Emphysème pulmonaire : traitement et espérance de vie

Last updated on juillet 25th, 2018 at 01:42

L’emphysème pulmonaire est une maladie caractérisée par la rupture de la paroi alvéolaire et par la dilatation des alvéoles.

Les stades de l’emphysème

Le paramètre utilisé pour déterminer le stade de l’emphysème est la quantité d’air qu’une personne peut expirer de façon rapide et forcée pendant une seconde.
Ce paramètre s’appelle Volume expiratoire maximale par seconde ou VEMS, c’est à dire le volume durant la première seconde.

Premier stade
À ce stade, l’emphysème est léger : le test de respiration se révèle normal, le VEMS est supérieur ou égal à 80% du volume normal.
Le patient concerné peut souffrir de légers symptômes comme :

  • La production d’expectorations (glaires),
  • Une légère toux.

Emphysème pulmonaire,phases,stade,alvéole,tabagisme

Deuxième stade
Cette phase est caractérisée par une légère limitation du flux d’air.
L’emphysème est modéré et le VEMS est :

  • Inférieur à 80%,
  • Supérieur ou égal à 50% du volume normal.

Les symptômes sont les mêmes que ceux du premier stade (toux et expectoration), mais ils sont plus fréquents.

Troisième stade
La troisième phase présente une importante aggravation de la limitation du flux d’air qui s’est manifestée lors du deuxième stade.
L’emphysème est grave et le test montre que le volume d’air expiré (VEMS) est :

  • Inférieur à 50%,
  • Supérieur ou égal à 30% du volume normal.

À ce stade, la production d’expectorations (glaires) et la toux s’aggravent beaucoup.
Le patient souffre d’essoufflement pendant des activités comme :

  • La marche,
  • Un travail fatigant.

Quatrième stade
Il s’agit de la phase finale de l’emphysème.
Il y a deux cas possibles :

  • VEMS inférieur à 30% du volume normale,
  • VEMS inférieur à 50% et de faibles taux d’oxygène dans les sang.

Le patient respire très difficilement.
Le patient peut s’essouffler lors d’une simple promenade.
Au cours de ce stade, le patient souffre souvent d’insuffisance respiratoire ou cardiaque.

Si la maladie persiste pendant une période prolongée, elle peut surcharger le cœur, et provoquer des maladies cardiaques.

 

Traitement de l’emphysème pulmonaire

Cette maladie respiratoire est irréversible et ne peut donc être soignée.
Toutefois, des médicaments peuvent être pris pour :

  • Traiter l’inflammation,
  • Nettoyer les voies respiratoires,
  • Soulager les symptômes.

Arrêter de fumer
Il s’agit de l’unique solution pour éviter d’aggraver la situation, vu que la guérison complète n’est pas possible.

Médicaments
Le  traitement implique aussi la prise de certains médicaments pour réduire les symptômes.

  • Les bronchodilatateurs aident à traiter l’essoufflement et la toux.
  • De plus, si le patient souffre d’asthme et de bronchite, il peut inhaler des médicaments à base de cortisone.
  • Le reflux gastro-oesophagien (RGO) peut aggraver les symptômes.
    Pour soigner ce trouble, le patient doit prendre certains médicaments et modifier son mode de vie.
  • Les personnes atteintes d’emphysème sont plus susceptibles de contracter des infections respiratoires comme la grippe, la bronchite et la pneumonie. Par conséquent, il est possible d’utiliser certains antibiotiques pour traiter ces infections.

Oxygénothérapie
Les patients souffrant de difficultés respiratoires peuvent trouver un soulagement grâce à l’oxygénothérapie à domicile. Dans certains cas, cette thérapie peut être nécessaire 24 heures/24.

Programme de rééducation
Ce programme intensif sert à donner :

  • Des conseils : le patient souffrant d’emphysème a une autonomie réduite. Cela peut provoquer l’anxiété et la dépression.
  • Des conseils nutritionnels : les patients en surpoids doivent suivre une alimentation pour perdre du poids. De cette manière, on diminue le travail du cœur et des poumons.
  • Une formation sur les techniques de respiration : les patients souffrant d’emphysème doivent apprendre à respirer avec les lèvres entrouvertes afin de réduire l’essoufflement.

Cela permet de soulager les difficultés respiratoires et d’améliorer la qualité de vie des patients.

Vaccination
Certains médecins peuvent aussi recommander de faire un vaccin contre la grippe saisonnière chaque année et un vaccin contre la pneumonie tous les cinq ans.

 

Intervention chirurgicale pour l’emphysème pulmonaire

Quand les thérapies conventionnelles ne parviennent pas à améliorer la maladie, les patients peuvent prendre en compte une intervention chirurgicale.
Il existe différents types d’intervention, dont :

L’implantation de valves unidirectionnelles endobronchiques par endoscopie 

Les micro-valves sont fabriquées dans un matériel biocompatible et :

  • Permettent la sortie d’air pendant l’expiration,
  • Bloquent l’entrée d’air dans les parties du poumons touchées par l’emphysème pendant l’inspiration.

De cette manière l’air est dirigée vers les régions saines du poumon.
Le chirurgien effectue cette intervention :

  • Par endoscopie (sans aucune incision),
  • Sous anesthésie locale,
  • En permettant au patient de quitter l’hôpital le jour même de l’opération (hospitalisation de jour).

Parmi les autres solutions, il y a le retrait des tissus malades des poumons afin d’aider l’organe à travailler d’une façon plus efficace.

Dans les cas les plus graves, une greffe de poumon peut être la seule solution possible.
On n’effectue la greffe que chez les patients de moins de 60 ans.

Remèdes naturels pour l’emphysème pulmonaireEmphysème pulmonaire,bronches,inflammation

Gymnastique respiratoire pour l’emphysème pulmonaire

La kinésithérapie respiratoire est fondamentale chez les patients souffrant d’emphysème afin de libérer les voies respiratoires du mucus.
Il y a des manœuvres que le kinésithérapeute effectue.
Selon la région du poumon qu’il faut libérer, le patient doit s’allonger dans une position spécifique.
Le kinésithérapeute favorise le drainage en effectuant de petites percussions ou des vibrations.

Il existe des exercices de rééducation respiratoire qui s’effectuent en levant les jambes ou les bras pour mieux oxygéner les tissus du corps.
Il est conseillé de faire ces exercices respiratoires à l’aide d’un dispositif de PEP, c’est à dire une bouteille en verre à l’intérieur de laquelle il y a un peu d’eau.
Le patient doit continuer à la maison tous les jours pour obtenir un bon résultat.

 

Régime alimentaire et alimentation pour l’emphysème pulmonaire

Il faut éviter les repas trop lourds. Il est préférable de manger peu et souvent, au moins 5 fois par jour.
Les aliments à privilégier doivent être facilement digérables (comme les fruits et les légumes). Il vaut mieux éviter :

  • La viande,
  • Les fromages,
  • Les gâteaux.

Selon l’hygiénisme (un type de médecine douce), les aliments qui digèrent rapidement sont fondamentaux pour prévenir :

  • Le reflux gastro-œsophagien, car l’estomac se vide rapidement,
  • Les infections pulmonaires, car 60% à 70% des défenses immunitaires se forment dans l’intestin.

Si un patient mange des aliments naturels en effectuant les bonnes associations d’aliments, la nourriture ne reste pas longtemps dans l’intestin.
De cette manière, il est possible de prévenir :

  • La fermentation,
  • La putréfaction intestinale provoquée par la dégradation des protéines,
  • La production de toxines qui nourrissent les micro organismes nocifs.

Si l’intestin est en surcharge à cause d’un excès d’aliments protéiques, d’aliments frits, de gâteaux et d’aliments transformés, les conséquences sont que :

  • La flore bactérienne est déséquilibrée,
  • Le système immunitaire est faible.

Il ne faut pas suivre un régime amaigrissant car, lors de l’évolution de la maladie, la perte de poids représente un facteur négatif pour le pronostic.

Vacances
Il est préférable de passer ses vacances à la mer plutôt qu’à la montagne parce que la concentration d’oxygène dans l’air y est plus importante.
Un autre risque associé à la montagne est l’œdème pulmonaire (l’accumulation de liquide dans les poumons) qui peut survenir si l’on monte trop rapidement en altitude.
L’avion est contre-indiqué parce que l’air qui y est pressurisé a une concentration en oxygène inférieur à l’air qu’on respire à terre.

 

Espérance de vie et pronostic en cas d’emphysème pulmonaire

L’espérance de vie et le taux de survie sont très difficiles à évaluer.

Pour mesurer le VEMS (Volume Expiratoire Maximal par Seconde), on utilise un spiromètre (capteur Gold Standard).
Il représente le pourcentage d’air qui peut être expiré en une seconde. Cette analyse aide à estimer l’espérance de vie des patients.
Chez un individu sain, le spiromètre indique une valeur entre 80 et 100 %.

 

Espérance de vie selon le stade de l’emphysème pulmonaire

  1. Une personne souffre d’emphysème de premier stade si le spiromètre indique une valeur VEMS supérieure à 80 % par rapport au niveau normal. Plus de 8 personnes sur 10 (80%) survivent pendant au moins 4 ans.
  2. Au deuxième stade, la valeur VEMS est comprise entre 50 % et 80 % par rapport au niveau normal. La survie est supérieure à 4 ans chez environ 6 à 7 patients sur 10 (60% à 70%).
  3. Au troisième stade, la valeur VEMS chez les patients est comprise entre 30 % et 50 %. Seule, la moitié des patients survit pendant environ 4 ans.
  4. Le quatrième stade (ou dernier satde) de l’emphysème est caractérisé par une valeur VEMS inférieure à 30 %. Les patients se trouvent dans une situation très grave et meurent après peu de temps.
    Les patients risquent de perdre involontairement du poids et de ne pas marcher normalement.

Ce schéma est utile pour le pronostic, mais le taux de survie estimé n’est pas toujours fiable.
Parfois, l’espérance de vie des patients est moindre ou, au contraire, peut être supérieure.
D’autres facteurs doivent aussi être pris en considération.

L’index BODE (Indice de Masse Corporelle, capacité à effectuer un exercice physique, dyspnée, obstruction) est un instrument qui considère différentes données, entre autres :

  1. Le poids du patient (s’il est faible, cela peut être dangereux),
  2. La limitation du passage de l’air (évalué par des tests de fonctionnalité pulmonaire),
  3. La capacité à marcher pendant 6 minutes,
  4. La mesure de l’essoufflement pendant un effort.
Emphysème pulmonaire : traitement et espérance de vie ultima modifica: 2017-12-13T11:25:18+00:00 da Dr. Massimo Defilippo