Lésion du labrum acétabulaire : Les vrais symptômes et les nouveaux traitements

Lésion du labrum acétabulaire : Les vrais symptômes et les nouveaux traitements

Connaître les causes réelles des symptômes en cas de labrum acétabulaire est fondamental.

Savoir ce qu’il faut faire pour se sentir bien, c’est merveilleux !

Pourquoi ne pas avoir les deux ?

Aujourd’hui, je vous donne l’occasion de comprendre la véritable origine du problème pour pouvoir enfin le résoudre.

Si vous voulez en savoir plus sur la lésion du labrum acétabulaire, vous aimerez cet article.

Qu’est-ce que c’est ?

Le labrum acétabulaire, appelé également bourrelet cotyloïdien ou simplement bourrelet de la hanche, est une structure fibrocartilagineuse qui entoure et adhère au bord extérieur du cotyle (acétabulum).

hanche-acétabulum

Ses tâches sont :

  • Assurer la stabilité (car elle aide à maintenir la tête fémorale à l’intérieur du cotyle),
  • Absorber les chocs,
  • Répartir la charge de façon uniforme,
  • Lubrifier l’articulation de la hanche.

Les lésions du labrum acétabulaire peuvent altérer le mouvement du fémur à l’intérieur du cotyle, prédisposant aux lésions du cartilage et à l’arthrose (Beaule et al. – 2009).

Si le labrum est intact, le liquide articulaire est distribué plus uniformément dans l’articulation lorsque la personne est debout.

Il y a donc moins de déformation du cartilage et moins de friction sur l’articulation de la hanche.

Où se trouvent les lésions ?

Généralement, les lésions se situent dans la partie avant du labrum (86% des cas) pour les raisons suivantes (Cashin et al. – 2008) :

  • À l’avant, le labrum adhère sur les bords du cartilage.
  • Il existe un renfoncement entre la surface articulaire du cotyle et le labrum.
  • Les fibres de collagène du labrum sont parallèles au bord acétabulaire.

La région arrière du labrum :

  • Est directement liée au cartilage articulaire,
  • Possède des fibres de collagène perpendiculaires au bord du cotyle.

Ce trouble n’est pas lié à l’âge, il est fréquent chez les enfants comme chez les personnes âgées.

bassin, iliaque, hanche, sacrum

 

Quels sont les signes ? Comment reconnaître la lésion du labrum acétabulaire ?

Maintenant, je vais vous dire quelque chose qui vous surprendra.

Oui, parce que cela m’est arrivé lorsque je l’ai découvert.

Ces troubles ne provoquent pas de symptômes mais, selon certains experts, il y a des signes qui peuvent se présenter :

  • Un clic (plus fréquemment),
  • Un blocage articulaire.

Toutefois, selon d’autres experts, la signification de ces signes est discutable (Leibold et al. – 2008).

McCarthy et al. ont mené une étude scientifique sur 170 personnes également atteintes de dysplasie et ont constaté que 67% des sujets signalaient un clic ou un blocage des articulations de la hanche. Parmi ceux-ci, 72% avaient une lésion du labrum acétabulaire.

Cependant, les experts n’ont pas précisé si les patients présentant un clic présentaient réellement une déchirure du labrum.

 

Symptômes d’une lésion du labrum acétabulaire

Les patients vont chez le médecin et rapportent :

aine, cuisse, bacin

À ce stade, le médecin prescrit une IRM et, si elle montre une lésion du labrum, elle est considérée comme la cause.

Malheureusement, sur Internet, de nombreuses informations créent de la confusion.

En effet, cette anomalie NE provoque PAS de symptômes. Cependant, sur certains sites célèbres et reconnus tels que la clinique Mayo, il est écrit que cela cause parfois des symptômes.

Mais comment une altération anatomique peut-elle causer des douleurs dans certains cas seulement ?

Cela arrive généralement parce que, selon la médecine conventionnelle, la douleur est généralement provoquée par des lésions ou des dégénérescences pouvant être observées à l’IRM.

En fait, de nombreuses études scientifiques ont examiné des patients sans douleur et ont trouvé une lésion du labrum acétabulaire (Schmitz et al. – 2012).

C’est pour cela qu’il est important de bien étudier les vraies causes de la douleur.

Pour cette raison, des personnes inquiètes m’écrivent souvent pour me demander un traitement pour quelque chose qui ne doit pas être traité.

En effet, en effectuant une IRM de tout le corps, la plupart des gens découvriraient :

  • Des kystes,
  • Des calcifications,
  • De l’arthrose,
  • Une hernie discale, etc.

Même dans des zones où il n’y a pas de douleur.

Alors, quelle est la véritable origine de la douleur ?

Moi, je ne me suis pas contenté d’informations qui me semblaient superficielles et j’ai effectué des recherches dans le cadre d’études scientifiques.

Il existe peu de causes réelles de la douleur, par exemple :

  • L‘inflammation – dans laquelle certaines cellules du corps libèrent des substances provoquant des douleurs,
  • Des lésions ou une compression des nerfs,
  • Certains médicaments,
  • Une sensibilité excessive d’une partie du corps : en pratique, le seuil de douleur se réduit, par exemple en cas de stress, d’insomnie, etc.
  • Une réduction de la circulation sanguine

 

Causes de la lésion du labrum acétabulaire

À la suite d’études sur des patients présentant des lésions du labrum, les chercheurs ont découvert plusieurs causes :

  1. Un traumatisme direct – par exemple. des accidents de la route ou une chute avec ou sans luxation de la hanche.
  2. Des activités sportives nécessitant de fréquentes rotations externes ou une hyperextension – par exemple : la danse classique, le football, le hockey et la course à pied.
  3. Des mouvements répétitifs en torsion et en flexion (Burnett et al. – 2006).

Toutefois, le moment de la rupture n’est pas toujours évident pour le patient.

Parmi les facteurs de risque structurels du trouble, il y a :

  • La dysplasie du cotyle,
  • La maladie de Legg-Calvé-Perthes,
  • L’épiphysiolyse (le glissement de la tête du fémur vers le bas par rapport au cou),
  • La laxité de la capsule articulaire,
  • Une mobilité excessive de la hanche,
  • Le conflit fémoro-acétabulaire (Byrd et Jones 2003, Wenger et al., 2004).

Selon Beaulé et al. – 2009, des lésions du labrum acétabulaire sont rarement observées chez les patients ne présentant pas d’anomalies structurelles de l’os.

Ces ruptures surviennent souvent lors de la lésion du cartilage du cotyle.

 

Diagnostic de la lésion du labrum acétabulaire

Pour diagnostiquer la lésion du labrum, les médecins effectuent ces manœuvres :

Manœuvre du conflit

  1. La flexion (pliement), l’adduction (déplacement vers l’axe central du corps) et la rotation interne de l’articulation de la hanche pour les lésions situées à l’avant.
  2. L’hyperextension passive, l’abduction et la rotation externe pour la rupture à l’arrière.

Si ces manœuvres provoquent une douleur à l’aine, le test est considéré comme positif.

Cependant, la douleur peut aussi être provoquée par d’autres causes.

Ainsi, la fiabilité d’un diagnostic basé sur ces tests de la hanche est remise en cause.

Test en compression axiale en flexion-adduction

Le test est réalisé avec une compression axiale de l’articulation de la hanche à 90° de flexion et avec une légère adduction.

Le test est positif si une douleur inguinale apparaît.

Selon les études, ce test est positif chez tous les patients présentant une lésion du labrum acétabulaire.

L’origine de l’apparition de la lésion est souvent inconnue et non spécifique pour les lésions du labrum.

Le médecin rééducateur et le kinésithérapeute procèdent à une évaluation :

  • Des muscles,
  • De la posture,
  • De la marche.

Cela permet de définir un programme d’exercices spécifiques pour la hanche, qui est le traitement non chirurgical le plus efficace.

 

Examens pour la lésion du labrum acétabulaire

Si le médecin soupçonne une lésion du labrum acétabulaire, il prescrit les examens suivants :

Une IRM (sans moyen de contraste) – Cet examen permet d’évaluer toutes les structures de la hanche :

  • Les os,
  • Les tendons,
  • Les ligaments,
  • Le cartilage.

C’est donc un examen non invasif et très utile.

Cependant, il existe parfois de faux positifs et de faux négatifs.

Le médecin peut donc prescrire une IRM avec le produit de contraste

Arthro-IRM 

Cet examen consiste en l’injection d’un produit de contraste (le gadolinium) dans l’articulation de la hanche.
Cela permet de visualiser les irrégularités de l’articulation tout en effectuant une IRM. L’arthro-IRM permet de voir l’emplacement et l’étendue de la lésion ainsi que d’éventuelles autres anomalies osseuses.

Et la radiographie ?

La radiographie est généralement normale et ne montre pas ce type de lésion.

Parmi les examens invasifs, il y a :

  • L’injection d’anesthésique – Une douleur à la hanche peut être causée par des problèmes à l’intérieur ou à l’extérieur de l’articulation. Le médecin peut proposer l’injection d’un anesthésique dans l’articulation. Si le médicament soulage la douleur, il est probable que le problème soit articulaire et non musculaire.
  • Une arthroscopie de la hanche – Elle peut être réalisée pour le diagnostic de rupture du labrum acétabulaire et peut également être utilisée en tant que traitement.

intervention arthroscopique hanche

 

Traitement pour la lésion du labrum acétabulaire

Des études ont montré que la kinésithérapie peut réduire les symptômes et éviter une intervention chirurgicale.

Ce résultat est possible grâce au renforcement de certains muscles affaiblis, ce qui corrige les déséquilibres musculaires.

il faut éviter de rester longtemps debout et il faut corriger certains mouvements, en particulier les rotations de la hanche avec le pied appuyé au sol.

 

Exercices pour la lésion du labrum acétabulaire

Certains exercices de renforcement du psoas et des rotateurs externes de la hanche sont recommandés.

Le renforcement de ces muscles généralement faibles permet d’améliorer la coordination motrice.

Il favorise donc la collaboration entre les différents muscles durant les mouvements.

En conclusion :

Il évite la surcharge des muscles « dominants ».

Exercice pour le moyen fessier – couché sur le côté (S. Sahrmann)

  1. Position de départ : couché sur le côté « sain », avec un coussin entre les genoux (pour éviter de déplacer la jambe vers l’intérieur).
  2. Lever la jambe du dessus en la gardant tendue.
  3. La cuisse du membre touché par la lésion du labrum doit être alignée avec le dos et ne pas être plus en avant.
  4. Pendant la levée de la jambe, tourner la jambe vers l’extérieur.
  5. Revenir à la position de départ.
  6. Répéter 10 fois.

 

Si vous avez aimé cet exercice, partagez-le avec vos amis :

Exercice d’étirement des muscles arrière de la cuisse en position assise

  1. Position de départ : assis,
  2. Étendre la jambe du membre douloureux,
  3. Si le genou est tourné vers l’extérieur à la fin du mouvement, il faut faire cet exercice en gardant la jambe tendue,
  4. Revenir à la position de départ,
  5. Répéter 20 fois.

étirement-muscle-arrière-cuisse

Si vous avez aimé cet exercice, partagez-le avec vos amis :

Cet exercice peut être considéré comme un exercice d’étirement dynamique.

Exercice en position debout sur une seule jambe

  1. Position de départ : debout, en appui sur un seul pied.
  2. Contracter uniquement les muscles abducteurs (externes) de la hanche et les rotateurs externes.
  3. Cela permet d’empêcher le mouvement de la cuisse vers l’intérieur (adduction et rotation interne).

exercice sur une sule jambe

Si vous avez aimé cet exercice, partagez-le avec vos amis :

Squat avec des bandes élastiques

  1. Position de départ : debout avec une bande élastique à l’extérieur des genoux,
  2. Plier les genoux en les poussant vers l’extérieur (pour maintenir l’élastique en tension),
  3. Revenir à la position initiale,
  4. Répéter 10 fois.

squat avec bande élastique

Si vous avez aimé cet exercice, partagez-le avec vos amis :

 

Ce qu’il ne faut pas faire

Des étirements statiques (étirements classiques).

Les étirements n’ont aucune valeur curative, au contraire, ils peuvent aggraver la douleur pendant quelques jours.

 

Intervention chirurgicale pour la lésion du labrum acétabulaire.

L’arthroscopie de la hanche est l’approche chirurgicale privilégiée pour le traitement des lésions du labrum.

Auparavant, le chirurgien effectuait cette intervention pour :

  1. Diagnostiquer la lésion,
  2. Retirer les parties du labrum endommagées.

Ce type d’opération est aujourd’hui évité parce qu’il modifie le mouvement de la hanche et peut favoriser l’arthrose.

Les nouvelles techniques chirurgicales impliquent donc la réparation du labrum acétabulaire.

Parmi les complications, il y a :

  • Les hémorragies,
  • Les infections,
  • Une mauvaise cicatrisation des plaies,
  • Des réactions négatives à l’anesthésie.

 

Rééducation post-opératoire

Après l’opération, les patients ne peuvent appuyer qu’un poids de 10 kg et doivent effectuer 4 à 6 heures par jour de Kinetec (une machine qui effectue un mouvement passif continu).

Ce protocole dure quatre semaines.

Pour les patients opérés ayant une microfracture, la charge doit être juste effleurée (un poids le plus minime possible doit être supporté par le membre) et le mouvement passif continu doit durer six semaines.

L’exercice du « pendule » de la hanche ou des mouvements circulaires pour éviter la formation d’adhérences sont recommandés.

Comment les faire ?

Exercice pendulaire de décompression de la hanche

  1. Position de départ : Debout sur une marche/un marchepied en plaçant le poids sur la jambe non opérée.
  2. Placer un poids (leste) à la cheville du membre touché par la lésion du labrum.
  3. Laisser cette jambe tomber sans poser le pied.
  4. Faites de petits mouvements circulaires pendant une minute.

exercice, pendulaire, hanche

Si vous avez aimé cet exercice, partagez-le avec vos amis :

Que faut-il faire d’autre ?

Il est recommandé d’utiliser un coussin anti-rotation pour empêcher la rotation externe de la hanche pendant les trois premières semaines suivant l’intervention.

Au début, la kinésithérapie consiste en un mouvement passif, mais dès que possible il devient actif.

Maintenant, c’est à vous !

Vous avez compris la cause réelle des symptômes et ce qu’il faut faire pour se sentir bien.

La première étape ?

Laissez un commentaire et dites-moi par quel exercice vous allez commencer.

Ou peut-être préférez-vous commencer par les rotateurs externes ?

Dans tous les cas, laissez un commentaire ci-dessous !

À lire aussi :

Bibliographie

  • Ferguson SJ, Bryant JT, Ganz R, Ito KJ. The influence of the acetabular labrum on hip joint cartilage consolidation: a poroelastic finite element model. Biomech. 2000 Aug; 33(8):953-60.
  • Seldes RM, Tan V, Hunt J, Katz M, Winiarsky R, Fitzgerald RH Jr. Anatomy, histologic features, and vascularity of the adult acetabular labrum. Clin Orthop Relat Res. 2001 Jan; (382):232-40.
  • Beaule PE, O’Neill M, Rakhra K. Acetabular labral tears. J Bone Joint Surg Am. 2009;91:701–710. doi: 10.2106/JBJS.H.00802.
  • Seldes RM, Tan V, Hunt J, Katz M, Winiarsky R, Fitzgerald RH., Jr Anatomy, histologic features, and vascularity of the adult acetabular labrum. Clin Orthop Relat Res. 2001;382:232–240. doi: 10.1097/00003086-200101000-00031.
  • Cashin M, Uhthoff H, O’Neill M, Beaulé PE. Embryology of the acetabular labral-chondral complex. J Bone Joint Surg Br. 2008 Aug; 90(8):1019-24.
  • Burnett RS, Della Rocca GJ, Prather H, Curry M, Maloney WJ, Clohisy JC. Clinical presentation of patients with tears of the acetabular labrum.
  • J Bone Joint Surg Am. Luglio 2006; 88 (7): 1448-1457.
  • Prevalence of labral tears and cartilage loss in patients with mechanical symptoms of the hip: evaluation using MR arthrography.
  • Neumann G, Mendicuti AD, Zou KH, Minas T, Coblyn J, Winalski CS, Lang P
  • Osteoarthritis Cartilage. 2007 Aug; 15(8):909-17.
  • Lewis CL, Sahrmann SA. Acetabular Labral Tears. Phys Ther 2006;86:110-121.
  • Beaulé PE, O’Neill M, Rakhra K. Acetabular labral tears. J Bone Joint Surg Am. 2009 Mar 1;91(3):701-10. doi: 10.2106/JBJS.H.00802.
  • Leibold M, Huijbregts P, Jensen R. Concurrent criterion-related validity of physical examination tests for hip labral lesions: a systematic review. J Manual Manip Ther 2008;16:24-41
  • Schmitz MR, Campbell SE, Fajardo RS, Kadrmas WR. Identification of acetabular labral pathological changes in asymptomatic volunteers using optimized, noncontrast 1.5-T magnetic resonance imaging. Am J Sports Med. 2012 Jun;40(6):1337-41. Doi: 10.1177/0363546512439991.
  • Burnett RSJ, Della Rocca GJ, Prather H, Curry M, Maloney WJ, Clohisy JC. Clinical presentation of patients with tears of the acetabular labrum. J Bone Joint Surg. 2006;88A:1448–1457.
  • Rebecca Leibold, Peter A. Huijbregts and Richard Jensen. Concurrent Criterion-Related Validity of Physical Examination Tests for Hip Labral Lesions: A Systematic Review. J Man Manip Ther. 2008; 16(2): E24–E41.
  • Keelan R. Enseki and David Kohlrieser. REHABILITATION FOLLOWING HIP ARTHROSCOPY: AN EVOLVING PROCESS. Int J Sports Phys Ther. 2014 Nov; 9(6): 765–773.
  • Sahrmann, Shirley. Diagnosis and Treatment of Movement Impairment Syndromes (Page 172). Elsevier Health Sciences. Kindle Edition.
Lésion du labrum acétabulaire : Les vrais symptômes et les nouveaux traitements ultima modifica: 2019-04-30T11:41:07+02:00 da Dr. Defilippo Giovanni

Laisser un commentaire