Symptômes de l’accident vasculaire cérébral (AVC)

Les symptômes de l’accident vasculaire cérébral (AVC ou infarctus cérébral) se manifestent lorsque l’afflux de sang vers le cerveau est interrompu.

Le tissu de l’encéphale reste dépourvu d’oxygène et de nutriments.

Après quelques minutes, les cellules cérébrales commencent à mourir.
L’AVC est une urgence médicale.
Un traitement rapide est très important et permet d’éviter de graves lésions cérébrales.

 

 

Classification de l’AVC

  • Ischémique : provoqué par une ischémie ou obstruction d’une artère. 80 % des AVC sont provoqués par une obstruction des vaisseaux sanguins.
  • Hémorragique : caractérisé par une hémorragie intracérébrale. Une hémorragie cérébrale se produit lorsqu’un vaisseau sanguin dans le cerveau se rompt et que le sang se mélange au liquide cérébro-spinal.
    L’AVC hémorragique représente environ 20 % des cas et comprend aussi la rupture d’anévrisme.
    Pendant une grossesse, le risque d’AVC est relativement bas. Il peut survenir chez environ 2,5 femmes enceintes sur 100 000  (Kittner et al. – 2006).

 

Symptômes de l'AVC

Reconnaître les signes et les symptômes de l’AVC

Les signes et les symptômes d’un AVC varient en fonction des individus.
Tous les symptômes surviennent de manière soudaine.
Chaque zone du cerveau contrôle une partie du corps. Les symptômes diffèrent en fonction de la zone du cerveau où s’est produit l’AVC.

La gravité des symptômes dépend de la lésion.
Les principaux symptômes d’un AVC aigu peuvent être mémorisés grâce au mot anglais FAST (Face-Arms-Speech-Time), c’est-à-dire visage-bras-discours-temps.

  • Visage – les muscles du visage perdent de la force sur un côté. La personne ne parvient pas à sourire ou la paupière d’un œil peut s’abaisser.
  • Bras – souvent, la personne atteinte d’un AVC ne parvient pas à lever un bras et à maintenir cette position. On peut aussi ressentir un fourmillement à la main.
  • Discours – Pendant un discours, les sujets atteints d’un AVC peuvent « manger » leurs mots. Dans les cas les plus graves, la personne ne parvient pas à parler.
  • Temps – On doit appeler immédiatement le 15 ou le 18 lors de l’apparition de ces signes ou de ces symptômes neurologiques pour sauver la vie de la personne.

Tout le monde devrait savoir reconnaître les symptômes d’un AVC en cours car il touche principalement les personnes âgées, mais peut affecter aussi les jeunes.
L’AVC est très rare chez les enfants. Toutefois, il peut aussi survenir chez les bébés. Dans ce cas, il est difficile d’observer les symptômes.
Les autres symptômes sont listés ci-dessous :

 

« Mini-AVC » ou accident ischémique transitoire (AIT)

Les symptômes d’un accident ischémique transitoire (AIT) sont les mêmes que ceux d’un AVC. Toutefois, ils durent moins de 24 heures.
Ensuite, les symptômes disparaissent complètement.

Il ne faut pas ignorer un AIT, car il représente un signe de trouble du flux sanguin au niveau du cerveau.
1 personne sur 10 ayant souffert d’un AIT en aura un autre dans les quatre semaines qui suivent. Après un AIT, il faut se rendre à l’hôpital.

Quand on soupçonne un cas d’AVC, il faut demander à la personne de sourire.
Si les lèvres ne sont pas symétriques lorsque la personne sourit, cela indique qu’elle souffre d’un AVC.

circulation,cérébrale

Causes d’un AIT (AVC léger)

La cause la plus fréquente d’un AVC léger est un afflux insuffisant de sang au cerveau.
Les causes principales sont un trouble de la coagulation du sang, une accumulation de cholestérol et l’hypertension.
Dans les cas les plus graves, un thrombus ou un embole bloquent complètement le passage du sang.

 

Anévrisme,AVC,symptômes,hémorragie cérébraleComplications et conséquences de l’AVC

Un AVC peut provoquer une invalidité temporaire ou permanente. Cela dépend de la durée pendant laquelle le cerveau reste dépourvu de sang.
Les complications sont les suivantes :

  • Paralysie ou perte de mouvement des muscles. Un côté du corps peut être complètement paralysé ou on peut perdre le contrôle de certains muscles.
  • Difficultés à parler ou à déglutir.
    • Un AVC peut causer la perte du contrôle des muscles qui permettent de faire bouger la bouche et la gorge.
      La bouche peut être « de travers » car les muscles ne sont paralysés que d’un seul côté et ne parviennent pas à soutenir les lèvres.
      L’individu peut rencontrer des difficultés à parler et à déglutir, ainsi que des problèmes à effectuer les activités suivantes :

      • Comprendre ce qu’on lui dit,
      • Lire,
      • Écrire.
  • Perte de mémoire ou difficultés à penser. De nombreuses personnes ayant souffert d’un AVC ont perdu la mémoire. D’autres peuvent perdre conscience.
  • Troubles émotifs. Les personnes qui ont souffert d’un AVC peuvent avoir des difficultés à contrôler leurs émotions. Ces personnes sont souvent déprimées.
  • Épilepsie. Après un AVC, des crises épileptiques peuvent aussi se produire chez les personnes qui n’ont jamais souffert de ce trouble.
  • Les individus qui ont souffert d’un AVC ressentent des douleurs, de l’engourdissement et d’autres sensations inhabituelles. Si l’AVC cause la perte de sensibilité dans le bras gauche, on peut ressentir une sensation de fourmillement dans ce bras.
  • D’autres personnes sont sensibles aux variations de température, notamment au froid.
    Cette complication se développe de nombreuses semaines après l’AVC. Elle s’améliore toutefois avec le temps. Quand les douleurs sont provoquées par des troubles au cerveau, les traitements à disposition ne sont pas nombreux.
  • Changements du comportement et des habitudes en matière d’hygiène personnelle. Les personnes qui ont souffert d’un AVC deviennent plus introverties, moins sociables et adoptent un comportement plus impulsif.
    Elles ont souvent besoin d’une aide pour leur hygiène personnelle et pour gérer leurs activités quotidiennes.

 

Que faire en cas d’AVC ?

Le médecin doit planifier un programme de rééducation et de prévention des récidives (rechutes) ; pour atteindre cet objectif, une collaboration entre le neurologue et le cardiologue se révèle nécessaire.

À lire aussi :

Bibliographie:

  1. Lancet Neurol. 2010 Jan;9(1):105-18. doi: 10.1016/S1474-4422(09)70266-2. Medical complications after stroke. Kumar S1, Selim MH, Caplan LR.
  2. Steven J. Kittner, M.D., M.P.H. Et al. PREGNANCY AND THE RISK OF STROKE. N Engl J Med. 1996 Sep 12; 335(11): 768–774. doi:  [10.1056/NEJM199609123351102]

Qui sommes-nous | Contact | Termes du service | Charte données personnelles | Sitemap |  Publications |  Disclaimer

Site du Docteur Massimo DEFILIPPO Via Roma 18 - 42048 Rubiera (RE) Italie
Symptômes de l’accident vasculaire cérébral (AVC) ultima modifica: 2015-10-30T06:32:55+00:00 da Defilippo Giovanni Médecin chirurgien

Je m'appelle Giovanni Defilippo, je suis un médecin généraliste de Rubiera (Italie) à la retraite, avec 40 ans d'expérience (numéro d’inscription à l'ordre des médecins de Reggio Emilie : 1373). Je me suis diplômé à l'Université de Bologne le 29/06/1972... Biographie