Transpiration excessive – hyperhidrose

La transpiration excessive (ou hyperhidrose) est un trouble fréquent, surtout :

  • Aux aisselles,
  • Aux mains,
  • Aux pieds.

Le mot « hyperhidrose » indique que l’on transpire beaucoup plus que la normale même si :

  • Il ne fait ni chaud ni humide,
  • On ne fait pas d’exercice,
  • On ne ressent aucune anxiété.

La sueur se mélange souvent aux bactéries présentes sur la peau, ce qui provoquent une mauvaise odeur.

La sueur acide dépend de différents facteurs, en particulier :

  • Des hormones,
  • De l’alimentation.

La forte odeur de la sueur dépend également du temps qui s’écoule avant de se laver.

En cas de dermatite ou de dermatose provoquée par la sueur (également appelée sudamina ou miliaire sudorale), on peut constater des rougeurs de la peau et en général des vésicules de couleur rouge se forment.

 

Causes de la transpiration excessive la nuit ou lorsque l’on dort

L’hyperhidrose idiopathique
Lorsqu’une personne souffre de transpiration excessive sans aucune maladie qui la provoque, l’on parle d’hyperhidrose idiopathique.
L’hyperhidrose peut se produire :

  • Pendant l’enfance,
  • À l’adolescence,
  • À l’âge adulte.

Ce trouble est provoqué par des glandes sudoripares hyperactives qui sont stimulées de façon excessive par le système nerveux sympathique (autonome).
La transpiration est souvent localisée au niveau :

  • De la plante des pieds,
  • Des aisselles,
  • De l’aine,
  • De certaines parties du visage,
  • De la paume des mains,
  • Sous les seins.

La ménopause
Pendant la phase de la périménopause et de la ménopause, la baisse d’œstrogènes provoque un dysfonctionnement de l’hypothalamus.
Cela entraîne la peau rouge et la dilatation des vaisseaux sanguins, ce qui conduit à une transpiration excessive.
Les bouffées de chaleur et une forte transpiration pendant la nuit peuvent être provoquées même en l’absence :

  • D’une chambre chaude,
  • D’un écart de température.

L’hyperthyroïdie
L’hyperthyroïdie est une maladie endocrinienne caractérisée par une thyroïde hyperactive.
Cette maladie peut accélérer le métabolisme du corps provoquant ainsi :

L’hypoglycémie
L’hypoglycémie est caractérisée par de faibles niveaux de sucre dans le sang (< 70 mg/dl) et affecte les patients atteints de diabète qui prennent trop d’insuline.

Causes de l’hypoglycémie :

  • Une pause trop longue entre les repas,
  • Ne pas manger suffisamment,
  • Un exercice physique prolongé sans manger.

Parmi les symptômes, il y a :

L’hypoglycémie nocturne se produit pendant le sommeil et peut provoquer :

Les infections
La tuberculose est l’une des causes les plus fréquentes de transpiration nocturne. Cette maladie infectieuse qui affecte les poumons d’une personne peut provoquer :

Parmi les nombreuses infections qui peuvent entraîner la transpiration nocturne, il y a :

  1. Le virus de l’immunodéficience humaine (VIH)
  2. L’infection provoquée par le complexe mycobacterium avium
  3. La mononucléose infectieuse (provoquée par le virus d’Epstein-Barr)
  4. Les infections fongiques (coccidioïdomycose)
  5. L’abcès du poumon (nécrose du tissu pulmonaire)
  6. L’endocardite (inflammation des valves cardiaques)
  7. L’ostéomyélite (infection des os)

 

Les médicaments qui provoquent la transpiration nocturne

  • Les antidépresseurs
    Les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS), les antidépresseurs tricycliques et les psychotropes provoquent la transpiration nocturne.
    Parmi les médicaments qui entraînent une transpiration excessive, on trouve la sertraline (Zoloft)
  • Les antipyrétiques
    Les antipyrétiques (contre la fièvre) tels que l’aspirine et le paracétamol peuvent influencer l’hypothalamus.
    Ils le poussent à baisser la température du corps.
    La sueur est l’un des mécanismes qui s’activent en tant que réponse à la prise de ces médicaments.
  • D’autres médicaments :
    • Certains médicaments pour la tension artérielle
    • Certains médicaments pour la bouche sèche

L’apnée nocturne
L’apnée nocturne survient lorsqu’il y a des épisodes continus d’obstruction totale ou partielle des voies respiratoires supérieures pendant le sommeil.
Étant donné que les muscles du thorax et du diaphragme agissent afin d’ouvrir les voies aériennes, la respiration reprend à travers un sursaut brusque.
L’apnée obstructive peut provoquer :

La tumeur
La transpiration excessive pourrait également indiquer des tumeurs telles que :

  • Un lymphome,
  • Une leucémie (cancer du sang et de la moelle osseuse).

Si la phase de transpiration excessive est accompagnée de fièvre et de perte de poids inexpliquée, il vaut mieux de consulter un médecin afin d’exclure le cancer.

L’anxiété et le stress
L’anxiété et les préoccupations peuvent provoquer une transpiration nocturne soudaine.
L’anxiété active le système d’alerte du corps.
Cela fait augmenter l’apport de sang dans des régions spécifiques du corps qui devraient en avoir besoin.
L’anxiété provoque donc un rétrécissement des vaisseaux sanguins périphériques (la vasoconstriction).
La conséquence est que le corps commence à suer.
La sueur provoquée par un état émotionnel altéré peut être froide.

Le coup de chaleur
Le coup de chaleur survient lorsque la température du corps dépasse 37° C .
Parmi les symptômes il y a :

Transpiration excessive - hyperhidrose
Transpiration excessive – hyperhidrose

L’alimentation
Si on mange beaucoup de graisses, d’aliments salés ou tout simplement si on mange beaucoup, il est facile de provoquer une transpiration intense des aisselles.
Un remède simple et efficace consiste à changer d’alimentation :

  • Manger des fruits et des légumes,
  • Éviter les aliments difficiles à digérer.

Les personnes qui souffrent de mauvaise digestion et qui se couchent après un gros dîner peuvent s’éveiller avec les draps du lit mouillés.

La transpiration gustative (syndrome de Frey) survient lorsqu’on mâche, mord ou suce les aliments.
Cette maladie affecte surtout le visage et le cou, elle peut être provoquée par l’enlèvement des glandes parathyroïdes ou sans une raison apparente.

La grossesse
Pendant la grossesse, la transpiration augmente à cause du déséquilibre hormonal et à cause de l’augmentation du métabolisme.
Plus on mange, plus le corps se réchauffe.

Les problèmes neurologiques
Même si les maladies neurologiques sont assez rares, elles peuvent provoquer la transpiration nocturne, comme par exemple :

  • La dysréflexie autonome est entraînée par des lésions de la moelle épinière entre la cinquième vertèbre thoracique et les vertèbres supérieures.
    Les pulsations nerveuses de la moelle épinière sont bloquées par la lésion.
    La dysréflexie autonome provoque une hyperactivité du système nerveux sympathique.
    Les symptômes de cette maladie sont :

  • L’accident vasculaire cérébral est caractérisé par une perte de fonctionnalité du cerveau provoquée un faible afflux de sang au cerveau.
    Il provoque entraîne une transpiration profuse et un très fort mal de tête.

Parmi les autres maladies qui provoquent les transpirations nocturnes il y a :

 

Transpiration excessive au visage et à la tête

La transpiration excessive du front peut provoquer de l’embarras, par exemple les cheveux peuvent s’humidifier et émaner une mauvaise odeur ou provoquer une démangeaison au cuir chevelu.

Les causes d’hyperhidrose primaire dans le visage
Si la tête a une transpiration primaire excessive, il n’ y a pas une maladie qui la provoque.
On dit que, dans la plupart des cas, l’hyperhidrose primaire de la tête est caractérisée par des glandes sudoripares hyperactives.

Les causes d’hyperhidrose secondaire
L’hyperhidrose secondaire est symptôme d’une maladie.
Certaines maladies peuvent provoquer une transpiration excessive au visage, telles que :

  1. Les troubles de la thyroïde
  2. L’anxiété ou le stress
  3. La ménopause
  4. La crise cardiaque (qui peut entraîner la sueur froide ou glaciale)
  5. Les médicaments (anti-inflammatoires ou hormonaux)
  6. Le diabète sucré
  7. La maladie de Parkinson
  8. L’accident vasculaire cérébral, certaines lésions de la moelle épinière
  9. Le syndrome carcinoïde
  10. La tuberculose, le cancer
  11. Les infections chroniques.

 

Transpiration,excessive,nocturne,glande sudoripare,peauLes causes de transpiration excessive des mains et des pieds

Le système nerveux sympathique hyperactif
Chaque fois qu’il y a une situation stressante, le corps réagit produisant de la sueur afin d’abaisser la température corporelle.
Ces situations peuvent être :

  • La colère,
  • Le stress,
  • La nervosité,
  • Les dangers,
  • La chaleur extérieure et la faible ventilation,
  • Les maladies des vaisseaux périphériques artériels et lymphatiques,
  • La sepsis,
  • Les crampes.

Il y a parfois des cas de mains et de pieds trempés de sueur chez les bébés et les enfants qui pourraient être provoqués par la fièvre.

 

La transpiration excessive des aisselles

Les facteurs qui contribuent à l’hyperhidrose des aisselles

  • Les troubles de la thyroïde (l’hyperthyroïdie, l’hypothyroïdie), l’hypoglycémie, les bouffées de chaleur (ménopause) et les crises cardiaques
  • La fièvre
  • La consommation de nourriture piquante
  • La prise excessive de caféine
  • Les effets secondaires de certaines types d’antalgiques, d’antipsychotiques ou de médicaments contre les troubles de la thyroïde
  • Le stress, l’anxiété ou la dépression

 

La transpiration des fesses et des parties intimes

Dans certaines régions du corps, la peau ne transpire pas car elle est en contact avec la surface du siège ou d’autres parties du corps. Cela ne dépend donc pas d’une maladie.
Ce trouble affecte par exemple :

  1. la région lombaire ;
  2. les fesses ;
  3. les parties intimes ;
  4. la région pubienne.

 

Les remèdes naturels contre la transpiration excessive

Si le problème de transpiration est génétique, on ne peut pas prétendre une guérison complète ; dans les autres cas, on peut améliorer considérablement la situation grâce à des remèdes de grand-mère.

  1. Appliquer du jus de citron frais dans les régions du corps qui transpirent le plus pendant 10 à 15 minutes, puis rincer.
    Répéter ce processus tous les jours. Frotter les tranches de citron sur la zone avant de se rincer.
  2. Faire un mélange d’huile d’arbre à thé (2 gouttes) et d’eau.
    Remplir un flacon vaporisateur à employer comme un déodorant.
  3. Tremper une boule de coton dans le vinaigre de pommes et l’appliquer sur la région des aisselles.
  4. Concasser ensemble les noix et les feuilles d’eucalyptus pour en faire une pâte.
    Appliquer cette pâte sur les régions du corps qui transpirent le plus et laisser agir pendant environ 5-10 minutes. Bien rincer à l’eau.
  5. Il vaut mieux d’éviter la nourriture piquante et le café.

Il faut choisir l’un de ces remèdes maison et le suivre régulièrement pendant environ 1 mois. Si on transpire beaucoup malgré cela, il est recommandé de consulter un dermatologue.

 

Le traitement de la transpiration excessive et les médicaments

Conseils génériques :

  • Porter des vêtements respirants, par exemples ceux utilisés par les sportifs.
  • Les chaussettes contenant des fibres d’argent ou d’oxyde de cuivre réduisent l’odeur.
  • Utiliser des semelles absorbantes dans les chaussures et les remplacer fréquemment.
  • Mettre du talc ou du bicarbonate après le bain.

Les médicaments oraux qui réduisent la transpiration s’appellent anticholinergiques.
Un exemple est le glycopyrrolate (Robinul).
La plupart des anticholinergiques ne sont disponibles qu’avec ordonnance.
Parmi les effets secondaires il y a : la sécheresse de la bouche et la vision floue.

Les anti-transpirants
Il y a beaucoup d’anti-transpirants sur le marché qui bloquent les glandes sudoripares.
Il faut les appliquer la nuit sur le corps.
Ces anti-transpirants entrent dans les pores de la peau et bloquent la transpiration.

Parmi les produits les plus efficaces, on trouve :

  • Déodorant Crème Régulateur 3 Jours de Veet agit en offrant une protection longue durée contre transpiration et les mauvaises odeurs pendant 3 jours.
  •  

    Traitement anti-transpirant Roll-on Vichy (chlorhydrate d’aluminium)

  • Purax, antitranspirant à bille (chlorhydrate d’aluminium)

Au niveau des pieds, les crèmes on un effet plus limité car la peau est plus épaisse.

Iontophorèse
Cette technique consiste à appliquer un courant continu de basse intensité aux mains et aux pieds.
Les chercheurs ne connaissent pas le mécanisme d’action, mais on estime que la iontophorèse agit sur les nerfs à l’origine de la sécrétion de la sueur.
On l’utilise sur :

  • Les mains,
  • Les pieds,
  • Les aisselles.

Le traitement dure 20 minutes et doit être répété au moins une fois par semaine.
Les inconvénients liés à ce traitement sont les suivants :

  • Il faut la continuer à long terme ;
  • Il n’est pas toujours efficace.

Injection de toxine botulique
Des injections de toxine botulique sont pratiquées dans la zone où le patient transpire excessivement. La toxine botulique bloque la production d’acétylcholine, un neurotransmetteur. Cette substance est nécessaire pour stimuler la production de sueur de la part des glandes sudoripares.
Le traitement prévoit 10 à 20 injections et l’effet peut durer de 1 à 6 mois.

Ablation des glandes sudoripares
Cela peut être fait sur une région spécifique comme l’aisselle.
Même si cette méthode est très utile, il faut consulter le médecin pour connaître les effets secondaires de l’intervention.

La sympathectomie thoracique
Une option chirurgicale pour la transpiration excessive s’appelle sympathectomie thoracique.
Il s’agit d’une intervention qui prévoit l’interruption des nerfs du système sympathique responsables de la transpiration.
L’intervention s’effectue en introduisant un petit endoscope sous l’aisselle.
Le but est couper certaines fibres du nerf qui commande les glandes sudoripares.
La sympathectomie thoracique est très efficace mais risquée.
Le chirurgien doit temporairement dégonfler les poumons afin de visualiser de façon claire les nerfs.
L’intervention comporte certains effets secondaires, tels que :

  • des dommages aux nerfs ;
  • la transpiration compensatrice dans d’autres régions du corps non opérées ;
  • des complications respiratoires ;
  • ces troubles peuvent parfois devenir permanents.

 

Bibliographie :
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4012678/