La constipation se caractérise par le fait d’aller à la selle moins de tris fois par semaine, la constipation grave ou obstinée par moins d’une fois par semaine.
Presque tout le monde a connu au moins un épisode de constipation au cours de sa vie.
Les femmes et les personnes âgées sont plus affectées que les hommes.

Types de constipation

Il existe deux types de constipation :

  1. La constipation primitive, lorsque sa cause est un trouble de fonctionnement du côlon ou du rectum,
  2. La constipation secondaire lorsqu’elle dépend d’une maladie ou de médicaments.

Tableau des causes de constipation

Primitive

Secondaire
À transit normal Par médicaments
À transit lent

Par obstruction
(tumeur, etc.)

Problèmes d’évacuation Métabolique
(hypothyroïdie, hypercalcémie, etc.)
Maladies des nerfs
(Parkinson, sclérose en plaques, ecc.)
Systemiques
(sclérodermie, amylose)
Psychiatriques
(dépression, troubles alimentaires, etc.)

 

Constipation primitive

Après avoir exclu les maladies qui peuvent provoquer la constipation, on va considérer la constipation primitive.

Constipation à transit normal des selles, ou constipation fonctionnelle
La personne souffrant de ce trouble a :

Il s’agit du type le plus fréquent.

Constipation à transit lent

La constipation à transit lent se caractérise de l’évacuation moins fréquente (moins d’une fois par semaine généralement). Cela est plus fréquent chez les jeunes femmes.
On devrait donc parler de paresse intestinale.

Quelle est la cause ?
On dirait que la cause soit un problème de nerfs, c’est-à-dire qu’il y a moins de cellules et moins de neurones (He et al. 2000) qui servent au fonctionnement de l’intestin.

Troubles de la défécation

Les troubles de la défécation sont des troubles de fonctionnement et de type anatomique de l’anus et du rectum qui provoquent la constipation.
Ces patients passent beaucoup plus de temps aux toilettes car ils ont du mal à aller à la selle.

La plus fréquente est la dyssynergie, c’est-à-dire une activité non coordonnée des muscles abdominaux et du bassin qui ne permet pas l’expulsion des selles.

Quelles sont les conséquences ?
Les muscles pelviens sont contractés et cela provoque la formation de :

  • Hémorroïdes,
  • Fissures anales.

 

Causes de la constipation

Pour comprendre la constipation, il faut savoir comment fonctionne le côlon.
Quand les aliments traversent le côlon, celui-ci :

  • Absorbe l’eau de la nourriture,
  • Crée des déchets solides (ou selles).

Les contractions musculaires du côlon poussent les selles vers le rectum.
La constipation se produit si :

  • Le côlon absorbe trop d’eau,
  • Le côlon est “paresseux” et les contractions des muscles sont lentes.

De cette façon, les selles se déplacent trop lentement le long du côlon.
Par conséquent, les selles peuvent devenir :

  • Dures,
  • Sèches.

Alimentation pauvre en fibres

Les personnes qui suivent un régime alimentaire riche en fibres sont moins susceptibles de souffrir de constipation.
Les causes les plus communes de constipation sont :

  1. Une alimentation pauvre en fibres,
  2. Une alimentation riche en graisses, comme :
    • La charcuterie,
    • Les œufs,
    • Le fromage.

La fibre soluble et celle insoluble est la partie des fruits, des légumes, des légumes secs, des grains et des céréales que le corps n’arrive pas à digérer. La fibre soluble se dissout facilement dans l’eau.
Dans l’intestin, elle prend une consistance moelleuse et similaire à la gélatine.

La fibre insoluble passe à travers l’intestin presque sans être modifiée. Le volume et la consistance moelleuse de la fibre aident à prévenir les selles :

  • Dures,
  • Sèches,
  • Difficiles à expulser.

Combien de fibres faut-il manger ?
L’American Dietetic Association recommande la consommation de 20 à 35 grammes de fibres par jour. Les enfants comme les adultes mangent souvent trop d’aliments raffinés et transformés, desquels la fibre naturelle a été retirée.

Ne pas boire suffisamment de liquides
La recherche montre que, même si l’on boit plus de liquides, la constipation ne s’améliore pas toujours.

De nombreuses personnes rapportent un léger soulagement si elles boivent des liquides comme de l’eau et du jus de citron (notamment le matin).
Les liquides ajoutent du fluide au côlon et du volume aux selles, rendant leur expulsion plus fluide.

Cependant, les boissons qui contiennent de la caféine, comme le café et le Coca-Cola, aggravent les symptômes en provoquant une déshydratation.
L’alcool est une autre boisson qui provoque une déshydratation. Il est important de boire des liquides qui hydratent le corps, notamment quand on consomme de la caféine.

Absence d’activité physique
L’absence d’activité physique peut provoquer la constipation, surtout chez les personnes âgées, bien que les médecins n’en connaissent pas la raison.
Par exemple, la constipation se produit souvent après un accident ou au cours d’une maladie, quand il faut rester alité et que l’on ne peut pas travailler.

Changement d’habitudes, par exemple au cours d’un voyage
Quand on voyage, les habitudes quotidiennes changent. Cela peut avoir un effet sur le système digestif et provoquer parfois une constipation soudaine.

Changement de maison et fiançailles
Les femmes n’arrivent souvent pas à aller à selle pendant une ou deux semaines si elles vont vivre dans une autre maison.
La même chose se produit si elles dorment chez leur fiancé : pendant un certain temps, elles ne se sentent pas à l’aise et n’arrivent pas à déféquer.
J’ai remarqué ce phénomène chez plusieurs jeunes femmes. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, elles n’avaient pas 20 ans, mais entre 25 et 35 ans.
Il s’agit d’un effet psychosomatique qui se produit souvent.
Après quelques jours, elles sont obligées d’aller chez le médecin pour prendre un laxatif.
Après une première phase, la jeune femme s’habitue à la nouvelle maison et aux nouvelles toilettes, donc elle retrouve ses anciennes habitudes intestinales.

 

Maladies qui provoquent de la constipation

Constipation et paresse intestinale

© fotolia.com

Les maladies qui tendent à ralentir le mouvement des selles à travers le côlon sont les suivantes :

Les troubles neurologiques
La SEP (sclérose en plaques), la maladie de Parkinson, un AVC, les lésions de la moelle épinière, une pseudo-obstruction intestinale idiopathique chronique.

Les maladies endocriniennes et métaboliques
L’urémie, le diabète, l’appendicite, l’hypercalcémie, la glycémie élevée, l’hypothyroïdie.

Des maladies inflammatoires intestinales
La maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique (colite ulcéreuse)

Les maladies systémiques (maladies qui affectent plusieurs organes et tissus)
Le lupus, la sclérodermie et l’amylose.

Le cancer
La constipation est due principalement aux médicaments contre la douleur et à la chimiothérapie. Un cancer du côlon bloque ou comprime aussi le système digestif.

Prolapsus, intussusception intestinale ou rectocèle
Le rectum peut subir des altérations anatomiques en raison de l’affaiblissement ou de la chute de la musculature de soutien.
Les causes possibles sont :

  • Les intervention chirurgicales,
  • Les accouchements,
  • Le vieillissement,
  • Le surpoids, etc.

Dans ces cas on pourrait avoir besoin d’une intervention chirurgicale pour placer le rectum dans sa position anatomique.

Dolichocôlon et mégacôlon
Le terme « dolichocôlon » signifie une longueur excessive du côlon, qui touche surtout le sigmoïde.
Il y a différentes opinions sur le développement de ce trouble :

  • Certains pensent qu’il est présent à partir de la naissance,
  • D’autres pensent qu’il est la conséquence de maladies.

Cette anomalie de l’intestin favorise la formation de :

  • Fécalomes (selles dures),
  • Constipation,
  • Maux de ventre à gauche,
  • Obstruction intestinale,
  • Dans les cas les plus grave cela peut provoquer le volvolus, c’est-à-dire la torsion ou l’enveloppement sur soi-même d’une partie du côlon.

Le terme « mégacôlon » signifie une augmentation du diamètre interne du tractus final du gros intestin, généralement :

  • Le sigmoïde,
  • Le rectum.

La cause est le rétrécissement d’un tractus du côlon où il n’y a pas de péristaltisme (le mouvement intestinal qui fait avancer les déchets vers l’anus).
La conséquence est une dilatation de la portion de côlon qui précède en ralentissant la progression des selles qui s’accumulent en poussant sur les parois intestinales.

Syndrome de l’intestin irritable (SII)
Les personnes atteintes du syndrome de l’intestin irritable souffrent plus fréquemment de constipation. Dans ce cas, elle peut être alternée avec des phases de diarrhée. Le patient peut aussi se plaindre de maux de dos.

 

D’autres causes de la constipation sont :

  • La grossesse et la ménopause,
  • Avant l’arrivée des menstruations (notamment en cas de retard des règles),
  • Un abus de laxatifs,
  • Ignorer l’envie de déféquer,
  • La déshydratation (Sleisenger et al. 2006),
  • Des causes psychologiques, par exemple le stress et une vie mouvementée peuvent causer la constipation.

 

Médicaments qui provoquent la constipation

La constipation peut être provoquée par plusieurs médicaments :

Antidépresseurs 
Selon Dolder et al. (2010) la constipation peut s’associer aux antidéprésseurs inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine, comme le Prozac (fluoxétine).

Médicaments contre la tension élevée, par exemple les inhibiteurs calciques réduisent les contractions musculaires (contractilité). La conséquence est la constipation.
On peut les remplacer par les inhibiteurs de la pompe à protons, d’accord avec le médecin (Talley et al.- 2003).

D’autres médicaments qui provoquent la constipation sont :

  • Les opioïdes et les dérivés du cannabis,
  • Les anti-inflammatoires non stéroïdiens comme l’ibuprofène (Fosnes et al.- 2011),
  • Les médicaments pour la maladie de Parkinson,
  • Les antiépileptiques et les antipsychotiques,
  • Les antihistaminiques.

Quel est le lien entre la constipation et les maux de dos ?

Si on observe l’anatomie humaine on peut remarques que l’intestin touche la colonne vertébrale.
En particulier :

  • L’intestin grêle touche la colonne vertébrale,
  • Le côlon transversal touche la région centrale de la colonne lombaire,
  • Le rectum touche l’os sacré.

La constipation gonfle l’intestin de selles. 
Cela peut provoquer la douleur :

  • Du ventre,
  • Du dos.

Ce type de mal de dos est typiquement rapporté comme un type de douleur sourde.

Maux de dos provoqués par l’obstruction intestinale
Il se peut qu’un bloquage intestinal provoque la douleur lombaire.
Cela se passe lorsque une partie des selles se sèche et reste bloquée dans :

  • Le côlon,
  • Le rectum.

La pression dans le rectum ou dans le côlon peut provoquer une douleur répandue :

  • Au dos,
  • Au ventre.

La personne ne peut pas aller à la selle.

J’ai décidé d’écrire cet article car plusieurs patients m’ont dit d’avoir des maux de dos et qu’après être allé à la selle cette douleur est disparue ou est beaucoup améliorée.

Je pense que la tache la plus importante d’un médecin est de comprendre la cause du trouble, pas de proscrire exclusivement des traitements pour les symptômes.
On risque que le trouble se répète si on ne trouve pas de causes.

Peut-il se passer le contraire ? Peut le mal de dos provoquer la constipation ?

Constipation provoquée par le mal de dos

Parfois une maladie peut provoquer les maux de dos, par exemple :

  1. Une infection,
  2. Un cancer qui pousse sur la moelle épinière.

La constipation peut être un effet secondaire de ce trouble.

Constipation pendant la grossesse

La constipation est un problème fréquent pendant la grossesse.
Plus de la moitié des femmes enceintes sont constipées. Un des coupables est l’augmentation de l’hormone progestérone qui détend la musculature lisse dans tout le corps, y compris le tractus digestif.
Cela signifie que la nourriture passe plus lentement à travers l’intestin.
Le problème peut être aggravé successivement pendant la grossesse par la pression sur le rectum causée par l’utérus en croissance.
Les compléments à base de fer, spécialement en cas de doses élevées, peuvent aggraver la constipation.

Symptômes associés à la constipation

Outre le fait de causer un changement des habitudes intestinales normales, la constipation peut aussi provoquer les symptômes suivants :

  • Des crampes et maux d’estomac,
  • Le patient a une sensation de gonflement abdominal (ventre gonflé) même si la constipation ne fait pas grossir,
  • La défécation plus difficile, on a donc besoin de s’efforcer,
  • La défécation est incomplète ou on a la sensation que l’intestin ne s’est pas vidé.

Quand faut-il s’inquiéter pour la constipation ?

Si l’on reste 6 à 7 jours consécutifs sans aller à la selle, la situation peut devenir dangereuse.
Il faut donc aller chez le médecin pour une visite attentive, notamment si l’on souffre d’autres pathologies qui influent sur le péristaltisme.
Les personnes qui sont habituées à déféquer tous les jours devraient déjà s’inquiéter après 3 jours car la cause pourrait ne pas être liée à l’alimentation.

 

Existe-t-il des complications chroniques de la constipation ?

La constipation chronique et l’utilisation prolongée de laxatifs peut porter à l’intestin paresseux, c’est-à-dire qu’il ne fonctionne plus correctement sans l’aide de médicaments.
La constipation devient ensuite un cercle vicieux et de plus en plus chronique. La constipation chronique sévère peut provoquer une occlusion intestinale.
Cela est plus probable chez les patients âgés et handicapés. Une grande masse de selles dures (ou fécalome) peut être comparée à un bouchon : elle bloque le rectum.
La masse est trop grande pour passer, donc les muscles intestinaux n’arrivent pas à pousser les selles à l’extérieur.

 

Remèdes naturels et faits maison pour la constipation chez les adultes

Les adultes devraient boire beaucoup et pratiquer une activité physique quotidienne ou au moins 3 fois par semaine pour favoriser un bon fonctionnement intestinal.

La position peut faciliter l’évacuation: les toilettes à la turque sont idéales, ou on conseille d’appuyer les pieds sur un tabouret ou une hauteur pour augmenter la compression abdominale.

Le shiatsu peut être très efficace pour d’évacuations complètes. Lorsqu’on va aux toilettes il faut s’appuyer sur un point du dos de la main, entre l’index et le pouce, sous le deuxième métacarpe.
Cela favorise l’évacuation et le bon fonctionnement du gros intestin.

Les aliments généralement conseillés par le médecin en cas de constipation sont les suivants :

  • Les prunes,
  • Les graines de lin,
  • Les kiwis,
  • La courge,
  • Les courgettes,
  • Le gingembre,
  • Les noix,
  • Les mûres,
  • L’huile d’olive,
  • L’huile de coco.

 

Kinésithérapie et ostéopathie pour la constipation

On dirait que c’est bizarre, mais le traitement manuel peut aider beaucoup les personnes qui souffrent de constipation. Lorsqu’on effectue un traitement abdominal, on peut éliminer les tensions musculaires qui ralentissent le transit intestinal.

Comment peut-on le faire ?

Il s’agit de détendre les points de déclanchement myofascial (trigger point) musculaires qui se trouvent sur l’intestin.
Oui, l’intestin a des muscles.
Ils sont nécessaires pour faire avancer les selles vers le rectum.
Par exemple, un trigger point qui est généralement contracté est la valvule iléo-cæcale.

Cette valvule sert à :

  • Permettre aux selles de bouger de la région de l’intestin grêle (iléon) à la partie initiale du gros intestin, le cæcum,
  • Empêcher tout retour du contenu de l’intestin.

Là le point de déclenchement musculaire actif se forme généralement.

Cela peut provoquer de maux :

  • De ventre,
  • De dos.

Le kinésithérapeute ou l’ostéopathe peut désactiver ce trigger point et les autres le long de l’intestin.

Cela permet de :

  • Soulager la douleur,
  • Favoriser l’activité intestinale.

Il faut aussi travailler sur tout le ventre pour détendre les adhérences entre les tissus qui peuvent :

  1. Provoquer la douleur,
  2. Réduire le flux sanguin.

Il s’agit d’une technique appelée massage myofascial.

Un massage le long du trajet des selles dans l’intestin peut favoriser encore plus l’activité de l’intestin car cela va améliorer le péristaltisme intestinal.

Quel est le trajet ?

On part du côlon ascendant (côté droite) et on continue avec :

  • Le côlon transversal (horizontal, sous la poitrine),
  • Le côlon descendant (à gauche),
  • Le côlon sigmoïde (partie centrale et inférieure du ventre).

Selon Hu et al. (2013) la thérapie manuelle pour la constipation s’effectue de cette manière :

  • Le patient est couché sur le dos,
  • La hanche et le genou sont pliés à 90° pour avoir le ventre détendu,
  • On pousse sur le côlon ascendant, le côlon transversal, le côlon descendant et le côlon sigmoïde,
  • On effectue des vibrations sur l’intestin grêle.

Selon Koo et al. (2016) la thérapie manuelle orthopédique de Maitland peut être une méthode de traitement efficace pour la constipation de type fonctionnel, car cela peut :

  • Réduire les temps de transit du côlon,
  • Améliorer les symptômes de la constipation,
  • Faciliter l’évacuation.

Le traitement manuel peut également aider en cas de bloc intestinal provoqué par des adhérences intestinales.
Selon une étude de Rice et. al (2016) un traitement manuel qui consiste en :

  • Pressions dans des points spécifiques,
  • Relas myofascial, c’est-à-dire qu’on retire les tensions des muscles et du tissu conjonctif,
  • Technique Wurn,
  • Manipulation viscérale, c’est-à-dire du tissu conjonctif des organes abdominaux.

Selon cette recherche la thérapie manuelle est efficace chez ces patients, considérant les paramètres suivants :

  • Les symptômes,
  • La qualité de vie.

 

La science qu’est-ce qu’elle dit à propos de l’alimentation ?

Selon une étude de Shen et al. (2019) le risque de constipation chez les adultes aux États-Unis augmente lorsqu’ils mangent d’aliments pauvres en fibres.
Toutefois, la situation s’aggrave en buvant peu.

Panarese et d’autres (2019) ont étudié le lien entre la vitamine D et la constipation.
On peut voir les symptômes de manque de vitamine D chez les patients souffrant de constipation chronique fonctionnelle.
Ces patients devraient contrôler souvent les niveaux de vitamine D.

Certains aliments peuvent augmenter les symptômes de l’intestin irritable, comme :

  • L’ognon,
  • L’ail,
  • Le café.

Pour réduire les symptômes Bardisi et d’autres (2018) conseillent de :

  • Réduire la quantité de glucides,
  • Augmenter les aliments qui contiennent de fibres.

Appak et d’autres en 2019 ont effectue une récherche et ils ont observé qu’il n’y avait pas de lien important entre la constipation et la quantité de glucides, graisses et fibres dans l’alimentation.

Toutefois les personnes qui souffraient de ce trouble avaient une alimentation pauvre en protéines.

Selon les résultats d’une étude de Hajiani et d’autres (2019) une alimentation sans gluten pourrait améliorer les symptômes chez le patient.

Différents études montrent que les individus qui mangent aux fast food, la malbouffe, les aliments frits ou épicés ont plus de chances de développer des symptômes gastro-intestinaux (Okawa – 2019).

On a démontré que les aliments riche en FODMAP (oligosaccharides fermentescibles, disaccharides, monosaccharides et polyols) provoquent la douleur abdominale chez ceux qui souffrent d’intestin irritable.

Laxatifs en vente libre en cas de constipation obstinée

N’utiliser ces laxatifs qu’en dernier recours.
Il existe plusieurs types de laxatifs :

  • Les irritants – ils font se contracter de façon rythmique les muscles de l’intestin, par exemple le Dulcolax.
  • Les lubrifiants – ils aident les selles à descendre plus facilement, car ils aident la pénétration de l’eau dans les selles, par exemple l’huile de vaseline.
  • Les émollients des selles – ils réhydratent (humidifient) les selles, par exemple le docusate sodique (Colace),
  • Les compléments de fibres – il s’agit peut-être des laxatifs les plus sûrs, par exemple le FiberCon. Il faut boire beaucoup d’eau quand on les prend.
  • Les osmotiques – ils facilitent le mouvement des fluides le long du côlon, par exemple le sorbitol et les sels de magnésium.

Grossesse ou allaitement au sein

Les femmes enceintes devraient modifier leur alimentation.
Si les remèdes de grand-mère ne fonctionnent pas, on peut prescrire un laxatif pour faire passer les selles de manière plus régulière.
Il existe différents laxatifs sûrs pour les femmes enceintes, car ils ne sont pas absorbés par le système digestif. Ils n’influent donc pas sur la grossesse.
Les laxatifs que l’on peut prendre pendant la grossesse sont les osmotiques sous le contrôle du médecin sont :

  • Le lactulose,
  • La magnésie S. Pellegrino.

 

Remèdes naturels en cas de constipation chez les nouveau-nés et chez les enfants

Quelques simples changements du régime alimentaire et du mode de vie soulagent souvent la constipation chez les enfants.

Que manger en cas de constipation ? Une alimentation riche en fibres

Une alimentation riche en fibres peut aider le corps de l’enfant à former des selles molles.
Il faut donner à l’enfant des aliments riches en fibres, comme les haricots, les fruits et les légumes.
Une cuillère d’huile d’olive est l’un des remèdes les plus efficaces en cas de constipation.

Quels aliments éviter en cas de constipation ?
Parmi les aliments qui favorisent la constipation, nous pouvons citer :

  • Les céréales raffinés,
  • Les biscottes,
  • Les gâteaux.

Fluides suffisants
L’eau et d’autres liquides aident à ramollir les selles de l’enfant.

Récompenser les efforts de l’enfant, pas les résultats.
Donner une récompense aux petits enfants quand ils vont à la selle.
Les récompenses possibles sont :

  • Des autocollants,
  • Un livre spécial,
  • Un jouet.

Ne pas punir un enfant qui aurait sali ses sous-vêtements.

Enfants qui ne boivent que du lait (nourrissons)
On conseille de bouger délicatement les jambes de l’enfant comme s’il faisait du vélo et de masser l’abdomen (ventre) pour stimuler ses organes abdominaux.

Enfants qui peuvent manger de la nourriture solide (après le sevrage)
Donner beaucoup de fruits à l’enfant, y compris passés au mixeur ou écrasés, en fonction de sa capacité à mâcher. Les meilleurs fruits pour les enfants sont :

  • Les pommes,
  • Les abricots,
  • Le raisin,
  • Les pêches,
  • Les poires,
  • Les prunes,
  • Les pruneaux,
  • Les framboises,
  • Les fraises.

En plus des fruits, les enfants devraient avoir une alimentation bien équilibrée qui contient aussi des légumes et des aliments complets, comme les pâtes et le pain.
Si l’enfant est encore constipé après la modification de l’alimentation, le médecin pourrait prescrire un laxatif. Les laxatifs qui forment de la masse ne sont pas adaptés aux enfants, donc on conseille généralement un laxatif osmotique. Cependant, si cela ne fonctionne pas, le médecin peut prescrire un laxatif stimulant.

 

Conseils pour les parents

Une alimentation riche en fibres et en liquides est utile, même dans le cas où l’enfant suivrait un traitement à base de laxatifs.
Il faut encourager l’enfant à aller aux toilettes régulièrement et lui laisser beaucoup de temps pour qu’il puisse déféquer.

 

À lire aussi :

 

Bibliographie:

  • He CL, Burgart L, Wang L, et al. Decreased interstitial cell of Cajal volume in patients with slow-transit constipation. Gastroenterology. 2000;118:14–21.
  • Talley NJ, Jones M, Nuyts G, Dubois D. Risk factors for chronic constipation based on a general practice sample. Am J Gastroenterol. 2003;98:1107–11.
  • Dolder C, Nelson M, Stump A. Pharmacological and clinical profile of newer antidepressants: Implications for the treatment of elderly patients. Drugs Aging. 2010;27:625–40.
  • Fosnes GS1, Lydersen S, Farup PG. Constipation and diarrhoea – common adverse drug reactions? A cross sectional study in the general population. BMC Clin Pharmacol. 2011 Feb 18;11:2.
  • Sleisenger MH, Feldman M, Friedman LS, Brandt LJ. Sleisenger & Fordtran’s Gastrointestinal and Liver Disease: Pathophysiology, Diagnosis, Management. 8th edn. Philadelphia: Saunders; 2006. pp. 2127–46.
  • Chunying Hu, MSc, PT,1 Miao Ye, PT,1 and Qiuchen Huang, MSc, PT1 Effects of Manual Therapy on Bowel Function of Patients with Spinal Cord Injury J Phys Ther Sci. 2013 Jun; 25(6): 687–688.
  • Ja-Pung Koo, PhD, PT1), Jung-Hyun Choi, PhD, PT2), Nyeon-Jun Kim, PhD, PT1)* The effects of maitland orthopedic manual therapy on improving constipation. J. Phys. Ther. Sci. 28: 2857–2861, 2016
  • Amanda D. Rice, 1 Kimberley Patterson, 1 Evette D. Reed, 1 Belinda F. Wurn, 1 Bernhard Klingenberg, 2C. Richard King, III, 1 and Lawrence J. Wurn 1 ,  Treating Small Bowel Obstruction with a Manual Physical Therapy: A Prospective Efficacy Study Biomed Res Int. 2016; 2016: 7610387.
  • Shen L1, Huang C1, Lu X1, Xu X1, Jiang Z1, Zhu C1. Lower dietary fibre intake, but not total water consumption, is associated with constipation: a population-based analysis.J Hum Nutr Diet. 2019 May 13.
  • Panarese A1, Pesce F2, Porcelli P3, Riezzo G4, Iacovazzi PA4, Leone CM4, De Carne M5, Rinaldi CM6, Shahini E5. Chronic functional constipation is strongly linked to vitamin D deficiency. World J Gastroenterol. 2019 Apr 14;25(14):1729-1740.
  • Bardisi BM1, Halawani AKH1, Halawani HKH1, Alharbi AH1, Turkostany NS1, Alrehaili TS1, Radin AA1, Alkhuzea NM1. Efficiency of diet change in irritable bowel syndrome. J Family Med Prim Care. 2018 Sep-Oct;7(5):946-951.
  • Çağan Appak Y1, Karakoyun M2, Koru T3, Baran M4. Dietary properties and anthropometric findings of children with functional constipation: a cross-sectional study. Arch Argent Pediatr. 2019 Jun 1;117(3):e224-e231.
  • Hajiani E1, Masjedizadeh A1, Shayesteh AA1, Babazadeh S1, Seyedian SS1. Comparison between gluten-free regime and regime with gluten in symptoms of patients with irritable bowel syndrome (IBS). J Family Med Prim Care. 2019 May;8(5):1691-1695.
  • Okawa Y1, Fukudo S2, Sanada H1. Specific foods can reduce symptoms of irritable bowel syndrome and functional constipation: a review. Biopsychosoc Med. 2019 May 8;13:10.

Giovanni DeFilippo

Giovanni Defilippo Je m’appelle Giovanni Defilippo, je suis un médecin généraliste de Rubiera (Italie) à la retraite, avec 40 ans d’expérience (numéro d’inscription à l’ordre des médecins de Reggio Emilie : 1373).

Physiotherapie pour tous