Lymphangite du sein ou mastite : symptômes et traitement

La lymphangite du sein ou mastite est une inflammation du sein, généralement provoquée par une infection.

Elle peut toucher toutes les femmes, bien qu’elle soit plus fréquente lors des 6 premiers mois d’allaitement.
C’est pour cette raison que la mastite est souvent considérée une maladie associée à l’allaitement.

Elle peut provoquée de la fièvre et de la fatigue chez une jeune mère et, dans ces conditions, beaucoup de mères cessent complètement d’allaiter.
Pourtant, l’allaitement au sein aide généralement à soigner l’infection et le lait maternel ne représente aucun danger pour l’enfant.

La mastite est :

  • Généralement unilatérale, même si, dans de rares cas, elle peut être bilatérale.
  • Plus fréquente chez les fumeuses, chez les femmes qui n’allaitent pas au sein.
  • Une pathologie très rare chez l’homme.

 

Différents types de lymphangite du sein

Mastite aiguë

Les symptômes sont récents et elle est caractérisée par :

Il existe deux types importants de mastite aiguë :

  1. Mastite non infectieuse :
    • Inflammatoire : elle est liée à l’allaitement. Dans cette phase, il n’y a aucune infection et il y a un gonflement et une rougeur de certaines zones en raison de l’accumulation de lait provoquée par l’obstruction d’un ou de plusieurs canaux lactifères. Le traitement devrait commencer dans cette phase afin d’éviter d’éventuelles complications.
    • D’origine traumatique : cela peut se produire après une chute, une intervention chirurgicale ou un coup reçu qui endommage les tissus du sein.
  2. Mastite infectieuse :
    Causée par une infection : lorsque les bactéries pénètrent dans le sein (par exemple en raison de crevasses au mamelon), une infection se développe de de grandes zones gonflées, douloureuses, rouges et chaudes se forment.
    La bactérie la plus fréquente qui provoque la mastite infectieuse est le staphylocoque doré, les moins fréquentes sont le streptocoque et l’infection par Escherichia coli. En cas d’infection grave, le lait peut contenir du sang. Dans ce cas, il faut agir rapidement.
    Des abcès (des accumulations de pus) peuvent se former au niveau des seins. La sécrétion des abcès est :

    • Infectée,
    • Visqueuse,
    • Aune mauvaise odeur,
    • Peut sortir du mamelon.

 

Classification de la lymphangite du sein selon les causes

  • Mammite du nourrisson : c’est un terme générique qui indique une maladie du tissu du sein du nouveau-né, comme l’hypertrophie, l’engorgement mammaire, les pertes ou l’inflammation avec ou sans suppuration (pus). Cela peut se produire chez les bébés (garçons ou filles) pendant les premières semaines de vie. Il s’agit d’un phénomène fréquent qui passe tout seul après quelques jours.
  • Mammite pubertaire : cela peut se produire chez les jeunes filles (souvent entre 10 et 13 ans) pendant les premières phases de la puberté. Un taux excessif d’œstrogènes peut provoquer des épisodes de mastite.
  • Mastite lymphocytaire (mastopathie diabétique) : c’est un nodule fibreux dans lequel est présent une haute concentration de lymphocytes à l’intérieur et aux alentours des lobules, canaux et vaisseaux sanguins. Il s’agit d’une pathologie qui touche les femmes atteintes de diabète sucré.
  • Mastite lactationnelle ou mastite puerpérale : c’est le type de mastite le plus fréquent et il se produit après l’accouchement lorsque la femme commence l’allaitement du bébé. Ce type de mastite est provoquée par la stase du lait (mastite de stagnation) : il s’agit d’un engorgement local qui touche un ou plusieurs lobules du sein et peut former un nodule douloureux dans l’organe ; il apparaît souvent lors des quatre premiers mois d’allaitement en raison de différentes causes, y compris l’allaitement réduit, l’inflammation des crevasses ou des abrasions.

 

Classification selon le mécanisme de formation de la lymphangite su sein

  • Mastite interstitielle : c’est inflammation du stroma (tissu conjonctif) de la glande mammaire.
  • Mastite parenchymateuse ou glandulaire : c’est une inflammation qui peut toucher toute la glande mammaire.
  • Mastite suppurative : c’est une infection pyogénique (qui produit du pus) du sein.
  • Mastite phlegmoneuse : c’est une infection du sein qui porte à la formation d’un abcès mammaire, souvent causée par le staphylocoque doré.

 

Lymphangite subaiguë du sein

La mastite subaiguë est l’évolution de la mastite aiguë ou d’une forme plus légère qui est caractérisée par :

Elle peut être de deux types :

  1. Infectieuse. C’est la continuation ou la convalescence d’une mastite aiguë infectieuse. Le traitement antibiotique recommandé dans cette phase a deux objectifs : l’un curatif, pour débarrasser le sein de l’infection, l’autre préventif, pour éviter une récidive ou une lésion chronique au niveau du sein.
  2. Clinique : la mastite n’est jamais passée par la phase aiguë, les symptômes sont faibles ou absents et l’état de santé général ne semble pas être influencé. Il y a seulement la présence de nodules sans gonflement.
    Malgré la faible intensité des symptômes, si cette mastite n’est pas soignée, elle peut porter à des récidives répétées avec la présence de staphylocoques et un niveau élevé de leucocytes.

 

Mastite au sein

Mastite au sein

Lymphangite chronique du sein

Après de nombreuses récidives de la mastite du sein, on peut avoir :

  • Un gonflement persistant,
  • Un endurcissement,
  • Une inflammation nodulaire du mamelon,
  • Une diminution de la production du lait.

La mastite chronique se divise en :

  • Mastite tuberculeuse ou tuberculose mammaire : causée par une infection par le bacille de Koch (BK). Cela se manifeste par un ulcère de la peau du sein et le gonflement des ganglions lymphatiques de l’aisselle.
  • Mastite luétique : elle est causée par l’infection au tréponème pâle, la bactérie qui provoque la syphilis. Elle peut se manifester comme une ulcération dans la syphilis primaire, une mastite aiguë dans la syphilis secondaire et un nodule dur dans la syphilis tertiaire. Un diagnostic différentiel avec le carcinome mammaire est nécessaire.
  • Mastite à plasmocytes ou péricanalaire : il s’agit d’une maladie chronique du sein. La cause est une ectasie galactophorique (dilatation des canaux lactifères derrière l’aréole). Des épisodes inflammatoires se produisent périodiquement et les canaux se remplissent d’une sécrétion séreuse et verdâtre (parfois avec des traces de sang) composée par les cellules du plasma (les lymphocytes et les macrophages) et les cellules qui recouvrent les canaux.
  • Mastite carcinomateuse ou cancer inflammatoire du sein : la mastite carcinomateuse est un carcinome invasif ou infiltrant qui concerne les vaisseaux lymphatiques du sein et les glandes lymphatiques cutanées. C’est une tumeur plutôt rare et agressive, dont les symptômes peuvent être confondus avec ceux d’une mastite (bénigne).
  • La peau est enflammée, plus épaisse et a un aspect de peau d’orange.

 

Causes de la lymphangite du sein pendant l’allaitement

Le plus souvent, la mastite est provoquée par une accumulation de lait dans le sein car sa production est abondante ou il est produit plus rapidement qu’il n’est extrait (stase du lait).
La stase du lait peut se vérifier quand le nourrisson ne tète pas suffisamment.
La raison peut en être que :

  • Le nourrisson ne parvient pas à prendre correctement le mamelon (succion inefficace).
    Si le bébé ne parvient pas à prendre correctement le sein, cela peut provoquer une douleur, des crevasses au mamelon et des difficultés à allaiter.
    Cela peut donc provoquer un engorgement, une stase du lait, puis une mastite.
    Si l’enfant préfère un sein plutôt qu’un autre, une mastite peut alors se développer.
  • L’allaitement est trop court et le lait produit n’est pas drainé du sein.

 

Autres causes de la stase du lait qui conduisent à la mastite :

  • Un engorgement qui ne revient pas à la normalité ; l’enfant a peut-être dormi toute la nuit et n’a pas pu téter.
  • Une alimentation avec de longs intervalles entre les repas.
  • Une pression au niveau du sein causée par des vêtements trop étroits, un soutien-gorge trop serré, une position pendant le sommeil ou une ceinture de sécurité trop serrée.
  • Une blessure au sein.

Parfois, la stase du lait peut s’aggraver et se transformer en une mastite infectieuse.
Cela peut se produire en cas de crevasses au mamelon.
Une infection peut se propager vers le système lymphatique du sein à travers la crevasse dans le mamelon.

Les probabilités d’avoir une mastite sont élevées lorsque l’on devient mère pour la première fois, mais même les mamans qui ont déjà eu des enfants ne sont pas à l’abri de la mastite.
La mastite peut se vérifier à n’importe quel moment pendant l’allaitement maternel.
Toutefois, elle est plus fréquente pendant les trois premiers mois, tout particulièrement pendant la deuxième ou troisième semaine, quand la mère commence à s’habituer à l’allaitement au sein.

Si l’enfant est atteint d’ankyloglossie, il peut avoir des difficultés à téter et à prendre le mamelon.

 

Symptômes de la lymphangite du sein

La mastite peut causer certains symptômes de la tumeur du sein, des kystes du sein ou du fibroadénome, mais il existe certaines différences.
Les signes et les symptômes de la mastite peuvent apparaître de manière soudaine et peuvent comprendre :

  • La douleur du sein ou la chaleur au toucher ;
  • Une sensation d’indisposition ;
  • Le sein gonflé ;
  • La douleur ou sensation de brûlure continue pendant l’allaitement ;
  • La rougeur de la peau, souvent de forme triangulaire avec la pointe vers le mamelon ;
  • La fièvre à 38,3°C ou plus.

Même si la mastite se présente en général lors des premières semaines de l’allaitement au sein, elle peut arriver à tout moment durant l’allaitement. La mastite causée par l’allaitement tend à concerner un seul sein et non les deux.

 

Examens et diagnostic de la lymphangite du sein

Le médecin fait le diagnostic de la mastite en se basant sur :

  • Un examen physique,
  • Les signes et les symptômes, de la fièvre, des frissons et de la présence d’une zone douloureuse au niveau du sein.

Un autre signe évident est une zone de forme triangulaire sur la poitrine avec le bout pointant vers le mamelon qui est douloureux au toucher.
Lors de cet examen, le médecin cherche un éventuel abcès au sein, une complication qui peut se vérifier quand la mastite n’a pas été traitée rapidement.

Diagnostic différentiel
Une forme rare de cancer appelé cancer inflammatoire du sein peut causer des symptômes identiques comme une rougeur et un gonflement du sein qui peuvent initialement être confondus avec la mastite.
Le médecin peut conseiller :

  • Une mammographie,
  • Une biopsie (analyse du tissu du sein) afin de s’assurer qu’il ne s’agit pas d’un cancer du sein.

 

Que faire en cas de lymphangite du sein ?

Traitement en cas de mastite et médicaments
Le traitement de la mastite requiert généralement :

Des antibiotiques
Selon une étude publiée dans pubmed : « Management of Lactational Mastitis and Breast Abscesses: Review of Current Knowledge and Practice« , beaucoup d’antibiotiques passent dans le lait, mais la pénicilline, les céphalosporines et l’érythromicine sont quand même considérés comme sûrs.
Le traitement complet pour la mastite requiert généralement 10 à 14 jours d’antibiotique, par exemple l’érythromycine (Erythrocine).
On commence à se sentir mieux 24 à 48 heures après avoir commencé le traitement. Il est cependant important de terminer le traitement pour réduire au maximum les probabilités de rechute.

Des analgésiques. En attendant que les antibiotiques fassent effet, le médecin peut prescrire des analgésiques légers, comme par exemple le paracétamol (Dafalgan et autres) ou des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) comme l’ibuprofène (Brufen, Ibuprofène actavis et autres).

Prévention de la lymphangite du sein pendant l’allaitement

Rectification de la technique d’allaitement
Selon une étude de Spencer JP in Conemaugh Memorial Medical Center, Johnstown, PA, USA : “Management of mastitis in breastfeeding women« , le risque de mastite peut être réduit en :

  • Vidant fréquemment le sein,
  • Améliorant la technique d’allaitement.

Il est nécessaire de vider entièrement le sein pendant l’allaitement, en outre :

  • L’enfant doit apprendre à prendre correctement le mamelon ; si l’enfant a des difficultés, il faut alors changer la position de la mère et du bébé.
    Le médecin peut rectifier la technique d’allaitement avec la mère de l’enfant.
  • Si l’enfant n’a assez de force pour téter et extraire le lait en quantité suffisante, un tire-lait peut alors être nécessaire.

Prendre soin de soi
Pour traiter de manière efficace la mastite, il faut :

  • Se reposer,
  • Continuer d’allaiter au sein,
  • Boire beaucoup pour aider le corps à combattre l’infection du sein.

Si la mastite ne guérit pas après la prise des antibiotiques, il faut de nouveau consulter le médecin.

 

Peut-on allaiter pendant la lymphangite du sein ?

Bien que les symptômes de la mastite rendent compliqué l’allaitement, il est important de continuer à allaiter.
L’allaitement régulier au sein peut aider à :

  • Retirer du sein le lait maternel bloqué,
  • Résoudre plus rapidement les symptômes de la mastite,
  • Prévenir l’aggravation de la mastite.

Le lait du sein infecté peut être un petit peu plus salé par rapport au lait non infecté, mais il ne comporte aucun danger pour le nourrisson.
Les éventuelles bactéries présentent dans le lait sont sans danger car elles sont digérées par le système digestif de l’enfant.
Si la femme est atteinte d’une mastite grave ou persistante, le médecin peut, dans ce cas, décider de prélever un échantillon de lait maternel pour effectuer un examen.

 

10 remèdes naturels en cas de lymphangite du sein pendant l’allaitement

  1. Allaiter toutes les deux heures pour vider le sein.
  2. Masser le sein pendant l’allaitement pour débloquer les engorgements et maintenir normal le flux du lait.
    Le massage doit être effectué de l’extérieur du sein vers le mamelon, dans la zone de l’infection.
  3. Remplir le soutien-gorge avec des feuilles de chou.
    Une feuille de chou crue placée à l’intérieur du soutien-gorge est très utile pour soulager l’inflammation du sein.
    Une feuille de chou fraîche agit comme une compresse froide pour réduire l’inflammation.
    Source : Nikodem VC, Danziger D, Gebka N, Gulmezoglu AM, Hofmeyr GJ. Do cabbage leaves prevent breast engorgement? A randomized, controlled study. Birth. 1993;20(2):61–64.
  4. Entre deux allaitements, appliquer une compresse froide pour aider à soulager l’inflammation.
  5. Certaines mamans utilisent des compresses chaudes juste avant l’allaitement, pour fluidifier le lait et faciliter l’allaitement, mais d’autres préfèrent mettre quelque chose de froid.
  6. Faire une infusion de romarin (Rosmarinus officinalis) : verser de 2 à 4 cuillerées de romarin frais ou séché dans une tasse d’eau bouillante.
    Laisser infuser pendant 10 minutes, puis filtrer.
  7. Appliquer un mélange chaud-humide de semences de fenugrec, il suffit mélanger :
    • 30 g de fenugrec,
    • 20 gouttes d’huiles d’amandes,
    • 125 ml d’eau chaude.
    • Appliquer le mélange sur le sein rouge et le couvrir à l’aide d’un film transparent.
    • Laisser agir pendant 15 minutes et rincer à l’eau tiède.

Si la maman a de la fièvre, elle peut prendre :

  1. De l’ail cru – au moins 2 ou 3 gousses par jour.
    L’ail cru agit comme un antibiotique à large spectre. Sans aucun effet secondaire.
  2. De la teinture d’échinacée, 3 ou 4 fois par jour.
  3. De la vitamine C (dose de 2000 à 3000 mg/par jour) et de la vitamine A,
  4. Comme autre option : mélanger dans un mixeur la teinture d’échinacée avec 3 gousses d’ail crues et 100 gr de jus de carotte et boire le contenu obtenu toutes les 2 heures.

 

Combien de temps dure la lymphangite du sein ? Le pronostic

Si c’est une infection qui a été diagnostiquée assez rapidement, alors on peut en guérir facilement et rapidement.
Les temps d’amélioration des symptômes sont en général de 24 à 48 heures à partir du début de la prise du traitement par antibiotiques, et il se passe généralement peu de temps avant qu’elle ne guérisse complètement.
Il faut s’assurer d’avoir pris tous les médicaments prescrits par le médecin afin d’éviter les risques de récidive de l’infection après quelques jours ou quelques semaines.
Si le sein reste douloureux et que la fièvre persiste après un jour ou deux, il faut appeler le médecin traitant.

 

Complications de la lymphangite du sein

Ignorer la mastite peut entraîner des complications.
Une infection non soignée peut porter à des abcès du sein, qui à leur tour seront traités par :

  • Une intervention chirurgicale pour drainer l’abcès (la plupart du temps en anesthésie locale et parfois, en cas d’abcès grave, sous anesthésie générale)
  • Des antibiotiques.

En cas d’abcès grave une fistule autour de l’aréole peut se produire : un canal qui relie l’abcès à l’extérieur, d’où le pus sort.

À lire aussi :


Qui sommes-nous | Contact | Termes du service | Charte données personnelles | Sitemap |  Publications |  Disclaimer

Site du Docteur Massimo DEFILIPPO Via Roma 18 - 42048 Rubiera (RE) Italie
Lymphangite du sein ou mastite : symptômes et traitement ultima modifica: 2016-01-22T21:06:14+00:00 da Defilippo Giovanni