Découvrez comment et pourquoi la pubalgie se développe et comment la reconnaître. Nous parleerons des dernières découvertes sur la cause de la douleur.

symptomes-de-la-pubalgie

Ce trouble consiste en une douleur abdominale et inguinale qui peut limiter la personne dans le sport et les activités quotidiennes, jusqu’à conduire à une suspension prolongée de l’activité sportive.

Tendinite de la hanche , tendon rotulien, inflammation, douleur, tendinite, tendineuse, retour, jouer, thérapie, partie, lésion, mal.

syndrome adducteur droit ou de pubalgie
© Massimo Defilippo

La pubalgie touche principalement les joueurs de :

  • Hockey,
  • Football,
  • Course à pied (Oliveira et al. – 2016).

Et presque exclusivement les personnes de sexe masculin.

On la voit rarement chez les enfants et chez les jeunes de moins de 16 ans.

Les femmes souffrent rarement de pubalgie car :

  • Elles ont un plus grand bassin,
  • Elles ont une plus grande stabilité du bassin.

Les muscles et les tendons touchés par la pubalgie peuvent être sujets à lésion, tandis que les tendons peuvent avoir une enthésite (tendinite au niveau de l’insertion de l’os) avec calcification. Les symptômes sont généralement unilatéraux, mais ils peuvent également se présenter bilatéralement.

La douleur pubalgique aiguë devient chronique, parce que les joueurs ne s’abstiennent pas de pratiquer l’activité sportive.

Cette pathologie peut durer des mois ou des années et peut porter à l’arrêt de la carrière sportive.

Les mouvements qui peuvent déclencher la pubalgie sont :

  • Les nombreux changements de direction,
  • Les dribbles,
  • Les mouvements latéraux,
  • Les mouvements de rotation (Omar et al. – 2008).

 

Quels sont les symptômes de la pubalgie ?

Kachingwe et Grech ont expliqué les 5 signes et symptômes ressentis en cas de pubalgie :

  1. Une douleur profonde à l’aine (Brown et al. – 2013) et une douleur dans le bas de l’abdomen ;
  2. Une douleur qui s’aggrave lors de certaines activités sportives spécifiques telles que : le sprint et/ou les coups de pied ; de plus, elle est soulagé par le repos ;
  3. Une douleur à la pression sur la branche pubienne ou à l’insertion du muscle droit de l’abdomen,
  4. Une douleur lors de l’adduction de la hanche (en rapprochant les genoux) à 45 et/ou 90 degrés de flexion de la hanche ;
  5. Une douleur au cours des sit-up (exercice pour les abdominaux) contre la résistance de l’examinateur.
  6. Une raideur dans la zone de l’aine.

Où cela fait-il vraiment mal ?

La douleur est localisée au niveau de l’os, au-dessus des organes génitaux, et peut être légèrement plus à droite ou à gauche.

La douleur s’aggrave au cours de l’activité sportive, mais dans la phase initiale de la pubalgie, il est possible de continuer à jouer.

Chaque mouvement impliquant une contraction abdominale et des muscles adducteurs aggrave les symptômes.

Lorsque la pression abdominale augmente, les forces exercées sur l’os pubien augmentent également, entraînant une douleur intense.

Certaines activités de la vie quotidienne peuvent par conséquent être douloureuses :

  • La toux,
  • Aller à la selle,
  • L’activité sexuelle.

En phase avancée, il est possible de ressentir de la douleur même en sortant d’une voiture. De plus, la douleur peut être constante toute la journée, ce qui peut rendre difficile de mener à bien des activités quotidiennes normales.

Les douleurs ne sont pas bien localisables par le patient car la sensation est celle d’une douleur généralisée.

 

Développement de la pubalgie

Pour comprendre l’origine de ce trouble, il faut comprendre certains concepts anatomiques.

Anatomie du bassin antérieur

Le bassin est composé de trois paires d’os :

  • Iliaque (partie supérieure),
  • Ischion (partie inférieure et arrière),
  • Pubis (partie inférieure et avant).

ANATOMIE DU BASSIN

Si vous avez aimé cette image, partagez-le avec vos amis :

La symphyse pubienne est située entre les deux pubis (droit et gauche).
Cette structure est le pivot de nombreuses forces.

Ce qui est important est que :

Les côtés droit et gauche du bassin doivent se déplacer de manière synchronisée lorsque l’on marche.
Quand un côté tourne vers l’avant, l’autre tourne vers l’arrière et vice versa.
Si une partie est bloquée à l’arrière, le mouvement n’est plus synchronisé.
La conséquence est un déséquilibre des forces agissant sur la symphyse pubienne.

Stabilisateurs pelviens

Chez les sportifs, un ensemble de forces importantes est déchargée au niveau du bassin.
À l’avant, il y a une zone qui doit supporter les forces du :

  • Droit de l’abdomen,
  • Long adducteur,
  • Psoas.

long adducteur

Lorsque l’un de ces muscles est faible ou inhibé, les autres prennent le dessus.

L’articulation de la hanche a un labrum acétabulaire antérieur qui est la partie la plus faible et la plus sujette aux lésions.
La pubalgie et les lésions du labrum acétabulaire se produisent souvent ensemble.

Modifications des stabilisateurs pelviens

Il y a des modifications qui favorisent l’apparition de la pubalgie :

  • Un retard dans l’activation du transverse abdominal et du plancher pelvien,
  • L’inhibition du psoas.

Délai d’activation de la transversale abdominale

Pourquoi est-ce important ?

Les fibres transversales de ce muscle stabilisent le bassin et l’articulation pubienne.
Anatomiquement, les connexions fasciales sont sous le droit de l’abdomen et au niveau de l’insertion pubienne.

muscle transverse abdominal, ligne blanche,

Des études montrent un retard dans l’activation de ce muscle chez les personnes souffrant de douleurs inguinales persistantes et d’instabilité pelvienne.
L’instabilité pelvienne laisse les muscles pelviens avant non protégés par les forces qui se déchargent sur cette partie du corps.

Inhibition du psoas

Ce muscle est essentiel car il peut provoquer différents troubles, mais il est peu connu car il est profond.
L’inhibition de ce muscle ou de son affaiblissement peut entraîner :

  • La rotation arrière du bassin,
  • Une inhibition supplémentaire des muscles stabilisateurs profonds du bassin.

L’activation correcte de l’ilio-psoas nécessite d’abord l’activation des muscles abdominaux profonds.
Le psoas joue un rôle clé dans la stabilisation de la tête fémorale de la hanche.
L’inhibition de ce muscle explique également pourquoi la lésion du labrum glénoïdien est fréquente chez les personnes souffrant de pubalgie.

Pubalgie et carré des lombes

Des études montrent que la correction du carré des lombes peut inhiber le psoas.
L’évaluation de la force du psoas doit être faite avant et après le relâchement des points de déclenchement du carré lombaire.

carré des lombes

Tissu cicatriciel

Les cicatrices et les adhérences modifient le contrôle neuromusculaire du long adducteur.
C’est le muscle le plus touché par les blessures parce que c’est l’antagoniste du droit de l’abdomen.
Dans ce cas, il faut détendre les points de déclenchement (trigger point) et travailler sur le contrôle neuromusculaire.

Vieux mythes dépassés

De nombreux médecins et thérapeutes disent qu’il existe un déséquilibre entre le long adducteur et le droit de l’abdomen.
Par conséquent, lorsque le droit de l’abdomen s’affaiblit, le long adducteur avance tire sans être soumis à une résistance.
En règle générale, cela est dû à des contractions musculaires aiguës intenses ou chroniques de la part du sportif lors d’une hyper-extension (courbure en arrière) et/ou d’une rotation du tronc.

L’inégalité des forces agissant sur le bassin antérieur entraîne une lésion au niveau du point d’insertion du droit de l’abdomen. (Cohen et al. – 2016).

Cependant, c’est l’inverse qui se produit et cela provoque la rotation à l’arrière du pelvis.
Pour faire pivoter le bassin en arrière, il est nécessaire que certains muscles soient courts et forts. Ils tirent donc dans cette direction :

  • Ischio-jambier (muscles arrière du genou),
  • Abdominaux.

Dans ce cas, les autres muscles sont affaiblis et étirés :

  • Le psoas,
  • Les adducteurs

DÉVELOPPEMENT DE LA PUBALGIE

Si vous avez aimé cette image, partagez-la avec vos amis :

En résumé :

Muscles affaiblis Muscles forts
Psoas Droit de l’abdomen
Adducteurs Ischio-jambiers

 

Quelles sont les causes de la pubalgie ?

La pubalgie frappe les sportifs de haut niveau qui pratiquent des sports qui stressent l’os pubien.

La cause principale de ce trouble est un déséquilibre au niveau du bassin.
Le contrôle du mouvement de l’articulation pubienne et des stabilisateurs est inadéquat.

Les facteurs de risque sont :

  • Une faiblesse au niveau de l’insertion du muscle droit de l’abdomen ou de la paroi arrière du bas-ventre (Elattar et al. – 2016) ;
  • Un programme d’entraînement trop lourd qui peut produire des blessures musculaires ou enthésites.
  • Des erreurs durant l’entraînement, par exemple des étirements des adducteurs qui ne sont absolument pas recommandés pour les personnes souffrant de pubalgie.
    En fait, les personnes qui pratiquent des activités qui maintiennent les muscles adducteurs en extension (comme l’équitation) peuvent développer ce trouble.
  • Un lien entre conflit fémoro-acétabulaire et pubalgie a été reconnu. Les résultats des traitements sont meilleurs lorsque les deux problèmes sont gérés ensemble (Larson – 2014).
  • La posture : Selon le professeur de grande notoriété, S. Sahrmann, un facteur prédisposant à la pubalgie est la position assise avec les jambes croisées, avec la cheville au-dessus du genou. opposée. C’est une position de rotation maximale de la hanche.
    Même la position dans le lit peut affecter l’aine, j’en parle plus en détails dans la page du traitement.

 

Comment se fait le diagnostic de la pubalgie ?

pubalgieLe spécialiste auquel se référer est l’orthopédiste.

Les outils de diagnostic les plus importants pour évaluer un sportif souffrant de douleurs abdominales et inguinales chroniques sont :

  • Les antécédents médicaux,
  • L’examen physique.

Au cours de l’examen médical, le médecin doit examiner les antécédents médicaux du patient pour déterminer la présence de facteurs de risque, comme des activités sportives ou un emploi nécessitant des mouvements répétitifs.

Le patient doit absolument informer le médecin si le problème est apparu après un traumatisme direct ou si l’apparition s’est faite progressivement.

 

Examen physique pour diagnostiquer la pubalgie

Tout d’abord, le médecin observe la partie douloureuse et comprime le tendon impliqué afin de déterminer l’emplacement exact des symptômes.
Il existe un test pour évaluer la pubalgie :

Adduction de la hanche

  1. Le patient est couché sur le dos sur la table d’examen avec les jambes pliées et le dos bien appuyé sur le lit.
  2. Il doit rapprocher le genou, contre la résistance du médecin.
  3. Le test est positif si le patient ressent de la douleur dans la zone de l’aine.

TEST POUR LA PUBALGIE

Si vous avez aimé ce test, partagez-le avec vos amis :


Sit-up contre résistance (Caudill et al. – 2008)

  1. Position de départ : couché sur le dos avec la plante des pieds posée sur le sol,
  2. Les bras doivent être allongés le long du corps,
  3. Lever la tête et les omoplates.

EXAMEN POUR LA PUBALGIE

Le test est positif lorsque l’on ressent une douleur lors de l’insertion du droit de l’abdomen.

Si vous avez aimé cet examen, partagez-le avec vos amis :

Pour exclure le coincement d’un nerf, il faut évaluer attentivement les réflexes tendineux.

Toutefois, ce diagnostic est rare.

 

Diagnostic différentiel pour la pubalgie

Le problème des personnes souffrant de douleurs typiques de la pubalgie est que différents troubles peut provoquer les mêmes symptômes (Ellsworth et al. – 2014).

De nombreux sportifs ont reçu différents diagnostics avant de comprendre l’origine du problème.

La pubalgie provoque une douleur qui augmente progressivement, cela peut aider au diagnostic différentiel.

Le médecin doit exclure :

 

Examens diagnostiques pour la pubalgie

Pour diagnostiquer une pubalgie, les examens d’imagerie médicale peuvent être très utiles.
Le médecin peut prescrire une radiographie pour exclure d’autres pathologies comme l’arthrite ou une fracture, mais la radio ne peut pas montrer les tendons ou les muscles.

L’échographie musculo-squelettique est très utile pour identifier les dommages aux tendons, car c’est une procédure de diagnostic qui fournit des images des tissus mous.
En outre, elle peut servir à identifier la faiblesse de la paroi inguinale postérieure.

L’IRM est le meilleure parce qu’elle montre :

Maintenant, à vous !

Ce sont les théories les plus fiables pour le développement de la pubalgie.

Pensez-vous que l’ancienne théorie sur la faiblesse abdominale est toujours valable ?

Ou pensez-vous que la rotation postérieure du bassin a un rôle clé ?

Dans tous les cas, écrivez-le dans les commentaires.

À lire aussi :

Bibliographie

  • Oliveira AL, Andreoli CV, Ejnisman B, Queiroz RD, Pires OG, Falótico GG. Epidemiological profile of patients diagnosed with athleticpubalgia. Rev Bras Ortop. 2016 Oct 26;51(6):692-696.
  • Cohen B, Kleinhenz D, Schiller J, Tabaddor R Understanding athletic pubalgia: a review. Rhode Island Medical Journal. 2016 Oct 1;99(10):31..
  • Omar IM, Zoga AC, Kavanagh EC, Koulouris G, Bergin D, Gopez AG, Morrison WB, Meyers WC. Athletic pubalgia and “sports hernia”: optimal MR imaging technique and findings. Radiographics. 2008 Sep-Oct;28(5):1415-38. doi: 10.1148/rg.285075217.
  • Sahrmann, Shirley. Diagnosis and Treatment of Movement Impairment Syndromes (Page 151 – 154). Elsevier Health Sciences. Kindle Edition.
  • Larson CM. Sports hernia/athletic pubalgia: evaluation and management. Sports Health. 2014 Mar;6(2):139-44. doi: 10.1177/1941738114523557.
  • Elattar O, Choi HR, Dills VD, Busconi B. Groin Injuries (Athletic Pubalgia) and Return to Play. Sports Health. 2016 Jul;8(4):313-23. doi: 10.1177/1941738116653711.
  • Garvey JF, Read JW, Turner A. Sportsman hernia: what can we do? Hernia. 2010 Feb;14(1):17-25. doi: 10.1007/s10029-009-0611-1.
  • Kachingwe A, Grech S. Proposed algorithm for the management of athletes with athletic pubalgia (sports hernia): a case series. J Orthop Sports Phys Ther. 2008 Dec;38(12):768–81.
  • Ashley Brown, Solomon Abrahams, Denis Remedios, Stephen J Chadwick. Sports hernia: a clinical update. Br J Gen Pract. 2013 Mar; 63(608): e235–e237.
  • Gilmore OJ. Gilmore’s groin. Sportsmed Soft Tissue Trauma. 1992;3(3):12–14.
  • Caudill P, Nyland J, Smith C, et al. Sports hernias: a systematic literature review. Br J Sports Med. 2008;42(12):954–964.
  • Ellsworth AA, Zoland MP, Tyler TF. Athletic pubalgia and associated rehabilitation. Int J Sports Phys Ther. 2014 Nov;9(6):774-84.
  • Harmon KG. Evaluation of groin pain in athletes. Curr Sports Med Rep. 2007 Dec;6(6):354-61.

Massimo Defilippo

Massimo Defilippo Je m’appelle Massimo Defilippo, je suis kinésithérapeute à Rubiera (Italie) et pratique la kinésithérapie et l’ostéopathie depuis 2008.

shares
Physiotherapie pour tous