Opération de la hernie discale

Entre tout os de la colonne vertebrale (vertèbres) il y a un disque.
Ces disques agissent étant qu’amortisseurs entre les vertèbres.

La hernie discale est la lésion de la région externe (annulus fibreux) et le débordement de la région interne (noyau central) qui peut provoquer une compression des racines nerveuses qui passent entre les vertèbres.
Cela provoque une inflammation et un gonflement qui appuie sur la racine nerveuse, causant :

  • La lombosciatalgie,
  • Les fourmillements du pied,
  • La perte de sensibilité,
  • La faiblesse.

Si la douleur à la jambe provoquée par la hernie s’améliore immédiatement avec des traitements non-chirurgicaux, le patient peut guérir en 6 à 12 semaines.

L’opération chirurgicale de la hernie discale est de moins en moins effectuée car dans la majorité des cas on n’en a pas besoin pour résoudre la sciatalgie ou la névralgie cervico-brachiale.

Les hernies discales dans la région inférieure de la colonne vertébrale se développent notamment au niveau :

  • Lombaire (L4-L5, c’est-à-dire entre la quatrième et la cinquième vertèbre lombaire),
  • Lombosacrée (L5-S1, c’est-à-dire entre la cinquième vertèbre lombaire et l’os sacré).

Les disques les plus touchés au niveau cervicale sont :

  • C5-C6,
  • C6-C7.

Seulement au cas où le traitement conservateur pour la hernie discale (médicaments, kinésithérapie de type McKenzie, ozonothérapie, etc.) ne résoudrait pas le problème, le médecin peut conseiller une opération chirurgicale.

hernie discale, L4-L5, débordement

Il faut évaluer les avantages et les inconvénients de l’opération. Les indications sont :

  1. Une grave sciatalgie soudaine associée à d’autres symptômes comme la paralysie et l’incontinence ;
  2. Une lombosciatalgie ou une lombocruralgie qui ne guérit pas après avoir effectué le traitement pendant 6 semaines et avoir pris des médicaments.
  3. L’incapacité de marcher sur les talons (sans appuyer sur les pointes) à cause de l’inflammation du nerf sciatique.

L’opération chirurgicale est effectuée lorsqu’une portion du disque sain se déplace et appuie sur :

  • Le canal spinal,
  • La racine nerveuse.

Le médecin qu’il faut consulter est le neurochirurgien qui explique :

  • Le traitement chirurgical,
  • Ce qu’il faut faire après l’opération.

L’anesthésie dépend du type d’intervention :

  • L’anesthésie spinale en cas de hernie lombaire,
  • L’anesthésie générale en cas de hernie cervicale et de hernie dorsale.

 

Symptômes de la hernie discale L4-L5 et L5-S1

La compression de la racine nerveuse L5 (au niveau L4-L5) peut provoquer :

  • Un manque de force pour l’extension du gros orteil et pour la flexion dorsale de la cheville,
  • Le mal de dos qui touche la région innervée par ce nerf : la région externe des fessiers, de la cuisse et de la jambe jusqu’au gros orteil,
  • La douleur peut arriver jusqu’à la région externe du pied.

La compression de la racine nerveuse S1 (au niveau L5-S1) peut provoquer :

  • La douleur du dos et de la région postérieure du membre inférieur,
  • Une perte de réflexes,
  • Une faiblesse de la cheville.

 

Types d’intervention chirurgicale pour la hernie discale

Le traitement chirurgical de la hernie prévoit :

Intervention de micro-discectomie pour la hernie discale lombaire

On effectue une micro-discectomie afin de pratiquer l’ablation d’une partie du disque intervertébral et de réduire la pression sur la racine du nerf.
Le médecin ne pratique l’ablation que d’une petite partie du disque : la majorité de la structure intervertébrale reste intègre.

Piede-equino-400x523Indications pour l’intervention chirurgicale de micro-discectomie
Si l’individu effectue les activités quotidiennes et la douleur est supportable, on conseille de retarder l’intervention chirurgicale afin de contrôler si la douleur disparaît.

Si la douleur ne s’améliore pas par les traitement non chirurgicaux, l’opération de micro-discectomie est un choix conseillé pour :

  • Diminuer la pression sur la racine du nerf,
  • Accélérer la guérison.

L’intervention chirurgicale immédiate n’est nécessaire qu’en cas d’incontinence fécale et urinaire (syndrome de la queue de cheval).

Le micro-discectomie peut être indiquée chez les patients qui ont les signes suivants :

  • Douleur à la jambe depuis au moins six semaines,
  • Perte progressive de force, sensibilité et des reflexes ;
  • Difficulté ou impossibilité à se tenir sur la pointe des pieds ou sur les talons,
  • La douleur de la jambe est le symptôme principal,
  • Symptômes stables après un traitement conservateur (tels que les corticostéroïdes oraux, les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens et la kinésithérapie),
  • Si après trois mois de traitement conservateur, il n’ y a pas d’amélioration, l’intervention chirurgicale de  micro-discectomie peut être prise en compte dans les trois à six mois qui suivent.

Pendant l’intervention de micro-discectomie, le chirurgien enlève :

  • Une partie d’os au-dessus de la racine du nerf,
  • La partie du disque intervertébral qui s’appuie sur le nerf.

 

Il faut généralement quelques semaines ou quelques mois pour la guérison complète de la racine nerveuse, mais l’opération de micro-chirurgie donne au patient un soulagement immédiat.

Comment effectue-t-on la chirurgie de micro-discectomie ?
On effectue une micro-discectomie à travers une petite incision au centre du dos, dans la partie basse.
Le chirurgie accede au disque à travers le canal vertébral.
D’abord on soulève les muscles du dos (érecteurs du rachis) de l’arc vertébrale (lame).
Puisque ces muscles sont verticaux le médecin peut les déplacer au lieu de les couper.
Le chirurgien effectue l’opération à l’intérieur de la colonne vertébrale lombaire en enlevant le tissu qui se trouve sur les racines du nerf (ligament jaune).
Le médecin enlève une petite partie du côté interne des facettes articulaires afin de faciliter l’accès à la racine du nerf et pour soulager la pression sur le nerf.

Puis, il déplace la racine sur le côté et il enlève une partie du disque.
Puisque les ligaments, articulations  et muscles ne subissent presque jamais de lésion, la micro-discectomie n’altère pas la structure mécanique de la colonne vertébrale inférieure (rachis lombaire).
L’intervention dure environ 40 à 50 minutes.

Récupération après l’intervention de micro-discectomie
Les patients restent généralement à l’hôpital pendant 36 à 48 heures après l’intervention chirurgicale.
Le médecin décide si autoriser le patient à sortir selon son état de santé.
Il peut conseiller une nuit à l’hôpital pour contrôler l’évolution du patient.
La récupération est assez rapide, quelques heures après l’intervention le patient peut déjà marcher.

Bien que toutes les techniques percutanées mini-invasives aient de bon pourcentage de succès, les études scientifiques montrent que la micro-discectommie a de meilleurs résultats.

Caractéristiques de l’intervention de micro-discectomie

Raison Hernie discale
Indications

1) Douleur de la jambe
2) Traitements conservateurs non efficaces
3) Incontinence urinaire ou fécale

Anesthésie Spinale
(et légère sédation)
Durée 45 minutes
Complications 1) La douleur reste
2) La lésion de la racine nerveuse
3) L’hémorragie
4) L’infection
5)La pneumonie
6) La thrombose veineuse profonde
Hospitalisation  36-48 heures
Pro Récupération rapide

 

Discectomie laser

La discectomie au laser est une chirurgie ambulatoire où le noyau central est brûlé (vaporisation) à l’aide du laser et on n’a pas d’ablation.
Cette intervention est conseillée en cas de protrusion (surtout médiane) c’est-à-dire une hernie discale sans expulsion.
Le chirurgie applique un rayonnement laser à haute puissance dans la région de la hernie. L’énergie est absorbée par le disque sans provoquer aucun dommage aux tissus environnants.
Le laser provoque la vaporisation et la rétraction du tissu de la hernie, en soulageant ainsi la racine nerveuse de la compression.
L’intervention dure environ 30 minutes.

Il s’agit d’une opération :

  • Mini-invasive,
  • Économique
  • Qui généralement ne provoque que de faible douleur post-opératoire.

Cette technique est conseillé chez les patients qui ont besoin d’intervention chirurgicale pour la protrusion discale et souffrant de douleur de la jambe en raison de la compression de la racine nerveuse.

Cette chirurgie n’est pas indiquée chez les patients souffrant de :

  • Sténose lombaire,
  • Hypertrophie des facettes articulaires et hernie calcifiée.

Les contre-indications relatives sont :

  • Un trouble neurologique progressif,
  • Une intervention chirurgicale précédent au même niveau discale.

La hernie doit généralement avoir une continuité avec le disque, on ne peut avoir ni d’expulsion ni de migration.
Il s’agit d’une intervention qu’on n’effectue pas partout dans le monde puisqu’elle n’est pas conseillée que dans des rares cas.

L’opération pour la hernie discale est-elle dangereuse ?

Complications et risques de la micro-discectomie
Comme pour toute opération chirurgicale vertébrale, il y a de nombreux dangers et complications, dont :

  • La lésion de la dure-mère (perte de liquide cérébrospinal).
    Cette complication se produit dans 1% à 7% des cas (Kalevski S et al – 2010),
  • La lésion de la racine du nerf,
  • L’incontinence fécale ou urinaire,
  • L’hémorragie,
  • L’accumulation de liquide dans les poumons qui peut provoquer la pneumonie,
  • La thrombose veineuse profonde, c’est-à-dire un caillot se produit dans les jambes,
  • La douleur qui continue après l’intervention,
  • L’infection.

Toutefois, ces complications sont assez rares.

 

Pourcentage de succès de la micro-discectomie pour la hernie discale

Le taux de succès de l’intervention à la colonne vertébrale est d’environ 84% (Dohrmann GJ – 2015).
Entre 5% et 10% des patients développent une autre hernie discale.

Une récidive de la hernie discale peut se produire juste après l’intervention ou après de nombreuses années.
Après l’opération, d’autres hernies peuvent se produire aux niveaux supérieurs ou inférieurs.
Il est possible de subir à nouveau l’opération en cas de nouvelle hernie discale.

Résultats de la répétition de l’intervention de micro-discectomie (Haglund MM – 1985)

  • 86% réduction totale ou partielle de tous les symptômes,
  • 88% réduction totale ou partielle de la douleur de sciatalgie,
  • 85% amélioration totale ou partielle du mal de dos,
  • 100% de rentré au travail en 7 semaines (en moyenne),
  • 89% est content des résultats de la deuxième intervention.

En cas de paralysie (de difficulté ou incapacité donc à tirer la pointe des pieds ou le talon) le patient peut mieux bouger après l’intervention.

Après l’intervention il faut éviter de :

  • Conduire,
  • Rester assis pendant une période prolongée,
  • Soulever un objet lourd,
  • Se plier (immédiatement après l’opération).

On ne peut pas travailler pendant les premières deux semaines.
Il faut éviter de soulever d’objets lourds (déplus de 2,5 kg) environ un mois après l’intervention.
Il faut attendre 3 à 4 semaines avant de recommencer l’activité sportive.
La durée de la récupération complète est d’environ six semaines.

D’autres types d’intervention pour la hernie discale

Laminectomie lombaire
Cette intervention consiste à retirer la partie d’os appelée lame vertébrale.
La lame forme une barrière qui protège la moelle épinière et les racines nerveuses.
L’ablation d’une partie ou de la lame entière aide le chirurgien à arriver à la hernie discale.
Cela peut également soulager la pression sur les nerfs et la douleur aux jambes.

On peut retirer la lame et effectuer la discectomie en même temps ou on peut effecteur deux interventions différentes.
Le taux de succès est généralement de 87% (White AH et Al.1987).

Fusion spinale
Après une discectomie ou une laminotomie, le chirurgien peut fondre ensemble deux vertèbres sur les deux côtés du disque pour stabiliser la colonne vertébrale.
En unissant deux vertèbres on bloque le mouvement des os, en prévenant donc la douleur.

L’intervention PLIF (fusion lombaire intervertébrale postérieure) est conseillée en cas d’instabilité vertébrale, qui peut être traitée avec succès (Satoh I 2006).
La récupération après la chirurgie de fusion a généralement une durée plus longue par rapport à d’autres types de chirurgie spinale.
Les patients restent généralement à l’hôpital pendant trois ou quatre jours, mais certains peuvent avoir besoin d’une hospitalisation prolongée.
Après l’autorisation à sortir, on conseille de suivre un programme de rééducation.

Combien de temps dure la récupération ? Temps de récupération après l’intervention pour la hernie discale

Après l’opération, le patient doit suivre les conseils du médecin (médicaments, vêtements, etc.) pour une récupération plus rapide.
Toutefois, après l’intervention, il faut suivre certaines précautions afin de réduire le plus possible le risque d’une récidive.

 

vertèbres unies, hernie discaleExercices de rééducation après l’intervention pour la hernie discale

Il est généralement nécessaire de commencer à effectuer les exercices de gymnastique posturale pour la sciatique durant les premiers jours suivant l’opération.

Exercices de renforcement
Beaucoup d’exercices peuvent contribuer à renforcer et stabiliser la colonne vertébrale.
La majorité de ces mouvements se concentre sur :

  • La zone inférieure du dos,
  • Les muscles de l’abdomen,
  • Les fessiers,
  • Les muscles pelviens.

Position en extension

  1. Appuyer le buste sur les coudes en maintenant le bassin contre le sol.
  2. Tenir la position pendant quelques secondes jusqu’à ce que le dos se détende.
  3. Soulever lentement le buste tout en s’appuyant sur les mains.
  4. Effectuer 10 répétitions.

Abdominaux en isométrie
Cet exercice peut être effectué en position assise, allongée ou debout.

  1. Inspirer et contracter les muscles abdominaux pendant 20 secondes.
  2. Répéter 10 à 12 fois par jour.


Allonger le dos et le fessier

  1. Commencer en position allongée sur le dos avec les genoux pliés et les bras le long du corps.
  2. Laisser aller doucement les genoux sur un coté.
  3. Tenir la position pendant quelques secondes puis revenir à la position de départ.
  4. Répéter de l’autre côté.
  5. Répéter 10 fois par côté.

Extension en pronation

  1. Commencer en position allongée sur le ventre avec les jambes légèrement ouvertes et les paumes des mains sur le sol à la même hauteur que les épaules.
  2. Appuyer les bras sur le sol pour soulever les épaules en maintenant le bassin sur le sol.
  3. Effectuer au moins 3 séries de 10 répétitions.

Activité physique et sport
Après avoir enlevé les points de suture, le médecin peut conseiller la natation ou toute autre activité physique qui peut aider le patient à garder le tonus musculaire général.
De bonnes nouvelles pour les coureurs : la course n’est pas contre-indiquée. Si on n’a pas de défauts d’appui du pied, l’impact sur le sol est absorbé par les muscles et on ne provoque donc pas de problèmes à la colonne vertébrale.

À lire aussi :

Opération de la hernie discale ultima modifica: 2017-04-14T17:16:24+00:00 da Massimo Defilippo