Fibrillation auriculaire : ECG, traitement et médicaments

La fibrillation auriculaire ou fibrillation atriale est un type de rythme cardiaque anormal (arythmie) du cœur.
La fibrillation auriculaire part des chambres cardiaques supérieures du cœur (les oreillettes) en provoquant une vibration (fibrillation) au lieu de produire le battement normal.
Cela influe sur l’activité du cœur qui ne pompe pas le sang dans le corps de manière efficace.

 

Diagnostic de fibrillation auriculaire et examens

Un électrocardiogramme (ECG) est la meilleure façon de diagnostiquer une fibrillation auriculaire. Généralement, il est associé à une anamnèse (explication des antécédents médicaux) et à un examen clinique.
Si le médecin soupçonne une fibrillation auriculaire intermittente, un dispositif pour enregistrer le rythme cardiaque sur une longue période peut se révéler utile. Cet examen a plusieurs noms, comme Holter cardiaque.

Autres tests
Les autres tests que le médecin peut conseiller sont :

  • Enregistreur d’événement cardiaque – Également appelé ECG ambulatoire, le but de ce dispositif d’ECG portable est de surveiller l’activité du cœur pendant quelques semaines ou quelques mois. Il ne s’allume qu’en cas de symptômes de fibrillation.
    Lorsque le patient ressent les premiers symptômes, il doit appuyer sur le bouton de manière à enregistrer un tracé d’ECG quelques minutes avant et quelques minutes après la fibrillation.
    Cela permet au médecin de déterminer le rythme cardiaque lors des symptômes.
  • Étude électrophysiologique (EEP). Cet examen aide le médecin à diagnostiquer un problème de rythme cardiaque et à trouver un traitement adapté.
  • Électrocardiogramme d’effort. Cet examen indique au médecin si une maladie coronarienne est présente.
  • Échocardiogramme. Cet examen montre si les valves cardiaques sont endommagées et si on souffre d’insuffisance cardiaque ou encore si l’on a eu une crise cardiaque.
  • Analyse de sang :
    • En cas d’hyperthyroïdie,
    • Pour vérifier le temps de coagulation : si l’on prend un médicament anticoagulant comme la warfarine (Coumadine), il est nécessaire d’effectuer régulièrement une prise de sang .
      Les anticoagulants oraux sont contre-indiqués pendant le premier trimestre de grossesse parce qu’ils sont tératogènes, c’est-à-dire qu’ils peuvent causer des malformations chez l’enfant.

Que peut faire le patient à la maison ?
Le patient doit aller chez le médecin lorsqu’il ressent un essoufflement soudain au cours d’une simple activité physique, par exemple monter l’escalier.
Il peut également contrôler le nombre de pulsations en appuyant l’index et le majeur sur la fossette du poignet de l’autre main, du côté du pouce.
En cas de fibrillation auriculaire, le battement est irrégulier.

ECG en cas de fibrillation auriculaire
En cas de fibrillation atriale les complexes QRS :

  1. Sont étroits (sauf en cas de défaut de conduction cardiaque),
  2. Se trouvent à une distance différente les uns des autres,
  3. Ne sont pas suivis  d’ondes P.

fibrillazione-atriale-ECG

Il n’y a pas d’ondes P dans les dérivations, mais dans certaines on peut voir des déformations irrégulières et désordonnées de la ligne isoélectrique (la ligne horizontale dans le tracé qui représente la phase sans activité cardiaque).
Les impulsions arrivent aux ventricules de manière irrégulière, les complexes QRS sont donc différents et désordonnés.
Pour connaître le rythme cardiaque, il faut mesurer la fréquence moyenne :

  • En cas de fréquence moyenne élevée (supérieure à 100 bpm)–> tachyarythmie,
  • En cas de fréquence moyenne basse (inférieure à 60 pm)–> bradyarythmie.

En cas de rapport de conduction aux ventricules élevé, la fréquence ventriculaire et la chance de complexes QRS aberrants sont plus élevées.

Il est important d’établir s’il s’agit d’une tachyarythmie ou d’une bradyarythmie car cela change le remplissage ventriculaire.
Une tachyarythmie provoquée par la fibrillation auriculaire est plus grave car le remplissage du ventricule est réduit.
Les conséquences sont beaucoup plus graves si le patient a déjà souffert :

  • D’infarctus,
  • D’insuffisance cardiaque.

 


Fibrillation atrialeTraitement en cas de fibrillation auriculaire (FA)

Lignes directrices

Parfois, les patients ne présentent pas de symptômes ou de complications à cause d’une FA. C’est le cas chez les personnes âgées qui ne sont pas très actives. La fibrillation est alors dite bénigne.
Le traitement de la fibrillation auriculaire est nécessaire parce qu’elle peut provoquer des caillots.
Ces formations de sang peuvent provoquer des complications comme :

Traitement pharmacologique
Le médecin prescrit des fluidifiants du sang pour prévenir la formation de caillots.
En plus de ces médicaments, le médecin peut indiquer un médicament pour traiter la fibrillation auriculaire. Ces médicaments préviennent la fibrillation auriculaire et aident à contrôler la fréquence cardiaque pendant la crise.
Les antiarythmiques comme le propafénone, le sotalol, l’amiodarone (Cordarone) et la flécaïnide sont utiles pour prévenir la FA.
Les médicaments bêtabloquants comme le propranolol, l’aténolol, le métoprolol et le vérapamil agissent et contrôlent le rythme cardiaque.
Il faut rappeler que ces médicaments peuvent avoir des effets secondaires et que les principes actifs cités aident à contrôler les symptômes mais pas à soigner la maladie. Quand le patient ne prend plus ses médicaments, la fibrillation auriculaire peut se représenter.

Traitement anticoagulant
Le risque d’accident vasculaire cérébral est supérieur chez les patients de plus de 75 ans et chez les personnes qui souffrent d’autres troubles comme :

  1. Le diabète,
  2. L’hypertension,
  3. Des maladies valvulaires,
  4. Des antécédents d’infarctus ou d’AVC,
  5. La fonction des ventricules réduite,
  6. D’autres maladies vasculaires.

Dans ce cas, le médecin prescrit un traitement anticoagulant (80% des patients).
Des études scientifiques quant à l’utilisation du magnésium en cas de fibrillation auriculaire ne démontrent aucune amélioration du trouble.

Cardioversion électrique
La procédure consiste à envoyer un choc électrique sur la paroi thoracique à l’aide d’un défibrillateur. Ce choc aide à rétablir le rythme cardiaque normal.
Cette procédure est utile si le patient est atteint de la maladie depuis quelques mois déjà.
La personne doit être sous traitement anticoagulant pour pouvoir se soumettre à la cardioversion électrique.
En cas de présence de caillots de sang, ils peuvent se détacher et circuler dans le sang.
Les caillots peuvent se diriger vers le cerveau. Dans ce cas-là, la conséquence est un AVC.
Avant d’effectuer cette procédure, le médecin peut attendre jusqu’à 4 semaines après la prescription de la warfarine (Coumadine).

Ablation du nœud auriculo-ventriculaire (AV)
La solution est l’ablation du nœud atrioventriculaire lorsque les patients présentent les symptômes suivants :

  1. Essoufflement,
  2. Vertiges,
  3. Intolérance à l’exercice.

Cette procédure est nécessaire chez les patients qui n’ont pas montré de signes d’amélioration suite à la prise de médicaments.
Un cathéter est introduit dans une veine de la zone de l’aine afin d’atteindre le nœud AV dans le cœur.
Une onde de radiofréquence traverse ce cathéter et aide à détruire le nœud AV.
L’irrégularité du rythme cardiaque est ainsi complètement éliminée.
Cette procédure provoque des pulsations cardiaques qui peuvent baisser jusqu’à 30 battements par minute. Ensuite, l’implantation d’un stimulateur cardiaque (pacemaker) est effectuée afin de stabiliser le rythme cardiaque.

Le stimulateur cardiaque (pacemaker)stimulateur,cardiaque,électrodes,stimulation,battre,cœur
Un dispositif électronique est implanté sous la peau de la partie supérieure du thorax : c’est le pacemaker.
Ce dispositif est relié à deux fils insérés dans une veine.
Le dispositif est positionné juste au-dessus du cœur. Il envoie des impulsions électriques au cœur de temps en temps. Le pacemaker fonctionne à l’aide d’une batterie qui a une durée de vie d’environ 6 ans.
Le pourcentage de succès d’un stimulateur cardiaque est de 99 %.
Cette procédure est très utile pour réduire les symptômes de la fibrillation auriculaire chronique.

La chirurgie à cœur ouvert
Une intervention à cœur ouvert peut être nécessaire pour le traitement de la fibrillation auriculaire.
Le chirurgien incise le thorax et arrive au cœur à travers l’extrémité inférieure du sternum.
L’intervention au cœur en cas de fibrillation auriculaire (procédure du labyrinthe) consiste à effectuer de nombreuses incisions dans la région supérieure du cœur.
Puis le chirurgien recoud les blessures.
De cette manière, il se forme du tissu cicatriciel.
Les cicatrices interfèrent avec la transmission des impulsions électriques qui peuvent provoquer la fibrillation auriculaire.
Le rythme cardiaque normal est ainsi rétabli.
Grâce à cette procédure, 90 % des patients guérissent.

 


Alimentation et régime en cas de fibrillation auriculaire

Il est conseillé d’éviter les aliments salés parce qu’ils sont contre-indiqués en cas d’hypertension (pression élevée) ou d’insuffisance cardiaque.
Les médicaments anticoagulants qui sont généralement pris par le patient peuvent interférer avec certains aliments et boissons :

  1. La laitue,
  2. Le thé vert,
  3. Le chou,
  4. Les épinards,
  5. Les choux de Bruxelles,
  6. Le persil,
  7. Le chou vert,
  8. La moutarde,
  9. La blette.

Une étude scientifique publiée dans PUBMED (Omega 3 and atrial fibrillation: Where are we?) a démontré que les propriétés antiarythmiques des oméga-3 sont favorisées, du moins partiellement, par l’action antioxydante, anti-inflammatoire et antifibrotique.

Les aliments riches en oméga-3 sont :

  • Le poisson bleu (le saumon, le cabillaud, etc.),
  • Les graines de lin,
  • Les noix,
  • Les haricots secs,
  • Les légumes à feuilles vertes.

Selon la médecine douce, ce trouble peut être traité par :

  • Une alimentation équilibrée,
  • Des traitements naturels.

D’après le régime du groupe sanguin, la cause de la fibrillation auriculaire est un blocage de la digestion.
Les patients réfèrent souvent de souffrir de ce trouble après les repas.
Dans ce cas, il est possible de boire deux verres d’eau très chaude pour stimuler l’éructation et la libération des gaz de l’estomac.
De cette manière, la digestion se débloque et la fibrillation auriculaire disparaît généralement.

L‘hygiénisme est une médecine douce qui se base sur l’alimentation naturelle, l’exercice physique régulier et dans certains cas le jeûne.
Selon l’hygiénisme, pour prévenir ce trouble, il faut éviter :

  1. Toute mauvaise combinaison alimentaire,
  2. Les aliments transformés,
  3. Les boissons stimulantes,
  4. Les protéines animales.

En particulier, il ne faut pas manger d’aliments très différents en même temps, par exemple :

  1. Les aliments protéiques et les glucides (les pâtes et les haricots secs),
  2. Les aliments gras et ceux protéiques (la viande et l’huile),
  3. Les fruits acides et les fruits sucrés (l’ananas et les abricots).

Parmi les remèdes naturels, une tisane à la camomille romaine aide à débloquer la digestion.
L’activité physique aérobie peut améliorer la santé du cœur, mais l’athlète doit consulter le cardiologue car le sport au niveau compétition peut déclencher une crise de fibrillation.

 


Pronostic et espérance de vie chez le patient souffrant de fibrillation auriculaire

L’étude de Framingham sur le cœur a démontré que les personnes souffrant de FA présentent un risque de mort de 1,5 à 1,9 fois plus élevé par rapport aux personnes sans FA.
Le risque d’AVC ischémique (à cause d’un caillot) est 5 fois plus élevé chez les personnes atteintes de FA. Il représente 15 % de tous les accidents vasculaires cérébraux aux États-Unis.
Aux États-Unis, plus de 2,3 millions de personnes souffrent de fibrillation auriculaire, dont la moitié a plus de 80 ans. Seulement 0,1 % des individus de moins de 50 ans souffrent de fibrillation auriculaire.
Le risque de mort soudaine à cause de maladies cardiaques est trois fois plus élevé chez les personnes qui souffrent de fibrillation auriculaire.

À lire aussi

Fibrillation auriculaire : ECG, traitement et médicaments ultima modifica: 2018-06-20T11:17:45+00:00 da Dr. Massimo Defilippo