Cardiopathie ischémique ou maladie coronarienne : signes et symptômes | traitement et pronostic

INDEX


La cardiopathie ischémique se produit lorsque la provision de sang et oxygène au muscle cardiaque ne suffit pas.
Cela se produit notamment lorsque des plaques s’accumulent à l’intérieur des artères.

Ces vaisseaux transportent le sang riche en oxygène et autres substances nutritives au cœur.
La plaque est une accumulation de :

  • Graisses,
  • Cholestérol,
  • Calcium,
  • D’autres substances présentes dans le sang.

La maladie vasculaire causée par l’accumulation de plaques dans les artères s’appelle athérosclérose. Elle est plutôt fréquente chez les personnes âgées.

Cardiopathie ischémiqueLa présence de plaques cause le rétrécissement ou l’obstruction des vaisseaux sanguins (sténose). Le cœur donc :

  • Ne reçoit pas suffisamment de sang,
  • Doit faire un effort plus important pour le pomper.

Il existe une variante appelée cardiomyopathie ischémique dilatée (ou cardiomyopathie hypertrophique) caractérisée par l’augmentation du volume du muscle cardiaque, notamment du ventricule gauche.
Cette cardiomyopathie peut être causée par :

L’apport réduit de sang cause des douleurs à la poitrine, tandis que le flux complètement bloqué peut provoquer :

Il est indispensable de comprendre la cause de la cardiopathie ischémique et de suivre un mode de vie plus sain pour prévenir les complications.

 

Causes de la cardiopathie ischémique

  • Antécédents familiaux : on estime que la transmission génétique de père en fils est l’une des causes principales de la cardiopathie ischémique.
  • Hypertension : quand la tension sanguine augmente rapidement, les cellules de la paroi interne des artères s’altèrent. Lorsque les graisses qu’on mange entrent dans le flux sanguin, elles peuvent s’accumuler dans ces artères dégénérées. Avec le temps les parois de l’artère perdent leur élasticité et réduisent le flux sanguin dans le corps.
  • Taux élevé de cholestérol : le cholestérol est une substance cireuse et grasse qui se trouve naturellement dans le corps. L’excès de cholestérol dans le sang crée des dépôts sur les parois des artères coronaires qui se rétrécissent. Ce phénomène provoque une cardiopathie ischémique obstructive. Une grave hypercholestérolémie familiale peut favoriser la coronaropathie ischémique juvénile.
  • Tabac : quand la nicotine présente dans le tabac circule dans le sang, elle provoque l’augmentation de la tension artérielle et de la fréquence cardiaque.
    Les cigarettes, la pipe ainsi que le tabac à mâcher peuvent causer de nombreux dommages au cœur, par exemple en favorisant l’oxydation des lipoprotéines LDL qui contribuent au développement de l’athérosclérose.
    Les patients qui souffrent de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) sont des personnes qui ont généralement beaucoup fumé. Il est donc plus probable qu’ils présentent les deux maladies.
  • Diabète : il se produit quand le corps n’arrive pas à régulariser la quantité de glucose dans le sang.
    Étant donné que le glucose ne rentre pas dans les cellules, il reste dans le sang.
    Le diabète accélère la formation de la plaque d’athérome et l’occlusion des vaisseaux.
  • Obésité : il s’agit d’une maladie métabolique dans laquelle les graisses en excès s’accumulent dans le corps. Les taux de cholestérol et de triglycérides dans le sang augmentent. La tension artérielle s’élève.
  • Stress : il ne cause pas directement de cardiopathie ischémique. Toutefois, il accélère la constriction des vaisseaux sanguins. Il provoque l’augmentation de la tension artérielle et de la fréquence cardiaque.
    Quand le stress est chronique, il endommage les artères coronaires.
  • Régime alimentaire et exercice physique : si l’on suit un régime riche en graisses saturées et en graisses trans, pauvre en fibres, le risque de plaques dans les artères coronaires augmente.
    Les graisses dans l’alimentation sont généralement considérées la première cause d’athérosclérose, mais, en fait, selon une étude publiée sur Pubmed (Dietary fats, carbohydrate, and progression of coronary atherosclerosis in postmenopausal women) une alimentation riche en glucides à index glycémique élevé (qui augmente rapidement la glycémie) a un effet plus grave sur la progression de la sténose (rétrécissement) coronaire.
    Un régime sain aide à combattre plusieurs causes de la maladie et garantit le flux régulier du sang pour les fonctions du cœur.
    Ceux qui ne pratiquent pas d’activité physique accumulent des graisses dans le corps. La conséquence est l’obésité et les problèmes qui lui sont liés.
    L’exercice physique régulier prévient l’obésité et le diabète. De plus, il réduit aussi la tension artérielle et les taux de cholestérol.
    Le sport de haut niveau est contre-indiqué en cas de cardiopathie ischémique car les besoins supplémentaires de sang artériel peuvent causer un infarctus.
  • Ménopause : la cardiopathie ischémique touche notamment les femmes après la ménopause. Avant cette période, les femmes sont protégées par des taux élevés d’œstrogènes.
    Étant donné que cette maladie est devenue la cause de nombreux décès, il faut s’en inquiéter.
    Modifier son mode de vie aide à lutter contre la cardiopathie ischémique.

Les facteurs de risque sont :

  1. L’excès de lipides dans le sang,
  2. Le diabète sucré,
  3. L’hypertension,
  4. Le tabagisme,
  5. Le sexe masculin,
  6. Les températures basses – le froid provoque la vasoconstriction qui aggrave la condition des personnes souffrant de maladies cardiovasculaires.
    Selon une recherche de Dehnert C, Bärtsch P. (Internal Medicine II, Section of Sports and Rehabilitation Medicine, University Hospital Ulm, Ulm, Germany), des études scientifiques chez des patients sélectionnés ont démontré qu’à une altitude entre 3000 et 3500 mètres l’exercice physique est généralement sûr chez les patients souffrant de cardiopathie ischémique stable et avec capacité physique suffisante. Pendant les premiers jours à la montagne, les patients souffrant d’angine stable peuvent développer les symptômes de l’ischémie du myocarde.
  7. La fibrillation auriculaire – ce trouble augmente le risque de mort chez les patients qui souffrent de cardiopathie ischémique.
  8. L’histoire familiale de maladie athérosclérotique.

 

Maladie coronarienne

Physiopathologie

Quand des plaques se forment à l’intérieur des artères, celles-ci rétrécissent.
Cette maladie s’appelle athérosclérose ou artériosclérose. Il s’agit d’une cardiopathie ischémique chronique.

Les artères obstruées peuvent développer de nouveaux vaisseaux pour transporter le sang au corps. Pendant l’effort, ces petits vaisseaux sanguins n’arrivent pas à transporter une quantité suffisante de sang.
Parfois, la rupture de la plaque cause la formation de caillots de sang qui :

  • Augmentent la dimension de l’occlusion,
  • Peuvent empêcher totalement le passage du sang.

La conséquence de cette situation est l’ischémie, ce qui signifie que l’apport de sang au myocarde est insuffisant.

L’ischémie myocardique provoque un dysfonctionnement du cœur.
Si l’ischémie touche une partie importante du myocarde, elle peut causer des dommages aux tissus.
Toutefois, elle peut être réversible si le flux de sang au cœur augmente.
L’ischémie peut aussi causer la mort irréversible des tissus suite au manque d’afflux de sang.
Cette maladie s’appelle infarctus du myocarde (ou crise cardiaque).
Donc, l’occlusion coronarienne cause l’ischémie qui peut provoquer :

infarto-ictus-trombo-768x533

Symptômes et signes de la cardiopathie ischémique

Les symptômes de cette maladie peuvent être :

  1. Une douleur intense et soudaine à la poitrine,
  2. Une douleur intense à la poitrine qui peut se propager :


Angine de poitrine 

Il s’agit d’un syndrome temporaire et réversible caractérisée par des attaques violentes de douleur thoracique, en générale rétrosternale, causé par une ischémie qui peut se transformer rapidement en un infarctus du myocarde.

Types d’angine 

  1. L’angine stable : des attaques violentes de douleur pendant l’activité physique, qui sont atténués par le repos et par les vasodilatateurs.
    Elle est causée par la sténose des coronaires majeures dans lesquelles il y a des plaques d’athérome stables.
  2. L’angine de Prinzmetal : angine qui se ressent à repos, elle est causée par un spasme (contraction) réversible des artères coronaires.
  3. L’angine instable : crises de douleur prolongées, elles se vérifient à repos ou après de faibles efforts physiques. Elles sont liées à la présence de, au moins, une plaque d’athérome instable, c’est-à-dire dont le risque de rupture et de formation d’un thrombus est élevé.
  4. L’arrêt cardiaque soudain : morte soudaine que, en générale, arrive 1/2 heures après une crise cardiaque ou même sans l’apparition de symptômes.

Le syndrome coronarien aigu englobe n’importe quels symptômes compatibles avec l’ischémie myocardique aiguë, tels que : 

  1. L’angine instable 
  2. L’infarctus du myocarde sans sur-décalage du segment ST (NSTEMI) 
  3. L’infarctus du myocarde avec le sur-décalage du segment ST (STEMI) 

Un syndrome coronarien aigu peut indiquer la présence d’une maladie athérosclérose des artères coronaires étendue.infarto-acuto-ecg-ST

arteriosclerosi-400x546La cardiopathie ischémique chronique inclut :

  1. L’angine stable 
  2. La cardiopathie ischémique silencieuse.

La douleur cardiaque est la douleur la plus violente après la douleur aortique, elle peut être :

  1. Typique : elle se vérifie dans les hommes. Elle apparaît comme une constriction, un poids et une oppression au niveau rétrosternal. La douleur s’irradie généralement au bras gauche à cause de l’innervation précordiale (innervation de la partie antérieure du thorax) embryonnaire. Elle est encore présente dans les adultes et dans les personnes âgées. Parfois, la douleur arrive jusqu’à la mandibule et à la mâchoire. 
  2. Atypique : elle se vérifie dans les femmes, elle est décrite comme une douleur perforante, comparable à une poignardée, qui peut s’aggraver pendant l’inspiration, la toux ou avec la digitoponcture. Cette douleur est considérée atypique parce qu’elle est différente de la douleur que les hommes ressentent. En effet, il s’agit une douleur dorsale intense qui concerne les épaules et le cou. La femme ressent aussi de la nausée, mal à l’estomac (qui peut être confus avec une mauvaise digestion) et une forte fatigue.

Cela peut se présenter accompagnée de :

Autres symptômes :

  1. Vertiges ;
  2. Pâleur ;
  3. Vomissements ;
  4. Dysfonction érectile ;
  5. Perte de connaissance.

Les symptômes ne se présentent pas toujours avant la crise cardiaque. L’infarctus peut aussi se manifester sans aucun symptôme. Dans ce cas, l’ischémie est dite silencieuse.
Les symptômes peuvent varier chez les femmes et chez les hommes.

La douleur cardiaque coronarienne peut améliorer en prenant la nitroglycérine par voie sublinguale, car elle dilate les coronaires.
Dans 90% des cas la nitroglycérine permet une réduction de la douleur, ou même une disparition.

Il y a également d’effets indésirables, car cette substance peut provoquer :

  • De graves maux de tête,
  • Une syncope.

Pendant la période post-ménopause, certaines femmes souffrent de dysfonction microvasculaire, trouble du fonctionnement des artères les plus petites dans le cœur (grandes artères en bon état).
Ces artères ont une augmentation de la vasoconstriction, mais elles ne peuvent pas dilater.
Cette dysfonction est causée par plusieurs facteurs, comme :

  1. Les altérations des taux d’œstrogènes (hormones féminines),
  2. Le tabagisme,
  3. L’hypertension.

Le terme le plus précis pour ce phénomène est le syndrome X cardiaque : les personnes souffrent des symptômes de la maladie coronarienne dus à la dysfonction des artères plus petites.

 

Risques et complications de la maladie coronarienne


Le cœur pompe le sang oxygéné des poumons aux différentes parties du corps. Le sang riche en oxygène est pompé à travers les artères coronaires. En cas de cardiopathie coronarienne, l’afflux de sang au cœur est réduit à cause de la plaque à l’intérieur des parois artérielles. L’athérosclérose peut provoquer une angine de poitrine fréquente ainsi que l’infarctus du myocarde.
Cette maladie est dangereuse et peut changer considérablement la vie.
La cardiopathie ischémique peut se développer jusqu’à causer une insuffisance cardiaque.

 

Diagnostic de la cardiopathie ischémique

Les cardiopathies ischémiques peuvent être diagnostiquées en fonction des symptômes principaux.

L’angine de poitrine est diagnostiquée cliniquement à cause d’une gêne au thorax sous effort qui s’améliore au repos.
Pour confirmer l’angine de poitrine, on observe les changements ischémiques réversibles sur l’ECG pendant une crise ou on administre par voie sublinguale de petites doses de trinitrine qui soulagent la douleur en 3 minutes.

La gravité de l’ischémie, la présence et l’entité de la cardiopathie sont déterminées par certains tests.
Les examens diagnostiques comprennent :

  1. L’électrocardiogramme pour vérifier l’angine de poitrine stable et le syndrome coronarien aigu (qui mesure l’activité électrique du cœur),
  2. L’épreuve d’effort (ou électrocardiogramme d’effort),
  3. La scintigraphie myocardique,
  4. L’échocardiogramme (qui mesure les ondes sonores),
  5. La prise de sang (pour mesurer les graisses totales, le cholestérol et les lipoprotéines),
  6. La radiographie du thorax,
  7. L’angiographie coronaire (cathétérisme cardiaque).

 

Traitement de la maladie coronarienne

Parmi les solutions de traitement, nous pouvons citer :

  • Prescription de médicaments par voie orale ;
  • Modification de l’alimentation ;
  • Opération chirurgicale de pontage coronarien ;
  • Intervention de chirurgie cardiaque mini-invasive ;
  • Revascularisation myocardique avec angioplastie coronarienne transluminale percutanée (ACTP) ;
  • Exercices physiques de réadaptation cardiologique post-opératoire.

 

Prévention de la cardiopathie ischémique

Pour affronter la maladie et prévenir la crise cardiaque, il est important que les personnes de plus de 40 ans se soumettent à des contrôles de routine trimestriels pour relever les éléments suivants :

  • Diabète ;
  • Antécédents familiaux de la maladie ;
  • Tension sanguine ;
  • Taux de cholestérol ;
  • Augmentation des taux de protéine C réactive.

Afin de prévenir la cardiopathie ischémique après un infarctus, il est essentiel de :

Régime et alimentation pour la cardiopathie ischémique 

cardiopathie-dilatÇe_FR

D’après une étude publiée sur PUMED en 2010 (Saturated fat, carbohydrate, and cardiovascular disease), le remplacement des graisses saturées avec les graisses polyinsaturées ou mono insaturées abaisse le cholestérol LDL et HDL.

Les graisses saturées se trouvent dans les produits d’origine animale.

Les graisses polyinsaturées se trouvent :

  1. Dans les algues 
  2. Dans le poisson 
  3. Dans les graines de lin 

Les graisses monoinsaturées se trouvent par exemple dans l’huile d’olive.
Toutefois, si une personne mange beaucoup d’aliments riches en d’hydrates de carbone (en particulier ceux raffinés) celui peut augmenter la valeur des lipides qui causent la formation de plaques (LDL).

De plus, les hydrates de carbone :

  1. Favorisent la résistance à l’insuline, l’obésité et l’augmentation des triglycérides.
  2. Ils réduisent la quantité de cholestérol HDL.

Les hydrates de carbone raffinés sont :

  • Le sucre blanc 
  • Les céréales non intégrales (pain, pâtes, riz, etc.)

Quelle est l’espérance de vie en cas de cardiopathie ischémique ? Pronostic

Le pronostic dépend du nombre de vaisseaux coronaires touchés, de leur localisation et de la gravité de la sténose.
Une coronaropathie ischémique tritronculaire est une situation assez grave. Dans ce cas, la chirurgie se révèle souvent nécessaire.
On ne peut pas estimer l’espérance de vie en cas de cardiopathie ischémique.
Pour le guérison il faut :

  1. Éliminer les facteurs de risque,
  2. Modifier l’alimentation,
  3. Faire l’activité physique conseillée par le médecin, même après une crise cardiaque il est important d’effectuer la rééducation cardiaque post-infarctus.

A lire aussi

Cardiopathie ischémique ou maladie coronarienne : signes et symptômes | traitement et pronostic ultima modifica: 2015-05-11T07:01:14+00:00 da Dr. Massimo Defilippo