Dent de sagesse

Les dents de sagesse ou, en terme médical, troisièmes molaires, sont la dernière série de dents qui sortent des gencives.

Elles apparaissent souvent chez les personnes entre 17 et 25 ans : les enfants n’ont pas de dents de sagesse.

Il y a quatre dents de sagesse, deux supérieures (l’une à gauche et l’autre à droite) et deux inférieures.

set of impacted wisdom tooth, dental problems, horizontal, mesial, vertical, distal impaction

© fotolia.com

 

Causes de la dent de sagesse incluse

Une dent incluse est une dent qui n’arrive pas à percer les gencives et qui apparaît seulement de manière partielle.

En général, cela se produit quand il n’y a pas assez d’espace pour la sortie de la dent de sagesse.

Elle est bloquée par la dent qui se trouve devant elle.

La position de la dent de sagesse incluse est souvent horizontale, mais elle peut également être verticale ou oblique.

Parfois, la gencive elle-même peut être responsable de l’inclusion de la dent qui reste bloquée dans la mâchoire.

Les dents peuvent se plier ou s’incliner quand elles essaient d’émerger.

Les dents de sagesse saines et avec bonne position ne provoquent pas de problème pendant la sortie, elles peuvent facilement percer la gencive et sortir complètement.

 

Symptômes d’éruption de la dent de sagesse

  • Irritation : en raison de l’insuffisance d’espace dans la bouche, une dent de sagesse peut rester bloquée et cela provoque une irritation.
  • Douleur : une infection localisée autour de la dent, connue comme péricoronarite, peut provoquer de la douleur dans la zone touchée. Une douleur atroce est le symptôme le plus fréquent d’infection de la dent.
  • Fièvre : en raison de l’infection, la température corporelle augmente souvent et on peut se sentir fatigué.
  • Difficulté à avaler : on peut souffrir d’un blocage de l’ouverture de la mâchoire et avoir des difficultés à avaler.
  • Pus : parfois une infection provoque la formation de pus dans la cavité ou à proximité de la gencive.
  • Gonflement des ganglions lymphatiques : en raison d’une infection, on peut observer un gonflement des ganglions lymphatiques sous la mâchoire qui provoque des douleurs à la gorge.
  • Inflammation et rougeur des gencives : lorsque la dent pousse, on a généralement une inflammation et une rougeur de la gencive voisine.
  • Difficulté de brossage : les dents qui sortent provoquent des difficultés pour se brosser les dents et utiliser le fil dentaire.
  • Mauvaise haleine : une infection provoque la mauvaise haleine.

 

Complications de la dent de sagesse incluse

La dent incluse peut provoquer différents problèmes tels que :

Dommages à d’autres dents 

La dent de sagesse peut appuyer sur la deuxième molaire, provoquant un dommage ou  augmentant le risque d’infection.

Cette pression peut provoquer l’encombrement dentaire qui provoque une malocclusion.

Caries

Les dents de sagesse partiellement incluses ont un risque de caries plus élevé que celui des autres dents.

Les causes sont :

  • La difficulté à brosser la dent,
  • La nourriture et les bactéries rentrent facilement entre la gencive et la dent de sagesse.

Diffusion de l’infection

Parfois, l’infection peut se répandre de la zone touchée à d’autres parties de la tête et du cou.

Péricoronarite

Il s’agit d’une infection de la gencive qui se trouve au dessus de la dent de sagesse.

Fracture de la mâchoire

La présence de la dent de sagesse favorise la fracture des angles de la mandibule puisque la troisième molaire crée une région de résistance plus faible.

La dent occupe la place de l’os, par conséquent la composante osseuse et la résistance sont très réduites.

Kystes
On observe très rarement des kystes autour de la dent incluse. La dent qui n’est pas encore sortie (incluse dans la mâchoire) peut provoquer la formation d’un kyste.

Zahn.Zahnfleischentzündung.Zyste

© fotolia.com

Diagnostic de la dent de sagesse incluse

Le dentiste effectue généralement une visite et puis il prescrit une radiographie pour voir la position de la troisième molaire.

En cas de dent de sagesse inférieure, pou éviter des complications le dentiste peut avoir besoin d’un scanner dentaire de l’arcade dentaire inférieure.

Intervention du dentiste

Quand faut-il extraire la dent de sagesse ?

Les dents de sagesse incluses ne doivent pas être retirées si elles ne provoquent pas de symptômes, car il n’existe pas d’avantages démontrés et il y a des risques de complications.

Le dentiste peut conseiller l’extraction si :

  1. L’espace pour l’éruption dentaire dans l’arcade est insuffisant,
  2. La dent est cariée ;
  3. Il y a un abcès dentaire ;
  4. La dent est incluse ou en position horizontale et elle endommage les dents voisines. Dans certains cas, la dent de sagesse favorise le développement de caries ou la réabsorption de la racine de la deuxième molaire.
  5. Il y a des kystes ou des tumeurs liées à la dent de sagesse,
  6. Il y a une infection ou une maladie gingivale (maladie parodontale) au niveau de la troisième molaire.

 

Procédé d’extraction des dents de sagesse incluse

Tout d’abord, le patient se prépare à la procédure.

Le dentiste choisit la technique la plus adaptée selon la dent qu’il faut extraire.

Puis le chirurgien effectue une anesthésie locale pour engourdir la région de la dent de sagesse à enlever.

Si le patient est inquiet et ne collabore pas, ou si on doit extraire simultanément plusieurs dents de sagesse, il est possible d’effectuer cette procédure sous anesthésie générale.

Quand la zone est engourdie, on effectue une incision pour exposer la zone et pour voir la dent.

L’incision doit être assez longue pour que les outils dentaires puissent éventuellement y accéder.

Puisque l’hémorragie commence à ce moment, on utilise du coton stérilisé pour arrêter le saignement.

Si la dent de sagesse incluse est en profondeur, le chirurgien peut avoir besoin d’une fraise pour ouvrir la mâchoire et créer l’espace nécessaire afin d’enlever la dent.

Le chirurgien brise la dent pendant l’extraction afin d’éviter d’endommager la mâchoire.

Pour l’extraction, le dentiste effectue une ostéotomie à l’aide d’une fraise, c’est-à-dire qu’il retire une partie de l’os pour éviter la formation de kystes ou d’infections dangereuses.

En général, la blessure est assez grande à cause de l’incision effectuée et, dans la majorité des cas, des points de suture sont appliqués.

Ces points peuvent être résorbables, sinon le patient devra retourner chez le dentiste pour enlever les points après environ une semaine.

 

Risques de l’extraction de la dent de sagesse

Une alvéolite sèche se produit quand le caillot sanguin (qui est essentiel pour la guérison) ne se développe pas dans la cavité ou s’il disparaît dans la cavité.

L’alvéolite sèche peut provoquer de fortes douleurs à la dent ainsi qu’une mauvaise odeur dans la bouche.

Un autre risque est l’engourdissement qui peut se produire chez toute personne en raison des dommages aux nerfs, surtout dans le cas d’une mauvaise intervention.

Cette maladie s’appelle paresthésie : les parties de la bouche, ou même du menton, perdent la sensibilité à cause de la lésion des nerfs.

Une autre complication rare qui peut se produire suite à cette extraction est une maladie appelée trismus, pendant laquelle le patient a des difficultés à ouvrir la bouche.

L’extraction de la dent de sagesse peut également provoquer une hémorragie qui dure au moins un jour.

Pendant l’allaitement, on peut effectuer l’anesthésie pour enlever la dent, mais il faut sauter l’allaitement successif pour être certaine d’éviter tout risque.

Infection post-opératoire

Dans de rares cas, une infection bactérienne peut se produire après l’extraction de la dent, mais le dentiste prescrit des antibiotiques pour prévenir cette maladie.

Les symptômes les plus fréquents de cette infection sont :

  • Un gonflement ;
  • De la fièvre ;
  • Des maux de dents ;
  • Un mauvais goût prolongé ou salé dans la bouche, avec ou sans perte dans la zone opérée ;
  • Une ouverture limitée de la mâchoire.

Fracture de la mâchoire

Une fracture de la mâchoire peut se produire en tenant la bouche très ouverte pendant l’intervention chirurgicale.

Étant donné que, pendant l’opération, la bouche doit être bien ouverte, les muscles de la bouche peuvent développer une contracture provoquant une gêne dans et autour de la mâchoire.

mandibule,ménisque,ptérygoïdien,condyle

© alamy.com

 

Dommages aux nerfs

Le nerf alvéolaire inférieur apporte la sensibilité à la lèvre inférieure et au menton, alors que le nerf lingual apporte la sensibilité à la partie avant de la langue.

Une dent de sagesse incluse dans l’arcade inférieure est très proche de ces deux nerfs, surtout avec la branche principale du nerf alvéolaire inférieure.

Pendant l’extraction, on peut endommager le nerf si :

  • Le dentiste n’effectue pas une bonne manœuvre,
  • La fraise provoque un traumatisme au nerf.

Une paresthésie permanente peut se produire au niveau des dents de l’arcade inférieure et de moitié de la lèvre inférieure (du même côté).

La perte de sensibilité de la lèvre inférieure est le symptôme qui provoque une quantité plus élevée de problèmes chez le patient et qui provoque également une déviation vers le bas de cette partie de la lèvre.

Bien que les fibres motrices du nerf ne soient pas endommagées, le stimulus proprioceptif (sensoriel) va manquer et cela provoque la descente de la lèvre au repos.

Toutefois, si on se met devant un miroir on peut corriger ce problème grâce au système visuel.

Le nerf trijumeau peut être endommagé pendant l’extraction de la dent de sagesse inférieure.

Embolie gazeuse

L’embolie gazeuse est une des complications plus graves.

Il s’agit d’une complication rare qui se produit si un mélange d’air et d’eau sous pression entre dans la mâchoire, arrive aux veines puis aux grands vaisseaux sanguins qui arrivent au cœur.

Cela peut également provoquer un arrêt cardiaque ou la mort, selon la dimension des bulles d’air.

Source : Magni G et Al. – Nonfatal cerebral air embolism after dental surgery.

 

Coût de l’extraction de la dent de sagesse

Le coût initial du procédé (consultation et la radiographie) est d’environ 300 euros sans assurance.

L’extraction des dents de sagesse peut coûter entre 600 et 1500 euros, et comprend :

  • La consultation ;
  • La sédation ;
  • La radiographie ;
  • La possibilité d’opération chirurgicale ;
  • Les médicaments ;
  • L’hospitalisation.

Le coût de l’extraction par dent peut tourner autour de 100 et 300 euros (si on exclut les frais de consultation, de radiographie, de médicaments, etc.) et l’extraction des quatre dents de sagesse peut arriver à 975 euros.

  • Extraction simple : au moins 100 euros ;
  • Extraction chirurgicale : de 255 à 380 euros (avec anesthésie intraveineuse : de 325 à 620 euros ; avec sédation au protoxyde d’azote : de 60 à 220 euros).

Rétablissement après l’extraction de la dent de sagesse

Les étapes et les actions à entreprendre pour la guérison post-opératoire sont les suivantes :

  • L’hémorragie continue pendant au moins un jour après l’extraction.
    Il ne faut pas enlever le tampon de coton et il faut maintenir la pression avec les dents sur la zone d’extraction pendant environ une heure après l’intervention. Cela contribue à la coagulation du sang et à l’arrêt de l’hémorragie.
  • Pendant 48 heures après l’extraction, il ne faut manger aucun aliment chaud ou dur. En fait, la plupart des dentistes conseillent un mouvement minime de la mâchoire. On peut manger des aliments froids et mous comme de la glace.
  • Il ne faut pas faire des gargarismes forts pendant 24 heures après l’extraction, car cela peut entraver la formation de caillot de sang et l’hémorragie risquerait de ne pas s’arrêter.
  • Il faut éviter tout type de contact physique avec la zone de la gencive touchée, par la langue ou les doigts.
  • Après l’opération il faut se reposer le plus possible.
  • L’effet de l’anesthésie met environ 4 heures pour disparaître. Quand l’effet finit, on commence à sentir la douleur même si elle est moins intense.

On peut substituer périodiquement la gaze de coton positionnée sur la zone de la gencive touchée avec une nouvelle.

Après 48 heures, on peut faire des gargarismes à l’eau salée pour éviter les infections.

Il faut appliquer depuis l’extérieur de la glace sur la zone concernée : cela peut contribuer à diminuer la douleur qui peut apparaître pendant quelques heures après que l’effet de l’anesthésie s’est dissipé.

Il est évident qu’un analgésique vendu sur ordonnance réduit beaucoup la douleur.

Il faut prendre ces analgésiques et les antibiotiques prescrits par le dentiste.

Pendant le sommeil, il faut tenir la tête soulevée de telle sorte que la douleur et le flux sanguin vers la zone concernée diminuent.

Après deux jours, on peut commencer à manger normalement.

Il faut exercer la mâchoire en ouvrant et en fermant doucement la bouche.

Au début, cela peut être est douloureux.

Pendant le brossage des dents, il ne faut pas troubler la zone de la gencive touchée, autrement on perd tout le bénéfice de guérison obtenu jusque là.

Il faut arrêter de fumer des cigarettes pendant environ 24 heures après l’opération chirurgicale, car cela peut compromettre la formation de caillots de sang en prolongeant le temps nécessaire à une guérison complète.

 

Remèdes naturels pour les maux de dents provoqués par la dent de sagesse

  • Les feuilles de mente poivrée contiennent des huiles essentielles qui peuvent réduire la douleur et l’inflammation. On peut préparer un thé à la mente poivrée, attendre qu’il refroidisse et faire des gargarismes.
  • Il faut mettre un sachet de thé noir à proximité de la zone concernée afin de soulager temporairement la zone.
  • Il est possible d’appliquer du coton imbibé d’huile de clous de girofle pour réduire la douleur.
  • Il faut faire des gargarismes à l’eau salée tiède pour éliminer les bactéries.
  • Certains mâchent une gousse d’ail fraîchement coupé et couvert de sel gemme.
  • Un petit morceau de concombre positionné sur la zone de l’extraction peut aider.
  • On peut contrôler la douleur en évitant les aliments très chauds, piquants ou sucrés.

À lire aussi :

Dent de sagesse ultima modifica: 2016-01-20T21:34:27+01:00 da Defilippo Giovanni Médecin chirurgien

Je m'appelle Giovanni Defilippo, je suis un médecin généraliste de Rubiera (Italie) à la retraite, avec 40 ans d'expérience (numéro d’inscription à l'ordre des médecins de Reggio Emilie : 1373). Je me suis diplômé à l'Université de Bologne le 29/06/1972... Biographie