Pour traiter l’arthrose de la hanche, il est nécessaire de comprendre la véritable origine de la douleur.

De cette façon, il est possible de se sentir bien à long terme, PAS seulement pendant une courte période.

C’est ce qui vous intéresse, n’est-ce pas ?

Aujourd’hui, j’ai quelque chose pour vous qui ne vous a pas encore été dit et qui vous aidera à vous sentir bien.

Dans cet article, je vais expliquer brièvement la cause réelle de la douleur à l’aine et éventuellement à la cuisse chez les patients souffrant d’arthrose de la hanche et ce qu’il faut faire pour rester en bonne santé.

Voyons ce qu’est l’arthrose de la hanche.

L’arthrose de la hanche ou coxarthrose est une maladie dégénérative de l’articulation entre le bassin et le fémur.

prothèse,de,hanche

© alamy.com

La tête du fémur est insérée dans une cavité appelée la cavité cotyloïde (acetabulum), composé de :

  • L’os iliaque,
  • L’ischion (ischium),
  • Le pubis.

Le cartilage est un tissu blanchâtre, brillant et riche en eau qui sert à rendre les mouvements fluides et non douloureux, outre à réduire le frottement entre les os.

Comment se développe l’arthrose ?

Avec l’usure ou simplement avec le temps, le tissu cartilagineux tend à s’amincir toujours plus (Rani et al. – 2016) et le corps humain y répond par des modifications de l’os :

  • La formation d’ostéophytes ou éperons osseux dans le périmètre externe de l’articulation pour augmenter la surface en contact entre les os ;
  • L’altération de la consistance osseuse car il y aura des zones presque vides et d’autres plus riches en calcium ;

Lors du premier stade de la pathologie, le cartilage est encore présent mais est moins épais. Dans les dernières phases, il disparaît complètement et les os “frottent” entre eux pendant les mouvements.

Avec le temps, l’arthrose peut s’arrêter ou s’aggraver.

Elle est généralement bilatérale, mais une des deux articulations est plus usées que l’autre.

Voyons la chose la plus importante : les causes.

Sans connaître ni éliminer les causes, le traitement n’aura qu’un effet temporaire.

 

Quelles sont les causes de l’arthrose de la hanche ?

Il n’existe pas une vraie et propre cause de l’arthrose de la hanche, mais il y a beaucoup de facteurs qui favorisent l’apparition de cette pathologie :

  • L’âge (Murphy et al. – 2016) est sûrement l’aspect le plus important dont il faut tenir compte car chez les jeunes en bonne santé, elle est presque inexistante.
    Cette pathologie affecte principalement les personnes âgées, en particulier les femmes de plus de 50 ans et les hommes de plus de 65-70 ans.
    Elle affecte rarement les personnes de moins de 40 ans.
  • L’hérédité est un autre facteur de risque car les patients qui souffrent d’arthrose ont au moins un des deux parents qui a le même problème.
  • L’obésité (Sinusas – 2012) provoque une plus grande pression sur les articulations. En effet, les personnes entre 50 et 60 ans qui ont de l’arthrose à la hanche sont généralement obèses.
  • Les activités physiques intenses et les sports d’équipe ou de puissance (Lefèvre-Colau et al. 2016) ou bien encore les travaux manuels lourds peuvent surcharger l’articulation et provoquer une usure précoce.
  • Les malformations anatomiques comme le genou en valgus ou en varus peuvent provoquer une mauvaise distribution du poids avec une plus grande surcharge dans certaines zones par rapport aux autres.
  • Une diminution des œstrogènes (Richette et al. – 2003) peut favoriser l’apparition de la maladie, ce qui explique pourquoi les femmes ménopausées développent plus facilement la coxarthrose.
  • Un fort traumatisme qui cause une fracture au niveau du cotyle (acetabulum) ou de la tête du fémur a pour conséquence une période d’immobilité pendant laquelle le cartilage reçoit moins de nutriments et a une augmentation de la rigidité qui provoque une plus grande surcharge cartilagineuse.
Arthrose de la hanche,cartilage,usure

© fotolia.com

 

L’arthrose de la hanche peut-elle toucher aussi les jeunes ?

Oui, bien sûr.

D’après Ganz et al. (2003), l’arthrose de la hanche chez les jeunes est provoquée par le conflit fémoro-acétabulaire (c’est-à-dire que la tête fémorale et le cotyle ne coïncident pas).

Cela peut se produire de deux manières :

  1. La tête du fémur n’est pas sphérique et érode le cartilage, tandis que le labrum acétabulaire (anneau cartilagineux dans la partie externe de l’acétabulum) reste intact.
  2. Le labrum acétabulaire est écrasé entre le col du fémur et l’acétabulum. Il en résulte la dégénérescence et l’ossification de cette structure.

 

Quels sont les symptômes de l’arthrose de la hanche ?

Sommes-nous sûrs que l’arthrose de la hanche provoque des symptômes ?

Selon une étude scientifique de Kim et al. (2015) publiée dans la revue médicale renommée “The BMJ”, il n’existe pas de corrélation directe entre douleur à la hanche et arthrose, en fait :

  • La douleur à la hanche n’est pas présente chez de nombreux patients souffrant d’arthrose documentée par radiographie.
  • En outre, de nombreuses personnes souffrant de douleurs à la hanche ne souffrent pas d’arthrose.

Si ce n’était pas ainsi, presque toutes les personnes âgées auraient des douleurs aux hanches car l’arthrose touche la grande majorité des plus de 65 ans.

Il ne faut jamais diagnostiquer uniquement sur les résultats des examens, mais il faut évaluer toutes les causes possibles de la douleur.

C’est une excellente nouvelle pour les personnes qui pensaient être condamnées à la douleur ou à avoir une prothèse de la hanche.

Cependant, il existe des signes visibles ou sonores :

  1. L’épaississement des os,
  2. Le crépitement pendant les mouvements,
  3. Selon le professeur de grande renommée S. Sahrmann, la réduction de l’amplitude des mouvements est provoquée par la formation de tissu fibreux dans ou autour de l’articulation.

Sur de nombreux livres et sites médicaux, ces symptômes peuvent être ressentis comme suit :

  • La douleur à la hanche peut irradier de l’aine à la région antéro-interne de la cuisse jusqu’au genou.
  • Les pointes de douleurs se font sentir au début des mouvements, puis à mesure que l’articulation se réchauffe, les symptômes s’atténuent et disparaissent quand on s’arrête.
  • Si on marche longtemps, il est possible qu’après 20 à 30 minutes environ, la douleur redevienne aiguë. Il en va de même si on reste debout longtemps ou si on effectue des efforts.
  • La douleur est très intense le matin dès que le patient se lève, mais en une demi-heure environ, elle peut disparaître.

À ce stade, vous vous demander sûrement :

Si l’arthrose ne provoque pas ces symptômes, quelle est la cause de la douleur à l’aine irradiant à la cuisse ?

Il y a plusieurs possibilités, en particulier :

  1. Un problème musculaire du muscle ilio-psoas.
    Un point de déclenchement -trigger point- actif (un point dans le muscle qui peut causer une douleur à distance) de ce muscle peut causer une douleur à l’aine et à l’avant de la cuisse.
  2. L’inflammation du nerf fémoral ou cruralgie : ce nerf provient des 4 premières racines nerveuses qui proviennent de la vertèbre lombaire et il arrive à l’avant de la jambe et sur la face interne du pied.
  3. Selon le professeur renommé S. Sahrmann (auteur de certains ouvrages célèbres sur la kinésithérapie), la cause initiale de l’arthrose est la compression du fémur contre l’acétabulum (le bassin).
    Ceci est causé par le raccourcissement du droit fémoral et des muscles arrières de la cuisse (ischio-jambier).
  4. Une réduction du flux sanguin due à la sédentarité (Booth et al. – 2012) ou à des problèmes de vaisseaux sanguins au niveau du bassin.
  5. Selon la théorie du régime du groupe sanguin, un problème intestinal (colite) peut aussi provoquer des douleurs à la hanche.

Ceci sera traité plus en détails dans le chapitre sur le traitement.

 

Comment arrive-t-on au diagnostic de l’arthrose de la hanche ?

Le médecin spécialisé auquel il faut se référer est le kinésithérapeute ou l’orthopédiste.

Ce qui est fondamental :

Le médecin doit contrôler les antécédents du patient et faire une visite médicale soignée pour comprendre :

  • La zone exacte de la douleur,
  • Les mouvements qui la provoquent,
  • À quels moments de la journée les symptômes se présentent.

Les mouvements qui provoquent généralement une aggravation de la douleur à la hanche sont :

  • La rotation interne passive de l’articulation,
  • L’extension, c’est-à-dire déplacer le genou derrière le corps.

 

Quels sont les examens pour l’arthrose à la hanche ?

Maintenant, vous pourriez vous demander : pourquoi passer un examen qui confirme l’arthrose si elle ne provoque pas de symptômes ?

À mon avis, les examens sont principalement utilisés pour exclure des troubles graves, tels qu’une tumeur.

La meilleure chose à faire est d’essayer un traitement et, si cela ne suffit pas, il est alors préférable d’approfondir grâce à des examens.

Toutefois, si le patient présente également d’autres symptômes, les examens peuvent être fondamentaux pour le diagnostic.

L’examen par imagerie médicale le plus adapté pour identifier la coxarthrose est la radiographie qui montre l’amplitude de l’espace articulaire, c’est-à-dire la distance entre le fémur et la cotyle (acetabulum) du bassin.

Rotation,interne,hanche

Test de rotation interne de la hanche
© Massimo Defilippo

La radiographie met en évidence d’autres éventuelles modifications dans l’os comme la formation :

radiographie-arthrose-hanche

  • D’ostéophytes (éperons osseux) ;
  • D’épaississement de l’os spongieux sous-chondral (l’os en contact avec le cartilage est plus dense) ;
  • De raréfaction osseuse.

 

Diagnostic différentiel

Pour être transparent :

Le médecin doit exclure les pathologies suivantes lors du diagnostic de douleur à la hanche :

 

Quels sont les traitements pour l’arthrose à la hanche ?

Evaluation,hanche,douleur

Radiographie de la hanche
© Massimo Defilippo

Si le cartilage est usé mais encore présent, le traitement est conservateur afin d’éviter ou de ralentir le processus dégénératif. Dans ce cas, il est opportun de changer le style de vie si celui-ci est responsable du problème :

  • Un patient trop sédentaire devra commencer à faire une activité physique régulière ; Avec l’âge, il faut interrompre ou modifier certaines activités. Toutefois, il faut toujours rester actif.
  • Les personnes qui effectuent de lourds travaux devront passer à des fonctions plus légères ;
  • Les personnes obèses devront commencer un régime pour perdre du poids.

 

4 traitements efficaces pour l’arthrose de la hanche

La kinésithérapie est fondamentale pour les patients souffrant de ces problèmes, afin de garantir de bons résultats.

Selon la science, pour réduire la douleur et l’invalidité sont efficaces :

  1. Les thérapies manuelles (Romeo et al. – 2013),
  2. Les exercices et instructions données au patient (Sampath et al. – 2016).

Les personnes qui ont éliminé la douleur ont généralement suivi ces 4 traitements efficaces :

 

1. Traitement du muscle ilio-psoas

L’ilio-psoas peut avoir des points de déclenchement (ou trigger points) actifs (des points douloureux même à distance).

ilio-psoas
Cela peut également toucher le dos. En effet, les personnes souffrant de douleurs à la hanche ont souvent également mal au dos.

Le kinésithérapeute ou l’ostéopathe peut désactiver ces points de déclenchement et réduire la contraction de l’ilio-psoas.

De nombreux entraîneurs conseillent des étirements du psoas, mais généralement, ce muscle est déjà étiré, ce qui peut donc aggraver la situation.

Dans ce cas, il est préférable de faire des exercices de renforcement, que le patient peut effectuer à la maison.

Exercice de renforcement du muscle ilio-psoas :

Il y a un mouvement qui ne fait travailler que ce muscle : c’est la dernière partie du soulèvement de la cuisse en position assise ou debout.

Laissez-moi mieux vous expliquer, il faut faire ceci :

  1. Prendre une chaise ;
  2. Position initiale : debout ;
  3. Placer le pied du membre douloureux sur la chaise, le genou doit être au-dessus du niveau de la hanche ;
  4. À partir de cette position, soulever un peu plus le genou ;
  5. Ne pas pencher le dos d’un côté !

EXERCICE DE RENFORCEMENT DU MUSCLE ILIO-PSOAS

Si vous avez aimé l’exercice, partagez-le avec vos amis :

Une personne de grande taille devrait poser des livres sur la chaise pour reposer son pied plus haut.

Regardez l’article sur les exercices pour la hanche qui explique comment reconnaître si l’ilio-psoas est raccourci. Il est donc possible que des étirements soient conseillés.

 

2. Traitement du muscle piriforme et du diaphragme

Après le psoas, faites attention à ces deux muscles :

Le piriforme est un muscle qui provient du sacrum et qui s’insère dans le fémur.

Son action est la rotation externe de la hanche.

Le diaphragme est le muscle respiratoire par excellence et s’intègre dans les 3 premières vertèbres lombaires.

diaphragme

L’ilio-psoas, le piriforme et le diaphragme sont les muscles sur lesquels il faut toujours faire une thérapie manuelle, car ils peuvent provoquer des symptômes dans différentes parties du corps.

Il est également possible de faire des exercices pour corriger les anomalies de ces muscles.

Rappelez-vous que généralement le piriforme est faible et allongé, son étirement n’est donc pas conseillé.

Allez à la page du syndrome du piriforme pour voir les exercices recommandés.

 

3. Exercices pour corriger les dysfonctionnements lombaires

Pourquoi ?

Les nerfs de la hanche proviennent du dos lombaire.

Ainsi, un dysfonctionnement du bas du dos peut causer des douleurs aux fesses, aux hanches et même des douleurs aux jambes.

Il est en particulier conseillé d’effectuer :

Ce muscle peut être renforcé grâce à des exercices spécifiques. De plus, S. Sahrmann recommande de contracter le fessier à chaque pas, lorsque l’on pose le talon.

En outre, ceci est mon exercice préféré.

Exercice pour renforcer le grand fessier :

  • Position initiale : Assis par terre, les jambes pliées.
  • Déplacer les épaules vers l’arrière et placer les mains sur le sol.
    Maintenant, le corps repose sur la plante des pieds, sur les fesses et sur les mains.
  • À partir de cette position, soulever les fesses.
  • Si possible, tendre d’abord une jambe, puis l’autre.
  • Revenir à la position de départ.
  • Répéter 20 fois.

EXERCICE POUR RENFORCER LE GRAND FESSIER

Si vous avez aimé l’exercice pour renforcer le grand fessier, partagez-le avec vos amis.

4. Correction de l’instabilité pelvienne

Cela peut provoquer une contracture du muscle piriforme.

Souvent, la douleur dans la fesse et à la hanche (aine) se produisent ensemble.

Le piriforme est le seul muscle qui traverse l’articulation sacro-iliaque. Si cette instabilité se produit, une contracture de défense se développe automatiquement.

Travailler sur la contracture ne résout pas le problème si l’articulation sacro-iliaque n’est pas stabilisée en premier.

Pourquoi l’articulation entre le sacrum et le bassin devient-elle instable ou trop flexible ?

Cela se produit par exemple si la hanche est rigide.

Et donc ? Que faut-il faire ?

1) Marcher avec un haltère de cheville (leste) sur la jambe douloureuse.

De cette façon, à chaque pas, le poids tire le fémur.

Ensuite, il réduit la compression de la tête fémorale contre le bassin.

2) Exercice d’étirement en position couchée

  • Position initiale : couché sur le dos.
  • Pour étirer les fléchisseurs de la hanche, il faut amener le genou “sain” vers la poitrine.
  • Ensuite, contracter les abdominaux, tout en étendant le membre douloureux.
  • Répéter 10 fois.

EXERCICE D'ÉTIREMENT EN POSITION COUCHÉE

Si vous avez aimé l’exercice d’étirement, partagez-le avec vos amis :

3) Exercice en position à quatre pattes

 EXERCICE EN POSITION A QUATRE PATTES

  • Position initiale : sur un tapis, s’appuyer sur les mains, les genoux et l’arrière des pieds.
  • Pousser le corps en arrière avec la force des bras, comme pour s’asseoir sur les talons.
  • S’arrêter lorsque la hanche se bloque et que seul le bassin et le dos bougent.

Si vous avez aimé l’exercice à quatre pattes, partagez-le avec vos amis :

4) Exercice en position allongée sur le ventre
EXERCICE EN POSITION ALLONGÉE SUR LE VENTRE
  • Position de départ : s’allonger sur le ventre avec un coussin sous le ventre.
  • Plier la jambe,
  • Ramener le pied au-delà du genou opposé.
  • Revenir à la position de départ.
  • Répéter 20 fois.
Si vous avez aimé l’exercice en position couchée sur le ventre, partagez-le avec vos amis :
Autres traitements de la hanche :
  • Effectuer une rééducation en piscine ou hydrokinésithérapie (Romeo et al. – 2013),
  • Apprendre au patient à utiliser une béquille ou une canne avec la main opposée à la hanche douloureuse,
  • Faire de la natation, du vélo d’appartement ou du vélo.

Dans certains cas, il est conseillé d’aller chez :

  • Un podologue (pour acheter des orthèses qui corrigent les défauts d’appui). Si une jambe est plus courte que l’autre, il est possible de rehausser la chaussure pour réduire la différence de longueur,
  • Un nutritionniste (pour aider à réduire le poids corporel).

Et le sport peut-il être pratiqué ?

Certains sports sont contre-indiqués car ils peuvent aggraver l’état de la hanche, par exemple la course à pied.

À l’inverse, la natation et le canoë-kayak permettent d’effectuer une activité physique sans endommager l’articulation.

 

Médicaments contre la douleur à la hanche en cas d’arthrose, que dit la science ?

Avant de prendre des médicaments, il faut considérer que :

Les médicaments de premier choix pour l’arthrose de la hanche sont les AINS (anti-inflammatoire non stéroïdiens) qui servent à réduire la douleur et l’inflammation.

De nos jours, les complications gastro-intestinales dues à l’utilisation de ces médicaments se sont fortement réduites si on prend en même temps un protecteur gastrique, c’est-à-dire un inhibiteur de la pompe à protons (par exemple le misoprostol).

Y a-t-il d’autres effets secondaires ?

En fait, sur la base des preuves scientifiques, les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) peuvent endommager le cartilage articulaire (Shield – 1993).

En utilisant un inhibiteur sélectif de l’enzyme COX-2, plutôt que les autres AINS, les complications gastro-intestinales diminuent.

Le célécoxib (par exemple CELEBREX ®) fait partie de ceux-ci.

Selon une étude de Zweers et al. de 2011, ces médicaments peuvent ralentir la progression de l’arthrose, ils sont donc plus appropriés que les anti-inflammatoires non stéroïdiens.

 

Quel est l’effet des infiltrations sur la douleur à la hanche ?

Parmi les remèdes naturels, il y a les infiltrations d’acide hyaluronique dans l’articulation.
Les piqûres s’effectuent sous guidage échographique car la hanche se trouve très en profondeur.

En ce qui concerne les infiltrations, il faut souligner que :

Les études sont contradictoires concernant ce traitement :

  1. Van den Bekerom et al. (2008) ont constaté une amélioration du nombre de patient- candidats au remplacement de la hanche.
  2. Leite et al. (2018) ont noté des effets uniquement à court terme (dans les 3 mois) et ne recommande pas ce traitement.

 

La chirurgie pour l’arthrose de la hanche, quand faut-il opérer ?

Pour les cas les plus avancés d’arthrose de la hanche, si aucun traitement n’a réussi à réduire la douleur, les patients peuvent opter pour l’intervention chirurgicale (Ackerman et al. – 2017). L’opération consiste en une intervention de substitution de l’articulation.
Dans ce cas, il faut se rendre chez un médecin orthopédiste pour une évaluation et un avis.

Chez les patients jeunes, le médecin peut recommander une intervention chirurgicale en cas de conflit fémoro-acétabulaire.

D’après Ganz et al. 2003, cette opération peut ralentir la progression du processus dégénératif.

Parmi les dernières nouveautés, il y a la transplantation de facteur de croissance dans l’articulation.
Les plaquettes contiennent des facteurs de croissance qui peuvent être injectés dans la hanche.
Là, ils stimulent la production de cellules qui favorisent la réparation de l’articulation.

Est-ce que cela fonctionne ?

Malheureusement, selon une étude scientifique, ils ne sont pas recommandés car les résultats ne sont pas meilleurs que l’infiltration d’acide hyaluronique (Doria et al. – 2017).

Ok, maintenant que vous avez appris les traitements qui fonctionnent et ceux qui ne sont pas efficaces contre l’arthrose de la hanche, il va falloir agir.

Ecrivez le premier traitement que vous ferez dans un commentaire.

Prêt pour des exercices contre la douleur à la hanche ?

Ou préférez-vous une thérapie manuelle chez le kinésithérapeute ?

À lire aussi :

Bibliographie
  1. Sinusas K. Osteoarthritis: diagnosis and treatment. Am Fam Physician. 2012 Jan 1;85(1):49-56.
  2. Murphy NJ, Eyles JP, Hunter DJ. Hip Osteoarthritis: Etiopathogenesis and Implications for Management. Adv Ther. 2016 Nov;33(11):1921-1946. Epub 2016 Sep 26.
  3. Lefèvre-Colau MM, Nguyen C, Haddad R, Delamarche P, Paris G, Palazzo C, Poiraudeau S, Rannou F, Roren A. Is physical activity, practiced as recommended for health benefit, a risk factor for osteoarthritis? Ann Phys Rehabil Med. 2016 Jun;59(3):196-206. doi: 10.1016/j.rehab.2016.02.007.
  4. Beck M, Kalhor M, Leunig M, Ganz R. Hip morphology influences the pattern of damage to the acetabular cartilage: femoroacetabular impingement as a cause of early osteoarthritis of the hip. J Bone Joint Surg Br. 2005 Jul;87(7):1012-8.
  5. Richette P, Corvol M, Bardin T. Estrogens, cartilage, and osteoarthritis. Joint Bone Spine. 2003 Aug;70(4):257-62.
  6. Rani N, Sabbioni G, Mazzotta A, Rocchi M, Stagni C, Filanti M, Dallari D. Infiltrative therapy as conservative treatment in hip osteoarthritis: a literature review. Hip Int. 2016 May 14;26 Suppl 1:8-13. doi: 10.5301/hipint.5000402.
  7. Kim C, Nevitt MC, Niu J, Clancy MM, Lane NE, Link TM, Vlad S, Tolstykh I, Jungmann PM, Felson DT, Guermazi A. Association of hip pain with radiographic evidence of hip osteoarthritis: diagnostic test study. BMJ. 2015 Dec 2;351:h5983. doi: 10.1136/bmj.h5983.
  8. Frank W. Booth, Ph.D., Christian K. Roberts, Ph.D., and Matthew J. Laye, Ph.D. Lack of exercise is a major cause of chronic diseases. Compr Physiol. Author manuscript; available in PMC 2014 Nov 23.
  1. Shield MJ. Anti-inflammatory drugs and their effects on cartilage synthesis and renal function. Eur J Rheumatol Inflamm. 1993;13(1):7-16.
  2. Lazaros A. Poultsides, MD, MSc, PhD, Asheesh Bedi, MD, andBryan T. Kelly, MD. An Algorithmic Approach to Mechanical Hip Pain. HSS J. 2012 Oct; 8(3): 213–224.
  3. Romeo A, Parazza S, Boschi M, Nava T, Vanti C. Manual therapy and therapeutic exercise in the treatment of osteoarthritis of the hip: a systematic review. Reumatismo. 2013 May 27;65(2):63-74. doi: 10.4081/reumatismo.2013.63.
  4. Beselga C, Neto F, Alburquerque-Sendín F, Hall T, Oliveira-Campelo N. Immediate effects of hip mobilization with movement in patients with hip osteoarthritis: A randomised controlled trial. Man Ther. 2016 Apr;22:80-5. doi: 10.1016/j.math.2015.10.007.
  5. Sampath KK, Mani R, Miyamori T, Tumilty S. The effects of manual therapy or exercise therapy or both in people with hip osteoarthritis: a systematic review and meta-analysis. Clin Rehabil. 2016 Dec;30(12):1141-1155
  6. Hoeksma HL, Dekker J, Ronday HK, Heering A, van der Lubbe N, Vel C, Breedveld FC, van den Ende CH. Comparison of manual therapy and exercise therapy in osteoarthritis of the hip: a randomized clinical trial. Arthritis Rheum. 2004 Oct 15;51(5):722-9.
  7. Gay C, Chabaud A, Guilley E, Coudeyre E. Educating patients about the benefits of physical activity and exercise for their hip and knee osteoarthritis. Systematic literature review. Ann Phys Rehabil Med. 2016 Jun;59(3):174-83. doi: 10.1016/j.rehab.2016.02.005. Epub 2016 Apr 1.
  8. Ganz R, Parvizi J, Beck M, Leunig M, Nötzli H, Siebenrock KA. Femoroacetabular impingement: a cause for osteoarthritis of the hip. Clin Orthop Relat Res. 2003 Dec;(417):112-20.
  9. Ackerman IN, Kemp JL, Crossley KM, Culvenor AG, Hinman RS. Hip and Knee Osteoarthritis Affects Younger People, Too. J Orthop Sports Phys Ther. 2017 Feb;47(2):67-79. doi: 10.2519/jospt.2017.7286.
  10. M. P. J. van den Bekerom, B. Rys, and M. Mulier. Viscosupplementation in the hip: evaluation of hyaluronic acid formulations. Arch Orthop Trauma Surg. 2008 Mar; 128(3): 275–280.
  11. Leite VF, Daud Amadera JE, Buehler AM. Viscosupplementation for Hip Osteoarthritis: A Systematic Review and Meta-Analysis of the Efficacy on Pain and Disability, and the Occurrence of Adverse Events. Arch Phys Med Rehabil. 2018 Mar;99(3):574-583.e1. doi: 10.1016/j.apmr.2017.07.010.
  12. Carlo Doria, Giulia Raffaella Mosele, Gianfilippo Caggiari, Leonardo Puddu, and Emanuele Ciurlia. Treatment of Early Hip Osteoarthritis: Ultrasound-Guided Platelet Rich Plasma versus Hyaluronic Acid Injections in a Randomized Clinical Trial. Joints. 2017 Sep; 5(3): 152–155.
  13. Sahrmann, Shirley. Diagnosis and Treatment of Movement Impairment Syndromes (Page 128). Elsevier Health Sciences. Kindle Edition.

Massimo Defilippo

Massimo Defilippo Je m’appelle Massimo Defilippo, je suis kinésithérapeute à Rubiera (Italie) et pratique la kinésithérapie et l’ostéopathie depuis 2008.

shares
Physiotherapie pour tous