Comment traiter les douleurs lombaires ou dans le bas du dos

Comment traiter les douleurs lombaires ou dans le bas du dos

J’ai analysé des centaines d’études scientifiques pour comprendre le traitement le plus efficace contre le mal de dos.

En particulier, j’ai recherché des traitements plus naturels et avec le moins d’effets secondaires possibles.

Et j’ai trouvé des données intéressantes, mais cela n’était pas suffisant.

J’ai donc sélectionné les recherches qui, d’après mon expérience, étaient vraiment utiles et j’ai essayé l’effet sur de vrais patients.

Maintenant, je vais résumer ce que j’ai découvert.

La douleur au dos lombaire peut avoir de nombreuses causes, mais dans la plupart des cas, la douleur est « non spécifique », c’est-à-dire qu’elle n’est pas causée par une maladie ou une blessure.

Dans cet article, je parlerai de la douleur musculo-squelettique.

Exercice pour la lombalgie,rotation,lombaire,dos,dorsale

Exercice pour la lombalgie
© Massimo Defilippo

Le mal de dos touche les personnes de tout âge, mais est plus fréquent entre 30 et 60 ans que chez les personnes âgées.

De plus, dans ce groupe d’âge, la douleur est plus intense.

Étrange, non ?

C’est un facteur très important à prendre en compte pour bien comprendre la cause, puis pour choisir le traitement le plus approprié.

Pourquoi ?

Si la douleur était provoquée par une dégénérescence de la colonne vertébrale (arthrose, sténose lombaire, ostéoporose, etc.), les personnes âgées en souffriraient davantage que les adultes.

En réalité, c’est l’inverse qui se produit.

Pour arriver au diagnostic, il est important de comprendre la véritable origine de la douleur.

 

colonne vertébrale

 

Quelles sont les différents types de mal de dos ?

La douleur au dos lombaire peut être aiguë ou chronique, vous l’avez probablement déjà lu sur l’ordonnance du médecin.

  • Dans le premier cas, la douleur a commencé il y a moins de 2 ou 3 jours,
  • En cas de douleur chronique, la douleur persiste pendant depuis au moins 6 semaines.

Quand la douleur est présente depuis moins de 6 semaines, on parle de douleurs au dos subaigües.

Cette classification peut être utile car certains traitements sont conseillés uniquement pendant la phase aiguë ou uniquement en phase chronique.

Le lumbago (tour de rein) est un épisode de lombalgie aiguë caractérisé par :

  • Une douleur très intense,
  • Une incapacité à se redresser.

Cela se produit généralement lorsque la personne se penche en avant pour ramasser quelque chose sur le sol, sans plier les genoux.

Le sujet touché reste immobile, plié en avant, car chaque mouvement qu’il tente de faire est extrêmement douloureux.

À partir de ce moment, il s’assoit ou se couche sur le côté dans l’attente d’une amélioration qui ne se produira pas avant 24 heures.

Il est fortement déconseillé d’essayer de se redresser avec cette douleur pour éviter une aggravation :

 

Quelles sont les causes réelles du mal de dos ?

Pour comprendre quel est le traitement adapté, je dois vous expliquer brièvement quelles sont les causes réelles du mal de dos non spécifique (c’est-à-dire qui n’est pas provoqué par des maladies des organes).

Tout le monde pense que le mal de dos est causé par des changements anatomiques, par exemple :

hernie,discale,ostéophytes

En réalité, il est très rare que ces dégénérescences provoquent une douleur.

En effet, ce sont des altérations anatomiques très fréquentes, même chez les personnes qui ne ressentent aucune douleur.

Cela conduit à de mauvais choix, par exemple :

  • Rester au repos au lit,
  • Éviter les activités physiques par peur d’aggraver la douleur,
  • Effectuer des traitements qui n’ont aucun effet.

Au lieu de cela, il faut se concentrer davantage sur le fonctionnement du dos pendant les mouvements et moins sur ce qui est vu durant les examens de diagnostic.

Lors d’un examen, il faut être immobile. De plus, l’IRM est effectuée en position couchée.

Cela n’aide donc pas à comprendre ce qui se passe lors des activités qui provoquent de la douleur.

Les facteurs prédisposant comprennent :

  • Des déséquilibres musculaires et une mauvaise coordination; dans la pratique, certains muscles ne participent pas aux mouvements, de sorte que d’autres muscles sont surchargés.
  • Fumer,
  • De mauvaises postures,
  • Une vie trop sédentaire. Pour rester en bonne santé, le corps a besoin de bouger régulièrement.

Quelles sont les causes réelles du mal de dos

Si vous avez aimez la description des vraies causes du mal de dos, partagez-la avec vos amis :

Parfois les spécialistes, statistiques à l’appui, affirment que la dépression ou un travail insatisfaisant et répétitif peut causer un mal de dos.
Pendant la grossesse, la lombalgie est fréquente car le corps subit des modifications internes à cause de la prise de poids : l’antéversion du bassin (rotation vers l’avant) et l’augmentation de la lordose lombaire.
Les ligaments et les autres tissus mous deviennent plus élastiques.
À ces altérations du corps, s’ajoute une subluxation du sacrum par rapport aux os iliaques du bassin qui provoque la douleur classique lombo-sacrée des femmes enceintes.

La lombalgie chez les enfants peut être causée par une scoliose. Cette condition peut provoquer des symptômes également chez les adultes.

Un patient qui prend froid ou attrape un coup de froid ne développe pas de lombalgie comme on pense souvent, même si les muscles peuvent se raidir et compliquer un trouble qui existait déjà.

 

Que faut-il faire ? Quel est le traitement le plus approprié  pour la lombalgie ?

Les directives générales indiquent un contrôle de la posture comme la chose la plus importante à faire pour prévenir la lombalgie. En plus, il est conseillé d’effectuer avec régularité un programme d’exercices ciblés (vanTulder et al. 1997) en salle de sport.

De plus, il faut rester actif et continuer à faire les activités de la vie quotidienne.

Le repos au lit ou une vie plus sédentaire et statique augmente le temps de récupération (Deyo et al. – 1992).

Il est nécessaire d’éviter les récidives de lombalgie qui sont fréquentes si on élimine seulement les symptômes et non la cause.
Le patient devra :

  • Éviter de se pencher en avant avec le dos en maintenant ses membres inférieurs tendus ;
  • Passer l’aspirateur avec le dos droit ;
  • Faire le lit en pliant les genoux.

Quelle est la posture correcte en position assise ?

Quand on s’assoit, il est conseillé de tenir un rouleau lombaire qui maintient la physiologie de la lordose.

Dans cette position, le confort est maximum.

Mais cela peut aussi être contre-productif.

Laissez-moi mieux vous expliquer.

Si vous êtes à l’aise sur une chaise, vous restez immobile pendant 2 ou 3 heures sans vous lever.

Ceci n’est pas bon, au contraire, cela peut être une cause de douleur.

Il est important de se lever toutes les heures, ne serait-ce que pour faire quelques pas autour de la table.

La conséquence de garder longtemps une même position est la déformation des tissus mous (muscles, tendons, etc.).

Une étude de Light montre qu’un étirement léger mais durable d’une heure par jour est plus efficace qu’un étirement intense pendant une courte durée.

 

Le massage est-il recommandé ?

Il y a des muscles dans les fesses (par exemple le piriforme et le moyen fessier) qui sont contractés. Il est donc important d’enlever les contractures à ce niveau.

Souvent, il existe des points de déclenchement actifs (trigger point), c’est-à-dire des points à l’intérieur du muscle qui peuvent provoquer une douleur, même à distance.

Certains d’entre eux peuvent notamment causer des douleurs au dos :

  • Dans les muscles paravertébraux (qui unissent les vertèbres),
  • Dans le carré des lombes,
  • Dans le grand fessier.

Trigger point et mal de dos

Si vous avez aimé cette explication, partagez-la avec vos amis :

De plus, la massothérapie est essentielle si la douleur est apparue après une opération ou une fracture avec déplacement.

Dans ce cas, les cicatrices qui se forment dans les muscles sont moins élastiques que les tissus musculaires.

Cela provoque la formation à la fois de micro-adhérences entre les fibres musculaires et de la douleur.

 

Est-ce qu’il vaut mieux le chaud ou le froid ?

Un remède de grand-mère est la bouillotte qui peut soulager un peu la douleur. Par contre, la glace est toujours déconseillée car elle ne favorise pas la guérison mais peut aggraver la douleur provenant des muscles.

Selon une étude de Garra et al. (2010), l’application de compresses chaudes ou froides pendant 30 minutes ne sont pas utiles pour soulager la douleur.

Et si je suis coincé, que puis-je faire ?

En cas de lumbago, le traitement est différent.

La méthode McKenzie est la plus appropriée dans ce cas pour récupérer rapidement.

Il s’agit d’une thérapie basée sur des positions tenues pendant un certain temps pour détendre les muscles.

Selon les lignes directrices de cette méthode, il est possible de retrouver la position debout en 45 minutes environ.

 

Quels traitements fonctionnent ? Quels traitements ne sont pas prouvés ?

Lignes directrices européennes sur le traitement du mal de dos chronique non spécifique (c’est-à-dire sans cause apparente)

Je résume quels sont les traitements recommandés par les organisations internationales selon les études scientifiques et ceux qui ne sont pas conseillés conformément aux directives européennes.

Traitements recommandés  Traitements non recommandés
Kinésithérapie et chiropratique

  1. Exercices sous la supervision du médecin ou du kinésithérapeute
    (même en groupe).
  2. Exercices de « l’école du dos » ou back school
    (bénéfices pendant 6 semaines).
  3. Manipulation / mobilisation de la colonne vertébrale.

Expliquer au patient qu’il vaut mieux :

  • Ne pas arrêter les activités quotidiennes par peur,
  • Rester actif.

Rééducation en équipe de plusieurs spécialistes

Médicaments :

  • Antidépresseurs noradrénergiques
    – sérotoninergiques,
  • Benzodiazépines
    (ils soulagent à court terme),
  • Anti-inflammatoires non stéroïdiens
    (pendant de courtes durées),
  • Analgésiques opioïdes (par exemple le Tramadol).

Traitements invasifs

  • Neurostimulation électrique percutanée (PENS),
  • Neuro-réflexothérapie (pour une douleur supérieure à 3/10).
Kinésithérapie et corset

Médicaments :

  • Gabapentine.

 

Traitements invasifs

  • Acupuncture,
  • Infiltrations épidurales de cortisone,
  • Injections dans les facettes intra-articulaires des vertèbres,
  • Injections entre les disques intervertébraux,
  • Injections de toxine botulique,
  • Injections dans l’articulation sacro-iliaque,
  • Injections dans les points de déclenchement musculaires,
  • Dénervation des facettes articulaires
    (avec la radiofréquence),
  • Dénervation de la racine dorsale
    (du ganglion nerveux),
  • Intervention chirurgicale de fusion vertébrale.

 Source : European guidelines for the management of chronic non-specific low back pain – Novembre 2004

Bien que les recommandations prônent les anti-inflammatoires non stéroïdiens, une étude plus récente de Machado et al. (2017) affirme que les résultats des AINS sont similaires à ceux de l’effet placebo.

Les autres médicaments sur lesquels il existe des opinions contradictoires sont les antidépresseurs.

En effet, selon une étude de vanTulder et al., Les antidépresseurs ne donneraient pas de meilleurs résultats que le placebo.
En outre, une classe de médicaments n’est pas inscrite dans les traitements recommandés par les lignes directrices et ce sont les myorelaxants.
Ceux-ci-ci sont efficaces pour les douleurs en phase aiguë et chronique selon une étude de van Tulder et al. (2003).

 

Traitements utiles selon les études scientifiques

Perte de poids

Selon une étude de Hussain et al. (2017), il existe un lien entre la quantité et la répartition de la graisse corporelle et le mal de dos.
Il est donc conseillé de perdre du poids en :

  • Suivant une alimentation saine et naturelle,
  • Faisant régulièrement de l’exercice physique (Belavý et al. 2017).

Perte de poids et mal de dos

Si vous avez aimé ce traitement, partagez-le avec vos amis :

Massage thérapeutique

Le massage a un double effet :

  • Il dénoue les contractures et désactive les points de déclenchement,
  • Il détend l’esprit.

C’est pour cette raison qu’il est utile pour le mal de dos.
En outre, il peut également être utile en cas de douleur causée par les nerfs.
Pourquoi ?
Souvent, une personne souffrant de douleur neurologique a également des points de déclenchement actifs. Un massage peut donc réduire l’intensité de la douleur.

Une étude de Furlan et al. confirme l’utilité du massage pour le mal de dos chronique, en particulier si le traitement est associé à un programme d’exercices et d’explications au patient.

 

Traitements inutiles et idées reçues sur le mal de dos

Semelles orthopédiques
Il existe des études contradictoires sur l’utilité des semelles orthopédiques pour les douleurs au dos.
Selon une étude de Cambron et al., après six mois d’utilisation de semelles orthopédiques, les douleurs au dos s’améliorent considérablement, alors que pour Chuter et al., il n’existe aucune étude scientifique majeure démontrant l’efficacité de ce traitement.

Table d’inversion
Les tractions ont été abandonnées depuis longtemps pour le traitement du mal de dos.
En fait, les tractions comme la table d’inversion ne sont pas efficaces pour le traitement des douleurs au dos et de la sciatique :

  • Aiguë,
  • Subaiguë,
  • Chronique.

 

Correction de la posture et des déséquilibres musculaires

C’est probablement le traitement le plus important.
Allez consulter la page avec les exercices recommandés pour le mal de dos.
Maintenant, je vais vous dire quoi faire et pourquoi.

Selon le professeur et auteur réputé, S. Sahrmann, une posture correcte et l’équilibre corporel sont obtenus grâce à :

  • La restauration de la bonne longueur et de la force musculaire,
  • L’amélioration de la coordination musculaire lors des mouvements.

Le traitement idéal est donc composé :

  • D’exercices,
  • D’instructions sur les postures correctes,
  • De changement du mouvement pendant les activités quotidiennes.

Des mouvements quotidiens incorrects répétés provoquent des douleurs.

Les exercices améliorent le contrôle neuromusculaire (coordination) des muscles, mais cela ne suffit pas.
En fait, ils ne garantissent pas que, dans les activités de la vie courante, la personne utilise correctement ses muscles.
Permettez-moi de mieux vous expliquer :
En général, différents muscles participent au mouvement. Chez les personnes souffrant de douleurs au dos, certains muscles ne participent pas et les autres doivent les remplacer.
Cela provoque :

  • Une surcharge,
  • Une inflammation,
  • De la douleur.

Pour cela, il faut à la fois y travailler à la maison et effectuer des évaluations hebdomadaires.

Quels  muscles faut-il faire travailler ?
Souvent, les muscles faibles sont :

  • Les abdominaux obliques externes,
  • Le grand fessier,
  • Le moyen fessier.

uels muscles faut-il faire travailler

Si vous avez aimé ce traitement, partagez-le avec vos amis :

Selon S. Sahrmann, le problème est que le dos bouge avant la hanche lors d’une flexion (se pencher en avant) ou d’une extension (se cambrer vers l’arrière).

En inversant l’ordre du mouvement, c’est-à-dire si le bassin et la hanche bougent avant le dos lombaire, généralement, la douleur passe.

Les exercices recommandés dépendent de la douleur.

Certaines personnes se sentent mal lorsqu’elles se penchent en avant et devront faire des exercices spécifiques.

D’autres ont mal durant d’autres mouvements et le programme sera donc différent.

Les muscles abdominaux sont fondamentaux car ils stabilisent le dos et évitent les mouvements en extension qui peuvent surcharger la colonne vertébrale.

Il y a 4 muscles abdominaux :

  • Le droit de l’abdomen,
  • L’oblique interne,
  • L’oblique externe,
  • Le transverse.

Abdominaux et mal de dos

Si vous avez aimé cette explication, partagez-la avec vos amis :

L’erreur la plus fréquente est le renforcement du droit de l’abdomen, en pratique le muscle qui forme les tablettes de chocolat, mais pas les autres muscles.

En effet, beaucoup de gens effectuent des crunches (ou des relevés de genoux en position assise dits sit-ups), mais pas d’autres exercices.

Cela provoque un déséquilibre et peut même causer des douleurs au dos.

Le muscle le plus important est le transverse de l’abdomen qui:

  • Stabilise toutes les viscères abdominaux,
  • Permet de travailler correctement sur les autres muscles abdominaux.

Sur la page des exercices, je montre comment renforcer ce muscle et les obliques qui sont très importants pour prévenir la rotation du bassin.

La correction de la posture est essentielle, consulter la page sur la posture correcte.

 

Que faut-il faire et que ne faut-il pas faire

Si la douleur au bas du dos est rebelle ou récurrente, le trouble doit être traité de façon structurée pour éliminer la cause.
Certaines activités sportives telles que la course à pied ne sont pas nocives, contrairement à ce que l’on pense.
Si une personne est capable de courir et que cela ne fait pas empirer les douleurs au dos, cette activité peut aider.

La natation est un sport autorisé en cas de mal de dos, mais seulement si la natation ne provoque pas de douleur. Le crawl et le dos crawlé sont préférables car ils ne forcent pas les muscles du bas du dos. Il en va de même pour le vélo et le vélo d’appartement.

Faire une montée en vélo peut provoquer des douleurs lombaires de type musculaire.

Parmi les exercices à éviter en salle de sport, il y a :

  1. Le crunch, cet exercice renforce principalement le muscle droit de l’abdomen. Au fil du temps, un déséquilibre peut se former avec les autres muscles abdominaux.
  2. Les étirements, l’allongement des muscles lombaires peut être nocif et aggraver les douleurs au dos, lisez la vérité sur les étirements.
  3. Le leg curl, les muscles arrière de la cuisse sont généralement forts et aucun renforcement supplémentaire n’est nécessaire.
  4. La presse à cuisse, peut provoquer des douleurs musculaires le lendemain.

Exercices à éviter en salle de sport

Si vous avez aimé ces conseils, partagez-les avec vos amis :

Les bandes élastiques ou une gaine peuvent procurer un soulagement temporaire, tandis que le corset orthopédique n’est pas recommandé car il ne réduit pas la douleur et peut augmenter la raideur.

Alimentation et malnutrition
Une alimentation saine et naturelle est essentielle pour soigner le mal de dos.
En effet, la carence de certaines vitamines peut provoquer ce trouble, en particulier la vitamine D (Schwalfenberg – 2009).
Une alimentation riche en légumes et une activité physique en plein air sont donc recommandés, car l’exposition au soleil permet l’activation de la vitamine D.

Arrêter de fumer
Fumer peut provoquer des douleurs au dos (Behrend et al. – 2012), il est donc conseillé de consulter un médecin qui peut aider à trouver une solution pour cesser de fumer.

Glace ou chaleur ?
La chaleur et la glace sont les premières thérapies qui sont essayées car elles sont simples et disponibles dans tous les foyers.
Selon des recherches scientifiques, la chaleur est meilleure. De plus, dans certains cas, la glace peut augmenter la contraction musculaire.
La chaleur peut également aider à soulager la douleur due à des points de déclenchement actifs.

 

Combien de temps dure le mal de dos ? Le pronostic

Le temps de récupération dépend de la cause et du traitement :

  1. En cas de contracture musculaire simple, il faut moins d’une semaine,
  2. Pour une fracture vertébrale, il faut environ 3 mois en effectuant le traitement approprié.
  3. Dans les autres cas, il n’est pas facile d’établir la durée, il est essentiel de comprendre l’origine du problème.

Conclusion
J’ai beaucoup appris de cette recherche sur le meilleur traitement pour le mal de dos, j’espère que vous aussi.
Maintenant, j’aimerais avoir de vos nouvelles.
Quelle sera votre premier traitement ?
Ou peut-être avez-vous des questions ?
Dans tous les cas, laissez un commentaire ci-dessous.

À lire aussi :

Bibliographie :

  1. vanTulder MW, Koes BW, Bouter LM. Conservative treatment of acute and chronic non-specific low back pain: a systematic review of randomized controlled trials of the most common interventions. Spine 1997;22(18):2128–56.
  2. Deyo RA, Rainville J, Kent DL. What can the history and physical examination tell us about low back pain? JAMA 1992;268(6):760–5.
  3. Garra G1, Singer AJ, Leno R, Taira BR, Gupta N, Mathaikutty B, Thode HJ. Heat or cold packs for neck and back strain: a randomized controlled trial of efficacy. Acad Emerg Med. 2010 May;17(5):484-9. doi: 10.1111/j.1553-2712.2010.00735.x.
  4. Machado GC, Maher CG, Ferreira PH, Day RO, Pinheiro MB, Ferreira ML. Non-steroidal anti-inflammatory drugs for spinal pain: a systematic review and meta-analysis. Ann Rheum Dis. 2017 Jul;76(7):1269-1278. doi: 10.1136/annrheumdis-2016-210597.
  5. vanTulder,Hienkens, Roland, et al. Antidepressants for non-specific low-backpain. Cochrane Database Syst Rev 2006;3.
  6. vanTulder MV, Touray T, Furlan AD, et al. Muscle relaxants for non-specific low back pain. Cochrane Database Syst Rev 2003;2.
  7. Hussain SM, Urquhart DM, Wang Y, Shaw JE, Magliano DJ, Wluka AE, Cicuttini FM. Fat mass and fat distribution are associated with low back pain intensity and disability: results from a cohort study. Arthritis Res Ther. 2017 Feb 10;19(1):26. doi: 10.1186/s13075-017-1242-z.
  8. Belavý DL, Quittner MJ, Ridgers N, et al. Running exercise strengthens the intervertebral disc. Scientific Reports. 2017 Apr;7:45975.
  9. Furlan AD, Imamura M, Dryden T, Irvin E. Massage for low-back pain. Cochrane Database Syst Rev. 2008 Oct 8;(4):CD001929. doi: 10.1002/14651858.CD001929.pub2.
  10. Vivienne Chuter, Martin Spink, Angela Searle, and Alan Ho. The effectiveness of shoe insoles for the prevention and treatment of low back pain: a systematic review and meta-analysis of randomised controlled trials. BMC Musculoskelet Disord. 2014; 15: 140.
  11. Jerrilyn A. Cambron, Jennifer M. Dexheimer, Manuel Duarte, Sally Freels. Shoe Orthotics for the Treatment of Chronic Low Back Pain: A Randomized Controlled Trial. Arch Phys Med Rehabil. 2017 Sep;98(9):1752-1762. doi: 10.1016/j.apmr.2017.03.028.
  12. Clarke JA, van Tulder MW, Blomberg SE, de Vet HC, van der Heijden GJ, Bronfort G, Bouter LM. Traction for low-back pain with or without sciatica. Cochrane Database Syst Rev. 2007 Apr 18;(2):CD003010.
  13. Sahrmann, Shirley. Diagnosis and Treatment of Movement Impairment Syndromes (Page 56-69). Elsevier Health Sciences. Kindle Edition.
  14. Schwalfenberg G. Improvement of chronic back pain or failed back surgery with vitamin D repletion: a case series. J Am Board Fam Med. 2009 Jan-Feb;22(1):69-74. doi: 10.3122/jabfm.2009.01.080026.
  15. Behrend C, Prasarn M, Coyne E, Horodyski M, Wright J, Rechtine GR. Smoking Cessation Related to Improved Patient-Reported Pain Scores Following Spinal Care. J Bone Joint Surg Am. 2012 Dec 5;94(23):2161-6.
Comment traiter les douleurs lombaires ou dans le bas du dos ultima modifica: 2015-08-25T22:50:27+02:00 da Massimo Defilippo