

Selon une étude de Tonley et al. (2010) effectué sur un patient atteint du syndrome du piriforme, le renforcement des adducteurs et des muscles rotateurs externes a complètement éliminé la douleur.

 

Exercices pour le syndrome du piriforme

Lors de l’évaluation de la longueur et de la force musculaire, on trouve généralement :

  • Le muscle moyen fessier et le grand fessier faible et étiré,
  • Le tenseur du fascia lata court et faible,
  • Les adducteurs raccourcis,
  • Le quadriceps faible.

Les exercices doivent donc être faits pour corriger ces déséquilibres.

Essayez ces exercices :

Abduction de la hanche en position allongée sur le ventre

  1. Position initiale : couché sur le ventre.
  2. Déplacer une jambe vers l’extérieur.
  3. Plier le genou.
  4. S’allonger du côté « sain ».
  5. Revenir à la position initiale.
  6. Répéter 20 fois.

 

Si vous avez aimé cet exercice, partagez-le avec vos amis :

Poussée des talons

  1. Position de départ : couché sur le ventre.
  2. Faire pivoter les hanches vers l’extérieur (en pratique, les pointes de pied doivent être tournées vers l’extérieur).
  3. Pousser les talons l’un contre l’autre pendant 5 secondes.
  4. Répéter 20 fois.
  5. Se détendre.

 

Si vous avez aimé cet exercice, partagez-le avec vos amis :

Rotation des hanches en position allongée sur le ventre

  1. Position de départ : allongé sur le ventre sur un lit, le genou à l’extérieur du matelas.
  2. Le pied du membre à traiter doit être appuyé sur le mollet de l’autre jambe.
  3. Pousser le genou vers le haut (pour faire pivoter la hanche vers l’extérieur).
  4. Revenir à la position de départ.
  5. Répéter 20 fois.

 

Si vous avez aimé la rotation externe en position allongée sur le ventre, partagez-la avec vos amis :

Contraction de la fesse en marchant

Selon S. Sahrmann, les fesses doivent être contractées chaque fois que le talon est posé sur le sol.
Pour s’habituer, au début je vous conseille de faire des exercices avec une bande élastique.

  1. La bande élastique doit être attachée assez serrée au-dessus des genoux, à l’extérieur.
  2. Marcher ensuite avec les genoux écartés.

 

Si marcher avec l’élastique vous a été utile, partagez-le avec vos amis :

Variante :

Il est également possible de marcher latéralement : les genoux s’éloignent et se rapprochent en marchant.

 

Si vous avez aimez la marche latérale, partagez-la avec vos amis :

 

Exercices d’étirement pour le syndrome du piriforme

Bien que beaucoup de personnes pensent qu’il faut étirer le piriforme, il faut en réalité étirer d’autres muscles :

  • Le quadriceps,
  • Le tenseur du fascia lata.

Pour les quadriceps, il est nécessaire de rester en position ventrale et de plier le genou en évitant la rotation du bassin.

En position assise :

Étendre la jambe en vérifiant que la rotule ne tourne pas vers l’intérieur, mais doit tourner vers le haut ou vers l’extérieur.
Cet exercice sert pour allonger les fléchisseurs internes du genou (semi-tendineux et semi-membraneux).

 

Correction de la posture

Si le patient a mal en marchant, il doit utiliser une béquille pour détendre les muscles abducteurs.
En fait, à chaque pas, ces muscles se contractent pour maintenir l’équilibre lorsque le poids ne repose que sur un seul pied.

 

Debout :
Ne pas appuyer le poids sur une jambe uniquement parce que la hanche se déplace vers l’extérieur et étire donc le piriforme.

 

Si la correction de la position debout vous a plu, partagez-la avec vos amis :

Assis :

Ne pas croiser les jambes, en particulier comme le font les femmes quand elles s’assoient (en posant le genou sur la cuisse opposée).

 

Si vous avez aimé ce conseil, partagez-le avec vos amis :

Ceci peut être corrigé en utilisant :

  • Un marche-pied,
  • Un rouleau lombaire.

Se lever toutes les heures, ne serait-ce que pour faire quelques pas.

Au lit :

Si la personne dort sur le côté, il faut qu’elle place un coussin entre ses genoux pour éviter de faire pivoter la hanche vers l’intérieur, de sorte que le piriforme reste détendu.

 

Quels sont les temps de récupération? Le pronostic du syndrome du piriforme

Il n’est pas possible de savoir à l’avance le temps de guérison de ce trouble.
Si le patient a le syndrome du piriforme et aucun autre trouble lombaire ou du sacrum et avec un traitement approprié, il est possible de guérir complètement en quelques séances de traitement (environ 3 semaines).

À lire aussi :

Bibliographie

  1. Grgic V. [Piriformis muscle syndrome: etiology, pathogenesis, clinical manifestations, diagnosis, differential diagnosis and therapy]. Lijec Vjesn. 2013 Jan-Feb;135(1-2):33-40.
  2. Silver JK, Leadbetter WB. Piriformis syndrome: assessment of current practice and literature review. Orthopedics. 1998 Oct; 21(10):1133-5.
  3. Cass SP. Piriformis syndrome: a cause of nondiscogenic sciatica. Curr Sports Med Rep. 2015 Jan;14(1):41-4. doi: 10.1249/JSR.0000000000000110.
  4. Michel F, Decavel P, Toussirot E, Tatu L, Aleton E, Monnier G, Garbuio P, Parratte B. The piriformis muscle syndrome: an exploration of anatomical context, pathophysiological hypotheses and diagnostic criteria. Ann Phys Rehabil Med. 2013 May;56(4):300-11.
  5. Kevork Hopayian, Fujian Song, Ricardo Riera, andSidha Sambandan. The clinical features of the piriformis syndrome: a systematic review. Eur Spine J. 2010 Dec; 19(12): 2095–2109.
  6. Freiberg AH, Vinke TH. Sciatica and the sacro-iliac joint. J Bone Joint Surg Am. 1934;16:126–136.
  7. Marc Possover and A. Forman. Voiding Dysfunction Associated with Pudendal Nerve Entrapment. Curr Bladder Dysfunct Rep. 2012 Dec; 7(4): 281–285.
  8. Drampalos E, Sadiq M, Thompson T, Lomax A, Paul A. Intrapiriformis lipoma: an unusual cause of piriformis syndrome. Eur Spine J. 2015 May;24 Suppl 4:S551-4.
  9. Chen WS. Bipartite piriformis muscle: an unusual cause of sciatic nerve entrapment. Pain. 1994 Aug; 58(2):269-72.
  10. Pecina HI, Boric I, Smoljanovic T, Duvancic D, Pecina M. Surgical evaluation of magnetic resonance imaging findings in piriformis muscle syndrome. Skeletal Radiol. 2008 Nov; 37(11):1019-23.
  11. Benson ER, Schutzer SF. Posttraumatic piriformis syndrome: diagnosis and results of operative treatment. J. Bone Joint Surg. 1999; 81: 941–949.
  12. Jankovic D, Peng P, van Zundert A. Brief review: piriformis syndrome: etiology, diagnosis, and management. Can J Anaesth. 2013 Oct;60(10):1003-12. doi: 10.1007/s12630-013-0009-5.
  13. Kevork Hopayian, Fujian Song, Ricardo Riera, andSidha Sambandan. The clinical features of the piriformis syndrome: a systematic review. Eur Spine J. 2010 Dec; 19(12): 2095–2109.
  14. Freiberg AH, Vinke TH. Sciatica and the sacro-iliac joint. J Bone Joint Surg Am. 1934;16:126–136.
  15. Pace JB, Nagle D. Piriform syndrome. West J Med. 1976 Jun; 124(6):435-9.
  16. Beatty RA. The piriformis muscle syndrome: a simple diagnostic maneuver. Neurosurgery. 1994 Mar;34(3):512-4; discussion 514.
  17. Misirlioglu TO, Akgun K, Palamar D, Erden MG, Erbilir T. Piriformis syndrome: comparison of the effectiveness of local anesthetic and corticosteroid injections: a double-blinded, randomized controlled study. Pain Physician. 2015 Mar-Apr;18(2):163-71.
  18. Kirschner JS, Foye PM, Cole JL. Piriformis syndrome, diagnosis and treatment. Muscle Nerve. 2009 Jul;40(1):10-8. doi: 10.1002/mus.21318.
  19. Yoon SJ, Ho J, Kang HY, Lee SH, Kim KI, Shin WG, Oh JM. Low-dose botulinum toxin type A for the treatment of refractory piriformis syndrome. Pharmacotherapy. 2007 May;27(5):657-65.
  20. Tonley JC, Yun SM, Kochevar RJ, Dye JA, Farrokhi S, Powers CM. Treatment of an individual with piriformis syndrome focusing on hip muscle strengthening and movement reeducation: a case report. J Orthop Sports Phys Ther. 2010 Feb;40(2):103-11.
  21. Han SK, Kim YS, Kim TH, Kang SH. Surgical Treatment of Piriformis Syndrome. Clin Orthop Surg. 2017 Jun;9(2):136-144. doi: 10.4055/cios.2017.9.2.136.
  22. Sahrmann, Shirley. Diagnosis and Treatment of Movement Impairment Syndromes (Page 156). Elsevier Health Sciences. Kindle Edition.
  23. Kendall FP, McCreary EK, Provance PG: Muscles, testing and function, ed 4, Baltimore, 1993, Williams & Wilkins.
Syndrome du piriforme, comment le reconnaître, les traitements efficaces et les exercices (testés) ultima modifica: 2012-10-25T17:19:36+02:00 da Massimo Defilippo

Laisser un commentaire