Comment se diagnostique l’instabilité de l’épaule et quel est le traitement ?

Diagnostic de l’instabilité de l’épaule

Le test de l’appréhension est utile pour évaluer les patients souffrant d’instabilité antérieure.
L’examen est effectué avec :

  1. Le bras élevé latéralement à 90°,
  2. Le coude fléchi à 90°.

On procède à une rotation externe progressive de l’épaule avec une légère force dirigée antérieurement.
Si le test provoque de la douleur, cela n’indique pas forcément une instabilité antérieure parce que ce test peut également faire mal chez les patients souffrant de conflit sous-acromial.
Le test est positif si le patient ressent un sentiment d’instabilité imminent qui diminue en changeant la direction de la force appliquée d’antérieure à postérieure.

 

Examens pour l’instabilité de l’épaule

Le premier examen à pratiquer pour l’instabilité gléno-humérale est une radiographie simple avec projection :

  1. Antéro-postérieure,
  2. Latérale.

En cas de luxation antérieure de l’épaule, la partie postéro-latérale de la tête humérale peut toucher le bord glénoïdal en provoquant une fracture de compression appelée « fracture de Hills-Sachs » ou « encoche de Malgaigne ».
Cette lésion augmente le risque d’échec d’une intervention de stabilisation arthroscopique de l’épaule.
Les autres examens instrumentaux, tels que le scanner (TDM) et l’imagerie par résonance magnétique (IRM), sont utiles lorsque le diagnostic n’est pas clair.

Le scanner peut être utile pour montrer les anomalies osseuses, telles que :

  1. La perte de substance osseuse glénoïdienne,
  2. Les fractures,
  3. Les anomalies de la tête humérale.

Le scanner de l’épaule avec produit de contraste peut fournir plus d’informations sur l’état :

  1. Du labrum glénoïdal (bourrelet glénoïdien),
  2. De la coiffe des rotateurs,
  3. Des ligaments et de la capsule.

L’IRM est extrêmement utile et est l’examen le plus utilisé pour examiner les tissus mous. Cependant, elle ne fournit pas une image claire des lésions osseuses.
Lors de la phase aiguë, l’hématome articulaire causé par la luxation agit comme un moyen de contraste intra-articulaire.
Pendant la phase chronique, l’IRM utilisant le gadolinium comme produit de contraste est une modalité utile afin d’évaluer d’éventuels dommages aux tissus mous tels que :

  1. La lésion du labrum glénoïdal,
  2. Les dommages capsulaires.

Outre la lésion de Bankart pendant la luxation de l’épaule antérieure, il peut se produire :

  1. Une lésion du labrum glénoïdale antérieur avec avulsion du feuillet périosté (ALPSA),
  2. Une avulsion humérale du ligament gléno-humérale(HAGL).

Ils sont associés à des taux de récidive plus élevés et l’échec postopératoire est plus probable. Les lésions HAGL et ALPSA sont mieux observables avec des examens avancés comme l’IRM.

Source : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3261242/

L’échographie n’est pas indiquée pour l’épaule instable.

 

Que faut-il faire ? Traitement de l’instabilité de l’épaule

Dans un premier temps, le traitement de l’instabilité chronique de l’épaule est non chirurgical.
Si cette option ne soulage pas la douleur et l’instabilité, une intervention chirurgicale peut être nécessaire.
Cependant, chez de jeunes athlètes, une intervention chirurgicale précoce est préférable.
Il faut souvent plusieurs mois de traitement et d’exercices de renforcement avant que l’épaule ne redevienne assez stable.
Quelques changements dans le style de vie sont nécessaires pour éviter les activités qui aggravent les symptômes.
Les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens tels que l’aspirine et l’ibuprofène réduisent la douleur et le gonflement.
Le renforcement des muscles de l’épaule et des exercices pour le contrôle de l’épaule peuvent augmenter la stabilité.
Le kinésithérapeute met en place un programme d’exercices à effectuer :

  • À la maison,
  • À la salle de sport.
Kinésio taping,instabilité,épaule,luxation,sort,humérus

Kinesio Taping pour l’instabilité de l’épaule

Kinésio-Taping pour l’instabilité de l’épaule
Action : stabilisante.
Forme : Une bande en ‘ Y ‘.
Longueur
: de sous le deltoïde jusqu’à l’acromion. Appliquer à la fois le bout avant et arrière avec une légère tension (25-50% de la longueur), en maintenant l’épaule en position neutre.

Thérapie manuelle pour l’instabilité de l’épaule

Concept Mulligan (mobilisation avec mouvement)

mulligan

  • Le patient est assis.
  • Le kinésithérapeute est debout, derrière le patient.
  • Le glissement (mouvement accessoire de l’articulation) consiste en une poussée postérieure, latérale et inférieure sur la tête de l’humérus avec une bande pendant que le sujet effectue l’abduction du bras (élévation latérale).
  • La bande passe derrière les hanches du kinésithérapeute et devant l’épaule du patient.
  • Avec le corps, le kinésithérapeute doit pousser pendant toute la durée du mouvement et également lorsque le bras revient en position neutre.
  • Avec une main, il doit appuyer sur l’omoplate du patient pour stabiliser l’épaule.
  • L’autre main est posée sur l’épaule.
  • À la fin du mouvement, le thérapeute applique une surpression.
  • Selon les directives du « Concept Mulligan », le patient ne doit pas ressentir de douleur pendant le traitement ou juste un léger inconfort.
  • Effectuer 3 séries de 10 répétitions.

 

Quand faut-il opérer ?

L’opération chirurgicale doit être prise en considération :

  1. Chez les patients qui souffrent d’instabilité de l’épaule dans une seule direction et d’instabilité récurrente,
  2. Si la subluxation se produit au cours des activités quotidiennes telles que s’habiller, dormir ou travailler,
  3. Chez les jeunes sujets actifs, en particulier ceux qui pratiquent des sports de contact, s’ils ne veulent pas renoncer aux activités sportives qui provoquent la subluxation de l’épaule

Chez les personnes qui ont moins de 25 ans, le taux de récidive après la gestion conservative est compris entre 60 et 90%.

Source : Le sort de la luxation antérieure traumatique de l’épaule chez les enfants. – Marans HJ, Ange KR, Schemitsch EH, coin JH – J chirurgie articulaire des osseux Am. 1992 sept. 74 (8): 1242-4.

Parmi les contre-indications du traitement chirurgical, figurent :

  1. La lésion du plexus brachial et du nerf axillaire,
  2. La dysfonction deltoïdienne,
  3. Les infections.

À lire aussi :


Qui sommes-nous | Contact | Termes du service | Charte données personnelles | Sitemap |  Publications |  Disclaimer

Site du Docteur Massimo DEFILIPPO Via Roma 18 - 42048 Rubiera (RE) Italie
Comment se diagnostique l’instabilité de l’épaule et quel est le traitement ? ultima modifica: 2018-10-15T12:49:31+00:00 da Albane

Laisser un commentaire