Escarres : stades, causes et complications

Les escarres (ou ulcères de décubitus) sont des lésions cutanées et des plaies affectant les tissus sous-jacents, causées par une pression prolongée sur la peau.

Lorsqu’une personne est alitée, le poids du corps écrase la peau qui se trouve entre les os et le matelas.
Il en résulte :

  • Une diminution ou l’arrêt de la circulation sanguine vers le tissu cutané,
  • Un apport insuffisant en oxygène à la peau.

Les zones à risque d’escarres sont les zones de peau en contact direct avec les os du corps, car il n’y a pas de muscles ou tendons, par exemple :

  • Le talon,
  • Les chevilles,
  • Les hanches,
  • Le dos (la région sacrale).

Une personne âgée est plus à risque, surtout si elle souffre d’une maladie qui :

  • L’oblige à rester au lit pendant une période prolongée,
  • Limite sa capacité à changer de position.

Un enfant ou un nouveau-né souffrant d’un handicao moteur peut développer une escarre parce que :

  • Il est immobile,
  • Il est souvent couché dans la même position.

Il est très rare de rencontrer un patient qui développe une escarre après avoir gardé son plâtre trop longtemps suite à une fracture.
Les escarres peuvent se développer rapidement et sont souvent difficiles à traiter.
Plusieurs stratégies peuvent aider à prévenir les escarres et favoriser la guérison.

 

Les différents stades des escarres

Stade 1.
Les lésions ne sont pas des plaies ouvertes. La peau peut être douloureuse, mais elle ne présente aucune déchirure ou coupure.
La peau apparaît rouge et ne blanchit pas (la couleur change peu lorsque l’on exerce une pression sur celle-ci et que l’on enlève ensuite le doigt).
Chez une personne au teint foncé, la zone affectée peut apparaître d’une autre couleur que la peau environnante, mais elle peut ne pas apparaître rouge.
La température de la peau est souvent plus chaude.
Les plaies au stade 1 peuvent être :

  • Douloureuses,
  • Plus dures que la région environnante.

Stade 2.
La peau se rompt, se déchire ou produit un ulcère qui est généralement douloureux. La plaie se développe dans les couches les plus profondes de la peau, jusqu’au derme.
Elle ressemble à :

  • Une abrasion,
  • Une ampoule (vésicule),
  • Un cratère (une cavité) peu profond dans la peau.

Une ampoule remplie de liquide clair peut parfois se former au stade 2. Certaines parties de la peau environnante peuvent être :

  • Rouges,
  • Irritées.

Stade 3.
La plaie s’aggrave et s’étend dans les tissus sous la peau, en formant un cratère plus profond.
Certaines parties du tissu souscutané sont irrémédiablement endommagées et peuvent mourir.
La lésion touche également le tissu musculaire.

Stade 4.
L’ulcère est très profond, il atteint le muscle et l’os causant ainsi la nécrose (mort cellulaire) d’une partie importante des tissus.
Des lésions peuvent survenir dans les tissus plus profonds :

  • Des tendons,
  • Des articulations.

Les plaies les plus graves se produisent :

  • Sur le sacrum,
  • Aux talons.

La lésion tissulaire profonde suspecte
Parfois, les escarres n’appartiennent à aucun de ces stades.
Dans certains cas, on soupçonne une plaie profonde douloureuse, mais cela ne peut être confirmé.
Lorsque la peau ne présente pas de blessure ouverte, mais que les tissus sous la surface ont été endommagés, la plaie est appelée lésion tissulaire profonde.
La zone de la peau peut apparaître :

  • Violette,
  • Rouge foncé,
  • Une ampoule remplie de sang se forme.

Les lésions sans stade
Il existe aussi des ulcères de pression qui sont « sans stade », c’est-à-dire que la situation n’est pas claire.
Dans ce cas, la plaie est couverte d’une épaisse couche :

  • D’autres tissus,
  • De pus.

Les déchets produisent une escarre (tissu nécrotique) qui peut être de couleur :

  • Jaune,
  • Grise,
  • Verte,
  • Brune,
  • Noire.

Le médecin ne peut pas examiner la base de la plaie pour en déterminer le stade.

 

Les causes des escarres

  • Les escarres se produisent si le patient ne peut pas bouger et qu’il reste donc dans la même position pendant une période prolongée.
  • Normalement, les personnes bougent constamment, même lorsqu’elles dorment.
    Cela évite le développement de plaies.
  • Les personnes qui ne sont pas en mesure de bouger exercent une pression sur les mêmes zones du corps pendant une longue période.
  • Une personne malade et alitée ou en fauteuil roulant risque probablement de présenter des escarres.

Plusieurs facteurs peuvent augmenter le risque d’escarres, par exemple :

  1. L’immobilité – l’impossibilité de bouger facilement à cause de la vieillesse ou d’une maladie ;
  2. La perte de poids ou la malnutrition– il peut y avoir moins de masse graisseuse pour protéger les zones osseuses ;
  3. Le fait de glisser vers le bas dans un lit ou sur une chaise – la pression sur la peau bloque l’apport de sang parce que la peau est tirée dans des directions différentes ;
  4. Le frottement ou la friction de la peau, par exemple contre les draps du lit ;
  5. Un patient peut développer des plaies pendant les 2 ou 3 derniers jours de vie, même en effectuant une bonne prévention ;
  6. L’obésité ;
  7. Une alimentation inadaptée – selon la téorie de la médecine naturelle et du régime du groupe sanguin, il y a des aliments qui favorisent l’apparition d’escarres, alors que d’autres aliments naturels aident à prévenir ce trouble ;
  8. Le manque de liquides (déshydratation) ;
  9. Une peau moite – par exemple, à cause de la transpiration ou de l’incontinence ;
  10. D’autres maladies comme :

 

Les symptômes des escarres

Les symptômes des escarres sont :

  1. Une peau rouge qui s’aggrave avec le temps,
  2. La formation d’une ampoule dans la zone puis d’une blessure ouverte,
  3. Si la blessure est infectée, de la fièvre peut se manifester.

 

Les complications des escarres

Un escarre non traité peut causer plusieurs maladies secondaires, y compris :

  1. Le sepsis (les bactéries pénètrent dans le sang),
  2. La cellulite infectieuse (une inflammation des tissus qui provoque un gonflement et des rougeurs),
  3. Des infections de l’os (ostéomyélite) et des articulations (synovite),
  4. Un abcès (un amas de pus),
  5. Un carcinome à cellules squameuses (ulcère de Marjolin),
  6. Une fistule,
  7. Une calcification des tissus.

 

L’évaluation d’une escarre

Afin d’évaluer l’ulcère, le médecin doit :

  1. Déterminer la taille et la profondeur de la plaie ;
  2. Vérifier si des liquides ou des débris qui peuvent indiquer une infection sont présents dans la blessure ;
  3. Déterminer si des odeurs qui indiquent une infection ou du tissu mort sont présentes ;
  4. Contrôler la zone autour de la blessure pour voir s’il existe des signes de dommages tissulaires ;
  5. Rechercher d’autres lésions provoquées par une pression sur le corps.

À lire aussi :


Qui sommes-nous | Contact | Termes du service | Charte données personnelles | Sitemap |  Publications |  Disclaimer

Site du Docteur Massimo DEFILIPPO Via Roma 18 - 42048 Rubiera (RE) Italie
Escarres : stades, causes et complications ultima modifica: 2017-11-28T12:01:35+00:00 da Defilippo Giovanni Médecin chirurgien

Je m'appelle Giovanni Defilippo, je suis un médecin généraliste de Rubiera (Italie) à la retraite, avec 40 ans d'expérience (numéro d’inscription à l'ordre des médecins de Reggio Emilie : 1373). Je me suis diplômé à l'Université de Bologne le 29/06/1972... Biographie