Douleur au gros orteil

La douleur au gros orteil peut avoir plusieurs causes. Elle affecte généralement les adultes et très rarement les enfants.

On ressent cette douleur notamment en marchant, en courant, ou également à vélo en pédalant, car on plie légèrement l’orteil vers le haut.
La douleur au gros orteil droit est aussi fréquente que celle au gros orteil gauche.

 

Fracture du gros orteil,radiographie,réduite

Causes de la douleur au gros orteil

1) Goutte
La goutte est une pathologie métabolique qui affecte le gros orteil. La goutte se manifeste quand l’acide urique s’accumule dans le sang.
Quand l’acide urique se cristallise, les cristaux se déposent dans les articulations.
Le symptôme d’arthrite goutteuse se manifeste sur la peau qui devient rouge, chaude et douloureuse.
Si les crises d’arthrite goutteuse continuent et qu’elles ne sont pas traitées, elles peuvent provoquer un dommage articulaire.1)

2) Arthrite
L’arthrose du gros orteil est la forme la plus fréquente d’arthrite qui touche cette articulation.
L’arthrite est provoquée par la détérioration de l’articulation. Les symptômes les plus fréquents sont la douleur articulaire et la rigidité.
Un traumatisme qui provoque une fracture, une luxation, etc, peut favoriser l’apparition d’arthrose.
D’autres types d’arthrite du gros orteil sont la polyarthrite rhumatoïde et l’arthrite psoriasique.

3) Contusion ou traumatisme
Un traumatisme peut provoquer une lésion de l’os ou des tissus mous autour du gros orteil ou seulement un hématome ou une inflammation.
Quand un objet tombe sur le pied, un ongle noir peut apparaître.
Suite à de nombreux traumatismes répétés, l’ongle peut aussi se casser ou se détacher.
Après les 2 ou 3 premiers jours de traumatisme, l’orteil ne devrait plus provoquer de douleurs. Toutefois, il est probable de ressentir une gêne si l’on tire dans un ballon.

4) Hallux valgus
L’hallux valgus est une pathologie fréquente. Elle se manifeste par une inflammation de la bourse siéreuse qui se trouve du côté interne de l’articulation.
L’hallux valgus provoque un changement de position de l’orteil : avec le temps, le gros orteil se plie vers les deuxième et troisième orteils.
Une boule se forme au niveau de la base du gros orteil du côté interne (bursite) qui gonfle, est de couleur rouge et est douloureuse.
La plupart des bursites sont provoquées par un problème biomécanique du pied.
La polyarthrite rhumatoïde est un autre trouble qui provoque l’hallux valgus  (Louwerens et al. – 2013).
L’hallux valgus est accompagnée de déformations des autres orteils qui s’adaptent à la nouvelle position du gros orteil.
L’hallux valgus est accompagné de certaines déformations des autres orteils qui s’adaptent à la nouvelle position du gros orteil.

5) Les ongles incarnés
Ils se manifestent quand un angle pointu de l’ongle s’enfonce dans la chair.
L’ongle incarné peut être douloureux et provoquer une infection.

6) L’entorse du gros orteil
Elle est provoquée par des activités sportives. Il s’agit de l’élongation des tendons et des ligaments qui se produit plus facilement quand on court ou quand on saute.
La douleur lancinante et le gonflement de cette pathologie disparaissent en quelques jours.

7) Callosités, durillons et cors
Les callosités, les durillons et les cors sont des dépôts de cellules mortes, provoqués par la pression et le frottement, provoquent douleur et gêne (Landorf et al . – 2013).

8) Infection fongique

Douleur au gros orteil

Les champignons se développent dans des environnements chauds et humides, tels que les vestiaires des clubs de sport et les douches de la salle de sport.
Les champignons peuvent être présents dans les salons de beauté où les règles d’hygiène ne sont pas respectées lors de soins comme la manucure et la pédicure.
Quand un micro-organisme entre sous l’ongle du pied, il trouve un environnement approprié où il peut vivre.

Douleur gros orteil, infection, champignon

Le panaris
Le panaris est une mycose (infection fongique) des orteils et des doigts, provoquée par des bactéries ou des champignons (comme le candida).
Les symptômes sont des douleurs, un gonflement et une rougeur de la base et des côtés de l’ongle. Dans les cas les plus graves, se forment des cloques remplies de pus (abcès).

 

9) Hallux rigidus

L’arthrite du pied se produit fréquemment à la base du gros orteil, c’est-à-dire entre le premier métatarsien et la phalange (articulation métatarso-phalangienne) (Lam et al. – 2017).
Cette articulation doit se plier à chaque pas. Par conséquent, si elle se raidit, marcher devient douloureux et difficile.

Les extrémités des os de l’articulation métatarso-phalangienne sont recouvertes de cartilage articulaire. Si la détérioration endommage le cartilage, les extrémités de l’os peuvent se toucher.
La surface de l’os s’endommage et se déforme.
Cela pourrait provoquer une croissance excessive de l’os (Shurnas – 2009).
Ce tissu osseux en excès peut provoquer une rigidité articulaire : la pointe de l’orteil ne se plie pas lors de la marche.lecteur,hallux,arthrose
La rigidité du gros orteil se développe chez les adultes et les personnes âgées. Les symptômes s’aggravent quand le temps change ou quand il fait froid.

Causes de l’hallux rigidus
La pathologie est provoquée par des sollicitations répétées de l’articulation du gros orteil.
Un traumatisme à la pointe du pied peut provoquer l’hallux rigidus (Deland et al. – 2012).
Les pathologies comme la goutte peuvent parfois prédisposer à la rigidité.

Symptômes de l’hallux rigidus

  • Douleur lors de la marche (John MM et al. – 2011) ;
  • Gros orteil gonflé (Kon Kam King et al. – 2017) ;
  • Oignon dans la partie supérieure du pied ;
  • Rigidité vers le haut ou vers le bas.

 

10) Fracture du gros orteil

Les orteils se fracturent fréquemment en raison de traumatismes au pied, comme :

  • La chute d’un objet lourd sur un orteil ;
  • Un coup de pied au sol ou le fait de trébucher sur un sol irrégulier ;
  • Un stress répété et prolongé ou de mauvais mouvements, comme dans certaines activités sportives. Ce type de lésion s’appelle fracture de stress ou fracture de fatigue.

 

Luxation,fracture,gros orteil,douleur

Symptômes d’une fracture du gros orteil
Après un traumatisme, voici les symptômes qui se manifestent : douleur, gonflement, bleus et rigidité. Si la fracture est fermée, l’orteil se présente dans une position qui n’est pas naturelle. L’os pourrait avoir lacéré la peau. On pourrait rencontrer des difficultés à marcher, car la douleur est très aiguë.
Porter des chaussures peut provoquer des douleurs.

Les complications peuvent se manifester juste après l’accident (dans les minutes ou les jours qui suivent) ou beaucoup plus tard (dans les semaines ou les années qui suivent).

Complications immédiates d’une fracture du gros orteil
Hématome : un dépôt de sang peut se produire sous l’ongle du pied. Il est appelé hématome sous-unguéal.
Si l’hématome est étendu, le médecin doit l’aspirer. Pour le drainer, il perce doucement l’ongle.
En cas d’accumulation de sang très douloureuse ou étendue, le médecin peut pratiquer l’ablation de l’ensemble de l’ongle.
Fracture fermée : dans de rares cas, l’os fracturé lacère la peau. Le chirurgien nettoie la blessure et prescrit des antibiotiques pour prévenir l’infection de l’os.

Complications successives d’une fracture du gros orteil
Après la guérison de l’orteil, la personne peut souffrir d’arthrite, de douleurs, de rigidité ou de déformation articulaire.
L’os fracturé guérit presque toujours complètement. Dans le cas contraire, la chirurgie peut résoudre ce problème.

Le traitement consiste à immobiliser et éventuellement à effectuer l’opération chirurgicale si la fracture est fermée et instable.
Dans tous les cas, on conseille la magnétothérapie pour réduire les temps de récupération. Dès que possible, il est nécessaire d’effectuer la rééducation et des activités légères, comme le vélo.

 

 

Douleur sous le gros orteil

Inflammation
Les deux pathologies inflammatoires sont la sésamoïdite et la goutte. Dans de rares cas, une tendinite du muscle long fléchisseur de l’hallux peut se développer.
La sésamoïdite est l’inflammation des sésamoïdes, deux petits os ronds qui se trouvent entre le gros orteil et le premier métatarsien.
Le repos, des médicaments anti-inflammatoires et une semelle orthopédique(ou orthèse plantaire) (Cohen – 2009) peuvent réduire la douleur.
La goutte se manifeste quand une quantité élevée d’acide urique se dépose dans les articulations.
Ces dépôts se trouvent dans toutes les articulations du corps, donc également dans le gros orteil.
Afin de réduire le gonflement et la douleur, il faut boire beaucoup d’eau et prendre des analgésiques ainsi que des corticoïdes (Tausche et al. – 2009).

 

Douleur au gros orteil la nuit

Les symptômes de la neuropathie périphérique varient en fonction du type de neuropathie. Les premiers symptômes sont les suivants :

La douleur dans le gros orteil est battante et provoque une sensation de brûlure.
Une neuropathie périphérique peut provoquer des douleurs au gros orteil.
La neuropathie diabétique est la plus fréquente. Ces symptômes se manifestent surtout la nuit  (Schreiber et al. – 2015) : ils montent du pied jusqu’à la jambe. Le traitement sert à soigner la cause sous-jacente.
Les diabétiques doivent contrôler le taux de sucre dans le sang.

Il faut suivre une alimentation équilibrée et riche en vitamines.

Syndrome du canal tarsien

Le syndrome du canal tarsien est provoqué par la compression du nerf tibial.
Le canal tarsien est étroit et se trouve du côté interne de la cheville, sous la malléole médiale.tunnel,tarsien,pied,fasciite
La compression du nerf tibial dans ce canal provoque :

  • Engourdissement ;
  • Fourmillement (Olivier Fantino – 2014);
  • Gonflement ;
  • Sensation de brûlure ;
  • Douleur le long du nerf, de la partie interne du talon jusqu’à la pointe des orteils  (Bouysset et al. – 2012).

Les symptômes s’aggravent la nuit.

Traitement du syndrome du canal tarsien
Le médecin prescrit des analgésiques et des AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens) afin de soulager la douleur et l’inflammation.
Chez certains patients, des injections de corticoïdes peuvent se révéler nécessaires.
La kinésithérapie et l’utilisation d’une attelle peuvent être utiles.
L’application de glace est un remède maison pour soulager les symptômes.
Les chaussures sont très importantes : elles ne doivent pas trop serrer et doivent avoir des talons d’au moins un centimètre. Les tongs sont donc déconseillées.
Les pommades à base d’arnica et de griffe du diable sont d’autres remèdes utiles.

L’opération chirurgicale peut être nécessaire (Ahmad et al. – 2012).

À lire aussi :

Bibliographie :

  1. Jan Willem K. Louwerens and Joost C. M. Schrier. Rheumatoid forefoot deformity: pathophysiology, evaluation and operative treatment options. Int Orthop. 2013 Sep; 37(9): 1719–1729. doi:  10.1007/s00264-013-2014-2
  2. Aaron Lam, Jimmy J Chan, Michele F Surace, and Ettore Vulcano. Hallux rigidus: How do I approach it? Published online 2017 May 18. doi:  10.5312/wjo.v8.i5.364
  3. Shurnas PS1. Hallux rigidus: etiology, biomechanics, and nonoperative treatment. Foot Ankle Clin. 2009 Mar;14(1):1-8. doi: 10.1016/j.fcl.2008.11.001.
  4. Deland JT, Williams BR. J Am Acad Orthop Surg. 2012 Jun; 20(6):347-58.Surgical management of hallux rigidus.
  5. John MM, Kalish S, Perns SV, Willis FB. Dynamic splinting for postoperative hallux limitus: a randomized, controlled trial. J Am Podiatr Med Assoc. 2011 Jul-Aug; 101(4):285-8.
  6. Charles Kon Kam King,James Loh SY, Qishi Zheng, andKinjal V Mehta. Comprehensive Review of Non-Operative Management of Hallux Rigidus. Published online 2017 Jan 20. doi:  10.7759/cureus.987
  7. Landorf KB1, Morrow A, Spink MJ, Nash CL, Novak A, Potter J, Menz HB. Effectiveness of scalpel debridement for painful plantar calluses in older people: a randomized trial. Trials. 2013 Aug 6;14:243. doi: 10.1186/1745-6215-14-243.
  8. Cohen BE. Hallux sesamoid disorders. Foot Ankle Clin. 2009 Mar;14(1):91-104. doi: 10.1016/j.fcl.2008.11.003.
  9. Anne-Kathrin Tausche, Dr. med.,*, Tim L. Jansen, Dr. med.,Hans-Egbert Schröder, Prof. Dr. med., Stefan R. Bornstein, Prof. Dr. med. Martin Aringer, Prof. Dr. med.,1 and Ulf Müller-Ladner, Prof. Dr. Med. Gout—Current Diagnosis and Treatment. Dtsch Arztebl Int. 2009 Aug; 106(34-35): 549–555. doi:  10.3238/arztebl.2009.0549
  10. Anne K Schreiber, Carina FM Nones, Renata C Reis, Juliana G Chichorro, and Joice M Cunha. Diabetic neuropathic pain: Physiopathology and treatment. World J Diabetes. 2015 Apr 15; 6(3): 432–444. doi:  10.4239/wjd.v6.i3.432.
  11. Olivier Fantino.Role of ultrasound in posteromedial tarsal tunnel syndrome: 81 cases. J Ultrasound. 2014 Jun; 17(2): 99–112. doi:  10.1007/s40477-014-0082-9
  12. Bouysset M, Coury F, Labarre-Vila A, Damiano J, Gerbay B, Tebib J. Considérations sur le syndrome du canal tarsien postéromédial et les formes apparentées (lésions du nerf tibial et de ses branches) Méd Chir Pied. 2012;28:69–72. doi: 10.1007/s10243-012-0334-3. 
  13. Ahmad M1, Tsang K, Mackenney PJ, Adedapo AO. Tarsal tunnel syndrome: A literature review. Foot Ankle Surg. 2012 Sep;18(3):149-52. doi: 10.1016/j.fas.2011.10.007.

Qui sommes-nous | Contact | Termes du service | Charte données personnelles | Sitemap |  Publications |  Disclaimer

Site du Docteur Massimo DEFILIPPO Via Roma 18 - 42048 Rubiera (RE) Italie
Douleur au gros orteil ultima modifica: 2015-11-20T21:56:05+00:00 da Massimo Defilippo