Douleur pendant l’accouchement

La douleur qui est ressentie pendant l’accouchement est un mécanisme naturel pour signaler à la femme que le bébé est sur le point de naître.

Sans la douleur, la femme pourrait accoucher dans n’importe quel lieu, tandis que lorsqu’elle ressent la douleur, la femme se rend à l’hôpital pour accoucher dans un endroit sûr.
De plus, la mère recherche la meilleure position pour ressentir moins de douleur qui correspond à la meilleure position pour l’accouchement.

 

Contractions pendant le travail

 douleur pendant l'accouchement, travailComment sont les contractions ?
Avec des contractions, le corps de la femme se prépare à pousser le bébé le long du canal. Elles sont douloureuses mais nécessaires. 

Comment reconnaître les contractions ?
Il existe deux types de contractions : les fausses et les vraies.
Les fausses contractions (aussi appelées contractions de Braxton Hicks) peuvent se produire à n’importe quel moment après la première moitié de la grossesse ou peuvent ne pas se présenter du tout.
Les femmes décrivent ces contractions comme de légères crampes.
Certains signes de faux travail peuvent quand même porter à l’accouchement.
Les fausses contractions sont irrégulières (Raines et al. – 2018) et cessent généralement lorsque la femme change de position.

accouchement, contractioms, dilatation du col de l'utérusLes vraies contractions sont facilement reconnaissables grâce aux signes suivants :

  • Leur intensité,
  • Leur fréquence, elles se produisent toutes les 5 minutes environ (Gillian E. Hanley et al. – 2016) et durent de 40 à 90 secondes,
  • La douleur dans l’abdomen ou au dos (ou les deux) ; la douleur au dos se produit dans 75,3% des cas (Tzeng et al. – 2008),
  • La diarrhée,
  • La rupture de la membrane, également appelé « rupture de la poche des eaux » ou « perte des eaux », qui peut même se produire avant le début du travail ou au moment de l’intervention du médecin.

 

À quoi peut-on comparer la sensation des contractions ?

Le travail est différent d’une femme à l’autre : certaines ressentent une douleur plus intense et d’autres, une douleur plus légère.
anesthésie péridurale, accouchement, douleurMême les réactions après la péridurale varient considérablement d’une femme à l’autre.
Il y a aussi certains aspects psychologiques à considérer : par exemple, quand la femme accouchait à la maison, cela était considéré comme un acte naturel et l’atmosphère était différente.
Aujourd’hui, le trajet vers l’hôpital pour un accouchement imminent peut provoquer de l’anxiété et la conséquence est un faible seuil de douleur.
De plus, la femme arrive souvent avec des douleurs dans les jambes et dans le bas ventre causées par la grossesse.
La douleur de l’accouchement ne s’oublie pas, voici quelques exemples d’expériences vécues par certaines femmes :

  • La douleur a été irritante, mais pas insupportable ;
  • J’ai ressenti une douleur atroce ;
  • Les contractions étaient comme des spasmes et n’étaient pas très douloureuses ;
  • Au départ, je ne pensais pas que le travail avait commencé, je pensais que j’avais des contractions au niveau de l’intestin. Quand nous sommes arrivés à l’hôpital, la dilatation était déjà de 10 centimètres. C’était douloureux, mais pas trop ;
  • J’ai supplié mon mari d’arrêter la voiture sur le chemin de l’hôpital parce que la douleur était insupportable ;
  • Grâce au cours de préparation à l’accouchement, je n’ai presque pas senti de douleur ;
  • L’accouchement a été provoqué est j’ai subi une péridurale. Je n’ai donc ressenti que de légères contractions. Cela a été assez simple ;
  • La péridurale n’a pas fait l’effet que j’espérais, j’ai donc ressenti toutes les contractions ;
  • Jusqu’au moment de la péridurale, j’ai eu des crampes ;

En cas de naissances multiples, le deuxième enfant sort généralement plus facilement.

 

Douleur pendant l’accouchement similaire aux crampes

accouchement naturel, plexus brachialLa description des contractions est variable, elle peuvent être comparées à une version extrême des règles douloureuses ou des douleurs provoquées par la colite ou une colique néphrétique.

  • Mes contractions étaient semblables aux douleurs des règles,
  • Les crampes partaient de l’estomac et arrivaient au niveau de la zone pubienne,
  • C’était comme des crampes abdominales provoquées par la colite mais mille fois plus douloureuses,
  • J’avais des crampes très douloureuses qui partaient de l’utérus et se propageaient vers le bas et vers le dos,
  • J’ai ressenti une très forte douleur qui partait du dos et se propageait à l’estomac,
  • C’était comme des crampes menstruelles très douloureuses qui vont et viennent, partent du bas et se dirigent vers le ventre et le dos
  • Pendant le travail, des crampes sont ressenties dans le bas-ventre.

 

Sentiment de compression pendant l’accouchement

Certaines femmes ont décrit la douleur comme une pression plutôt que des crampes.

  • J’avais l’impression que mon estomac avait rétréci dans une petite boule douloureuse, mais les contractions n’étaient pas insupportables,
  • C’était comme si mon corps tout entier se contractait,
  • C’était comme si mon ventre se contractait et que la douleur se répandait dans le dos et la partie inférieure du rectum,
  • C’était comme si quelqu’un appuyait à l’intérieur.

 

Que faire quand les contractions de l’accouchement commencent ?

Si les contractions sont assez régulières et se produisent toutes les 5-7 minutes, il est recommandé d’aller aux urgences, même si la femme n’est pas sûre que le travail ait commencé.

Ne pas s’inquiéter s’il faut aller aux urgences pendant la nuit car cela est très fréquent.
Dans les cas suivants, il est recommandé d’appeler son propre médecin ou gynécologue :

  • Les contractions deviennent plus fortes, mais la date présumée de l’accouchement est encore loin (accouchement prématuré),
  • La poche des eaux se rompt sans que le travail ait commencé,
  • Les pertes (eaux) sont de couleur verdâtre ou marron,
  • Si le cordon ombilical a glissé dans le col de l’utérus ou dans le canal vaginal.

 

Solutions pour soulager la douleur pendant l’accouchement

Ne pas s’allonger sur le dos – quand la femme s’allonge sur le dos, tout le poids du bébé et de l’utérus se déplace sur la veine cave ( qui transporte le sang des membres inférieurs au cœur), ce qui n’est pas bon car cela réduit l’afflux de sang. De plus, l’utérus se contracte pour rester en avant et il travaille contre la gravité (Warland – 2017).
Pendant le travail, la femme doit éviter de se coucher sur le dos et choisir une position plus verticale (Stremler et al. – 2005).

Debout, agenouillé et accroupi, la gravité est utilisée pour favoriser l’accouchement.
En outre, l’accroupissement augmente la taille du bassin, ce qui laisse plus de place pour les manœuvres du bébé pour sortir (Johnson et al. – 1991).

Déclenchement de l’accouchement par perfusion d’ocytocine 
L’ocytocine est le médicament le plus fréquemment utilisé pour l’induction de l’accouchement. (Zhang et al – 2011)
Parmi les avantages de ce médicament, il y a l’augmentation des contractions (Simpson et al., 2008 -).
L’ocytocine est utilisée pour augmenter l’activité utérine lorsque le processus d’accouchement n’a pas abouti, dans le but de faire un accouchement par voie basse (Clark-2009).

Comment faire pour soulager la douleur – les meilleures solutions pour accoucher sans douleur sont naturelles et certaines d’entre elles sont particulièrement efficaces.
Il est conseillé d’exercer une activité physique modérée pendant la grossesse, par exemple marcher ou en monter les escaliers.
L’accouchement dans l’eau peut soulager la douleur et détendre la femme. Le travail devient ainsi plus rapide.
Si ces options naturelles ne suffisent pas à apaiser la douleur, le médecin peut prescrire certains médicaments mais il y a des effets secondaires à prendre en considération.
Certains médicaments affaiblissent le corps et peuvent provoquer d’autres complications.

La péridurale
La péridurale immobilise la femme dans son lit et la rend donc inactive lors de l’accouchement sauf pour aider à pousser le bébé.
Cependant, avec une dose faible, il est possible de bouger les jambes ou même de se lever et de marcher si quelqu’un aide.
Vu que l’effet d’une seule injection n’est pas suffisant tout au long de l’accouchement, un cathéter est généralement inséré dans le dos de la femme.
Il peut être utilisé pour injecter plus d’anesthésique ou plus d’antidouleur.
Le cathéter peut être connecté à une petite pompe qui injecte continuellement de petites quantités de médicament.
Parfois, il y a une pompe qui est contrôlée par le patient.
Cela signifie qu’il peut injecter plus de médicament si nécessaire.
Le soulagement de la douleur se ressent généralement 20 minutes plus tard.

L’analgésie péridurale avec la lidocaïne (0,5%) et le fentanyl ne prolonge pas la durée du travail par rapport à la normale.
Cependant, une augmentation significative de l’ocytocine est nécessaire pour éviter de prolonger la durée moyenne de l’accouchement (Mousa et al-2012).
La péridurale réduit la douleur de manière significative et elle est aussi efficace que les injections d’analgésiques à base d’opium (Khan et al., 2008).

Quels sont les effets secondaires de la péridurale ?

  • Certains médicaments peuvent provoquer des démangeaisons.
  • Une hypotension artérielle qui peut causer des vertiges ou des nausées.
  • Des problèmes urinaires : la péridurale peut bloquer la miction. Un cathéter urinaire peut être nécessaire pour uriner après l’injection.
  • De la fièvre : l’injection péridurale peut provoquer de la fièvre, tandis qu’elle est plus rare avec les autres médicaments.

Les contre-indications
La péridurale est contre-indiquée chez les femmes qui :

  • Sont allergiques aux anesthésiques,
  • Ont des problèmes de coagulation du sang.

Le bloc nerveux spinal
L’anesthésie spinale fonctionne de manière similaire à la péridurale, mais l’anesthésie est injectée encore plus près de la moelle épinière : dans une zone appelée espace sous-arachnoïdien.
Par conséquent, toute la partie inférieure du corps est endormie.
L’anesthésie spinale, également appelée rachianesthésie, a un effet plus rapide qu’une épidurale.
Pour cette raison, elle est utilisée pour effectuer une césarienne lorsqu’il est trop tard pour effectuer la péridurale.
Il est possible de combiner une rachianesthésie et une péridurale.
Cependant, ce n’est pas clair si cette association présente des avantages ou des désavantages par rapport à la péridurale seule.
De cette façon, l’effet antidouleur commence plus rapidement, mais il est plus probable qu’il provoque une démangeaison ou d’autres troubles.

Le bloc pudendal
Le bloc du pudendal peut être effectué au cours de la dernière phase de l’accouchement lorsque l’enfant est en train de sortir.
Cela implique l’injection d’un anesthésiant dans le tissu :

  • Du vagin,
  • Du périnée (le tissu entre le vagin et l’anus).

Il est indiqué seulement si la naissance ne se passe pas bien et s’il faut utiliser une ventouse ou les forceps.

Quelle est l’efficacité des antidouleurs ?
Les antidouleurs peuvent également être injectés directement dans la circulation sanguine ou inhalés (inspirés).
Ils agissent alors sur l’ensemble du corps de la femme, pas seulement sur l’abdomen.
Un avantage par rapport aux anesthésiques locaux est qu’il n’est pas nécessaire d’utiliser un cathéter.
Mais les antidouleurs ne sont pas aussi fiables que la péridurale et certains ont même plus d’effets secondaires.

L’analgésie par inhalation
L’oxyde d’azote est généralement utilisé dans ce but.
Un avantage est que les femmes peuvent réguler la quantité qu’elles respirent.
L’oxyde d’azote a un effet rapide, mais il s’épuise rapidement.
Les effets secondaires sont :

  • Des nausées,
  • Des vomissements,
  • Une somnolence,
  • Des vertiges.

Il n’y a pas d’effets secondaires connus pour l’enfant.

Les opioïdes
Les opioïdes peuvent être injectés dans le tissu musculaire ou injectés dans la circulation sanguine par perfusion.
Ces médicaments peuvent être utiles, mais ils sont moins efficaces que la péridurale.
Les études scientifiques montrent qu’au moins deux tiers des femmes qui reçoivent des opioïdes ont une douleur modérée ou sévère au cours des deux heures suivantes.
Les effets secondaires dépendent de la dose et ils peuvent être :

  • Une baisse de la tension artérielle,
  • Des nausées,
  • Des vomissements,
  • Une somnolence.

Les opioïdes peuvent affecter la respiration de l’enfant après la naissance.
Pour cette raison, un médicament appelé antagoniste des opioïdes peut être administré à l’enfant pour contrer cet effet.
Ce médicament peut également être administré à la mère.
Cependant, les antagonistes des opioïdes réduisent :

  • Les effets secondaires de l’opioïde,
  • Les effets antidouleur.

Injections d’eau stérile
Certains hôpitaux pratiquent des injections d’eau stérile dans le dos de la mère, ce qui devrait contribuer à soulager la douleur physiologique. Malheureusement, ce remède naturel n’a pas le même effet sur toutes les femmes.
Le mécanisme de ces injections consiste en la réduction de la douleur en « piégeant » le cerveau avec des stimulis sur les récepteurs de certains nerfs.
Un nerf qui provient de la colonne vertébrale et va à l’utérus transporte également au cerveau les informations qui proviennent de la peau du dos.

L’irritation de la peau dans cette zone peut soulager la douleur de l’accouchement
On pense que les injections d’eau stérile provoquent une distension de la peau qui stimule les récepteurs :

  • De la pression,
  • De la douleur (Saxena et al., 2009).

Aucun effet secondaire autre que la douleur et la brûlure au niveau du point d’injection d’une durée de quelques secondes n’ont été observées (Mårtensson et al. – 1999).

L’acupuncture
Si l’hôpital le permet, il est possible d’effectuer l’acupuncture pendant l’accouchement pour gérer la forte douleur au dos.
Selon Smith et al. (2011), l’acupuncture pendant l’accouchement peut :

  • Réduire l’intensité de la douleur liée à l’accouchement,
  • Augmenter la satisfaction de la patiente,
  • Limiter l’utilisation de médicaments anesthésiques et analgésiques tels que la péridurale.

En outre, l’acupuncture pendant le travail peut apporter d’autres avantages, notamment :

  • Un accouchement plus rapide,
  • Un pourcentage d’accouchements utilisant des instruments réduits.

Exercices physiques pendant la grossesse
Faire du sport pendant la grossesse, même 30 minutes de marche par jour, permet d’aider le corps et l’esprit.
Une visite chez l’ostéopathe est utile pour améliorer l’alignement de la colonne vertébrale de la femme avant l’accouchement.

À lire aussi :

Bibliographie

  1. Johnson N, Johnson VA, Gupta JK. Maternal positions during labor. Obstet Gynecol Surv. 1991 Jul; 46(7):428-34.
  2. Jane Warland. Back to basics: avoiding the supine position in pregnancy. J Physiol. 2017 Feb 15; 595(4): 1017–1018.
  3. Stremler R, Hodnett E, Petryshen P, Stevens B, Weston J, Willan AR. Randomized controlled trial of hands-and-knees positioning for occipitoposterior position in labor. Birth. 2005 Dec; 32(4):243-51.
  4. Simpson KR, James DC. Effects of oxytocin-induced uterine hyperstimulation during labor on fetal oxygen status and fetal heart rate patterns. Am J Obstet Gynecol. 2008 Jul; 199(1):34.e1-5.
  5. Zhang J et al. Oxytocin regimen for labor augmentation, labor progression, and perinatal outcomes. Obstet Gynecol. 2011 Aug; 118(2 Pt 1):249-56.
  6. Clark SL, Simpson KR, Knox GE, Garite TJ. Oxytocin: new perspectives on an old drug. Am J Obstet Gynecol. 2009 Jan; 200(1):35.e1-6.
  7. Wesam Farid Mousa, Roshdi Al-Metwalli, and Manal Mostafa. Epidural analgesia during labor vs no analgesia: A comparative study. Saudi J Anaesth. 2012 Jan-Mar; 6(1): 36–40. doi:  10.4103/1658-354X.93055.
  8. Khan MA, Yasin B, Zaffar M, Rehman S. Epidural analgesia; effect on the duration of labor. Prof Med J. 2008;15:101–3.
  9. Mårtensson L, Wallin G. Labour pain treated with cutaneous injections of sterile water: a randomised controlled trial. Br J Obstet Gynaecol. 1999 Jul; 106(7):633-7.
  10. Smith CA, Collins CT, Crowther CA, Levett KM. Acupuncture or acupressurefor pain management in labour. Cochrane Database Syst Rev. 2011 Jul 6;(7):CD009232. doi: 10.1002/14651858.CD009232.
  11. Raines DA, Whitten RA. Braxton Hicks Contactions. StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2018.
  12. Tzeng YL, Su TJ. Low back pain during labor and related factors. J Nurs Res. 2008 Sep;16(3):231-41.
  13. Gillian E. Hanley, Sarah Munro, Devon Greyson, Mechthild M. Gross,Vanora Hundley, Helen Spiby, and Patricia A. Janssen. Diagnosing onset of labor: a systematic review of definitions in the research literature.

Qui sommes-nous | Contact | Termes du service | Charte données personnelles | Sitemap |  Publications |  Disclaimer

Site du Docteur Massimo DEFILIPPO Via Roma 18 - 42048 Rubiera (RE) Italie
Douleur pendant l’accouchement ultima modifica: 2016-03-07T22:07:55+00:00 da Defilippo Giovanni