Hormones féminines

Les hormones féminines sont des substances chimiques libérées par les cellules du corps d’une femme, mais qui influencent d’autres parties du corps.

Le métabolisme cellulaire est influencé ou altéré par la présence d’une quantité d’hormones vraiment minime.

 

Valeurs normales des hormones féminines

Œstrogènes et œstradiol
Les œstrogènes sont les hormones féminines prédominantes ; l’œstradiol est le type principal d’œstrogènes produit dans les ovaires (organes reproducteurs féminins) (Simpson – 2003).

Progestérone
La progestérone est produite principalement à partir du corps jaune, le résidu du follicule qui contenait l’ovule libéré par l’ovaire.
Les valeurs de référence de la progestérone sont moins de 1,5 nanogramme par millilitre (ng/ml) avant l’ovulation et augmentent à plus de 15 ng/ml après l’ovulation.

Hormone lutéinisante (LH)
L’hormone lutéinisante augmente avant que l’ovaire ne libère un ovule.

Hormone folliculostimulante (FSH)
L’FSH est produite dans les ovaires et stimule la maturation des ovules. Au cours du deuxième et du troisième jour, les niveaux de FSH devraient être inférieurs à 9 milli-unités internationales par millilitre (mIU/ml).
Si les hormones FSH sont élevées, la femme peut être en périménopause et un niveau supérieur à 40 mIU/ml signifie qu’une femme est en ménopause. Les niveaux de FSH indiquent la capacité potentielle de la femme à tomber enceinte.

La relaxine
L’hormone relaxine est produite durant la grossesse pour augmenter l’élasticité des articulations et des ligaments, ainsi le bassin peut se dilater pour permettre la naissance du bébé.

À quoi servent les hormones sexuelles féminines ?

Œstrogènes

  • Stimulent la croissance du tissu mammaire
  • Maintiennent la lubrification et le flux sanguin vaginal
  • Provoquent l’épaississement de la paroi interne de l’utérus durant le cycle menstruel
  • Maintiennent élastique la paroi vaginale
  • Favorisent la croissance des cheveux
  • Beaucoup d’autres fonctions, y compris la conservation de l’os

Progestérone
Elle prépare la paroi utérine interne pour recevoir un ovule fécondé et aide à maintenir la grossesse initiale.

Testostérone
Elle est appelée hormone masculine, mais elle est également importante pour la santé sexuelle des femmes :

  • Contribue à la libido
  • Peut aider à maintenir la densité de l’os et de la masse musculaire

De quelle manière la ménopause et l’âge influencent les hormones féminines ?

Œstrogènes
Durant la périménopause, les niveaux fluctuent et deviennent imprévisibles. À la fin, la production descend à un niveau très bas.

Progestérone
La production s’interrompt quand il n’y a pas d’ovulation et après le dernier cycle menstruel.

Testostérone

  • Les ovaires continuent à produire testostérone même quand la production d’œstrogènes s’est arrêtée.
  • La production de testostérone des glandes surrénales diminue avec le vieillissement, mais elle continue après la ménopause.

 

Variation des hormones féminines durant le cycle

Première semaine
Durant cette semaine du cycle, les œstrogènes bas commencent une montée constante. Quand les douleurs menstruelles sont terminées, cette augmentation d’œstrogènes augmente l’énergie, améliore l’humeur, l’optimisme et les aptitudes du cerveau. En outre, les femmes deviennent plus bavardes et ont plus d’envie d’avoir des relations avec d’autres personnes, aussi bien sur le plan social que sentimental.
L’augmentation d’œstrogènes a un léger effet de réduction de l’appétit, donc on mange moins et on choisit des aliments plus sains pour toute cette semaine du cycle ainsi que la suivante. En général, quand le niveau d’œstrogènes augmente, l’envie de connaître le monde, de s’amuser, de faire du shopping et de sortir avec les personnes augmente aussi.

Deuxième semaine
Les œstrogènes continuent d’augmenter tout au long de la deuxième semaine, amplifiant tous les effets positifs qui ont déjà été présentés au cours de la première semaine.
Ainsi, il est probable que la femme devienne plus optimiste, cordiale et confiante, avec une mémoire plus nette ; elle peut aussi penser plus rapidement et tomber amoureuse.

Le désir sexuel est plus élevé durant la période de fertilité d’une femme, c’est-à-dire entre le début des règles et l’ovulation.
Le niveau élevé de cette hormone augmente la confiance en soi pour ce qui est de l’apparence physique.

Le taux élevé d’œstrogènes augmente la production d’endorphine qui masque la douleur dans le cerveau, ce qui signifie que l’activité douloureuse (comme se faire soigner une dent ou porter des chaussures neuves) cause moins de douleur au cours de cette semaine par rapport à d’autres.

Une autre hormone importante durant la deuxième semaine est la testostérone qui augmente au cours de la dernière partie de cette semaine. Lorsque cela se produit, on note une augmentation d’impulsivité, d’audace et de compétitivité. En outre, elle fait augmenter la libido vers son apogée.

Troisième semaine (du 15e au 22e jour dans un cycle de 28 jours)
La première moitié de la troisième semaine est appelée phase prémenstruelle. Les symptômes sont moins intenses que ceux du syndrome prémenstruel (SPM), la femme se plaint de maux tels que l’irritabilité, la fatigue et un sentiment de dépression.
Le syndrome prémenstruel est également provoqué par la diminution drastique des œstrogènes.
Heureusement, dans la seconde moitié de la troisième semaine, le taux d’œstrogènes augmente à nouveau, interrompant tous les problèmes liés aux symptômes prémenstruels, cela contribue à améliorer l’humeur.

Quatrième semaine
Diminution des œstrogènes et de la progestérone.
La diminution des œstrogènes lors de cette semaine prémenstruelle provoque des sautes d’humeur qui causent de la tristesse. On ressent en outre des douleurs musculaires, de l’insomnie, des maux de tête, de la fatigue et autres symptômes du syndrome prémenstruel comme la rétention d’eau, l’augmentation mammaire, les boutons sur le visage, des douleurs et des besoins de sucre (qui font prendre du poids).
Toutes les femmes ne souffrent pas du syndrome prémenstruel et les symptômes peuvent être plus ou moins graves d’un mois à l’autre, souvent dus à l’alimentation, le stress, les médicaments, l’exercice physique ou la sensibilité personnelle du corps aux hormones.

 

Aliments qui fonctionnent comme des hormones féminines

Certains aliments sont riches en une hormone appelée phyto-œstrogènes, une forme plus faible de l’hormone féminine.
Les phyto-œstrogènes présents dans les aliments peuvent avoir un effet similaire à celui des œstrogènes et ainsi aider à prévenir le cancer et l’ostéoporose.
Ces aliments peuvent constituer une forme de traitement pour les symptômes de la ménopause.

  • Aliments avec du soja
  • Fruits à coque et graines
  • Céréales intégrales
  • Aliments végétaux tels que les fruits et légumes

 

Traitement hormonal substitutif

Le traitement hormonal substitutif ou hormonothérapie substitutive consiste en la prise de médicaments contenant des hormones féminines pour remplacer ceux que le corps ne produit plus après la ménopause. C’était un traitement standard chez les femmes présentant des bouffées de chaleur et autres symptômes de la ménopause. L’hormonothérapie a été créée pour procurer des avantages à long terme, prévenir les maladies cardiaques et éventuellement la démence.

 

Quels sont les avantages du traitement hormonal substitutif ?

Les bienfaits de l’hormonothérapie substitutive résultent d’un traitement hormonal systémique ou de produits vaginaux à faible dose d’œstrogènes.

Hormonothérapie systémique. Les œstrogènes systémiques (administrés sous forme de pilule, gel, crème ou spray) restent le traitement le plus efficace contre les désagréables bouffées de chaleur et sueurs nocturnes typiques de la ménopause. Les œstrogènes peuvent également améliorer les symptômes vaginaux de la ménopause tels que la sécheresse, les démangeaisons, les brûlures et les douleurs pendant les rapports sexuels.

Bien que la Food and Drug Administration (FDA) approuve encore les œstrogènes pour prévenir l’ostéoporose (une maladie qui provoque la fragilisation des os), les médecins recommandent généralement des médicaments appelés biphosphonates pour traiter ce trouble.

– Les produits vaginaux à bas teneur d’œstrogènes (il en existe sous forme de crème, pilule ou anneau) peuvent traiter efficacement les symptômes vaginaux et certains symptômes urinaires en réduisant au minimum l’absorption dans l’organisme. Les préparations vaginales avec une faible dose d’œstrogènes ne contribuent pas à améliorer les bouffées de chaleur, la transpiration nocturne ni la protection contre l’ostéoporose.
L’hormonothérapie systémique à long terme pour la prévention des conditions de la postménopause n’est plus recommandée.

Quels sont les risques du traitement hormonal substitutif ?
Selon la plus grande étude scientifique conduite à ce jour, une pilule combinant les œstrogènes et les progestatifs (Divina®) augmente le risque de maladies graves, entre autres :

– cardiopathies
– AVC
thrombose veineuse profonde
– cancer du sein

À lire aussi :

 

Bibliographie:

  1. Baird DT. Fraser IS. Blood production and ovarian secretion rates of esuadiol-17β and estrone in women throughout the menstrual cycle. J Clin Endocrinol Metab 38: l009-1017. 
  2. O’Dea L, O’Brien F, Currie K, Hemsey G. Follicular development induced by recombinant luteinizing hormone (LH) and follicle-stimulating hormone (FSH) in anovulatory women with LH and FSH deficiency: evidence of a threshold effect. Curr Med Res Opin. 2008 Oct; 24(10):2785-93.
  3. Wong PC, et al. Current opinion on use of luteinizing hormone supplementation in assisted reproduction therapy: an Asian perspective. Reprod Biomed Online. 2011 Jul; 23(1):81-90.
  4. Simpson ER. Sources of estrogen and their importance. J Steroid Biochem Mol Biol. 2003 Sep;86(3-5):225-30.
  5. Vulkov I, Maleeva A. [Plasma estradiol and plasma testosterone values during the normal menstrual cycle]. Akush Ginekol (Sofiia). 1977;16(1):49-53.
  6. Treloar A.E., et al. Variation of the human menstrual cycle through reproductive life. Int J Fertil. 1967;12(1 Pt 2):77–126.
  7. Nelson LR, Bulun SE. Estrogen production and action. J Am Acad Dermatol. 2001 Sep;45(3 Suppl):S116-24.
  8. BG Reed, BR Carr . The Normal Menstrual Cycle and the Control of Ovulation. Created: August 5, 2018.
  9. Pauerstein C.J., et al. Temporal relationships of estrogen, progesterone, and luteinizing hormone levels to ovulation in women and infrahuman primates. Am J Obstet Gynecol. 1978;130(8):876–886.
  10. Hoff J.D., Quigley M.E., Yen S.S. Hormonal dynamics at midcycle: a reevaluation. J Clin Endocrinol Metab. 1983;57(4):792–796.
  11. Alan A Arslan,Anne Zeleniuch-Jacquotte, Annekatrin Lukanova, Sabina Rinaldi, Rudolf Kaaks, and Paolo Toniolo. Reliability of follicle-stimulating hormone measurements in serum. Reprod Biol Endocrinol. 2003; 1: 49. doi:  10.1186/1477-7827-1-49
  12. Vegeto E, Benedusi V, Maggi A. Estrogen anti-inflammatory activity in brain: a therapeutic opportunity for menopause and neurodegenerative diseases. Front Neuroendocrinol. 2008 Oct; 29(4):507-19.
  13. Davis SR, McCloud P, Strauss BJ, Burger H. Testosterone enhances estradiol’s effects on postmenopausal bone density and sexuality. Maturitas. 1995 Apr; 21(3):227-36.
  14. Jerald Bain. The many faces of testosterone. Clin Interv Aging. 2007 Dec; 2(4): 567–576.
  15. Shazia Jehan, et al. Sleep Disorders in Postmenopausal Women. J Sleep Disord Ther. 2015 Aug; 4(5): 1000212. doi:  10.4172/2167-0277.1000212
  16. Yasui T, Matsui S, Tani A, Kunimi K, Yamamoto S, Irahara M. Androgen in postmenopausal women. J Med Invest. 2012;59(1-2):12-27.
  17. Fogle RH1, Stanczyk FZ, Zhang X, Paulson RJ. Ovarian androgen production in postmenopausal women. J Clin Endocrinol Metab. 2007 Aug;92(8):3040-3. Epub 2007 May 22.
  18. Lasley BL, Crawford SL, Laughlin GA, Santoro N, McConnell DS, Crandall C, Greendale GA, Polotsky AJ, Vuga M. Circulating dehydroepiandrosterone sulfate levels in women who underwent bilateral salpingo-oophorectomy during the menopausal transition. Menopause. 2011 May; 18(5):494-8.
  19. Geary N. The effect of estrogen on appetite. Medscape Womens Health. 1998 Nov;3(6):3.
  20. Anagnostis P, Paschou SA, Katsiki N, Krikidis D, Lambrinoudaki I, Goulis DG. Menopausal hormone therapy and cardiovascular risk. Where are we now? Curr Vasc Pharmacol. 2018 Jul 8. doi: 10.2174/1570161116666180709095348.

Qui sommes-nous | Contact | Termes du service | Charte données personnelles | Sitemap |  Publications |  Disclaimer

Site du Docteur Massimo DEFILIPPO Via Roma 18 - 42048 Rubiera (RE) Italie
Hormones féminines ultima modifica: 2016-02-08T22:17:58+00:00 da Massimo Defilippo