Trouble de la personnalité borderline

Le trouble de la personnalité borderline (TPB) est une pathologie psychologique qui provoque une instabilité émotionnelle.

Elle peut également provoquer plusieurs autres problèmes mentaux.
La personne souffrant du trouble de la personnalité borderline a une image de soi négative et se sent inutile.
La personne borderline est rusé et très intelligent et présente une grande sensibilité.
La maladie peut avoir de différents niveaux de gravité, de léger à grave.

Trouble de la personnalité borderline
Ce trouble apparaît chez les adolescents ou chez les jeunes.
Même si la personne souffrant du trouble souhaite une relation amoureuse durable, la colère, l’impulsivité et les sautes d’humeurs l’éloigneront les autres.

 

Causes du trouble borderline

La recherche des causes et des facteurs de risque n’ont pas encore donné une conclusion.
Toutefois, les scientifiques retiennent que les facteurs génétiques et environnementaux augmentent les probabilités d’être touché par ce trouble.
Les études sur les jumeaux atteints du trouble de la personnalité borderline montrent que la maladie est héréditaire.
Une autre étude démontre qu’une personne peut hériter du caractère et de certains traits de la personnalité comme l’impulsivité et l’agressivité.
Les chercheurs étudient les gènes qui pourraient réguler les émotions et contrôler les moments d’impulsivité.
Un enfant né dans environnement où les relations familiales sont instables est plus prédisposé au trouble.
Parmi les causes de la personnalité borderline, on recense les traumatismes infantiles, comme avoir été abusé sexuellement ou victimes de violences. Le trouble peut également se manifester si la personne assiste à un événement traumatisant (par exemple, un meurtre) ou une série d’événements inquiétants : une petite fille pourrait, par exemple, rentrer chez elle et trouver une autre femme dans le lit de son père ou pourrait assister un de ses parents malade.

 

Les symptômes du trouble de la personnalité borderline

La personne doit avoir cinq des symptômes suivants :

  • des réactions extrêmes face à l’abandon réel ou perçu : panique, dépression, colère, actions faites sous l’impulsivité.
  • La personnalité borderline réagit de manière disproportionnée aux blagues ou aux petites offenses.
  • Des relations difficiles avec la famille et les amis. La personne passe souvent de l’amour à la colère, de la proximité au détachement.
    Ceux qui souffrent de ce trouble raconte beaucoup de mensonges et essaie de manipuler les autres.
  • Une image déformée d’eux-mêmes. Cela provoque des sautes d’humeur, des changements d’opinions, de valeurs, de programmes et d’objectifs pour l’avenir.
  • Les comportements impulsifs et dangereux, comme les dépenses exagérées, les rapports sexuels non protégés, la toxicomanie, une conduite imprudente, des dépenses importantes et une consommation excessive de nourriture.
  • des tentatives de suicide ou un comportement auto-agressif (se taillader les poignets).
  • Des sautes d’humeur fréquentes : chaque épisode dure de quelques heures à plusieurs jours.
    À certains moments, la personne borderline est très sympathique et agréable, donc les autres cherchent sa compagnie.
  • La personne affectée se sent vide ou s’ennuie et ressent une colère inappropriée, intense et hors de contrôle.
  • Ils ont des pensées paranoïaques sur le stress ou les symptômes dissociatifs sévères ( être espionnés, ils voient leur corps de l’extérieur ou perdent le contact avec la réalité).
  • Les événements les plus banals peuvent provoquer des symptômes.
    Par exemple, la personne souffrant du trouble de la personnalité borderline peut se sentir en colère et angoissée par des séparations courtes (des vacances, des voyages d’affaires ou de brusques changements de plans).

Parmi les autres symptômes de la personne borderline, on retrouve :

  • l’incapacité à contrôler les émotions
    l’incapacité à maintenir une relation ou un emploi
    Dans certains cas, la personne borderline ne réussit pas à exprimer ses émotions ou sa colère.
  • la peur de la solitude. Elle tente paradoxalement de garder les gens le plus loin possible d’elle.
  • un comportement narcissique
  • la tendance à renverser les situations de sorte qu’elles sont en leur faveur et croient à la version auto-créée (elle donne presque toujours la responsabilité et la faute aux autres).
  • les adultes atteints de TPB sont plus susceptibles d’être victimes de violence

 

Le suicide et l’auto-agression

Le comportement auto-agressif se fonde sur le suicide et sur les tentatives de suicide. Plus de 80% des personnes atteintes de trouble de la personnalité borderline ont un comportement auto-agressif et 4 à 9% d’entre eux se suicident.
Le suicide est l’une des conclusions les plus tragiques de toutes les maladies mentales.
Certains traitements peuvent réduire les comportements auto-agressifs.
Une étude a démontré que la thérapie comportementale dialectique (TCD) réduit les tentatives de suicide de 50% chez les femmes par rapport à d’autres types de psychothérapie.
Contrairement aux tentatives de suicide, les comportements auto-agressifs ne sont pas provoqués par le désir de mourir.
Toutefois, certaines attitudes ou comportements peuvent provoquer la mort.

 

Diagnostic du trouble de la personnalité borderline

Pour diagnostiquer le trouble borderline, la personne doit remplir les critères suivants du DSM-V :

1. Présenter des problèmes avec l’auto-perception (a ou b) :

a. d’identité : avoir une image sous-estimée de soi ou instable. La personne a souvent une auto-critique excessive, se sent vide et, lorsqu’elle est stressée, souffre d’épisodes dissociatifs.
b. l’ambition: une incohérence dans les aspirations, les valeurs, les objectifs, les plans.

 

2. Rencontrer des problèmes dans les relations interpersonnelles (a ou b) :

a. l’empathie : la personne a des difficultés à reconnaître les sentiments et les besoins des autres. Elle est souvent hypersensible à elle-même (elle se sent offensée ou insultée).
L’individu voit les autres de manière négative.
b. l’intimité : la personne est émotionnellement instable. Elle se présente souvent de manière conflictuelle, elle met fin à ses relations amoureuses et amicales sans véritable raison. Elle est très méfiante, inquiète et se sent abandonnée.

Lors du diagnostic différentiel, il est important de distinguer ce trouble des troubles ayant des caractéristiques similaires comme :

  • le trouble bipolaire
  • le trouble dissociatif de l’identité
  • le trouble dépendant
  • le trouble histrionique

 

Relation, borderline Les relations entre partenaires
Au début, la relation est très intense et bouleversante, la personne borderline est amoureuse, toujours disponible et fait des projets pour l’avenir.
Après quelques mois, son attitude change et la personne interrompt la relation à cause des sautes d’humeur ou d’une jalousie extrême et infondée.
A partir de ce moment, si la relation continue, alors elle sera ponctuée de ruptures, des disputes intenses, de trahisons, de mensonges et de comportements violents.
Elle devient une relation d’amour-haine et la personne borderline dit avoir un mauvais caractère et que les sautes d’humeurs sont dues à des problèmes personnels et économiques.
Parfois, la relation peut redevenir intense et mémorable, mais seulement pendant quelques jours.
Si le partenaire adopte un comportement bienveillant et plein d’amour, la personne borderline sera impitoyable et féroce ; si le partenaire se comporte mal, alors la personne borderline se montrera plus affectueuse.
Si le partenaire l’ignore pendant quelques temps, la personne borderline le cherchera continuellement.

 

Que faire ? Traiter le trouble de la personnalité borderline

La personnalité borderline est très difficile à traiter.
Le traitement du trouble se fonde sur la psychothérapie, les médicaments et l’hospitalisation.

Psychothérapie
La psychothérapie est le premier traitement des personnes souffrant du trouble de la personnalité borderline. Les experts sont sûrs que la psychothérapie peut soulager certains symptômes.

Les types de psychothérapie utilisés pour guérir le TPB sont les suivants :

La thérapie cognitive et comportementale (TCC)
La TCC aide les personnes atteints du trouble de la personnalité borderline à identifier et à modifier les idées et les comportements qui créent des problèmes d’interaction avec les autres.
La thérapie cognitive et comportementale peut aider à réduire des symptômes comme l’anxiété, les tentatives de suicide et les comportements auto-agressifs.

1. la thérapie comportementale dialectique (TCD). Cette thérapie se fonde sur la prise de conscience : le patient prend conscience de sa situation.
La TCD apprend à contrôler les émotions intenses, réduit les comportements auto-agressifs et améliore les rapports.
Cette thérapie est différente de la TCC parce qu’elle cherche un équilibre entre le changement et l’acceptation d’idées et de comportements.

2. la thérapie axé sur le patient
Ce type de thérapie est combinée avec la TCC et avec les autres types de psychothérapie qui se fondent sur la recréation des schémas mentaux des personnes. Les experts pensent que cette approche est efficace parce que le TPB est du à une mauvaise image de soi. Cela est souvent provoqué par des expériences infantiles négatives qui influent sur la façon de réagir à l’environnement, d’interagir avec les autres et de réagir aux problèmes ou au stress.
La thérapie peut être individuelle ou en groupe. Les thérapies de groupe peuvent aider la personne souffrant du trouble de la personnalité borderline à interagir avec les autres et à s’exprimer de manière efficace.

La Systems Training for Emotional Predictability and Problem Solving (STEPPS) est un type de thérapie de groupe : il s’agit d’un traitement bref d’une durée de 20 séances de deux heures.
L’efficacité de cette thérapie n’a pas été étudiée de manière approfondie.
Même la famille des personnes atteintes du trouble de la personnalité borderline peuvent participer au traitement. Les défis quotidiens peuvent devenir très stressants pour les membres de la famille lorsqu’on doit vivre avec une personne malade.
Les membres de la famille pourraient inconsciemment agir de la mauvaise façon et aggraver les symptômes.
Certaines thérapies, comme la TCD en présence de la famille, sont effectuées avec les membres de la famille pendant les séances de traitement.
Ces programmes aident les familles à développer les compétences pour comprendre et mieux soutenir la personne souffrant du TPB.
D’autres recherches se fondent sur les exigences des membres de la famille.
Elles sont nécessaires pour déterminer l’efficacité de la thérapie familiale dans le cas du TPB.
Des études sur d’autres troubles mentaux montrent que la participation des membres de la famille au traitement peut être utile.
D’autres types de thérapie sont utiles pour certaines personnes souffrant du trouble de la personnalité borderline.
Les thérapeutes utilisent la psychothérapie pour satisfaire au mieux les besoins du patient.
Les opérateurs peuvent aller d’un type de thérapie à un autre, mêler des techniques ou utiliser une combinaison des celles-ci pendant une séance.
Certains symptômes du trouble de la personnalité borderline peuvent aller et venir, mais les symptômes qui ne peuvent pas manquer sont les suivants :

  • des sautes d’humeur
  • la colère
  • l’impulsivité

Traitement médicamenteux
Les médicaments ne peuvent pas guérir le trouble de la personnalité borderline, mais peuvent aider à traiter les symptômes tels que la dépression, l’impulsivité et l’anxiété.
Les médicaments prescrits par le médecin sont les antidépresseurs, les antipsychotiques et les anxiolytiques.
Parmi les médicaments plus prescrits, on peut citer la quétiapine, c’est-à-dire un antipsychotique atypique utilisé pour traiter la dépression majeure et les épisodes maniaques.

L’hospitalisation
Un traitement plus intense dans un hôpital psychiatrique ou dans une clinique est parfois nécessaire. L’hôpital est un lieu plus surveillé, donc plus sûr pour prévenir les tentatives de suicide ou les comportements auto-agressifs.

Les remèdes naturels

Il n’y a pas de remèdes naturels qui guérissent le trouble de la personnalité borderline, mais l’alimentation peut aider à se sentir mieux.

Les acides gras Oméga-3
Une étude menée sur 30 femmes souffrant du trouble de la personnalité borderline a montré que les acides gras oméga-3 réduisent les symptômes de la dépression et l’agressivité. Le traitement est bien toléré et ne provoque que quelques effets indésirables.
Quelques femmes en traitement avec les acides gras oméga-3 ont abandonné et e nombreuses femmes qui prenaient un placebo (du sucre) se sont retirées.
De nombreux facteurs peuvent influencer le temps nécessaire pour réduire les symptômes.

 

Peut-on guérir du trouble de la personnalité borderline ? Le pronostic

Il n’existe aucun traitement qui permet une guérison complète, mais les thérapies améliorent la qualité de la vie et réduisent les symptômes (rémission partielle).
Certains patients s’améliorent, mais ils peuvent continuer à souffrir de dépression et du trouble de stress post-traumatique.
Toutefois, une rechute après la rémission est rare.
Seulement 6% des personnes ayant un trouble de la personnalité borderline ont une rechute après la rémission.