Chaud ou froid en cas de blessure ? Ce qu’il faut appliquer

Qu’arrive-t-il aux tissus suite à un accident ?

Quand un coureur se fait une élongation dans la région de l’aine ou qu’un joueur de tennis se fait un claquage au tendon, les tissus mous de la zone se blessent.
Juste après l’accident, en plus du claquage du muscle, du tendon et/ou du ligament, on assiste aussi à une rupture des petits vaisseaux sanguins (capillaires) qui, en temps normal, apportent le sang et l’oxygène à ces tissus.
La rupture des capillaires provoque donc un épanchement de sérum et de sang dans les tissus adjacents.
C’est pourquoi après une lésion aux tissus mous, on note un gonflement localisé.
Les tissus blessés deviennent douloureux et s’engourdissent, soit directement à cause du traumatisme, soit indirectement à cause du gonflement successif.
Cela provoque :

Ces symtômes sont souvent accompagnés d’une inflammation provoquée par :

Il faut aussi considérer qu’un traumatisme aux os (par exemple une fracture) peut se produire, accompagné d’une lésion des tissus mous voisins.

 

Que faut-il appliquer après l’accident ?

Le gonflement et une grande partie de l’inflammation qui suivent un accident sont provoqués notamment par la perte de sang et de liquide inflammatoire des capillaires.
Les applications de glace favorisent donc la constriction des vaisseaux sanguins. Ce rétrécissement des vaisseaux sanguins réduit la perte de sang et de sérum. Cela permet donc de réduire le gonflement.

 

Quelle est l’action de la glace après un accident et pourquoi la chaleur est-elle déconseillée ?

Comme mentionné précédemment, la glace limite l’épanchement de sang et de liquide inflammatoire des capillaires dans les tissus autour de la lésion.
Parmi les remèdes les plus efficaces, la glace sert à diminuer le gonflement.
Réchauffer les tissus, au contraire, provoque la dilatation des capillaires. Cette dernière peut causer une augmentation de l’épanchement de sang des capillaires et, donc, un gonflement plus important et de plus fortes douleurs.
Il est important de noter que l’hémorragie dans les tissus ralentit le processus de guérison.

 

Guérison après un accident

Durant les jours qui suivent l’accident (quand la guérison des tissus est en cours), il faut adopter une approche différente du traitement immédiat.
Généralement, la perte de sang due à la rupture des capillaires se bloque suite à la formation de minuscules caillots de sang, qui permettent de cicatriser naturellement la blessure.
Le corps doit réabsorber le sang qui reste dans les tissus.
À ce moment-là, les applications de chaleur peuvent être efficaces, notamment si elles précèdent les exercices de rééducation.
La chaleur est utile car elle détend les muscles de la zone blessée, rendant les exercices plus sûrs.
Après un entraînement, on applique souvent de la glace pour minimiser la perte de liquide inflammatoire et/ou de sang due à la rupture des capillaires au cours de l’effort.

 

Certains préfèrent la chaleur

La chaleur permet de mieux soigner les muscles rigides et endoloris car elle permet de détendre et d’assouplir les muscles fatigués. La compresse doit être très chaude, mais pas bouillante pour éviter toute brûlure.
Avant toute activité physique, on peut aussi utiliser de la chaleur afin d’améliorer la mobilité, en assouplissant les muscles et en augmentant l’élasticité des articulations.

À lire aussi :


Qui sommes-nous | Contact | Termes du service | Charte données personnelles | Sitemap |  Publications |  Disclaimer

Site du Docteur Massimo DEFILIPPO Via Roma 18 - 42048 Rubiera (RE) Italie
Chaud ou froid en cas de blessure ? Ce qu’il faut appliquer ultima modifica: 2018-10-22T11:57:41+00:00 da Massimo Defilippo

Laisser un commentaire