Traitement de l’inflammation

Les patients (et les professionnels de santé) doivent se rappeler que l’inflammation fait partie du processus de guérison. Il peut être parfois nécessaire de réduire l’inflammation, mais pas toujours.

 

Médicaments anti-inflammatoires

Les AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens) sont utilisés pour soigner la douleur provoquée par une inflammation.

Ils inhibent l’enzyme COX (cyclo-oxygénase) qui synthétise les prostaglandines qui provoquent l’inflammation. Si l’on bloque cette synthèse de prostaglandines, on élimine ou on réduit la douleur.
Le naproxène, l’ibuprofène et l’aspirine sont des exemples d’AINS.
Il ne faut pas prendre d’AINS à long terme sans contrôle médical, car on risquerait de provoquer des ulcères de l’estomac et des hémorragies dangereuses.
Les AINS peuvent aussi aggraver les symptômes de l’asthme et endommager les reins.
À l’exception de l’aspirine, les anti-inflammatoires peuvent aussi augmenter le risque d’AVC et de crise cardiaque.

Analgésiques. Le paracétamol (Doliprane) peut réduire la douleur associée à l’inflammation. Toutefois, il ne possède pas d’effets anti-inflammatoires.
Il peut être efficace chez les personnes qui ne désirent traiter que la douleur, sans supprimer l’inflammation.

Corticoïdes. Les corticoïdes représentent une catégorie d’hormones stéroïdiennes naturellement produites dans le cortex de la glande surrénale (couche externe). La cortisone est synthétisée en laboratoire et est ajoutée aux médicaments.

Infiltration,cortisone,inflammation,gonflement,douleur,rougeur,traitement
Infiltration de cortisone dans le poignet
Gresei/bigstockphoto.com

Les médicaments à base de cortisone sont des anti-inflammatoires qui empêchent la libération de phospholipides et qui sont impliqués dans d’autres processus liés à l’inflammation.
Souvent, on effectue des infiltrations de cortisone pour réduire le gonflement des articulations en cas d’arthrite ou d’arthrose.

Il existe deux catégories de corticoïdes :

1. Les glucocorticoïdes sont provoqués par la réaction au stress et sont aussi impliqués dans le métabolisme des lipides, des protéines et des glucides.
Les glucocorticoïdes synthétiques sont prescrits pour lutter contre :

  • L’inflammation des articulations (arthrite),
  • La dermatite,
  • La maladie de Horton,
  • Les maladies inflammatoires de l’intestin,
  • Le lupus,
  • L’hépatite,
  • L’asthme,
  • Les réactions allergiques,
  • La sarcoïdose.

Le médecin peut prescrire des crèmes et des pommades (par voie topique) en cas d’inflammation de :

  • De la peau,
  • Des yeux,
  • Des poumons,
  • De l’intestin,
  • Du nez.

2. Les minéralocorticoïdes régulent l’équilibre en eau et en sel du corps. Ces corticoïdes permettent de remplacer l’aldostérone (hormone) chez les patients qui souffrent d’insuffisance surrénale.

Les effets secondaires sont plus importants si l’on prend des médicaments à base de cortisone par voie orale (pastilles, comprimés, etc.) plutôt que par inhalation ou infiltration. Plus la dose est élevée et la prise prolongée, plus le risque d’effets indésirables est important.

Les glucocorticoïdes peuvent aussi provoquer le syndrome de Cushing, tandis que les minéralocorticoïdes peuvent provoquer :

  • De l’hypertension,
  • De faibles taux de potassium dans le sang,
  • Des taux élevés de sodium,
  • Une faiblesse
  • L’alcalose métabolique.

 

D’autres traitements de l’inflammation

La glace (cryothérapie). Le froid peut aider à réduire la dilatation des vaisseaux et le gonflement en cas d’inflammation aiguë (vasoconstriction). En réalité, la plupart des personnes n’appliquent pas ce traitement correctement, car elles maintiennent la glace en contact direct avec la peau ou placent seulement un linge entre les deux surfaces.
La température de la peau ne doit jamais descendre en dessous de 15 degrés. Dans le cas contraire, le corps provoque une vasodilatation pour la réchauffer.
De cette manière, on obtient l’effet inverse que celui désiré.

Il ne faut jamais appliquer de glace directement sur la peau. Il faut mettre 3 glaçons dans un verre d’eau froide et verser ensuite le tout dans la poche à glace en l’enveloppant dans un linge avant de la presser sur le corps.
Les athlètes utilisent souvent de la glace pour traiter et soigner les douleurs et l’inflammation.
L’inflammation peut être soignée plus rapidement en suivant les conseils suivants :

  • Se reposer,
  • Appliquer de la glace,
  • Comprimer,
  • Élever la zone touchée.

Thé vert. Les chercheurs ont remarqué que boire régulièrement du thé vert améliore la santé des os et réduit l’inflammation chez les femmes pendant la post-ménopause.
Ils ont aussi ajouté que le Tai-Chi semble avoir le même effet bénéfique.

L’ail possède de nombreuses propriétés bénéfiques pour l’organisme. Il est notamment efficace dans le traitement de l’arthrose et de l’arthrite car il réduit l’inflammation et le gonflement.

La tarte aux cerises. Les scientifiques ont découvert que les tartes aux cerises contiennent de puissantes propriétés anti-inflammatoires qui peuvent aider des millions de personnes qui souffrent de douleurs articulaires et d’arthrite.
L’équipe de l’Université de l’Oregon Health & Science affirme que les tartes aux cerises présentent le taux le plus élevé d’anti-inflammatoires par rapport à tous les autres aliments.

Poisson,oméga,3,inflammation,douleur,gonflement,thérapie,traitement
Poisson contenant des Oméga-3
dulsita/bigstockphoto.com

L’huile de poisson (Oméga-3). Il existe des études dans le magazine « Brain » à propos du comportement et de l’immunité provoqués par une consommation quotidienne de poisson. Les recherches effectuées sur un groupe de jeunes personnes saines montrent que les oméga-3 réduisent l’inflammation et l’anxiété.

 

Plantes aux propriétés anti-inflammatoires

La griffe du diable. Il s’agit d’une plante d’Afrique du Sud qui est liée à la famille du sésame. La griffe du diable permet de traiter :

  • L’arthrite,
  • La fièvre,
  • La douleur.

Selon la British Herbal Pharmacopoeia, cette substance possède des propriétés diurétiques, sédatives et analgésiques.

L’hysope. Il s’agit d’une plante de la famille des Lamiacées. Elle est utilisée pour colorer certaines liqueurs.
L’hysope est mélangé à d’autres plantes, comme la réglisse, pour le traitement de certaines pathologies pulmonaires comme l’inflammation.
Il faut faire attention aux huiles essentielles d’hysope car elles peuvent provoquer des convulsions létales chez les animaux de laboratoire.

Le gingembre. Aussi connu comme racine de gingembre, il s’agit du rhizome de la plante Zingiber.
Il est utilisé comme médicament ou épice.
Le gingembre jamaïcain est la forme médicale traditionnelle de cette racine. Il est utilisé comme carminatif.
Un carminatif est une substance qui peut réduire la fermentation dans le système gastro-intestinal (météorisme, gaz, flatulences, etc.).
Depuis des siècles, il est utilisé pour traiter :

  • La dyspepsie,
  • La constipation,
  • Les coliques et autres problèmes gastro-intestinaux,
  • La douleur provoquée par l’arthrite rhumatoïde.

Les chercheurs de la Michigan Medical School ont montré que les compléments alimentaires à base de gingembre peuvent réduire les marqueurs de l’inflammation du côlon.
L’inflammation chronique du colon est liée à un risque plus élevé de développer un cancer du colon.

Le curcuma (Curcuma longa). Le curcuma est une plante de la famille des Zingibéracées. Les chercheurs sont actuellement en train d’examiner les effets bénéfiques possibles du curcuma dans le traitement de l’arthrite, de la maladie d’Alzheimer et d’autres pathologies inflammatoires.
Le curcuma contient une substance appelée curcumine.

Le cannabis. Il contient un cannabinoïde qui possède des propriétés anti-inflammatoires.

 

Exercice physique et inflammation

Traitement de l’inflammation
Traitement de l’inflammation

La tendinite est l’inflammation des tendons : si elle est provoquée par une sollicitation trop importante, il faut interrompre l’activité physique afin de ne pas aggraver la situation.
Les sportifs qui souffrent d’inflammation au tendon d’Achille ou au tendon rotulien doivent suspendre l’activité jusqu’à ce que la douleur disparaisse, avant que la tendinite ne devienne chronique et que le tissu ne dégénère. En effet, sur le long terme, on risque de provoquer des lésions.
L’exercice physique est un facteur de stress physique. La réponse au stress suit des parcours physiologiques inflammatoires semblables à ceux qui sont activés par d’autres stimulations physiques et mentales.

Pendant l’activité sportive, les hormones principales libérées sont :

  • L’adrénaline (pour augmenter la fréquence cardiaque et le flux de sang aux muscles),
  • La noradrénaline (pour augmenter la pression sanguine),
  • Le cortisol (pour mobiliser les sources de carburant et réduire l’inflammation),
  • L’hormone de croissance.

Ces hormones sont identiques à celles qui sont libérées quand le corps réagit aux facteurs de stress mental et émotif.
Le stress provoque une diminution temporelle de la fonctionnalité, suivie par une adaptation qui améliore la capacité et la résistance.
Pour améliorer la santé, la forme physique ou les performances athlétiques, il est nécessaire d’effectuer des efforts et de dédier ensuite du temps à la récupération.