Opération de prothèse de hanche mini-invasive, antérieure et standard, préparation et convalescence

Une intervention chirurgicale de prothèse de hanche est une procédure chirurgicale qui consiste à remplacer le cartilage endommagé et les os qui composent l’articulation par des matériaux artificiels.
L’articulation de la hanche est composée d’une sphère (tête du fémur) qui s’insère dans une cavité (acétabulum du bassin).

hanche,mouvement,rééducation,examen,inflammation,limitation,douleur,lancinante,rigidité,gonflement

Examen du mouvement de la hanche
© Massimo Defilippo

L’opération de prothèse de hanche consiste à :

  • Retirer chirurgicalement les parties d’os qui forment l’articulation,
  • Les remplacer par une prothèse en métal ou en céramique.

Généralement, la prothèse est fixée à l’os en tirant parti :

  • De la congruence entre l’espace vide créé dans l’os et la prothèse,
  • Des surfaces rugueuses des nouvelles prothèses.

Qu’est-ce qu’une prothèse cimentée ?

Chez les patients âgés présentant une ostéoporose importante, la prothèse est insérée puis fixée à l’aide d’un ciment osseux, appelé méthacrylate de méthyle.
Une prothèse alternative « non cimentée » présente des pores microscopiques qui permettent la repousse osseuse du fémur à l’intérieur de la tige de la prothèse.

 

Quand faut-il opérer ?

Le chirurgien orthopédiste conseille l’intervention quand la douleur à la hanche ne permet pas de dormir ou d’effectuer les activités normales de la vie quotidienne.

Les troubles pouvant être traités par l’insertion de la prothèse sont :

QUAND FAUT-IL OPÉRER

Si cette explication vous a plu, partagez-la avec vos amis :

Avant de procéder à l’opération, il est toujours recommandé d’essayer de réduire la douleur grâce à :

Les médicaments analgésiques ou anti-inflammatoires ne peuvent pas être considérés comme traitement à long terme.

 

En quoi consiste la préparation à l’intervention chirurgicale pour l’arthrose de hanche ?

Pendant les semaines qui précèdent l’intervention, il faut suivre un programme de préparation.

1) Améliorer la récupération
Pour augmenter les chances de succès de l’intervention, il est conseillé d’effectuer un programme de kinésithérapie qui consiste à effectuer des exercices de renforcement et d’étirement musculaire de l’ensemble du membre inférieur.
Une amélioration des conditions cardiovasculaires permet de récupérer plus vite après l’opération.

2) Visite médicale
L’orthopédiste effectue un contrôle médical avant l’intervention. Toutefois, il est aussi important que le médecin généraliste effectue un examen plus approfondi avant une intervention délicate comme celle-ci.

Elle est généralement effectuée un mois environ avant l’intervention.

De plus, une visite chez l’anesthésiste est effectuée quelques semaines avant l’opération pour s’assurer que le patient est en mesure de faire face à l’opération.

Dans certains cas, une visite chez un autre spécialiste peut être nécessaire, par exemple un cardiologue en cas de maladie cardiaque.

3) Prévention des complications
Pour prévenir toute infection, il est déconseillé d’effectuer des extractions dentaires ou des interventions chirurgicales dentaires pendant les premiers mois suivant l’opération. Il faut donc les effectuer avant l’opération.

4) Médicaments
Le patient doit communiquer la liste des médicaments qu’il prend à l’orthopédiste, qui décidera s’il faut :

  • Interrompre la prise,
  • Modifier les dosages.

5) Examens
Les jours qui précèdent l’intervention, sont effectués :

6) Préparation et convalescence
Il est important de se préparer à la période post-opératoire où il faudra alors :

  • Changer de chaussures et modifier certains ameublements de la maison,
  • Acheter des béquilles et un déambulateur pour les deux premiers mois suivant l’intervention.

 

Comment se déroule l’intervention chirurgicale de prothèse de hanche ?

Prothèse de hanche

Prothèse de hanche
© fotolia.com

L’implantation de prothèse de hanche peut être effectuée :

  1. De manière traditionnelle,
  2. Avec une technique moins invasive.

La différence principale entre les deux procédures est la taille de l’incision.

Quand ne peut-on pas utiliser la technique mini-invasive ?

L’intervention avec la technique mini-invasive n’est pas indiquée dans les cas suivants :

  • Patient obèse,
  • Dysplasie congénitale de la hanche importante,
  • Remplacement d’une prothèse de hanche déjà implantée.

 

Description de l’opération chirurgicale standard avec incision latérale

Au cours de l’intervention chirurgicale traditionnelle de prothèse de hanche :

  1. Une anesthésie générale est effectuée pour détendre les muscles et pour provoquer un sommeil profond temporaire.
    Le patient ne ressent ainsi aucune douleur pendant l’intervention chirurgicale et n’est pas conscient pendant l’opération.
    Si l’état du patient le permet, une anesthésie spinale (partielle ou régionale) peut être une alternative à l’anesthésie générale.
  2. Le médecin effectue une incision du côté externe de la hanche, entre le muscle tenseur du fascia lata et le muscle sartorius (Kelmanovich et al. – 2003). Cette incision permet de ne pas couper les muscles, mais seulement de les séparer.
  3. Puis, le chirurgien retire la tête du fémur en coupant l’os à l’aide d’une scie chirurgicale.
  4. La prothèse est insérée dans le fémur grâce à du ciment ou un matériau spécial qui permet à l’os restant de se souder à la nouvelle articulation.
  5. Après avoir remplacé la partie du fémur, l’orthopédiste enlève tout le cartilage endommagé et insèrent la partie concave de la prothèse dans le bassin.
  6. La nouvelle tête du fémur est ensuite insérée dans le cotyle de la hanche.
  7. Le chirurgien pose un drain afin d’évacuer tous les liquides corporels et d’éviter la formation d’hématome.
  8. Pour finir, l’orthopédiste relie les muscles et suture l’incision chirurgicale.
cicatrice,intervention,prothèse,hanche,longue,incision,coupure

Cicatrice suite à une intervention de prothèse de hanche
© Massimo Defilippo

 

Comment est la technique moins invasive ?

La majorité des interventions de prothèse de hanche s’effectuent en utilisant la technique traditionnelle (incision de 20 cm le long du côté externe de la hanche), mais ces dernières années, certains chirurgiens utilisent une technique moins invasive.
Cette approche permet à l’orthopédiste d’effectuer une ou deux incisions de 2 à 5 cm de longueur. La procédure chirurgicale effectuée à travers ces petites incisions est la même que celle réalisée pendant l’intervention traditionnelle.

Les petites incisions sont effectuées pour :

  • Réduire la perte de sang,
  • Soulager les douleurs post-chirurgicales,
  • Abréger la durée de l’hospitalisation,
  • Réduire les dimensions de la cicatrice post-chirurgicale,
  • Accélérer la guérison.

Est-ce que l’expérience du chirurgien est importante ?
Toutefois, il est important que le chirurgien soit très spécialisé pour pratiquer cette technique. Dans le cas contraire, des études scientifiques ont démontré que les résultats de l’approche moins invasive peuvent être pires que ceux d’une intervention chirurgicale traditionnelle.
Des hémorragies peuvent survenir pendant l’intervention chirurgicale de prothèse de hanche. Il est donc préférable de donner son propre sang avant l’opération pour faciliter une éventuelle transfusion.

 

Prothèse de hanche par voie antérieure

Cette technique est excellente (lorsque cela est possible) car elle permet l’insertion de la prothèse par une incision à l’avant de la hanche (dans l’aine) de manière mini-invasive.

La principale caractéristique est que cela ne désinsère pas (ne détache pas) les muscles de l’os, mais les déplace.

Quels sont les avantages et les inconvénients d’une prothèse de hanche par voie antérieure ?

Avantages  Inconvénients
  1. Petite cicatrice,
  2. Récupération plus rapide,
  3. Moins de douleur,
  4. Risque de luxation réduite,
  5. Moins de perte de sang.
  1. Technique compliquée,
  2. Risque de lésion nerveuse
    (nerf fémoral-cutané latéral).

 

Quelle est la durée de l’intervention de prothèse de hanche ?

La durée de l’intervention est de :

  • 40 à 50 minutes environ si le chirurgien utilise la technique mini-invasive,
  • 90 à 120 minutes environ pour la révision (remplacement) de la prothèse déjà implantée.

 

Convalescence après l’opération de prothèse de hanche

Pendant environ 10 jours, le patient :

  • Doit rester hospitalisé
  • Doit être suivi par l’équipe qui a effectué l’opération,
  • Commence également le processus de rééducation avec le kinésithérapeute.

Dans la plupart des cas, le membre opéré reste plus court que l’autre.
Cela se produit car les deux membres souffrent d’arthrose. Le membre non opéré présente moins de cartilage, donc une épaisseur moindre. Il faut par conséquent utiliser une chaussure avec une semelle compensée (environ 2 à 3 centimètres de plus que celle du membre opéré).

Si la prothèse a été implantée avec la technique standard, il est nécessaire de garder un coussin entre les jambes au lit pour maintenir la nouvelle articulation de la hanche dans la bonne position et éviter le risque de luxation.

L’infirmier insère un cathéter dans la vessie pour uriner. Il est généralement retiré le lendemain de l’intervention.

Médicaments anticoagulants (héparine)

En général, le médecin recommande de prendre des anticoagulants pendant 35 jours sous forme de :

  • Injections sous-cutanées (dans le ventre),
  • Comprimés qui doivent être pris par voie orale.

Quand les points de suture sont-ils enlevés ?

Le médecin enlève généralement les points de suture environ 15 jours après l’opération.

Cependant, actuellement, les médecins utilisent souvent les points réabsorbables qui ne doivent pas être enlevés.

 

Que faut-il faire après l’intervention chirurgicale de prothèse de hanche ?

Pendant les premiers jours qui suivent l’opération, la kinésithérapie consiste tout d’abord à faire des mouvements des membres inférieurs sans charge, ainsi que des exercices pour :

  • La cheville,
  • Le genou,
  • La hanche.

Dès que l’orthopédiste autorise le patient à se lever, ce dernier doit apprendre de manière correcte à :

  1. Marcher
    Il faut commencer avec un déambulateur puis continuer avec une béquille (dans la main opposée à la hanche opérée).
    Ne pas croiser les jambes en marchant ou en tournant/changeant de direction.
  2. S’asseoir et se lever d’une chaise
    Éviter de s’asseoir avec le genou plus haut que la hanche. Placer des coussins sur la chaise si elle est basse.
    Ne pas croiser les jambes.
    Ne pas entrer dans une baignoire à moins d’avoir un siège sur lequel s’asseoir.
    S’ASSEOIR ET SE LEVER D’UNE CHAISE
  3. Monter et à descendre de la voiture
    S’asseoir sur le siège avant avec deux coussins et le dossier incliné.
    Pour descendre, placez un coussin entre les genoux.
  4. Se lever du lit ou d’une chaise
    Éviter de se pencher en avant pour se lever de la chaise ou du lit.
    Faire d’abord glisser les hanches vers l’avant jusqu’au bord de la chaise, puis commencer à se lever.
    SE LEVER DU LIT OU D’UNE CHAISE
  5. Aller aux toilettes
    Ne pas s’asseoir trop longtemps sur une chaise ou des toilettes basses.
    Utiliser un siège de toilette releveur.
    ALLER AUX TOILETTES
  6. Comment dormir
    Ne pas s’allonger du côté de la hanche opérée si le médecin ne le permet pas.
    En position couchée sur le côté, garder un grand coussin/oreiller entre les genoux.
    Garder les jambes légèrement pliées.
    PROTHÈSE DE HANCHE COMMENT DORMIR
  7. Au lit, ne pas soulever les couvertures en se penchant en avant
    Utiliser une longue pince pour les saisir.
    PRENDRE LES COUVERTURES
  8. Position correcte debout
    Ne pas rester debout avec les pointes de pieds tournées vers l’intérieur.
    POSITION CORRECTE DEBOUT
  9. Monter les escaliers
    Pour monter les escaliers, il faut d’abord avancer la jambe saine, puis la jambe opérée et enfin les béquilles.
  10. Descendre les escaliers
    Pour descendre les escaliers, il faut immédiatement déplacer les béquilles sur la marche du dessous, puis descendre avec la jambe opérée et enfin la jambe saine.
  11. Se pencher pour soulever des objets
    Ne jamais se pencher avec les mains au-dessous du genou, utiliser :

    • Une brosse à long manche,
    • Une éponge à long manche,
    • Un enfile-chaussettes,
    • Une pince à long manche,
    • Un chausse-pied à manche long.
       PENCHER POUR SOULEVER DES OBJETSPOSITION CORRECTE DEBOUT

Autres conseils :

  1. Éviter de s’asseoir pendant plus d’une heure, il faut se lever de temps en temps, même seulement pour faire quelques pas.
  2. S’allonger sans oreillers dans le lit pendant au moins 15 à 30 minutes par jour pour prévenir le développement de raideurs dans les muscles fléchisseurs de la hanche (partie arrière de la cuisse et de l’aine).

Quand commencer les exercices de kinésithérapie et de rééducation ?

La rééducation devrait commencer le lendemain de l’opération. Quelques jours après, il est possible de marcher avec :

  • Un déambulateur,
  • Des béquilles,
  • Une canne.

La kinésithérapie doit être poursuivie à la maison ou en cabinet pendant quelques mois après l’intervention.

Quels sont les mouvements non autorisés ?

Au cours des 2-3 premiers mois, il faut faire attention au mouvement combiné de :

  • Flexion,
  • Adduction (déplacement de la cuisse vers l’intérieur),
  • Rotation interne de la hanche.

Dès que la prothèse est fixée de manière stable, l’orthopédiste autorise tous les mouvements sans limitation.

Si la prothèse est insérée par voie antérieure (la cicatrice est au niveau de l’aine), il faut faire attention au mouvement combiné de :

  • Extension,
  • Abduction,
  • Rotation externe.

Après la sortie de l’hôpital, il est important que le patient continue à bouger et à marcher car sinon, il risque de ne pas complètement récupérer.

Et la rééducation en piscine ?

En fonction de l’âge du patient, il n’est pas toujours possible d’effectuer une rééducation dans l’eau (hydrokinésithérapie).

Cependant, au début, cela peut aider à la récupération, car cela permet de faire les exercices debout, mais avec une charge réduite sur la prothèse.

Par conséquent, si possible, il est conseillé de faire une rééducation en piscine dans des structures équipées pour prévenir les chutes.

Après combien de temps peut-on prendre une douche ?

Le chirurgien autorise généralement de prendre une douche et de mouiller la plaie environ 15 jours après l’intervention.

Pendant combien de temps doit-on utiliser des béquilles ?

La charge doit seulement être effleurée sur le pied du côté opéré en cas d’ostéotomie (seul le pied repose sur le sol, mais il ne faut pas y appuyer le poids du corps), c’est-à-dire si un morceau de l’os du fémur a été retiré, par exemple pour modifier l’alignement.

À lire aussi :

Bibliographie

  • Crawford AJ, Hamblen DL. Outline of Orthopaedics , thirteenth edition, London: Churchill Livingstone, 2001
  • Brandt CD. Diagnosis and non-surgical management of osteoarthritis. USA: Professional Communications, Inc. 2010
  • Batra S, Batra M, McMurtrie A, Sinha AK. Rapidly destructive osteoarthritis of the hip joint: a case series. Journal of orthopaedic surgery and research 2008;3(1):3.
  • Walters J, editor. Orthopaedics – A guide for practitioners. 4th Edition. Cape Town: University of Cape Town, 2010.
  • Bloomfield SA Changes in musculoskeletal structure and function with prolonged bed rest. Med Sci Sports Exerc. 1997 Feb; 29(2):197-206.sc

Opération de prothèse de hanche mini-invasive, antérieure et standard, préparation et convalescence ultima modifica: 2015-11-17T22:39:22+02:00 da Massimo Defilippo