Exercices Mckenzie (efficaces) pour le mal de dos, ce qu’ils sont et comment les faire

Exercices Mckenzie (efficaces) pour le mal de dos, ce qu’ils sont et comment les faire

La méthode McKenzie est une thérapie pour le mal de dos et la douleur au cou qui change lorsqu’on effectue certains mouvements (douleurs de type mécanique).

Pour comprendre pourquoi la méthode McKenzie est si efficace, il faut connaître les véritables causes de la douleur.

Quand on dit à un patient qu’il a au moins une protrusion du disque intervertébral, il est toute sa vie convaincu que cela est son problème.
Il y a effectivement des études scientifiques publiées dans les plus importantes revues de médecine qui montrent un fort pourcentage de sujets sains avec hernie ou protrusion discale, c’est-à-dire environ 80%.

Dans de très rares cas, la hernie discale comprime le nerf et en compromet la fonctionnalité.

Cependant, le déplacement du disque peut entraver les mouvements vertébraux et provoquer une douleur.

La méthode de diagnostic et de thérapie mécanique McKenzie peut corriger cet obstacle au mouvement.

Si elle est faite de la bonne façon, la méthode de diagnostic et de thérapie mécanique McKenzie est une excellente thérapie pour les douleurs lombaires, cervicales et dorsales, irradiant (s’étendant) même vers :

  • La poitrine,
  • Le membre supérieur et inférieur.

Elle a été conçue en Nouvelle-Zélande par le kinésithérapeute Robin Mc Kenzie.

 

Comment est née cette méthode ?

Un patient du nom de Smith était en train d’effectuer un traitement d’iontophorèse de trois semaines sans résultat. À la fin du traitement le docteur Mckenzie lui dit de se coucher à plat ventre sur une table d’examen dans une autre pièce.
Cette table d’examen avait le dossier relevé, mais Smith s’étendit sans l’abaisser, donc avec le dos arqué vers l’arrière.
Après un quart d’heure, Robin Mc Kenzie est arrivé et a été surpris par la position dans laquelle le patient était. Le kinésithérapeute a demandé au patient comment il se sentait, il a répondu que la forte douleur avait disparu. Depuis ce jour, Mckenzie a développé cette méthode qui est maintenant effectuée dans de nombreux pays dans le monde.
Lisez également la page du traitement pour la hernie discale.

 

Quand la méthode McKenzie est-elle indiquée ?

Cette thérapie est utile si :

  1. Certains mouvements répétés et certaines positions améliorent les symptômes ou les centralisent, cela, si la douleur intense s’étend également au membre inférieur. Avec la thérapie, la douleur disparaît au niveau de la cuisse et de la jambe, mais reste dans la région lombaire.
    C’est un excellent résultat.
    Même si la gêne dans le dos augmente en intensité et devient très forte, le patient a souvent une plus grande amplitude de mouvement.
  2. D’autres mouvements, en revanche, provoqueront une aggravation des symptômes ou un déplacement vers la périphérie, c’est-à-dire une aggravation de la douleur au membre inférieur ou une irradiation vers le pied.
    Dans ce dernier cas, l’exercice ou la position à maintenir doit être changé.
    La plupart des patients se sentent mieux avec des positions et des exercices en extension, mais certains patients s’aggravent.
Anatomie,disque,intervertébral,hernie

Disque vertébral avec protrusion ou renflement du noyau pulpeux qui va comprimer la racine nerveuse
© fotolia.com

 

Type de douleur selon Mckenzie

La douleur de type mécanique se subdivise en trois syndromes :

  • Dérangement,
  • De dysfonction,
  • Postural.

1) Le syndrome de dérangement est le plus répandu et correspond à un déplacement d’une partie du disque entre les vertèbres, qui empêche le mouvement.

2) Le syndrome de dysfonctionnement concerne les patients présentant :

  • Des tissus mous raccourcis,
  • Des cicatrices ou des adhérences.

Durant certains mouvements, ces tissus sont étirés et provoquent un élancement ou une gêne.

Les symptômes ne sont ressentis que dans la dernière partie de certains mouvements, par exemple, un dysfonctionnement de la flexion qui ne provoque une gêne que lorsque les genoux sont très proches des épaules.
La douleur :

  • Doit être présente depuis au moins 6 semaines,
  • Ne peut pas être constante.

Au repos, le patient va toujours bien. Le traitement consiste à répéter les mouvements qui causent de la douleur jusqu’à ce que les tissus deviennent plus élastiques.

3) Le syndrome postural est présent chez les patients de moins de 30 ans, en raison du maintien de postures incorrectes qui allongent excessivement les tissus mous.
Généralement, cette douleur est causée par une position assise incorrecte avec la tête penchée en avant, une hypercifose dorsale et une lordose lombaire réduite.
Les personnes touchées par ce syndrome ont un mode de vie sédentaire ou font du sport et, dès qu’elles ont terminé l’activité, elles s’assoient dans une position incorrecte (étalée).
Après une activité physique, il est plus facile d’avoir ce trouble car les tissus se déforment facilement.
Les patients ne ressentent pas les symptômes au repos ou pendant les activités, mais dans certaines positions maintenues, en particulier la position assise détendue.

La kinésithérapie de type McKenzie comprend :

  • Une correction posturale,
  • Des exercices à effectuer pendant la journée,
  • Changer certaines habitudes des patients.

 

Est-ce que la méthode McKenzie guérit la hernie discale?

Absolument pas, il n’y a pas de statistiques détaillées à publier parce que quand une personne cesse de ressentir les symptômes, elle ne fait pas d’IRM de contrôle.

Attention :
Dans de rares cas où un patient a effectué une IRM après avoir effectué le traitement McKenzie avec d’excellents résultats, j’ai pu observer deux situations :

  • La même hernie que celle présente avant le traitement est restée,
  • Dans certains cas, elle est même encore plus importante.

Cela montre que, généralement, la hernie discale n’est pas la cause des symptômes, autrement la personne traitée se serait sentie plus mal au lieu d’aller beaucoup mieux ou d’éliminer complètement la douleur.

IRM,lombaire,hernie,disque

IRM lombaire avec mise en évidence d’une grosse hernie L5-S1 et une plus petite L4-L5.
© Massimo Defilippo

Il peut arriver de voir un patient sans hernie discale, mais avec une forte douleur qui provient du dos et qui s’étend jusqu’au pied ou bien qui provient du cou et qui irradie jusqu’à la main.

 

Alors, pourquoi ai-je une douleur qui provient du dos et irradie le long du membre inférieur ?

Les symptômes qui proviennent de la région lombaire et irradient vers le pied ne doivent pas être provoqués par une hernie. Si on regarde la zone douloureuse, elle ne correspond souvent pas avec le trajet du nerf qui est comprimé par le disque intervertébral.
Attention :
Si un patient souffre de douleurs qui partent des fesses et irradient jusqu’au genou, la cause peut être un trigger point actif dans le muscle du piriforme.
Une hernie discale qui comprime la nerf, empêchant le bon fonctionnement, doit entraîner quatre symptômes :

  • Une douleur le long du trajet du nerf, du dos jusqu’aux orteils ;
  • Des fourmillements dans les pieds ;
  • Une perte de force dans le membre inférieur, le patient est incapable de marcher sur ses talons ;
  • Une perte de sensibilité et des réflexes (perte du réflexe rotulien ou du tendon d’Achille).

Si les symptômes ne correspondent pas au cadre clinique du patient, il faut revoir le diagnostic.

Selon Mckenzie, la douleur est causée par :

  • La position assise incorrecte, avec la colonne vertébrale pliée en avant (en flexion),
  • Trop de mouvements en flexion et peu en extension (en se cambrant en arrière).

 

Comment fonctionne la méthode McKenzie ?

Exercice,dorsal,extension

Exercice rachidien dorsal
© Massimo Defilippo

  • Le premier traitement consiste en une évaluation précise du patient afin de comprendre si ce traitement peut le faire guérir ou atténuer les symptômes. En outre, cela sert à comprendre quel est le meilleur traitement à effectuer.
  • Le jour suivant, on contrôle si le programme a permis d’obtenir une amélioration des symptômes et éventuellement on le change.
  • Dans les semaines suivantes, le patient doit continuer à la maison :
    • Le programme d’exercices ou de positions à tenir ;
    • La modification des postures incorrectes.

Un contrôle par semaine est suffisant pour vérifier :

  • L’évolution des symptômes,
  • L’’exécution correcte des exercices,
  • Une éventuelle modification du traitement.

Les exercices posturaux ou les exercices pour la lombalgie peuvent être en :

  • Flexion ; lorsque les épaules s’approchent des genoux.
  • Extension ; cela consiste à cambrer le dos à l’arrière comme pour regarder vers le haut.
  • Rotation en flexion ; cela consiste à élever les jambes en étant sur le dos et tourner le bassin d’un côté.
  • Glissement latéral ; on incline le dos d’un côté ou de l’autre avec les bras tendus sur les côtés.

Le thérapeute peut appliquer des forces supplémentaires : des mobilisations ou des manipulations, si les exercices effectués par le patient ne sont pas suffisants.
Certaines personnes peuvent ressentir de la douleur ou une gêne en prenant les positions debout, tandis que d’autres peuvent avoir des difficultés à rester dans certaines positions pendant un long moment.

Souvent, quand les patients et les thérapeutes entendent parler de la méthode McKenzie, ils pensent toujours au mouvement d’extension pour le dos et le cou, mais il faut parfois effectuer :

  • Des rotations,
  • Des flexions latérales,
  • Des mouvements combinés.

Une évaluation est nécessaire afin de comprendre :

  • Le type de mal de dos,
  • Quels mouvements peuvent réduire l’intensité des symptômes,
  • Les mouvements qui peuvent les augmenter.

 

Rôle des examens de la méthode McKenzie

Méthode,McKenzie,lombaire,exercices,gymnastique

Méthode McKenzie lombaire
© Massimo Defilippo

Pour les patients présentant des symptômes sans gravité, les examens de diagnostic par imagerie médicale (IRM, scanner, etc.) peuvent montrer :

  • De faux positifs,
  • De faux négatifs.

80% des sujets avec ou un bombement ou une protrusion discale ne ressentent aucun symptôme.
Cela montre qu‘il n’existe pas de relation de cause à effet entre la douleur et la hernie ou la protrusion discale.
Les études scientifiques montrent que le repos au lit n’améliore pas les symptômes, elles montrent même qu’après 48 heures, cela peut provoquer une aggravation.
Jusqu’à il y a 10/20 ans, les médecins conseillaient le repos au lit. En outre, ils prescrivaient une minerve au cou après une intervention chirurgicale.
Ces traitements se sont révélés contre-productifs et aujourd’hui les traitements proposés par les médecins sont basées sur le mouvement.
La méthode de diagnostic et de thérapie mécanique McKenzie est basée sur certains concepts dans lesquels il existe des preuves scientifiques :

  • Les exercices thérapeutiques,
  • La correction posturale,
  • L’éducation,
  • La manipulation (elles sont effectuées seulement dans peu de cas).

Il y  a des études scientifiques qui démontrent que la centralisation de la douleur vers la colonne vertébrale est un élément positif du traitement, un niveau intermédiaire entre les premiers symptômes et la guérison (May et al. 2012).

 

Quand la méthode McKenzie est-elle inutile ?

Il y a des signaux d’alarme, c’est-à-dire que si une personne se trouve dans une certaine situation ou a une maladie, le traitement n’agit pas souvent.

Ce sont :

  1. Âge> 55 ans (contre-indication relative car elle peut également être effectuée chez les personnes âgées),
  2. Un précédent de cancer,
  3. Une perte de poids inexpliquée,
  4. Une douleur constante et progressive qui peut être plus intense au repos,
  5. Un malaise général,
  6. Une limitation importante de la flexion (flexion en avant),
  7. Des problèmes nerveux diffus,
  8. Une prise régulière de cortisone,
  9. Une toxicomanie dans le passé,
  10. Un traumatisme pouvant avoir causé une fracture ou une luxation vertébrale (même s’il n’est pas visible sur la radiographie),
  11. Un traumatisme léger mais avec une douleur intense (si le patient souffre d’ostéoporose).

 

Exercices Mckenzie

Il existe une série progressive de positions maintenues et d’exercices Mckenzie pour traiter le mal de dos.

Cela commence par le premier exercice, puis la progression vers des exercices plus avancés effectués seuls ne se fait que si les exercices ne suffisent pas ou si les symptômes cessent de s’améliorer.

Exercices en extension (se cambrer en arrière)

1) Position couchée sur le ventre
Le kinésithérapeute demande de s’allonger sur le ventre et de rester dans cette position jusqu’à ce que l’on ressente une douleur.

Position couchée sur le ventre

Si vous avez aimé cet exercice, partagez-le avec vos amis :

2) Extension couchée sur le ventre
Ceci est particulièrement utile chez les personnes âgées qui sont incapables de faire les exercices.
Il faut rester allongé sur le ventre mais en s’appuyant sur les coudes. Les épaules sont donc relevées.
Cette position peut être maintenue plus de 5 minutes.

Extension couchée sur le ventre

Si vous avez aimé cet exercice, partagez-le avec vos amis :

3) Extension tenue
Cela dure même 30 à 60 minutes.
Des coussins doivent être placés sous les épaules pour que le dos reste en position d’extension pendant une longue période.
L’inclinaison du dos est progressivement augmentée.
La douleur s’aggrave immédiatement, mais on s’attend ensuite à une amélioration des symptômes ou à une centralisation.
Ceci est excellent pour les blocages en flexion et chez certains patients.

4) Exercice d’extension sur le ventre
Pour ce faire, il faut mettre les mains sous les épaules.
Ensuite, il faut remonter les épaules, avec tout le corps détendu.
C’est donc un mouvement d’extension « passif » du dos.
L’important est de ne pas contracter les muscles du dos et des jambes, de sorte que seuls les bras se soulèvent sur les épaules.

Exercice d'extension sur le ventre

5) Extension debout
C’est un exercice moins efficace, mais il peut aider, surtout en prévention après avoir été guéri.
Il faut mettre les mains sur les hanches et cambrer le dos en arrière le plus possible.
Les genoux peuvent être pliés.

 

Exercices de latéralité

Ces exercices sont effectués si les symptômes ne sont ressentis que d’un côté du dos et :

  1. S’ils ne s’améliorent pas,
  2. S’ils s’aggravent avec une extension normale.

Exercice en extension + déviation du bassin
Cet exercice est effectué en étant allongé sur le ventre.
Il faut déplacer le bassin du côté non douloureux, en gardant les épaules et les pieds immobiles.
À partir de là, il faut soulever les épaules comme dans l’exercice en extension.
Pour plus de facilité, il est possible de mettre une cheville sur l’autre.

Exercice en extension + déviation du bassin

Si vous avez aimé cet exercice, partagez-le avec vos amis :

Extension en position allongée sur le ventre + déviation avec surpression du thérapeute
Cet exercice est le même que le précédent, mais le physiothérapeute appuie sur les vertèbres lombaires pendant l’extension.

Glissement latéral debout
Pour faire cet exercice, il faut appuyer l’épaule du côté non douloureux et le bras contre un mur.
À partir de là, il faut déplacer les pieds à 20-30 cm du mur.
Déplacer le bassin vers le mur, puis revenir à la position initiale.

Glissement latéral debout

Si vous avez aimé cet exercice, partagez-le avec vos amis :

Les autres exercices avancés sont effectués avec le kinésithérapeute.

 

Exercices en flexion

Ils ne sont effectuer que pour :

  • Provoquer la douleur,
  • Le patient présentant un dysfonctionnement antérieur,
  • Pour le dérangement avant,

Il faut commencer en position allongée.
En général, la douleur lors de la flexion passe lors de la première ou de la deuxième série de 10 répétitions de flexion en position allongée sur le ventre.
Ensuite, il faut passer immédiatement à la position assise.

Allongé, étreindre les genoux pliés et les amener à la poitrine avec les mains.

Assis
Les jambes et les hanches fléchis à 90 °, il faut avancer pour toucher le sol avec les doigts.
Dans certains cas, le thérapeute recommande d’étirer les jambes progressivement.

Debout
Debout, on fait comme une progression des deux autres, après avoir réduit le dérangement arrière pour évaluer la stabilité de la colonne vertébrale et pour les personnes qui ont peur de bouger.

 

Quand arrêter de faire les exercices ?

Après la guérison, il faut réduire progressivement le nombre de séries quotidiennes jusqu’à zéro.
Chaque jour, il faut faire une série de moins, pendant une semaine.
Enfin, introduire les flexions en position allongée.
Ensuite, passer progressivement à la position assise et debout.

 

Correction de la posture

La correction de la position assise est une partie fondamentale du traitement Mckenzie.
De plus, la correction de la position est essentielle pour éviter les récidives :

  1. Le kinésithérapeute vous invite à vous asseoir sur une chaise avec un rouleau lombaire.
  2. Si la douleur diminue, il est recommandé d’utiliser le rouleau à la maison et au travail.
  3. À la maison, il faut essayer de rouler une serviette et de la mettre derrière le dos, mais au-dessus de la ceinture.

Correction de la posture

Si vous avez aimé cette explication, partagez-la avec vos amis :

 

Quels sont les résultats de la méthode McKenzie ?

Selon une étude de Busanich et Verscheure (2006), le traitement Mckenzie réduit la douleur et l’invalidité à court terme (moins de 3 mois), avec de meilleurs résultats que :

  1. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens,
  2. Les livres d’explications et de recommandations pour le mal de dos,
  3. Le massage lombaire,
  4. Le programme de renforcement avec supervision d’un thérapeute,
  5. La mobilisation de la colonne vertébrale.

Clare et al. ont également noté que le traitement Mckenzie donne de meilleurs résultats que les autres traitements.

Cependant, comme cela arrive souvent, il existe des études avec des résultats contradictoires.

En effet, selon Dehkordi et al. (2007), les exercices McKenzie et Pilates donnent de bons résultats en cas de douleur au dos, mais les Pilates sont préférables car ils permettent une plus grande amélioration de la santé en général.

D’après mon expérience, je crois que cette méthode est parmi les meilleures pour le traitement du mal de dos.

Cette méthode est enseignée en France par l' »Institut Mckenzie France« , la seule école qui organise des cours officiels et dont le matériel est protégé par le droit d’auteur.

À lire aussi :

Bibliographie

  1. May S, Aina A. Centralization and directional preference: a systematic review. Manual Therapy 2012; 17(6): 497-506.
  2. Kopp JR, Alexander AH, Turocy RH, Levrini MG, Lichtman DM. The use of lumbar extension in the evaluation and treatment of patients with acute herniated nucleus pulposus. A preliminary report. Clin Orthop Relat Res. 1986 Jan;(202):211-8.
  3. Larsen K, Weidick F, Leboeuf-Yde C. Can passive prone extensions of the back prevent back problems? A randomized, controlled intervention trial of 314 military conscripts. Spine (Phila Pa 1976). 2002;27:2747–52
  4. Nwuga G, Nwuga V: Relative therapeutic efficacy of the Williams and McKenzie protocols in back pain management. Phy Prac. 1985, 1: 99-105.
  5. Systematic Review The centralization phenomenon of spinal symptoms—a systematic review Manual Therapy 9 (2004) 134–143 . Alessandro Aina a , Stephen Mayb, Helen Clarec
  6. Cook C, Hegedus E J, Ramey K. Physical therapy exercise intervention based on classification using the patient response method: a systematic review of the literature. Journal of Manual and Manipulative Therapy 2005; 13(3): 152-162.
  7. Ali Hasanpour-Dehkordi, Arman Dehghani, and Kamal Solati. A Comparison of the Effects of Pilates and McKenzie Training on Pain and General Health in Men with Chronic Low Back Pain: A Randomized Trial. Indian J Palliat Care. 2017 Jan-Mar; 23(1): 36–40.
  8. Brian M Busanich and Susan D Verscheure. Does McKenzie Therapy Improve Outcomes for Back Pain? J Athl Train. 2006; 41(1): 117–119.
  9. Pung Koo, Ja & Jun Kim, Nyeon. (2015). The Effects of Maitland Orthopedic Manual Physical Therapy on the Digestive System. Journal of International Academy of Physical Therapy Research. 6. 802-808. 10.5854/JIAPTR.2015.03.31.802.
  10. Clare HA, Adams R, Maher CG. A systematic review of efficacy of McKenzie therapy for spinal pain. Aust J Physiother. 2004;50(4):209-16.
  11. Simonsen RJ. Principle-centered spine care: McKenzie principles. Occup Med. 1998 Jan-Mar;13(1):167-83.
Exercices Mckenzie (efficaces) pour le mal de dos, ce qu’ils sont et comment les faire ultima modifica: 2014-07-29T22:03:59+02:00 da Massimo Defilippo