Allaitement au sein

Quelles sont les avantages de l’allaitement au sein pour l’enfant ?

Le lait maternel est le nutriment idéal pour les nourrissons. C’est un mix idéal de vitamines, de protéines et de gras et il se digère plus facilement par rapport au lait artificiel.
Le lait maternel contient des anticorps (Goldman – 2012) qui aident le nourrisson à lutter contre :

  • Les virus,
  • Les bactéries.

La mère peut continuer à allaiter même si elle a de la fièvre.

L’allaitement réduit le risque de problèmes :

  • D’asthme (Ip – 2009),
  • D’allergie (Wegienka et al. – 2006).

Les enfants nourris exclusivement au sein pendant les 6 premiers mois (pas de lait en poudre) présentent moins :

Cela est particulièrement important pour les enfants prématurés car ils sont plus sujets aux infections.

Autres effets :

  • Selon certaines études, l’allaitement maternel est lié à des scores de QI plus élevés dans la seconde enfance (Kramer et al. – 2008).
  • De plus, la proximité physique, le contact avec la peau et les yeux aident le bébé à se lier à sa mère et à éprouver un sentiment de sécurité.
  • Les bébés allaités au sein ont plus tendance à avoir un poids idéal quand ils grandissent et ne sont pas en surpoids (Stuebe – 2009).
  • Il est souvent dit que l’allaitement maternel prévient le nourrisson d’une mort subite  (Vennemann et al. – 2009).

Si la mère a trop de lait dans le sein, elle peut retirer l’excédent avec un tire-lait.

Après combien d’heures faut-il allaiter ?
Il n’existe pas de règles : le nourrisson mange en fonction de sa faim. On effectue généralement environ 8 tétées par jour, mais cela pourrait être un peu plus ou un peu moins.

 

Existe-il des avantages pour la mère qui allaite au sein ?

  • L’allaitement maternel fait maigrir car il brûle beaucoup de calories, donc il peut aider à perdre le poids pris lors de la grossesse  (Baker – 2008).
  • Il libère l’hormone appelé ocytocine, qui aide l’utérus à revenir à la taille qu’il avait avant la grossesse et peut réduire les saignements utérins après la naissance.
  • L’allaitement réduit considérablement la probabilité que la mère ne souffre d’ostéoporose et de nombreux types de cancer, comme le cancer du sein, de l’utérus, des ovaires (Turck – 2005) et de l’endomètre (Wang et al. – 2015).

Si on a des douleurs mammaires et des pertes de sang, il faut continuer l’allaitement au sein (en alternant les seins), mais il est important de consulter un médecin pour déterminer la cause du problème.
Des ampoules peuvent se former au niveau du sein et entraîner l’obstruction du canal lactifère.
Si la mère a de trop gros seins, elle peut soutenir le poids du sein avec une main pour aider l’enfant.

 

Produirai-je assez de lait pour l’allaitement ?

Les premiers jours après l’accouchement, les seins produisent un « premier lait » qui s’appelle le colostrum.
Le colostrum est épais et jaunâtre, mais satisfait amplement les besoins nutritionnels de l’enfant.
Le colostrum aide à la croissance du tube digestif du nouveau-né et le prépare à digérer le lait par la suite.

La plupart des enfants perdent un peu de poids au cours des premiers 3-5 jours après la naissance mais ce n’est pas lié à l’allaitement maternel.
Lorsque l’enfant a besoin de plus de lait, le sein réagit en en produisant plus.
Le lait produit par la mère est suffisant, même si elle accouche de jumeaux.
Les experts conseillent d’allaiter exclusivement au sein (sans lait en poudre, jus ni eau) pendant les 6 premiers mois (Shamir – 2016).
Si la maman intègre le lait en poudre, les seins peuvent produire moins de lait.
Si la mère souhaite allaiter pendant moins de 6 mois (période recommandée), il est conseillé de ne pas le faire du tout.
On peut commencer à intégrer des aliments solides quand l’enfant atteint 6 mois, mais pour que le sein continu à produire le lait, la mère doit continuer l’allaitement.

Toutefois, dans certains cas, une faible production de lait peut conduire à la malnutrition de l’enfant et un lait mixte (naturel et artificiel) peut être nécessaire.

La maman est souvent inquiète si l’enfant ne fait pas le rot après les tétées, mais elle ne doit pas s’inquiéter parce que ce n’est pas nécessaire pour la digestion.
Si l’enfant avale de l’air, cela peut être dû à un contact insuffisant avec l’aréole du téton.
Le hoquet du nouveau-né peut être provoqué par une déglutition trop rapide du lait.

 

Pourquoi la mère a peu de lait ?

Une faible production de lait peut survenir temporairement si la maman ne nourrit pas assez le bébé assez, souvent à cause:

  • De mamelons douloureux,
  • D’une technique inadéquate de prise du mamelon par le bébé.

Une maladie ou une pilule contraceptive contenant des œstrogènes peuvent également affecter la production du lait.
Chez certaines femmes, une situation biologique ou physique (comme des troubles hormonaux ou une intervention chirurgicale du sein) peuvent entraîner une faible quantité de lait (Amir – 2006).

Pour la plupart des femmes, le vrai problème n’est pas la production mais de donner le lait au bébé.
Les femmes produisent beaucoup de lait mais pour une raison quelconque (par exemple, si l’enfant prend mal le mamelon), l’enfant ne reçoit pas assez de lait.

 

Comment savoir si le nourrisson boit assez de lait ?

Il faut allaiter à la demande, mais il y a quelques détails à considérer.

  1. L’enfant prend environ 30 grammes par jour pendant les trois premiers mois de vie et environ 15 grammes par jour entre 3 et 6 mois.
    En général, au cours des premiers jours, les bébés perdent un peu de poids.
    De 10 à 14 jours après la naissance, l’enfant doit retrouver le poids qu’il avaient à la naissance. La prise de poids est la meilleure preuve que le bébé reçoit assez de lait.
  2. Lors du premier mois, l’enfant va à la selle au moins trois fois par jour et le cinquième jour suivant la naissance, les selles deviennent plus claires et prennent une couleur jaune moutarde.
    Après le premier mois, les selles deviennent moins fréquentes. Certains enfants passent même un jour ou deux sans aller à la selle.
    L’enfant prend le lait fréquemment (toutes les 2 ou 3 heures), pour un total d’au moins huit tétées par jour, bien qu’il ait des horaires déjà établis.
  3. Le bébé apparaît sain et actif.
  4. L’enfant mouille 7 ou 8 couches par jour ou 5/6 jetables.
    Les couches jetables absorbent plus et on ne comprend pas quand elle est humide.
    Pour savoir si le bébé a uriné, enlever la couche et comparer le poids avec une couche jetable à sec.
    Une couche mouillée est légèrement plus lourde.
  5. Seins refaits
    Après une mammoplastie (augmentation de la poitrine) la mère peut continuer à allaiter alors que dans un cas de cancer du sein, l’allaitement est plus difficile.
  6. Nouveau-né paresseux
    Si l’enfant s’endort et suce peu de lait, il est recommandé de compresser ou masser le sein pour faciliter l’écoulement du lait.
    Si le bébé est paresseux et ne se réveille pas assez souvent, il faut lui donner le sein et l’amener à téter pendant le sommeil.
  7. Coliques du nouveau-né
    Si le nouveau-né a des coliques, cela peut être à cause de l’allergie aux protéines du lait, une obstruction intestinale, une hernie, etc.
    Il faut consulter un médecin pour comprendre ce qui ne va pas, mais il est préférable de continuer à allaiter.
  8. Constipation
    Le nourrisson souffre rarement de constipation, mais parfois il éprouve des difficultés à déféquer parce que le sphincter anal ne libère pas.
  9. Régurgitation
    La régurgitation du nourrisson est fréquente et physiologique. Si l’enfant souffre de ce trouble, il est recommandé de donner plus souvent la tétée mais moins longtemps.

 

Que faut-il manger ? Nutrition maternelle

  • Boire beaucoup de liquides
    Pendant cette phase, il est essentiel de boire beaucoup d’eau.
    Lors de l’accouchement, le corps perd beaucoup d’eau et la maman a très soif.
  • Besoin de calories
    Un régime alimentaire nutritif est essentiel pour les mères qui allaitent : une mère allaitante consomme 500 calories par jour pour produire du lait pour son enfant.
  • Fer et acide folique
    Manger des aliments riches en fer et vitamine B9 est une partie essentielle de l’alimentation pendant l’allaitement. L’acide folique est un aliment incontournable pour le développement du système nerveux du bébé.

 

Que faut-il manger pour augmenter la quantité de lait maternel ?

Pour augmenter la quantité de lait, on recommande une alimentation riche en fruits et légumes.

 

Aliments à exclure du régime alimentaire de la maman qui allaite
Certains types d’aliments (comme les aliments épicés ou gazeux) changent le goût du lait.
Les aliments et substances suivantes sont à éviter parce que le bébé peut devenir irritable :

  • tabac et l’alcool
  • caféine
  • aliments épicés – les enfants présentent des symptômes ou des réactions à certains aliments épicés qui modifient le goût du lait.
  • sucreries et aliments contenant beaucoup de sucres car faibles en éléments nutritifs

 

Jusqu’à quand faut-il allaiter ?

Le temps de sevrage est différent pour chaque mère et chaque enfant.

  • Instinct maternel : une mère a un sixième sens qui la prévient souvent quand le bébé pleure quand il ne peut pas encore parler. Cet instinct indique également à la mère quand il est temps d’arrêter l’allaitement.
    Il est conseillé d’allaiter jusqu’aux 2 ans de l’enfant.
    Lorsque qu’on arrête l’allaitement maternel, les parents donnent une tétine à l’enfant pour qu’il s’habitue progressivement.
  • Perte d’intérêt : la perte d’intérêt pour l’allaitement maternel s’applique à la fois au bébé et à la mère.

 

Allaitement-au-seinComment arrêter l’allaitement au sein ?

  • Sevrer progressivement. Il est important de ne pas arrêter brusquement l’allaitement car cela peut perturber l’enfant et peut aussi être la raison de ses nombreux caprices.
  • Expliquer gentiment. Cette étape est utile lorsque l’on veut arrêter l’allaitement du bébé quand il est âgé d’1 ou 2 ans. La plupart des enfants sont capables de parler et peuvent comprendre leurs mamans.
    De plus, il est aussi connu que le stress émotionnel, à cause du sevrage, à cet âge est plus élevé.
  • Prendre soin de ses seins. Beaucoup de femmes ne savent pas comment arrêter l’allaitement sans douleur.
    Après l’arrêt de l’allaitement, les seins continuent à produire du lait et l’arrêt de l’allaitement peut causer une lourdeur des seins (due à l’excès de lait) et des douleurs.

 

Cycle menstruel après l’allaitement

Pendant l’allaitement de son enfant, c’est très fréquent d’avoir des retards du cycle menstruel de plusieurs semaines, voire de plusieurs mois.
Cela peut être différent pour chaque femme et dépend aussi d’autres facteurs. Tandis que certaines femmes peuvent retrouver un cycle normal après 6 semaines, d’autres n’ont pas leurs règles pendant 12 mois ou plus.

Combien de temps faut-il attendre pour le premier cycle après l’allaitement ?
Tout est lié aux hormones : chaque femme en a différents niveaux, donc les cycles viennent à des moments différents.
Les femmes qui sèvrent leurs enfants en bas âge peuvent avoir le retour de leur cycle menstruel une ou deux semaines après l’arrêt de l’allaitement.

À quoi doit-on s’attendre ?
Le premier cycle après l’accouchement peut être comme un cycle menstruel normal ou non. Il peut être plus léger que le cycle normal ou peut être caractérisé par un saignement intense. Il peut durer pendant deux jours ou continuer pendant une semaine ou plus. La femme peut avoir le syndrome prémenstruel ou ne pas l’avoir avant la fin du cycle. Au cours du premier cycle, on peut avoir des crampes abdominales fréquentes. En bref, certaines variations du cycle menstruel sont généralement considérées comme tout à fait normales.
Il est rare pour les femmes de commencer normalement l’ovulation avant le début cycle menstruel. Cependant, il existe des cas où les femmes ont pu tomber enceinte à moins d’un mois de l’accouchement.

Causes des menstruations irrégulières au cours de l’allaitement maternel au sein
L’allaitement fait augmenter le niveau d’une hormone appelée prolactine qui supprime l’ovulation, ce qui provoque une irrégularité du cycle menstruel.

Rapports sexuels et pilule
Au cours de l’allaitement maternel, la femme peut tomber enceinte.
La pilule contraceptive ne doit pas être prise pour éviter de provoquer des problèmes à l’enfant, mais certaines pilules sont autorisées. Consulter un gynécologue.

À lire aussi :

Bibliographie

  1. Wegienka G, Ownby DR, Havstad S, Williams LK, Johnson CC. Breastfeeding history and childhood allergic status in a prospective birth cohort. Ann Allergy Asthma Immunol. 2006 Jul; 97(1):78-83.
  2. Ip S, Chung M, Raman G, Trikalinos TA, Lau J. A summary of the Agency for Healthcare Research and Quality’s evidence report on breastfeeding in developed countries. Breastfeed Med. 2009 Oct; 4 Suppl 1():S17-30.
  3. Bachrach VR, Schwarz E, Bachrach LR. Breastfeeding and the risk of hospitalization for respiratory disease in infancy: a meta-analysis. Arch Pediatr Adolesc Med. 2003 Mar; 157(3):237-43.
  4. Chien PF, Howie PW. Breast milk and the risk of opportunistic infection in infancy in industrialized and non-industrialized settings. Adv Nutr Res. 2001; 10():69-104.
  5. Goldman AS1. Evolution of immune functions of the mammary gland and protection of the infant. Breastfeed Med. 2012 Jun;7(3):132-42. doi: 10.1089/bfm.2012.0025. Epub 2012 May 11.
  6. Kramer MS et al. Breastfeeding and child cognitive development: new evidence from a large randomized trial. Arch Gen Psychiatry. 2008 May; 65(5):578-84.
  7. Alison Stuebe, MD, Msc. The Risks of Not Breastfeeding for Mothers and Infants. Rev Obstet Gynecol. 2009 Fall; 2(4): 222–231.
  8. Vennemann MM, Bajanowski T, Brinkmann B, Jorch G, Yücesan K, Sauerland C, Mitchell EA, GeSID Study Group. Does breastfeeding reduce the risk of sudden infant death syndrome? Pediatrics. 2009 Mar; 123(3):e406-10.
  9. Hauck FR, Thompson JM, Tanabe KO, Moon RY, Vennemann MM. Breastfeeding and reduced risk of sudden infant death syndrome: a meta-analysis. Pediatrics. 2011 Jul; 128(1):103-10.
  10. Baker JL, Gamborg M, Heitmann BL, Lissner L, Sørensen TI, Rasmussen KM. Breastfeeding reduces postpartum weight retention. Am J Clin Nutr. 2008 Dec; 88(6):1543-51.
  11. Rutishauser IH, Carlin JB. Body mass index and duration of breast feeding: a survival analysis during the first six months of life. J Epidemiol Community Health. 1992 Dec; 46(6):559-65.
  12. Gartner LM, Morton J, Lawrence RA, Naylor AJ, O’Hare D, Schanler RJ, Eidelman AI, American Academy of Pediatrics Section on Breastfeeding.Breastfeeding and the use of human milk. Pediatrics. 2005 Feb; 115(2):496-506.
  13. Lianlian Wang, Jingxi Li, and Zhan Shi. Association between Breastfeeding and Endometrial Cancer Risk: Evidence from a Systematic Review and Meta-Analysis. Nutrients. 2015 Jul; 7(7): 5697–5711. Published online 2015 Jul 14. doi:  10.3390/nu7075248
  14. Amir LH1. Breastfeeding–managing ‘supply’ difficulties. Aust Fam Physician. 2006 Sep;35(9):686-9.
  15. Section on Breastfeeding. Breastfeeding and the use of human milk. Pediatrics. 2012 Mar; 129(3):e827-41.

Qui sommes-nous | Contact | Termes du service | Charte données personnelles | Sitemap |  Publications |  Disclaimer

Site du Docteur Massimo DEFILIPPO Via Roma 18 - 42048 Rubiera (RE) Italie
Allaitement au sein ultima modifica: 2016-03-09T08:26:08+00:00 da Massimo Defilippo