Bourdonnement d’oreilles : Savez-vous que cela peut provenir des cervicales ?

Les bourdonnements d’oreille (acouphènes) droits ou gauches sont des symptômes gênants qui peuvent déranger l’individu pendant toute la journée et qui peuvent devenir insupportable la nuit.

Les patients peuvent entendre des bruits très différents selon la cause :

  • Des sifflements,
  • Des ronflements,
  • Des crépitements,
  • Le vent,
  • Le moteur d’une voiture,
  • Des pulsations (cela peut être provoqué par un trouble grave).

Le bourdonnement est plus gênant dans le silence car la personne n’est pas distraite par d’autres bruits.
Selon des études scientifiques (Dobie – 2004) (Jastreboff et al. – 2004),  la cause de la perception du bourdonnement est une activité anormale des voies auditives sous l’écorce cérébrale, c’est-à-dire le long du parcours des nerfs qui vont de l’oreille au cerveau.

 

En médecine, l’acouphène est toujours considéré comme un symptôme non traitable et de nombreux professionnels disent aux patients :

  • « Il n’y a rien à faire »,
  • « Il faut apprendre à vivre avec cela ».

Ainsi, les patients recherchent des traitements non médicaux, dont les plus utiles sont :

  • La kinésithérapie et l’ostéopathie pour éliminer les tensions pouvant être à l’origine du trouble,
  • Un régime et une alimentation anti-inflammatoire.

Différentes études scientifiques parlent d’un lien entre les acouphènes et la colonne cervicale.

Il s’agit des noyaux nerveux et de la moelle épinière contenus dans les vertèbres cervicales.

De plus, Matsushima et al. (1999) ont montré que les acouphènes se sont améliorés chez 52% des patients après une injection d’anesthésique dans le nerf occipital.

En outre, les acouphènes peuvent apparaître ou s’aggraver après :

  • La contraction de certains muscles de la tête, du cou ou des membres,
  • La pression sur certains points des muscles est appelés trigger point (Rocha et al. – 2007).

Un mouvement en particulier qui peut provoquer l’apparition d’un bourdonnement dans l’oreille est une combinaison de :

  • Rotation du cou,
  • Extension cervicale.

 

Existe-t-il des examens permettant de déterminer si les acouphènes sont d’origine cervicogénique ?

Il n’y a pas d’examen spécifique, mais le bourdonnement est considéré comme cervicogénique si le mouvement ou la pression exercés sur certaines parties du corps modifie l’intensité de ce symptôme.

Il s’agit :

  • De la tête – par exemple serrer les dents (Simmons et al. – 2009),
  • Du cou – par exemple effectuer en même temps une extension et une rotation,
  • Des épaules.

 

Traitement des acouphènes d’origine cervicale

Plusieurs groupes de recherche ont étudié l’effet des traitements de la colonne cervicale sur le sifflement dans les oreilles.

Latifpour et al. (2009) ont réalisé une étude sur 24 patients.

13 ont été soumis à un traitement basé sur :

  • Des exercices d’étirement,
  • Des exercices posturaux,
  • De l’acupuncture.

Les 11 autres faisaient partie du groupe témoin (ils n’ont pas suivi le traitement).

Trois mois plus tard, les acouphènes avaient considérablement diminué chez les personnes ayant effectuées le traitement.

Est-ce que toutes les personnes souffrant d’acouphènes (bourdonnements d’oreilles) peuvent avoir une amélioration grâce au traitement de la colonne cervicale ?

Non!

Il faut sélectionner les patients présentant des acouphènes subjectifs et des douleurs cervicales, à l’exclusion des patients souffrant des troubles suivants :

  • Une perte auditive,
  • La maladie de Ménière,
  • Une grave dépression (diagnostiquée par un psychologue),
  • Un trouble de l’oreille moyenne,
  • Une tumeur.

Malheureusement, comme toujours, les études scientifiques essaient des traitements standards chez tous les patients, quel que soit l’état du cou de chaque patient.

Laissez-moi mieux m’expliquer.

Un patient peut avoir une contracture des muscles sous-occipitaux (de la nuque).

Un autre peut ne pas avoir de problèmes au cou, mais avoir le muscle masséter (à l’intérieur de la joue) contracté.

Si nous pratiquons le même traitement à tout le monde, que se passe-t-il ?

Cela ne résoudra probablement pas le problème de chaque patient car le thérapeute se concentre sur le programme et non sur le patient.

Il n’y a actuellement pas beaucoup d’études sur les effets de la thérapie physique sur les acouphènes liés au système musculo-squelettique.

Les études sur l’effet du traitement de kinésithérapie sur les acouphènes des oreilles cervicogènes se concentrent principalement sur très peu de traitements.

Par exemple, Alcantara et al. (2002) et Kessinger et al. (2000) ont seulement évalué les manipulations de la colonne cervicale.

Les patients sélectionnés présentaient les caractéristiques suivantes :

  • De graves acouphènes,
  • Des problèmes cervicaux,
  • Les personnes qui pouvaient modifier l’intensité du bourdonnement avec certaines actions (par exemple la contraction de certains muscles).

Le résultat de cette étude est une légère amélioration des symptômes après 6 et 12 semaines.

Certains experts recommandent la minerve, mais je suis contre car je ne pense pas que bloquer une partie du corps ait un sens thérapeutique.

Laissez-moi mieux m’expliquer.

Dans la nature, si un animal est malade, il s’arrête de lui-même, se cache et attend de se sentir mieux.

Le fait de bloquer de façon  artificielle peut augmenter la rigidité et peut également créer une dépendance.

La personne peut en venir à penser qu’elle a besoin de la minerve pour se sentir bien.

À mon avis, ceci doit être évité.

Par exemple, je connais des sportifs qui, après avoir eu une entorse, se bandent la cheville chaque fois qu’ils jouent.

Même des années plus tard.

Que se passe-t-il en relâchant les tensions musculaires dans la mâchoire et le cou ?

Les patients présentant un problème d’articulation temporo-mandibulaire ont souvent aussi :

  • Des acouphènes,
  • Des vertiges,
  • Des tensions musculaires dans la mâchoire et le cou (Björne et al. – 2007).

Pour ces patients, il existe des exercices qui peuvent aider à réduire la tension musculaire.

Par exemple, les exercices Mckenzie pour le cou.

De plus,une autre chose très utile est un massage :

  • Des muscles masticateurs, en particulier du masséter,
  • Du cou.

Pour mieux comprendre comment cela fonctionne, il faut imaginer le cou divisé en deux.

La partie cervicale supérieure (les 2-3 premières vertèbres) est liée aux symptômes de la tête, tels que:

  • Les maux de tête,
  • Les vertiges,
  • Les acouphènes dans les oreilles.

Alors que de la partie inférieure du cou peut causer des douleurs :

  • Cervicales,
  • Aux épaules,
  • Aux bras.

Par conséquent, si les acouphènes sont d’origine cervicale, il est nécessaire de traiter cette partie du cou.

Ce traitement peut réduire :

  • La tension musculaire de la mâchoire et du cou,
  • Les acouphènes,
  • Les vertiges,
  • Le mal de tête.

En outre, une injection d’anesthésique dans les muscles de la mâchoire et du cou peut réduire les acouphènes.

Cela prouve qu’il existe une corrélation entre les acouphènes et les muscles.

 

Savez-vous ce que sont les points de déclenchement myofasciaux (trigger point)?

Il s’agit de points d’un muscle avec des fibres musculaires contractées même lorsque le muscle est au repos.

Ces points peuvent causer de la douleur et d’autres symptômes, même à distance (dans une autre zone du corps).

Par exemple, les points de déclenchement myofasciaux des muscles du cou peuvent causer des maux de tête.

Et les acouphènes ?

Dans certains cas, ils participent également au développement des acouphènes.

Ainsi, si le kinésithérapeute trouve des points de déclenchement actifs, il peut les désactiver.

Il faut notamment vérifier les points de déclenchement myofasciaux des muscles suivants :

  • Le masséter (Rocha et al. – 2007),
  • Le temporal,
  • Le sternocléidomastoïdien,
  • Les sous-occipitaux.

S’ils sont la cause du bourdonnement dans les oreilles, cela s’améliorera.

En pratique, il est recommandé de faire un traitement pour la partie supérieure de la colonne cervicale.

C’est de là que peuvent provenir des symptômes de la tête comme :

  • Les vertiges,
  • Les maux de tête,
  • Les sifflements d’oreilles.

Il faut donc vérifier la posture du patient pendant les activités quotidiennes, par exemple :

  • Si certaines positions maintenues longtemps provoquent des symptômes,
  • Si certains mouvements aggravent le bourdonnement.

La correction posturale est certainement une partie importante du traitement.

De plus, comme le trouble apparaît au lit, je conseille d’essayer de retirer l’oreiller (si on dort sur le dos).

Sinon, il est possible d’utiliser :

Un oreiller moins épais,

Un oreiller anatomique (un oreiller avec des vagues pour la douleur cervicale).

 

Et des manipulations vertébrales ?

Cette thérapie effectuée par des médecins, des chiropraticiens et des ostéopathes peut être utile pour réduire les acouphènes.

Dans ce cas également, le traitement doit agir sur les deux premières vertèbres cervicales (Kessinger et al. – 2000).

Généralement, l’amélioration produite par ces manipulations est temporaire.

Par conséquent, il est conseillé d’associer également des exercices et éventuellement un traitement aux muscles.

Bibliographie

  • Matsushima JI, Sakai N, Uemi N, Ifukube T. Effects of greater occipital nerve block on tinnitus and dizziness. Int Tinnitus J. 1999;5:40–46.
  • Rocha CA, Sanchez TG. Myofascial trigger points: another way of modulating tinnitus. Prog Brain Res. 2007;166:209–214.
  • Sanchez TG1, Guerra GC, Lorenzi MC, Brandão AL, Bento RF. The influence of voluntary muscle contractions upon the onset and modulation of tinnitus. Audiol Neurootol. 2002 Nov-Dec;7(6):370-5.
  • Latifpour DH1, Grenner J, Sjödahl C. The effect of a new treatment based on somatosensory stimulation in a group of patients with somatically related tinnitus. Int Tinnitus J. 2009;15(1):94-9.
  • Alcantara J, Plaugher G, Klemp DD, Salem C. Chiropractic care of a patient with temporomandibular disorder and atlas subluxation. J Manipulative Physiol Ther. 2002;25:63–70.
  • Kessinger RC, Boneva DV. Vertigo, tinnitus, and hearing loss in the geriatric patient. J Manipulative Physiol Ther. 2000;23:352–362.
  • Michiels e altri hanno fatto uno studio innovativo nel 2014.
    Infatti, non hanno standardizzato la terapia, ma i terapisti dovevano fare la terapia più adatta al paziente.
  • Sarah Michiels,1,2 Willem De Hertogh,1 Steven Truijen,1,3 and Paul Van de Heyning2,3,4 Physical therapy treatment in patients suffering from cervicogenic somatic tinnitus: study protocol for a randomized controlled trial. Trials. 2014; 15: 297.
  • Richard Simmons, M.D.,1 Christina Dambra,2 Edward Lobarinas, Ph.D.,3Christine Stocking, Au.D.,3 and Richard Salvi, Ph.D.3 Head, Neck, and Eye Movements That Modulate Tinnitus Semin Hear. Author manuscript; available in PMC 2009 Jan 30.
  • Björne A. Assessment of temporomandibular and cervical spine disorders in tinnitus patients. Prog Brain Res. 2007;166:215–9. 10.1016/S0079-6123(07)66019-1
  • Tanit Ganz Sanchez and Carina Bezerra Rocha Diagnosis and management of somatosensory tinnitus: review article Clinics (Sao Paulo). 2011 Jun; 66(6): 1089–1094.
  • Rocha CA1, Sanchez TG. Myofascial trigger points: another way of modulating tinnitus. Prog Brain Res. 2007;166:209-14.
  • Latifpour DH1, Grenner J, Sjödahl C. The effect of a new treatment based on somatosensory stimulation in a group of patients with somatically related tinnitus. Int Tinnitus J. 2009;15(1):94-9.
  • Kessinger RC1, Boneva DV. Vertigo, tinnitus, and hearing loss in the geriatric patient. J Manipulative Physiol Ther. 2000 Jun;23(5):352-62.

À lire aussi :

Bourdonnement d’oreilles : Savez-vous que cela peut provenir des cervicales ? ultima modifica: 2015-11-17T07:44:37+02:00 da Dr. Defilippo Giovanni