Bursite de la hanche ou hygroma

Pour traiter la bursite trochantérienne, il est nécessaire de comprendre la véritable origine de la douleur.
On peut ainsi se sentir bien à long terme, pas seulement juste pour un moment.
C’est ce que tu vous voulez, n’est-ce pas?
Aujourd’hui, je vais vous expliquer quelque chose qui ne vous a pas encore été dit et qui vous aidera à comprendre comment fonctionne votre corps et comment vous sentir mieux.
Je parle de la vraie cause de la douleur à l’extérieur de la hanche, de ce qu’il faut faire pour l’améliorer et de ce qu’il faut éviter.
Voyons ce qu’est cette bursite trochantérienne.

Qu’est-ce que la bursite trochantérienne?

trochanter,gluteus,piriforme

© alamy.com

La bursite trochantérienne (ou hygroma de la hanche) est l’inflammation de la bourse synoviale du grand trochanter du fémur.
Le grand trochanter fémoral est fondamental dans la dynamique des membres inférieurs, car il constitue l’insertion des muscles :

  • Extenseurs (comme le grand et le petit fessier),
  • Rotateurs externes de la hanche (par exemple le muscle piriforme),
  • La bourse qui s’enflamme le plus fréquemment se situe entre le tendon du grand fessier et le grand trochanter de l’os (Drake et al – 2015).

Généralement, il s’agit d’un problème musculo-squelettique qui ne provoque pas de conséquences (hormis la douleur).
Cependant, il faut être prudent, car une infection peut également se produire et la bourse peut se remplir de pus.
Dans ce cas, il est également possible d’avoir une infection purulente y compris dans l’articulation de la hanche.
Ce trouble est appelé arthrite pyogénique (Cooperman – 1938).

De plus, si la maladie est causée par un traumatisme, des capillaires peuvent se  rompent entraînant l’épanchement du sang à l’intérieur, dans ce cas, il s’agira d’une bursite hémorragique.

Qui est touché ?
La bursite trochantérienne affecte les personnes d’âge mûr et les personnes âgées et rarement les enfants.
Attention : elle se produit plus souvent chez les femmes.
Cela peut être causé par un bassin large (fréquent chez les femmes) qui favorise l’étirement de certains muscles (fessiers et piriformes) dans certaines positions.
Cet étirement est un facteur de risque important pour la bursite trochantérienne.
Il y a les mêmes probabilités que la bursite se produise à droite ou à gauche, elle est parfois bilatérale.

 

 Quelles sont les causes de la bursite trochantérienne?

Parmi les causes de la bursite, il y a :

  • Les déséquilibres musculaires peuvent contribuer à la naissance de la bursite (ce concept est expliqué en détails dans le paragraphe consacré au traitement).
  • Un entraînement incorrect ou tout simplement excessif peut causer cette pathologie, car elle implique un frottement continu sur la bourse.
  • Certaines activités : la bursite peut être provoquée ou favorisée par des activités telles que monter des escaliers ou grimper.
  • Certaines positions tenues pendant un certain temps, les risques augmentent notamment chez les personnes qui restent debout ou couchées sur le côté plusieurs heures par jour.
  • Des traumatismes : un gardien de but  peut souffrir de bursite trochantérienne à cause des chutes latérales pendant les matchs.
  • Une précédente opération chirurgicale de la hanche ou de prothèse de hanche.
  • D’autres maladies ou troubles – Parmi ceux-ci figurent la polyarthrite rhumatoïde, la goutte et le  rhumatisme psoriasiques.
  • Une réaction à un médicament.
  • Une infection : dans de rares cas, une bursite peut dériver d’une infection.
  • La cause peut être idiopathique : cela signifie que les médecins ne connaissent pas la cause. Cela se produit dans 8,3% des cas (Schapira et al. – 1986)

La bursite trochantérienne (TB) est une complication fréquente après une arthroplastie de la hanche (PTH).
Des études montrent que cela se produit dans 3% à 17% des cas (Shemesh et al 2018).
Le risque augmente si le chirurgien fait l’incision dans la partie externe de la cuisse, tandis qu’elle est réduite si l’incision est postérieure.

En outre, la bursite survient souvent chez des patients souffrant de hanche à ressaut externe, c’est-à-dire dans lesquels l’accrochage de la bandelette ilio-tibiale sur le grand trochanter.

 

hygroma,trochantérienne,hanche

© alamy.com

Comment reconnaître la bursite trochantérienne?

Le patient atteint de  bursite trochantérienne ressent généralement les symptômes suivants :

  • une douleur dans la zone supérieure et externe de la cuisse,
  • Une douleur à la palpation ou à l’acupression,
  • Une douleur lors de la course à pied  et durant les changements de direction,
  • Une douleur nocturne, surtout quand le patient  dort sur le côté affecté,
  • En phase aiguë, il est possible que le patient boite, qu’il ait des difficultés à marcher et monter les escaliers.
  • Les mouvements sans la charge du poids du corps sont douloureux dans l’adduction et la flexion de la hanche (lorsqu’on déplace une cuisse vers l’autre) ainsi que lorsqu’on plie la hanche au delà de 90°.

Si elle n’est pas traitée, la bursite trochantérienne peut devenir chronique ou persistante.

 

Diagnostic de la bursite trochantérienne

En règle générale, l’examen médical chez le spécialiste suffit à diagnostiquer une bursite trochantérienne dont les signes et les symptômes sont très caractéristiques.

La condition la plus importante est la douleur à la palpation profonde sur le grand trochanter ou juste derrière cette saillie osseuse.

Le médecin doit notamment exclure d’autres troubles pouvant provoquer des symptômes similaires :

  1. Une nécrose avasculaire de la tête du fémur,
  2. Une fracture de stress de la hanche,
  3. Une tumeur,
  4. Une infection.


Examens pour la bursite trochantérienne

Est-il nécessaire de faire les examens pour la douleur latérale à la hanche ?

En règle générale, si le seul symptôme est une douleur à la hanche et que l’intensité n’est pas excessive, le médecin n’effectue qu’une seule visite.
Bien entendu, si le patient présente d’autres symptômes ou troubles, le médecin prescrit souvent des examens.
Cependant, s’il ne soupçonne pas d’autres troubles, le risque est de retarder le traitement sans motif.
En cas de maladie au niveau du  trochanter, une radiographie permet d’exclure la pathologie osseuse, telles que  :

  • Les fractures,
  • L’œdème osseux (une inflammation de l’os souvent provoquée par un traumatisme).

L’échographie réussit à montrer un épaississement de la bourse car le liquide s’accumule à l’intérieur. Elle permet également d’analyser l’état des tendons.

L’échographie est considérée comme l’examen de premier choix pour les raisons suivantes :

  • Elle est facilement disponible,
  • Elle n’est pas chère,
  • C’est un examen qui peut être fait dans différentes positions, même pendant le mouvement.

Arthrocentèse : ce mot compliqué signifie simplement aspirer le liquide de la poche pour en faire l’analyse en laboratoire.
Elle n’est effectuée que si le médecin soupçonne une infection.

 

Que faut-il faire pour une bursite trochantérienne ?

La première chose à faire est d’aller chez le médecin et d’éviter de se soigner seul car certains troubles doivent être traités tôt et correctement.
Le risque est d’aggraver la situation ou de retarder le traitement de troubles plus importants.

Si le médecin dit que la cause de la douleur est le muscle squelettique, il faut passer à la deuxième étape.
Dans ce cas, la deuxième chose à faire est de corriger les déséquilibres posturaux les plus fréquents grâce à des exercices spécifiques.
Bien sûr, il est préférable de consulter un kinésithérapeute qui effectue l’examen musculaire et prépare un programme personnalisé.
De cette manière, les faiblesses et les contractures spécifiques sont corrigées et cela permet d’éviter de perdre du temps en exercices inutiles.

Je vais également vous donner d’autres conseils pour réduire la douleur.

Si tout cela ne suffit pas (j’espère que cela ne se produise pas), l’étape suivante est la visite chez un médecin spécialise en médecine physique et de réadaptation ou chez l’orthopédiste pour :

  • Approfondir avec d’autres examens,
  • Effectuer des traitements plus invasifs tels que des infiltrations ou une intervention chirurgicale.

Ok, maintenant voyons les traitements les plus utiles selon les études scientifiques et selon mon expérience.
Je vous diparlerai également des résultats obtenus.

 

Quel est le traitement pour une bursite trochantérienne ?

Thérapie pour la phase aiguë (dès l’apparition du trouble)
En phase aiguë, le traitement consiste à appliquer de la glace et à rester au repos, mais souvent cela n’aide pas à résoudre le problème.

Des exercices de rééducation associés à l’ostéopathie peuvent être utiles pour corriger les déséquilibres posturaux et musculaires.
Plus simplement :
Les exercices permettent « d’activer » des muscles qui jusqu’à présent étaient peu utilisés et donc devenus faibles.
Les autres muscles faisait donc un double travail dont la conséquence est une surcharge avec une inflammation et de la douleur.
Il faut donc retrouver l’équilibre musculaire pour éviter toute nouvelle inflammation après la guérison.

L’ostéopathie peut être utile, car elle :

  • Améliore la circulation,
  • Débloque les articulations,
  • Détend la musculature.

Cependant, elle doit être associée à un programme d’exercices pour obtenir des résultats à long terme.

Ondes de choc
Selon les études scientifiques de Furia et al. et par Rompe et al., la thérapie par ondes de choc a permis à 64% à 76% des patients de reprendre leurs activités quotidiennes normales.

4 exercices efficaces pour la bursite trochantérienne

Cette thérapie est essentielle car elle peut permet d’éviter des traitements avec des effets secondaires et coûteux.

Selon une étude de Bewyer et al. (2003), ce problème est causé par un déséquilibre musculaire.
Les muscles abducteurs de la hanche (qui déplacent la cuisse vers l’extérieur), en particulier, sont faibles et allongés.
Cet étirement provoque la formation de points de déclenchement myofasciaux actifs, de douleurs et de bursite trochantérienne.
Les muscles qui provoquent généralement ce problème sont :

  • Le petit fessier,
  • Le moyen fessier.

 

Pourquoi ?

Essayons de comprendre pourquoi les exercices peuvent aider à résoudre la bursite trochantérienne.
Selon S. Sahrmann, le problème est la domination des muscles :

  • Adducteurs,
  • Éventuellement des muscles rotateurs internes.

Par conséquent, les muscles abducteurs (petit et moyen fessier) et les rotateurs externes (en particulier le piriforme) sont moins actifs, allongés et faibles.
Souvent, le quadriceps est également faible.
Au lieu de cela, le tenseur du fascia lata (partie externe de la cuisse) est généralement raccourci.
Les muscles étirés s’enflamment facilement et provoquent des douleurs.
Il faut donc :

  • Renforcer ces muscles avec des exercices,
  • Réduire la surcharge avec un changement de posture.

Cela justifie également le développement :

  • Du syndrome de Piriforme,
  • De sciatiques,
  • Syndrome de la bandelette ilio-tibiale.

Ces troubles peuvent accompagner la bursite trochantérienne.
Un autre symptôme de ce déséquilibre musculaire est la douleur :

  • Plus forte le matin,
  • Moins importante après avoir marché.

1. Exercice pour les rotateurs externe en position allongée sur le ventre

  • Pour cet exercice, il faut s’allonger sur le ventre ;
  • Écarter légèrement vos jambes ;
  • Plier les jambes ;
  • Joindre les pieds et pousser un pied vers l’autre ;
  • Rester dans cette position 5 secondes ;
  • Revenir à la position initiale ;
  • Répéter 10 fois.

exercices, muscles rotateurs externes

Si vous avez aimé cet exercice, partagez-le avec vos amis :

2. Exercice en position couchée sur le côté sain

  • S’allonger sur le côté sain ;
  • La jambe du bas doit être pliée ;
  • La jambe du dessus doit être droite ;
  • Soulever la cuisse touchée en faisant légèrement pivoter le pied vers le haut (pour faire tourner la hanche vers l’extérieur) ;
  • Revenir à la position initiale ;
  • Répéter 10 fois.

exercice-pour-la-bursite-trochantérienne

Si vous avez aimé cet exercice, partagez-le avec vos amis :

3. Exercice de la palourde

  • S’allonger sur le côté sain,
    Mettre un élastique à l’extérieur des genoux,
  • Ne soulever que la cuisse du haut, en gardant les deux pieds joints,
  • Revenir à la position de départ,
  • Répéter 20 fois.

exercice-de-la-palourde

Si vous avez aimé cet exercice, partagez-le avec vos amis :

4. Étirement dynamique du tenseur du fascia lata

  • Position de départ : Allongé sur le ventre ;
  • Plier la jambe du membre inférieur endolori ;
  • Déplacer le pied sur le genou opposé (cela provoque une rotation interne de la hanche) ;
  • Arrivé à la limite, revenir à la position de départ ;
  • Répéter 10 fois.

étirement-tenseur-fascia-lata

Conseils posturaux

Les personnes qui dorment sur le côté doivent mettre un oreiller entre leurs jambes.
S’asseoir sans croiser les jambes en plaçant le genou sur la cuisse opposée.
Si l’on boîte, il faut utiliser une canne ou une béquille lorsque l’on marche.

Comment se lever de la position assise et comment s’asseoir

L’important est de ne pas rapprocher les genoux en s’asseyant ou en se levant de la chaise.
Si les genoux se rapprochent l’un de l’autre, l’utilisation des muscles rotateurs internes est favorisée alors que l’objectif est d’activer les abducteurs (extérieur des cuisses et fessiers).

Comment faut-il faire ?

  1. Glisser jusqu’au bord de la chaise en s’appuyant sur les mains,
  2. Soulever les fesses sans utiliser vos mains,
  3. Contracter (durcir) les muscles des fesses en se levant,
  4. Garder le dos droit,
  5. Ne pas se pencher pas en avant pendant le mouvement.

se-lever-de-la-chaise

Sur la photo, la jeune fille a les mains sur les épaules, mais ce n’est pas obligatoire.
Si vous avez aimé cet exercice, partagez-le avec vos amis :

Infiltrations dans la bourse trochantérienne

Selon une étude de Nurkovic et al. (2016), effectuée sur 215 patients souffrant de bursite trochantérienne, le traitement par injections de cortisone et de lidocaïne suivies d’une kinésithérapie, a donné des résultats satisfaisants dans 49% des cas.

Le traitement à la cortisone et à la lidocaïne seules a été satisfaisant dans 39% des cas.

Les experts indiquent également que les injections de cortisone avec anesthésique peuvent être administrées individuellement ou répétées après 4 à 6 semaines.

Selon Williams et al. (2009), la bursite trochantérienne ne représente que 2,5% des problèmes de santé chez les sportifs.
En général, les sportifs répondent bien aux traitements non chirurgicaux :

  • Des étirements,
  • L’application de glace,
  • Le repos ou la réduction de la charge de travail,
  • Des infiltrations de cortisone.

Cependant, une étude de Coombes et al. (2013) montrent que la cortisone a un effet plus puissant que la kinésithérapie, mais que ses effets durent moins longtemps.

 

Intervention chirurgicale pour la bursite trochantérienne

Bursite trochantérienne et conflit fémoro-acétabulaire

Le conflit fémoro-acétabulaire se produit lorsque le fémur et le cotyle ne coïncident pas, car ils n’ont pas une forme parfaitement ronde.

Selon une étude de Vap et al. (2018), les patients ayant subi l’ablation de la bourse et l’élongation chirurgicale de la bandelette ilio-tibiale pour la bursite trochantérienne chronique ont obtenu une excellente amélioration de la douleur.

En outre, les experts disent que les résultats sont les mêmes que ceux obtenus par les patients ne souffrant pas de bursite chronique.

L’anesthésie la plus adaptée à l’intervention est une combinaison d’anesthésie rachidienne et péridurale (Govaert et al – 2012).

Intervention chirurgicale par arthroscopie pour l’ablation de la bourse

Fox a décrit la bursectomie par arthroscopie.

Avec quels résultats ?

Sur 27 patients ayant subi cette intervention :

  • 23 ont eu de bons ou d’excellents résultats immédiatement après l’opération ;
  • 3 patients ont récidivé 1 et 5 ans après la chirurgie.

 

Rééducation postopératoire

Au cours des 2 premières semaines suivant le retrait de la bourse trochantérienne par arthroscopie, l’orthopédiste conseille généralement d’appuyer progressivement le poids du corps, en fonction de la tolérance.

L’amplitude de mouvement doit également être réduite.

Le retour à la normale est prévu après 4 à 6 semaines.

Si le patient souffre  en même temps d’un problème articulaire, les temps de récupération augmentent.

Dans ce cas, il est permis d’appuyer, mais peu, sur le membre opéré (moins de 10 kg) pendant au moins 3 semaines.

L’orthopédiste conseille également le kinetec, c’est-à-dire une machine à mouvement passif du membre opéré 4 à 8 heures par jour.

Une orthèse empêchant la rotation externe de la hanche et l’extension doit être utilisé pendant 3 semaines.

La kinésithérapie doit être commencée le plus tôt possible pour prévenir les adhérences et maintenir l’amplitude des mouvements.

 

Qu’est-ce qu’il ne faut pas faire ?

conseils-posturaux-bursite

Si vous avez aimé cet exercice, partagez-le avec vos amis :

  1. Debout, il faut appuyer le poids du corps sur les deux jambes de la même manière.
    Éviter d’appuyer tout le poids sur une seule jambe et de déséquilibrer le corps dans cette direction.
  2. Éviter les étirements, en particulier du piriforme et des abducteurs.

Beaucoup de gens pensent que les étirements sont un traitement. En réalité, ils n’ont pas aucun effet curatif.

Comme le confirme une étude scientifique de Harvey et al. (2017), les étirements n’améliorent ni la douleur ni la qualité de vie.

 

Combien de temps dure une bursite de la hanche? Le pronostic

On ne peut pas déterminer à l’avance la durée de la bursite trochantérienne, en cas de traumatisme, la douleur peut passer en peu de temps, mais dans certains cas, elle devient chronique et, si elle est négligée, les temps de récupération peuvent prendre des mois ou des années.

Maintenant c’est votre tour

Je vous ai expliqué la véritable origine de la douleur et les traitements les plus efficaces.

Maintenant, vous êtes prêt pour le traitement.

Comment comptez-vous procéder ?

Prendrez-vous des médicaments ?

Ou allez-vous faire les exercices ?

Dans tous les cas, laissez un commentaire ci-dessous.

Bibliographie

  • Drake RL, Vogl W: Mitchell Adam: Gray’s anatomy for students, 3rd ed. Philadelphia: Churchill Livingstone/Elsevier, 2015.
  • Cooperman MB. ACUTE HEMATOGENOUS BURSITIS. Ann Surg. 1938 Dec; 108(6):1094-101.
  • Schein AJ, Lehmann O: Acute trochanteric bursitis with calcification. Surgery, 1941, 9: 771–779.
  • Schapira D, Nahir M, Scharf Y. Trochanteric bursitis: a common clinical problem. Arch Phys Med Rehabil. 1986 Nov; 67(11):815-7.
  • Lustenberger DP, Ng VY, Best TM, Ellis TJ. Efficacy of treatment of trochanteric bursitis: a systematic review. Clin J Sport Med. 2011 Sep; 21(5):447-53.
  • Shemesh SS, Moucha CS, Keswani A, Maher NA, Chen D, Bronson MJ. Trochanteric Bursitis Following Primary Total Hip Arthroplasty: Incidence, Predictors, and Treatment. J Arthroplasty. 2018 Apr;33(4):1205-1209.
  • Chowdhury R Naaseri S, Lee J, Rajeswaran G.Imaging and management of greater trochanteric pain syndrome. Postgrad Med J. 2014 Oct;90(1068):576-81.
  • Furia J, Rompe J, Maffulli N. Low-energy extracorporeal shock wave therapy as a treatment for greater trochanteric pain syndrome.
  • Jasmin Nurkovic, Ljubisa Jovasevic, Admira Konicanin, Zoran Bajin, Katarina Parezanovic Ilic, Vesna Grbovic, Aleksandra Jurisic Skevin and Zana Dolicanin. Treatment of trochanteric bursitis: our experience. J Phys Ther Sci. 2016 Jul; 28(7): 2078–2081.
  • Rompe JD, Segal NA, Cacchio A, Furia JP, Morral A, Maffulli N. Home training, local corticosteroid injection, or radial shock wave therapy for greater trochanter pain syndrome. Am J Sports Med. 2009 Oct; 37(10):1981-90.
  • David P Lustenberger, Vincent Y Ng, Thomas M Best, and Thomas J Ellis, Efficacy of Treatment of Trochanteric Bursitis: A Systematic Review. Clin J Sport Med. Author manuscript; available in PMC 2013 Jun 21.
  • Chowdhury R, Naaseri S, Lee J, Rajeswaran G. Imaging and management of greater trochanteric pain syndrome. Postgrad Med J. 2014 Oct; 90(1068):576-81.
  • Bewyer DC, Bewyer KJ. Rationale for treatment of hip abductor pain syndrome. Iowa Orthop J. 2003;23:57–60.
  • Sahrmann, Shirley. Diagnosis and Treatment of Movement Impairment Syndromes (Page 154-6). Elsevier Health Sciences. Kindle Edition.
  • Coombes BK, Bisset L, Brooks P, Khan A, Vicenzino B. Effect of corticosteroid injection, physiotherapy, or both on clinical outcomes in patients with unilateral lateral epicondylalgia: a randomized controlled trial. JAMA. 2013 Feb 6; 309(5):461-9.
  • Vap AR, Mitchell JJ, Briggs KK, McNamara SC, Philippon MJ. Outcomes of Arthroscopic Management of Trochanteric Bursitis in Patients With Femoroacetabular Impingement: A Comparison of Two Matched Patient Groups. Arthroscopy. 2018 May;34(5):1455-1460.
  • Louise H.M. Govaert, C. Niek van Dijk,Adelgunde V.C.M. Zeegers,andGerardus H.R. Albers. Endoscopic Bursectomy and Iliotibial Tract Release as a Treatment for Refractory Greater Trochanteric Pain Syndrome: A New Endoscopic Approach With Early Results. Arthrosc Tech. 2012 Dec; 1(2): e161–e164.
  • Fox JL. The role of arthroscopic bursectomy in the treatment of trochanteric bursitis. Arthroscopy. 2002 Sep; 18(7):E34.
  • Harvey LA, Katalinic OM, Herbert RD, Moseley AM, Lannin NA, Schurr K. Stretch for the treatment and prevention of contractures. Cochrane Database Syst Rev. 2017 Jan 9;1:CD007455.

À lire aussi :

Bursite de la hanche ou hygroma ultima modifica: 2012-10-25T14:13:59+02:00 da Massimo Defilippo

Laisser un commentaire