Anévrisme de l’aorte abdominale ou thoracique : intervention chirurgicale

L’aorte est le vaisseau sanguin le plus grand dans le corps.
La dilatation anormale de cette artère n’est pas rare et s’appelle anévrisme.

 

La déformation ne touche généralement qu’une petite région de l’aorte.
Un anévrisme se produit lorsqu’un segment du vaisseau :

  • S’affaiblit,
  • Se dilate.


Au début la dilatation est généralement petite, mais elle s’agrandit avec le temps.
Les anévrismes sont dangereux car ils peuvent se casser en provoquant des hémorragies internes.

 

Diagnostic de l’anévrisme de l’aorte

 

Hypertension artérielle, rafale, anévrisme, artère, sang

En général, on effectue le diagnostic par hasard après des examens ou des test effectués pour d’autres raisons.

Les experts conseillent un contrôle pour l’anévrisme abdominal chez les hommes qui ont les caractéristiques suivantes :

  • Les fumeurs entre 65 et 75 ans,
  • Ceux qui ont au moins 60 ans et un consanguin (par exemple le père ou le frère) souffrant d’anévrisme.
    Ces individus ont un facteur de risque plus élevé par rapport aux femmes ou aux hommes qui ne fument pas.

 

Examens pour l’anévrisme de l’aorte

Les examens qui servent à connaître la position, la taille et la vitesse de développement d’un anévrisme sont :

  1. L’échographie abdominale
    L’échographie sert à comprendre la taille de l’anévrisme.
    Selon la taille de la dilatation on peut avoir besoin d’une échographie :

    • Tous les 6 aux 12 mois,
    • Tous les 2 aux 3 ans.
  2. La tomodensitométrie (TDM) et l’angio-imagerie par résonance magnétique (A-IRM) sont effectués si on a besoin d’une étude plus détaillée que celle de l’échographie.
    Cela est important lorsqu’on a besoin d’information pour ce qui concerne le rapport entre l’anévrisme et les vaisseaux sanguins du rein ou d’autres organes.
    Le médecin a besoin de cet information surtout avant de l’intervention.
  3. L’échocardiogramme est un examen échographique qu’on effectue généralement pour analyser le cœur.
    On peut effectuer l’échocardiographie transthoracique (ETT) ou celle trans-œsophagienne (ETO) pour diagnostiquer l’anévrisme de l’aorte thoracique.
  4. L’angiographie. L’angiographie montre :
    • La taille de l’anévrisme,
    • La présence d’une dissection aortique ou de caillots de sang,
    • D’autres altérations des vaisseaux sanguins.

Traitement pour l’anévrisme de l’aorte

L’anévrisme de l’aorte abdominale peut être une pathologie qui compromet la santé du patient. On la traite souvent par intervention chirurgicale.


Le traitement de cette pathologie dépend de trois facteurs :

  • La taille,
  • La position,
  • L’état de santé du patient.

Quand faut-il opérer ?

Si le gonflement de l’artère est petit, le médecin contrôle périodiquement le patient.
Lorsqu’on découvre un anévrisme de taille croissante, la paroi de l’artère peut se casser.
Le choix préférable pour traiter le vaisseau sanguin est l’intervention chirurgicale.

Intervention chirurgicale pour l’anévrisme de l’aorte

L’opération consiste à insérer une prothèse (tube) dans l’aorte au niveau de l’anévrisme où le sang peut couler sans risquer la rupture.
Le traitement chirurgical implique l’utilisation de prothèses en matériel synthétique par exemple en dacron.

On fixe donc la prothèse dans la région saine supérieure et celle inférieure à l’aide d’un stent (un maillage métallique qui fait fonction de support).

Le stent peut être :

  • Auto-expansible,
  • Dilaté à l’aide d’un ballon.

Les parois de l’aorte ne subissent pas de pression du sang et cela empêche l’anévrisme de se répandre.
La chirurgie endovasculaire :

  • Est moins invasive de la chirurgie thoracique ouverte et on a moins de saignements,
  • Les temps de récupération sont courts et on n’a pas besoin de permanence prolongée aux soins intensifs.

Indications
Les indications pour l’intervention d’anévrisme de l’aorte ascendante (thoracique) sont :

Aucune altération cardio-vasculaire 5,5 mm
Bicuspidie valvulaire aortique 50 mm
Syndrome de Marfan 45 mm

 

 Types d’intervention pour l’anévrisme de l’aorte

Le traitement prévoit une intervention chirurgicale :

  • Thoracique traditionnelle,
  • Endoscopique – sans aucune incision dans l’abdomen ou le thorax.


En cas de chirurgie traditionnelle le chirurgien :

  • Ouvre le thorax et/ou l’abdomen,
  • Remplace un segment de l’artère,
  • Suture l’artère.

L’endoprothèse requiert des points d’appui, un petit tuyau qui se trouve dans un cathéter doit s’appuyer sur deux segments sains de l’aorte :

  • Le « collet proximal »,
  • Le « collet distal ».

L’intervention d’endoprothèse ne remplace pas de chirurgie traditionnelle.
De plus, étant donné qu’il n’y a pas de suture qui fixe la prothèse, elle est moins stable et 15% à 20% des patients peuvent avoir besoin d’une deuxième intervention.

 

Conditions pour la chirurgie endovasculaire

  1. La présence de segments intacts en amont et en aval de l’anévrisme,
  2. Les vaisseaux sanguins sont adaptés au passage des cathéters,
  3. On n’a ni beaucoup de calcifications ni d’angulations trop sévères.

Seulement 30 à 50% des patients respecte ces conditions.

 

Avantages et désavantages de la chirurgie endoscopique

  • Avantages :
  • Désavantages :
    • L’utilisation de radiations,
    • Le besoin d’effectuer des contrôles,
    • La rupture en 3 ans dans 1% des cas,
    • Une deuxième intervention dans 6 à 9% des cas.

 

Description de l’intervention

 

Chirurgie endovasculaire pour l’anévrisme de l’aorte

 

Source : Society for Vascular Surgery

On peut effectuer cette intervention sous anesthésie :

  • Locale,
  • Générale.

En cas d’anévrisme de l’arc de l’aorte, on effectue les incisions :

  • Dans l’aine,
  • Dans le cou.

En cas d’anévrisme de l’aorte abdominale et descendante thoracique, le chirurgien effectue deux petites incisions au niveau de l’aine droite et de l’aine gauche.

  • On insère d’ici un tuyau très fin (cathéter) et on arrive jusqu’à l’anévrisme.
  • Pour voir les artères dans le corps on effectue une angiographie.
  • On place dans l’aorte un stent ou extenseur vasculaire (une structure en métal revêtue de tissu) à travers le cathéter.
  • Lorsque le stent se trouve dans la bonne position, le chirurgien l’expand.
  • De cette manière il pousse contre la paroi saine de l’aorte pour éviter de bouger.
  • À la fin de l’intervention le sang coule à travers le stent et il ne peut pas rentrer dans l’anévrisme.

Ce procédé est adapté à l’anévrisme qui se trouve sous les artères rénales.
Dans le cas contraire, il y a des greffes avec des ouvertures qui permettent à la greffe de se plier et de s’aligner aux artères qui partent de l’aorte.
L’intervention pour l’anévrisme de l’aorte a une durée de 1,5 à 2,5 heures.

 

Chirurgie traditionnelle pour l’anévrisme de l’aorte

On effectue l’opération chirurgicale pour l’aorte ascendante et l’arc en utilisant la circulation extracorporelle, alors que cela n’est pas toujours utilisée en cas d’aorte descendante et abdominale.
On effectue l’intervention sous anesthésie générale ou anesthésie locale.

Intervention pour l’anévrisme de l’aorte ascendante ou de l’arc

  • Le chirurgien effectue une incision verticale sur le thorax et divise le sternum en deux parties.
  • D’ici on rentre dans l’aorte et on remplace la partie déformée avec une prothèse artificielle.
  • Pendant l’intervention pour l’anévrisme de l’arc de l’aorte il faut réimplanter les artères qui portent le sang :
    • Aux membres supérieurs,
    • Au cerveau.

Intervention pour l’anévrisme de l’aorte descendante et de l’aorte abdominale

  • Le chirurgien effectue une incision dans la région gauche du thorax, mais si l’anévrisme se répand jusqu’à l’aorte abdominale, l’incision continue jusqu’à l’abdomen.
  • On remplace complètement le segment d’aorte souffrant d’anévrisme avec une prothèse synthétique.
  • Le chirurgien doit réimplanter les artères qui partent de l’aorte, donc les artères qui portent le sang :
    • À la moelle épinière,
    • Aux reins,
    • Aux organes digestifs.

Complications et risques de l’intervention chirurgicale d’anévrisme de l’aorte

  • La paraplégie (paralysie des membres inférieurs).


L’aorte est un grand vaisseau sanguin avec beaucoup de ramifications.
La prothèse ferme les diramations, en particulier les artères médullaires come l’artère spinale antérieure.

Toutefois les chercheurs ont découvert que les artères hypogastriques remontent avec les artères lombaires en créant un énorme réseau.
Malgré la fermeture des artères intercostales, on peut donc en tirer avantage.
Aujourd’hui le risque de paraplégie est de 2 à 3%.

 

Récupération après l’intervention d’anévrisme de l’aorte

Chirurgie endoscopique

  • L’hospitalisation dure généralement deux à trois jours après l’opération.
  • On a besoin de quelques semaines ou quelques mois pour une récupération complète.
  • Environ 98% des individus récupère complètement.

 Chirurgie traditionnelle

  • Le patient reste généralement à l’hôpital pendant 7 à 10 jours après l’intervention.
  • Les temps de récupération sont de quelques semaines ou quelques mois.
  • Environ 95 à 97% des individus récupère complètement.

 

Quelle est l’espérance de vie ? Le pronostic du patient souffrant d’anévrisme de l’aorte

La rupture d’un anévrisme abdominal est une situation d’urgence.
Moins de 20% des patients survivent après une rupture de l’anévrisme.

À lire aussi :


Qui sommes-nous | Contact | Termes du service | Charte données personnelles | Sitemap |  Publications |  Disclaimer

Site du Docteur Massimo DEFILIPPO Via Roma 18 - 42048 Rubiera (RE) Italie
Anévrisme de l’aorte abdominale ou thoracique : intervention chirurgicale ultima modifica: 2018-01-21T13:40:45+00:00 da Massimo Defilippo