Leucémie myéloïde chronique : symptômes, traitement et pronostic

La leucémie touche les cellules souches hémopoïétiques (d’où partent toutes les cellules du sang).

Chez une personne saine, ces cellules (blastes) « mûrissent » et deviennent des globules lobules blancs qui protègent le corps des infections.
Si une personne souffre de leucémie aiguë myéloïde (LAM), ces blastes immatures ne deviennent pas des globules blancs.

A drop of blood

A drop of blood. Formed elements of blood. Blood cells: platelets, erythrocytes, leukocytes, thrombocytes.

Bien que leur nombre soit élevé, les globules blancs immatures ne sont pas en mesure de protéger le corps de virus et bactéries.

La moelle osseuse d’un patient leucémique ne peut pas produire un nombre suffisant de cellules sanguines matures.
Généralement, le nombre de globules rouges, de plaquettes et de globules blancs mûrs est très inférieur au nombre de cellules leucémiques.

La leucémie se caractérise par un nombre réduit de globules rouges et de plaquettes, associés un nombre élevé de globules blancs.

La masse de leucocytes immatures dans la moelle compromet l’activité normale de la moelle osseuse, c’est-à-dire la formation et la maturation des cellules du sang.
Les conséquences sont la baisse du nombre :

  1. D’érythrocytes – qui provoque l’anémie, la fatigue, la pâleur, la sensation de palpitation au cours des efforts,
  2. De plaquettes – par conséquent la personne développe des ecchymoses (bleus) spontanées,
  3. De leucocytes normaux tandis que les leucocytes leucémiques augmentent, de sorte que le patient est sans défense en cas d’infections et développe de la fièvre.

 

Types de leucémie

Classification de la leucémie en fonction de la prolifération cellulaire

Leucémie chronique
La leucémie chronique se distingue par l’accumulation excessive de cellules du sang relativement matures, mais toujours anormales.
L’évolution est lente. Cette maladie progresse généralement en plusieurs mois ou années. La production de cellules anormales, plus rapide que celle des cellules normales, entraîne un taux élevé de globules blancs dans le sang.
La leucémie chronique se manifeste principalement chez les personnes âgées.

La leucémie chronique n’est caractérisée que par l’accumulation de cellules leucémiques.
La cause n’est pas toujours une prolifération excessive, elle est souvent provoquée par une augmentation de la survie des cellules.

Leucémie myéloïde

Leucémie lymphoïde chronique (LLC)
Également appelée leucémie lymphoblastique, elle se manifeste lorsque le nombre de lymphocytes B est excessif et que cela provoque une leucémie.
La leucémie lymphoïde chronique affecte souvent les personnes de plus de 55 ans. Elle touche parfois les jeunes, mais pas neles enfants.

Leucémie myéloïde chronique (LMC)
Elle est également appelée leucémie myéloblastique chronique.
La LMC affecte principalement les adultes. Cette maladie est plus rare chez les enfants.
Ce type de leucémie est caractérisé par une augmentation de la production de cellules myéloïdes anormales, principalement dans la moelle osseuse.

Quand une personne souffre de LMC, le corps produit un nombre élevé de globules blancs immatures et matures. Les globules blancs produits sont appelés myélocytes.
Certaines formes de leucémie chronique ne provoquent pas de symptômes initiaux et elles peuvent ne pas être diagnostiquées pendant plusieurs années.

Leucémie à tricholeucocytes (LT)
Généralement, ce cancer représente un sous-type de la leucémie lymphoïde chronique.
Il affecte surtout les hommes adultes.
Il existe des traitements qui permettent de contrôler la prolifération cancéreuse.

Leucémie à grands lymphocytes granuleux T
Cette leucémie affecte les lymphocytes T et est assez rare.
Il ne s’agit pas d’un cancer très agressif, le taux de survie moyen est de plus de 10 ans.

Leucémie prolymphocytaire à cellules T (LPL-T)
Il s’agit d’une forme très rare de leucémie agressive. Elle affecte les adultes et touche les lymphocytes T matures. Elle est très difficile à traiter. Le taux de survie est faible.

Leucémie à cellules T de l’adulte
Le virus T-lymphotropique humain (HTLV) peut affecter les lymphocytes T CD4+.
Cela provoque une réplication et une prolifération anormale de ces lymphocytes, et cause la leucémie à cellules T de l’adulte.

Leucémie à éosinophiles
La leucémie à éosinophiles est caractérisée par une augmentation constante des éosinophiles et de leurs précurseurs.

Leucémie aleucémique
En cas de leucémie aleucémique, les analyses de sang (l’hémogramme complet) ne permettent pas de détecter l’augmentation du nombre des globules blancs. Ce type de leucémie est rare.

Physiopathologie de la leucémie myéloïde chronique

Le chromosome 22 tronqué à cause de l’insertion d’un fragment du chromosome 9 est appelé chromosome de Philadelphie (Ph). Ceci est une caractéristique spécifique de la leucémie myéloïde chronique (LMC).
Le proto-oncogène (gène qui peut favoriser l’apparition d’une tumeur) déplacé codifie pour la protéine tyrosine kinase ABL1.
La translocation de ce gène dans le chromosome 22 à côté de la protéine BCR provoque la formation de la protéine BCR-ABL1.
Cette protéine augmente l’activité des tyrosines kinases.
L’activation anormale de la kinase interfère avec les signaux qui arrivent aux cellules pour contrôler :

  1. La croissance,
  2. Le fonctionnement,
  3. La survie.

La conséquence est :

  1. Une croissance incontrôlée,
  2. Le blocage de la différenciation,
  3. Une plus grande résistance  de la cellule à la mort.

Source : The molecular genetics of Philadelphia chromosome-positive leukemias. – Kurzrock R, Gutterman JU, Talpaz M – N Engl J Med. 1988 Oct 13; 319(15):990-8. The Philadelphia chromosome in leukemogenesisZhi-Jie Kang et al. – Chin J Cancer. 2016; 35: 48

bigstock-Leukemia-versus-normal-blood-Alila-650x499

Causes de la leucémie myéloïde

On ne connaît pas encore la cause exacte de la leucémie. On pense toutefois qu’il existe certains facteurs responsables de cette maladie.
Ces facteurs causent une mutation de l’ADN des cellules sanguines, qui provoque une croissance et une division rapide de ces cellules.

 

Symptômes de la leucémie myéloïde

Leucémie myéloïde chronique (LMC)
Cette maladie comprend 3 phases :

  1. La phase chronique, dans laquelle aucun signe ni symptôme ne se manifestent,
  2. La phase accélérée, durant laquelle se produit l’augmentation du nombre de globules blancs et de la taille de la rate qui ne répondent pas au traitement,
  3. La phase blastique, dans laquelle peuvent se produire des symptômes graves.

Voici quelques-uns des symptômes de la LMC :

  1. Fièvre ;
  2. Douleurs aux os ;
  3. Ecchymoses et hémorragie ;
  4. Fatigue et faiblesse ;
  5. Pétéchies ;
  6. Transpiration excessive ;
  7. Gonflement de la rate, ce qui provoque une pression sous la partie gauche de la cage thoracique.

 

Diagnostic de la leucémie myéloïde

Pour le diagnostic de leucémie, le médecin prescrit un hémogramme, c’est-à-dire le comptage du nombre :

  1. D’érythrocytaire,
  2. De leucocytes (globules blancs),
  3. De plaquettes.

De plus, le médecin vérifie le taux d’hémoglobine dans le sang.
Le diagnostic repose également sur l’examen cytologique (cellulaire) effectué sur le sang de la moelle osseuse.

biopsie,moelle osseuse

Si les signes et les symptômes du patient indiquent un cas de leucémie, le médecin doit contrôler un échantillon de cellules de la moelle osseuse en laboratoire afin de confirmer le diagnostic.

Examen de la moelle osseuse
Les échantillons de moelle osseuse sont prélevés au cours de deux examens, effectués simultanément :

  1. Le myélogramme (aspiration de moelle osseuse),
  2. La ponction de la moelle osseuse.
    Les échantillons sont prélevés au niveau du bassin, mais parfois aussi à partir d’autres os.

Le diagnostic de leucémie aiguë est effectué selon la présence de :

  • Plus de 20% de blastes dans le sang de la moelle osseuse,
  • D’anomalies spécifiques des cellules ou des molécules.

Source Hoffbrand A., Moss P., Pettit J. Essential Haematolog. 5th ed. Blackwell Publishing; Oxford, United Kingdom, UK: 2006

 

Traitement de la leucémie myéloïde chronique

La thérapie biologique ou le traitement ciblée a révolutionné le traitement de la leucémie myéloïde chronique.
Il s’agit de traitements qui aident le système immunitaire à reconnaître et à attaquer les cellules cancéreuses.
Par exemple, un médicament biologique, l’inhibiteur de la tyrosine kinase, BCR-AB, est l’imatinib (Glivec). Il est prescrit pour la LMC car il a considérablement augmenté l’espérance de vie des patients.
La dose recommandée selon les directives est de 400 mg une fois par jour.

Plus de 90% des patients souffrant de LMC présente une anomalie chromosomique appelée chromosome de Philadelphie (Ph).
Le médicament interfère de manière sélective avec l’activité de la protéine tyrosine kinase créée avec le code génétique Bcr-Abl du chromosome anormal.
L’imatinib est toxique que pour les cellules malignes de la leucémie myéloïde chronique.

Sources : Nowell P., Hungerford D. A minute chromosome in human chronic granulocytic leukemia. Science. 1960;132:1497.

Effects of a selective inhibitor of the Abl tyrosine kinase on the growth of Bcr-Abl positive cells. Druker BJ, Tamura S, Buchdunger E, Ohno S, Segal GM, Fanning S, Zimmermann J, Lydon NB – Nat Med. 1996 May; 2(5):561-6.

Structural mechanism for STI-571 inhibition of abelson tyrosine kinase. – Schindler T, Bornmann W, Pellicena P, Miller WT, Clarkson B, Kuriyan J – Science. 2000 Sep 15; 289(5486):1938-42.

Si le patient ne répond pas à l’imatinib, le médecin peut prescrire d’autres inhibiteurs efficaces de la tyrosine kinase de deuxième génération, dont :

  1. Le nilotinib,
  2. Le dasatinib,
  3. Le bosutinib.

Si le traitement de première intention était le nilotinib ou le dasatinib, le médecin peut envisager un autre inhibiteur de la tyrosine-kinase de deuxième génération en plus du :

  1. Bosutinib,
  2. Ponatinib.

Source : European LeukemiaNet recommendations for the management of chronic myeloid leukemia: 2013. – Baccarani M, et al. – Blood. 2013 Aug 8; 122(6):872-84.

Dans la LMC, le traitement doit être entrepris le plus tôt possible pour arrêter l’évolution vers la phase accélérée ou la crise blastique.
Le traitement est également indiqué si le patient ne présente pas les symptômes de la maladie.

Source : www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3894838

Avant l’utilisation de l’imatinib, le médecin prescrivait d’autres médicaments qui aujourd’hui sont rarement recommandés, seulement aux patients qui ne répondent pas à l’inhibiteur de la tyrosine kinase.
Parmi ces médicaments, il y a :

  1. L’interféron,
  2. L’hydroxyurée,
  3. Le busulfan,
  4. L’aracytine.

 

Transplantation allogénique de la moelle osseuse

La transplantation allogénique (le donneur et le receveur sont différents) de cellules souches doit être prise en considération chez les patients qui souffrent de LMC en phase chronique et qui ne répondent pas au traitement par inhibiteur de la tyrosine kinase avec deux ou trois médicaments différents.
Une étude allemande récente a montré que si le traitement par l’imatinib n’est pas efficace, les résultats après une transplantation allogénique sont excellents si les patients restent en phase chronique.
En fait, la mortalité n’est que de 6% et la survie à 3 ans de 94%.

Source : Allogeneic hematopoietic stem cell transplantation (allo SCT) for chronic myeloid leukemia in the imatinib era: evaluation of its impact within a subgroup of the randomized German CML Study IV. – Saussele S, et al – Blood. 2010 Mar 11; 115(10):1880-5.

 

Pronostic du patient souffrant de leucémie myéloïde chronique

Taux de survie chez les adultes
Les adultes sont plus prédisposés à la leucémie chronique.
Le taux de survie à 5 ans est d’environ 40 % suite à l’administration de médicaments de chimiothérapie.

Environ 40% des patients qui n’effectuent pas de traitement ont un faible risque de mort pendant les trois premières années.

Source : Chronic myeloid leukaemia. – Hehlmann R, Hochhaus A, Baccarani M, European LeukemiaNet – Lancet. 2007 Jul 28; 370(9584):342-50.

Chez les adultes qui souffrent de leucémie aiguë lymphoïde, le taux de survie à 5 ans est d’environ 35 %.


Qui sommes-nous | Contact | Termes du service | Charte données personnelles | Sitemap |  Publications |  Disclaimer

Site du Docteur Massimo DEFILIPPO Via Roma 18 - 42048 Rubiera (RE) Italie
Leucémie myéloïde chronique : symptômes, traitement et pronostic ultima modifica: 2018-08-29T13:40:12+00:00 da Defilippo Giovanni

Laisser un commentaire