L’arthrose du genou est une maladie dégénérative dans laquelle le cartilage articulaire se réduit.
Lorsque cela se produit, les os des articulations frottent les uns contre les autres parce que l’on perd l’effet d’amortissement et de lubrifiant du cartilage.

L’arthrose du genou est généralement bilatérale, mais elle est souvent plus sévère dans l’un des deux genoux.

Il y a les mêmes probabilités de développer cette maladie à gauche ou à droite.


Qu’est-ce qui arrive à un genou atteint d’arthrose ?

Lorsque le genou est atteint d’arthrose, les surfaces articulaires dégénèrent.
On rencontre les changements suivants :

  • Le cartilage devient rugueux et mince, cela peut se produire :
    • Sur la surface articulaire tibiale,
    • Entre la rotule et le fémur.
  • L’os situé sous le cartilage réagit en devenant de plus en plus dense.
  • Au niveau du périmètre externe de l’articulation, l’os se développe vers l’extérieur pour former les éperons osseux aussi appelés ostéophytes.
  • La membrane synoviale peut enfler et produire une plus grande quantité de liquide, provoquant le gonflement de l’articulation : C’est un épanchement articulaire, dit également épanchement synovial.
  • La capsule et les ligaments s’épaississent lentement et se rétractent.

Arthrose du genou : Les vrais symptômes

Causes de l’arthrose au genou

Actuellement, les scientifiques ne savent pas la cause exacte de l’arthrose du genou.
Certains facteurs qui influencent le développement de l’arthrose sont :

  • L’âge : les personnes âgées sont plus susceptibles d’avoir de l’arthrose, mais elle commence à apparaître autour des 30 ans.
  • Les fractures articulaires (c’est-à-dire touchant l’os au niveau de l’articulation),
  • Les infections,
  • Si on appuie plus de poids, cela provoque plus de pression sur l’articulation du genou, de sorte que les personnes obèses peuvent facilement développer une dégénérescence des articulations.
  • Différentes études scientifiques montrent que le désalignement en varus (genoux distants) et/ou en valgus (jambes en X) est un facteur de risque pour le développement et la progression de l’arthrose du genou (Brouwer et al. – 2007).
  • Les femmes sont plus susceptibles que les hommes de développer de l’arthrose.
  • L’arthrose juvénile du genou peut se produire en raison d’un traumatisme ou d’une intervention chirurgicale comme la reconstruction du ligament croisé antérieur et peut également affecter les personnes de moins de 30 ans.
Arthrose,du,genou

© alamy.com

Facteurs de risque “fonctionnels” et modifiables

  1. Certaines recherches ont conclu que les patients souffrant d’arthrose du genou étaient quatre fois plus susceptibles de présenter une faiblesse musculaire que les patients sans dégénérescence articulaire, que ce soit pour les muscles extenseurs ou pour les fléchisseurs (Liikavainio et al., 2008).
  2. Certaines études (même si le niveau n’est pas très élevé) montrent que chez les patients souffrant d’arthrose, la probabilité d’une mauvaise proprioception (perception du corps dans l’espace) est plus élevé (Baert et al. – 2013).
  3. Trois études montrent que les patients souffrant d’arthrose au genou dans la partie interne ont quatre fois plus de risques de présenter une laxité (élasticité excessive) dans la direction extérieur vers intérieur. Cela signifie que le genou se déplace trop vers l’intérieur et est plus rigide dans le mouvement vers l’extérieur.
    Nous parlons de mouvements accessoires (jeu articulaire) et non de la flexion normale de l’articulation (Creaby et al. – 2010).

 

Est-ce que travailler beaucoup fait mal ?
Absolument pas, il n’y a aucune preuve que le travail physique provoque le développement de l’arthrose.

Dois-je rester immobile, ne pas courir, ne pas aller à la salle de sport, etc. ?
Absolument pas!
L’exercice est important pour avoir une bonne coordination et une force musculaire suffisante pour prévenir l’arthrose.

 

Comment se manifeste l’arthrose du genou ? Symptômes de l’arthrose du genou

En lisant des livres de médecine et sur de nombreux sites réputés, on trouve les symptômes suivants, mais qu’est-ce qui est vrai ?

La douleur associée à l’arthrose se développe généralement progressivement, même si elle peut aussi se produire soudainement.

  • Le genou peut devenir rigide et enflé, ce qui rend difficile les mouvements de flexion et d’extension du genou. La douleur et le gonflement sont pires le matin ou après une période d’inactivité.
  • La douleur peut aussi augmenter après des activités telles qu’une promenade, monter les escaliers ou s’agenouiller.
  • La douleur peut provoquer une sensation de faiblesse dans le genou, avec comme conséquences des “blocages” ou une “instabilité”.
    On a une sensation d‘os qui grattent ou de sable dans l’articulation.

Cependant, selon des études scientifiques, il n’y a pas de lien entre l’arthrose visible à la radiographie et la douleur.

En effet :

  • L’arthrose est fréquente chez les personnes n’ayant pas de douleur au genou (Heidari et al. – 2011),
  • De nombreuses personnes ressentent de la douleur dans un seul genou, même si l’autre genou est atteint d’une arthrose plus sévère,
  • La douleur survient souvent soudainement, bien que l’arthrose soit un processus très long et lent,
  • Après les traitements, la douleur peut passer, même si l’arthrose persiste,
  • Parfois, la douleur diminue spontanément avec le temps, même si l’arthrose s’aggrave.

Ce qui est certain, c’est que la dégénérescence des articulations peut réduire l’amplitude des mouvements.

Pourquoi ?

Ceci est dû à une rétraction de la capsule articulaire (manchon fibreux autour de l’articulation), mais pas :

  • À la perte de cartilage
  • Aux altérations osseuses.

Alors, quelle est la cause de la douleur chez les patients souffrant d’arthrose du genou ?

Selon une étude de Wilson et al. (2017), ce qui change entre les patients présentant des symptômes et ceux sans symptômes est l’activation musculaire.

Lorsque l’on parle du genou, il ne faut pas oublier que le tibia peut se déplacer dans la direction opposée au fémur, même s’il est très petit.

Ce sont des mouvements accessoires, pas les mouvements de pliage classiques que nous connaissons tous.

Les résultats de l’étude montrent que les personnes ayant mal au genou ont une rigidité dans certains mouvements.

 

Plus précisément, le mouvement des os de l’articulation entre eux est moindre dans le sens :

  • Avant-arrière (pour mieux comprendre, le tibia avance très peu par rapport au fémur),
  • Vers l’intérieur et l’extérieur (c’est-à-dire que le tibia ne peut pas se déplacer latéralement par rapport au fémur).

 

Alors qu’il y aurait une plus grande charge dans le sens de la rotation.

Ainsi, le tibia tourne plus que le fémur.

Cela provoque la formation de forces de cisaillement dans l’articulation.

 

Diagnostic de l’arthrose du genou

Au cours de l’examen physique, le médecin examine l’articulation touchée, pour voir s’il y a de la raideur, un gonflement, ou si elle est rouge.
Il doit également vérifier l’amplitude de mouvement.
Le médecin peut prescrire des examens de laboratoire et un diagnostic par imagerie médicale s’il le juge approprié.

Examen par imagerie médicale

Radiographie,arthrose du genou

Radiographie du genou atteint d’arthrose et le alignement incorrect en varus
© Massimo Defilippo

Le cartilage n’apparait pas sur la radiographie, mais la perte de cartilage est déduite du rétrécissement de l’espace entre les os de l’articulation (fente articulaire).
Une radiographie peut également montrer des éperons osseux à l’extérieur de l’articulation.
Beaucoup de gens ont des signes d’arthrose avant d’en ressentir les symptômes .
L‘imagerie par résonance magnétique (IRM) utilise des ondes radio et un champ magnétique pour imprimer des images détaillées des os et des tissus mous, parmi lesquels le cartilage.
Cet examen peut être utile pour déterminer les conditions :

  • Du tissu cartilagineux,
  • Des ménisques,
  • Des ligaments du genou.

 

Examens de laboratoire

Les examens sanguins peuvent aider à exclure d’autres causes de douleurs articulaires comme :

 

L’arthrocentèse est l’analyse du liquide articulaire.
Le médecin l’effectue avec une aiguille pour prélever du liquide dans l’articulation concernée.
L’examen du liquide articulaire peut indiquer si la douleur est par exemple provoquée par :

  • La goutte,
  • L’arthrite,
  • Une infection.

À lire aussi :

Bibliographie :

  • Behzad Heidari, MD Knee osteoarthritis prevalence, risk factors, pathogenesis and features: Part I Caspian J Intern Med. 2011 Spring; 2(2): 205–212.
  • Astephen Wilson JL1, Stanish WD1,2, Hubley-Kozey CL1,3. Asymptomatic and symptomatic individuals with the same radiographic evidence of knee osteoarthritis walk with different knee moments and muscle activity. J Orthop Res. 2017 Aug;35(8):1661-1670.
  • Kim C1, Linsenmeyer KD, Vlad SC, Guermazi A, Clancy MM, Niu J, Felson DT. Prevalence of radiographic and symptomatic hip osteoarthritis in an urban United States community: the Framingham osteoarthritis study. Arthritis Rheumatol. 2014 Nov;66(11):3013-7.
  • Brouwer GM, van Tol AW, Bergink AP, Belo JN, Bernsen RM, Reijman M, Pols HA, Bierma-Zeinstra SM Association between valgus and varus alignment and the development and progression of radiographic osteoarthritis of the knee. Arthritis Rheum. 2007 Apr; 56(4):1204-11.
  • Liikavainio T, Lyytinen T, Tyrväinen E, Sipilä S, Arokoski JP Physical function and properties of quadriceps femoris muscle in men with knee osteoarthritis. Arch Phys Med Rehabil. 2008 Nov; 89(11):2185-94.
  • Baert IA, Mahmoudian A, Nieuwenhuys A, Jonkers I, Staes F, Luyten FP, Truijen S, Verschueren SM Proprioceptive accuracy in women with early and established knee osteoarthritis and its relation to functional ability, postural control, and muscle strength. Clin Rheumatol. 2013 Sep; 32(9):1365-74.
  • Lund H, Juul-Kristensen B, Hansen K, Christensen R, Christensen H, Danneskiold-Samsoe B, Bliddal H Movement detection impaired in patients with knee osteoarthritis compared to healthy controls: a cross-sectional case-control study. J Musculoskelet Neuronal Interact. 2008 Oct-Dec; 8(4):391-400.
  • Creaby MW, Wrigley TV, Lim BW, Bowles KA, MetcalfSep; 62(9):1237-43.
  • Joyce A. C. van Tunen,corresponding author1 Andrea  BR, Hinman RS, Bennell KL Varus-valgus laxity and passive stiffness in medial knee osteoarthritis. Arthritis Care Res (Hoboken). 2010
  • Dell’Isola,2 Carsten Juhl,1,3 Joost Dekker,4Martijn Steultjens,2 Jonas B. Thorlund,1 and Hans Lund5 Association of malalignment, muscular dysfunction, proprioception, laxity and abnormal joint loading with tibiofemoral knee osteoarthritis – a systematic review and meta-analysis BMC Musculoskelet Disord. 2018; 19: 273.

Massimo Defilippo

Massimo Defilippo Je m’appelle Massimo Defilippo, je suis kinésithérapeute à Rubiera (Italie) et pratique la kinésithérapie et l’ostéopathie depuis 2008.

Physiotherapie pour tous