Symptômes de l’ostéoporose et traitement

L’ostéoporose est une pathologie qui consiste en la diminution de la densité des protéines et minéraux dans l’os (DMO, Densité Minérale Osseuse) en particulier du calcium.
Beaucoup de gens pensent que, pour avoir des os solides et résistantes, il est nécessaire de boire du lait et de manger du yaourt, des fromages et des produits laitiers, mais les dernières recherches ont démontré que la vérité est tout le contraire.

 

Examen, niveau, omoplates, épaules, douleur, inflammation, mal
Contrôle posturale au niveau scapulaire

Les enfants seulement doivent boire du lait. Les adultes au contraire n’ont pas besoin de ces aliments pour leur santé et la consommation habituelle peut même favoriser l’ostéoporose, car cela augmente le ph du sang (acidose) et le corps prélève le calcium des os pour rétablir le niveau de ph.
Cette maladie est caractérisée par une altération de la structure interne : les trabécules osseuses deviennent plus fines et certaines sont complétement absorbées.
Si l’ostéoporose est sévère, le tissu osseux devient plus fragile et on va augmenter la prédisposition aux fractures qui peuvent être provoquées par des légers traumatismes.
Il s’agit d’une pathologie chronique et dégénérative qui tend à s’aggraver avec le temps, mais on peut la ralentir et la contrôler par des traitements adéquats.
Actuellement l’ostéoporose représente un problème important et cela s’aggravera au fil du temps à cause de l’augmentation de l’espérance de vie moyenne.
Le coût socio-économique de l’ostéoporose est très haut car chez ces sujets la fréquence de fractures est très haute et la gestion d’une personne âgée avec fracture prévoit beaucoup de traitements et d’heures d’assistance.
Les os qui se fracturent plus facilement par l’ostéoporose sont le poignet, la hanche et les vertèbres car ces os sont de type spongieux, au contraire des os corticaux (ou compactes) qui sont moins soumis aux lésions. L’ostéopénie est la première phase d’ostéoporose dont la baisse de densité minérale osseuse est minime et le risque de fracture est donc presque semblable à celui chez les personnes qui ont une bonne masse osseuse.

 

Classification de l’ostéoporose

Ostéoporose primaire ou post-ménopausique
L’ostéoporose primaire (ou de type 1) est un trouble sénile qui se vérifie souvent en post ménopause.
L’ostéoporose de type 1 se vérifie après la ménopause et elle est caractérisée par une excessive perte d’os trabéculaire (la zone au centre de l’os).
Les patients touchés par ostéoporose de type 2 perdent aussi le composant cortical de l’os (la partie extérieure et compacte), en ce cas il est plus probable une fracture du fémur ou du poignet.
La diminution des niveau d’hormones féminines œstrogènes est la cause du trouble.

Ostéoporose secondaire ou de type 2
Parmi les hommes avec ostéoporose, environ 50% souffre d’ostéoporose secondaire, c’est-à-dire provoqué par des maladies ou des médicaments.
La prise prolongée de cortisoniques est la cause la plus fréquente d’ostéoporose secondaire chez l’homme et la femme.
On prend ce médicament pour soigner toutes les maladies chroniques, par exemple l’arthrite rhumatoïde, l’insuffisance rénale, le lupus érythémateux disséminé, l’asthme et les maladies pulmonaires chroniques comme une grave bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO).

Ostéoporose juvénile idiopathique
L’ostéoporose juvénile idiopathique est rare. Elle se vérifie pendant l’enfance ou l’adolescence entre 8 et 14 ans ou pendant les périodes de croissance rapide.
Il n’existe pas de cause connue pour ce type d’ostéoporose où on a une formation osseuse réduite ou une perte osseuse excessive.

 

Quelles sont les causes d’ostéoporose ?

La cause de l’ostéoporose est l’âge, en particulier chez les femmes parce que, pendant l’âge de post-ménopause, la baisse des estrogènes produits provoque une majeure absorption de l’os par rapport à la néoformation.

Si on rejoint précocement la ménopause, c’est-à-dire avant de 45 ans, l’ostéoporose sera plus grave : cela se passe souvent après une intervention chirurgicale d’ovariectomie. Chez les personnes âgées la formation de nouveau tissu osseux ralentit, également chez les hommes, et le début de la maladie est prévu autour 50 ans pour les femmes et 65 à 70 pour les hommes.
L’alimentation pendant l’âge de l’adolescence et de jeunesse est de fondamentale importance, en fait si on rejoint une bonne masse osseuse quand on est jeune, on va souffrir moins et plus tard à cause de l’ostéoporose.
Les filles qui ont suivi un régime alimentaire pour maigrir et ont donc mal nourri l’os, elles risquent bien plus que les autres.
Les autres facteurs qui préparent à l’apparition de l’ostéoporose sont :

  • Une alimentation trop riche en calcium (lait et produits laitiers) qui ne contraste pas d’ostéoporose, au contraire la favorise ;
  • Une longue période d’immobilisation au lit, qui ne stimule pas d’activité des ostéoblastes et donc la destruction du tissu osseux prévaut la construction ;
  • Des déficits hormonaux, en particulier les estrogènes chez les femmes et le testostérone et la somatotropine chez les hommes ;
  • Être une femme, en effet l’ostéoporose chez les hommes est rare ;
  • La maladie coeliaque, qui réduit l’absorption de calcium et de vitamine D : elle est caractérisée par la présence des autoanticorps contre l’ostéoprotégérine qui sert à maintenir les os forts ;
  • La maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique, qui provoquent un malabsorption intestinale ;
  • Une alimentation riche en protéines animales qui augmentent le ph du sang ;
  • Un mode de vie sédentaire et la manque totale d’activité sportive ;
  • L’âge ;
  • La ménopause précoce ou comme conséquence d’une intervention chirurgicale.

 

Symptômes de l’ostéoporose et traitementQuelles sont les substances et les médicaments qui influent sur l’ostéoporose ?

Parmi les substances ingérées qui favorisent la comparse d’ostéoporose il y a :

• L’abuse de substances nocives comme le fume de cigarette et l’alcool ;
• La cortisone ;
• Les médicaments anticonvulsivants ;
• La prise prolongée de médicaments comme l’héparine, l’éthanol, le méthotrexate, etc.

 

Quels sont les symptômes de l’ostéoporose ?

L’ostéoporose est asymptomatique et imperceptible, mais elle peut provoquer une fracture osseuse ou un tassement vertébral.
Pendant les stades plus avancés on peut noter des modification anatomiques de la colonne vertébrale comme la perte de stature et la comparse d’hypercyphoses ou de bosse thoracique, car les vertèbres changent de forme (en prenant une forme de coin) ou collapsent.

 

Quels sont le diagnostic et les examens les plus adaptés à l’ostéoporose ?

La radiographie n’est pas l’examen le plus soigné pour savoir la densité osseuse, car il résulte positif seulement après une perte de minéraux supérieure à 30% du normal.
L’examen qui permet de vérifier la densitométrie osseuse du squelette et surtout des parties les plus touchées (le fémur, le poignet, les vertèbres) est l’ostéodensitométrie osseuse.
Le médecin prescrit cet examen aux sujets qui, selon leur dossier médical, présentent des facteurs de risque tels que :

• Une fracture spontanée ou des fracture multiples ;
• Un déficit d’estrogènes post-ménopause ;
• Des altérations hormonaux comme l’hyperthyroïdisme ;
• La prise de médicaments qui influent négativement sur le métabolisme osseux.

Ostéodensitométrie osseuse, examen, vertèbres, ostéoporose, ostéopénie, valeurs
Examen d’une femme de 63 ans qui a rejoint la ménopause à 39 ans.

Cet examen est effectué par des appareils médicaux qui mesurent le contenu et la densité du minéral dans l’os examiné.
L’appareil utilisé est semblable à celui d’une radiographie, mais l’émission de radiations est très basse, ni invasive, ni douloureuse.
La durée de l’examen est d’environ 10 minutes. Le patient met la partie à examiner dans le densitomètre et l’appareil fait le mesurage.
Les appareils utilisés se basent sur deux technologie : la SPA, acronyme de « single photonic array » et le DEXA qui est semblable à une radiographie.
Outre à l’ostéodensitométrie osseuse, il existe des examens de laboratoire pour savoir s’il y a une prédisposition à l’ostéoporose et pour vérifier si le corps réponde à la prise des médicaments.
Les analyses du sang et des urines servent principalement à vérifier le niveau de calcémie, de phosphorémie, de phosphatases alcaline et de parathormone (PTH).

Comment interpréter les résultats de l’ostéodensitométrie osseuse ? Quand faut-il s’inquiéter ?

L’ostéodensitométrie osseuse donne un résultat ou « T score » selon la densité osseuse et il doit être interprété de cette manière :

  • Si les résultats du T score sont entre +1 et -1 l’os est normal ;
  • Un T score entre -1 et -2,5 correspond à une densité osseuse plus basse que la densité normale, mais in ne s’agit pas d’ostéoporose grave : dans ce cas il s’agit d’ostéopénie ;
  • Le T score inférieure à -2,5 correspond à ostéoporose : cette catégorie inclue les personnes qui subissent des fractures pour des traumatismes légers.

 

Quel est le traitement plus adapté à l’ostéoporose ?

Ostéoporose, tassement, vertébral, douleur, fracture, résonnance
Tassement vertébral de L2 à L4

L’ostéoporose est un problème qui doit être affronté par des différents professionnels, car les causes qui peuvent le provoquer sont différentes.
Le médecin doit étudier le dossier médical du patient, il doit vérifier s’il existe des facteurs de risque et contrôler le niveau hormonal pour établir s’il est nécessaire de commencer un traitement hormonal substitutif post-ménopause.
Si le sujet examiné a déjà subi des fractures simples, spontanées ou multiples, il faut considérer l’ostéoporose comme un possible trouble grave.
Une fracture vertébrale dans la zone lombaire peut provoquer de la douleur constant, une limitation des mouvements et une respiration plus difficile.
Le médecin peut prescrire des médicaments qui inhibent les ostéoclastes (les cellules responsables de la démolition de l’os) comme les phytoestrogènes ou la vitamine qui sert à faire absorber le calcium dans l’intestine. Si approprié, le médecine peut conseiller un complément de magnésium.
Parmi les compléments de vitamine D, en pharmacie on trouve le D-base. Actuellement on utilise aussi des médicaments appelés bisphosphonates qui interagissent avec l’hydroxylapatite et ralentissent ou inhibent l’action des ostéoclastes.

 

Remèdes naturels et alimentation

Les remèdes naturels contre l’ostéoporose sont l’activité physique, une alimentation équilibrée et l’exposition au soleil.

L’activité physique est-elle utile pour soigner ou prévenir l’ostéoporose ?

L’activité physique est l’un des traitements naturels les plus efficaces pour contrôler et prévenir l’ostéoporose diffusée, par différentes raisons :

  • Elle améliore l’équilibre et la coordination et diminue donc le risque de chutes ;
  • Elle stimule le renforcement et le dépôt de calcium dans les os, en augmentant donc la résistance en cas de traumatisme ;
  • Elle améliore la condition physique générale et la condition cardiovasculaire.

Les activités les plus indiquées sont la marche, la danse, la gymnastique douce et les exercices pour la colonne vertébrale.
Selon le stade de l’ostéoporose on choisit l’activité : la course lente peut être utile pendant le premier stade et en cas d’ostéopénie, mais si l’ostéoporose est grave, on conseille de l’éviter car on risque une fracture du fémur.
Parmi les sports conseillés, la natation et la gymnastique dans l’eau sont des activité qui s’effectuent sans charge, elles, donc, ne favorisent pas d’équilibre ni de renforcement osseux.
Dans le cyclisme le charge est réduit, il est donc un sport qui aide en cas de troubles au genou et à la hanche, mais il est peu efficace pour l’ostéoporose.
On conseille une activité à effectuer debout pour donner une stimulation mécanique à l’os, qui réagit avec l’ostéogénèse. L’exercice physique doit être régulier pour obtenir des bons résultats et pour prévenir les fractures : on a besoin de 3 séances par semaine d’au moins 30 minutes.
Il est préférable d’éviter le corset pour le dos car il réduit le charge sur la colonne vertébrale et favorise donc la perte de densité osseuse.

 

L’alimentation est-elle important dans le traitement et la prévention de l’ostéoporose ?

L’alimentation est fondamentale pour soigner et prévenir l’ostéoporose. Une alimentation riche en vitamine D est un excellent instrument pour combattre cette pathologie.
La vitamine D est hydrosoluble et se trouve surtout dans le poisson, en particulier dans l’huile de foie, également dans la viande, le beurre, les fromages gras et le jaune d’œuf.
Il n’est pas nécessaire de prendre cette substance à travers l’alimentation car le corps peut la synthétiser par la peau. Les rayons ultraviolets du soleil permettent la formation de vitamine D à partir du cholestérol.

Le métabolisme du calcium est complexe, les os ont un rôle important pour l’équilibre des sels minéraux et ils libèrent des sels basiques de calcium pour tamponner l’excès d’acidité dans le sang. Il est important que le programme alimentaire maintienne le ph neutre du sang, en évitant en particulier la viande.

 

Lignes directrices pour la prévention de l’ostéoporose

Selon les lignes directrices du ministère de la santé italien, les actions utiles pour la prévention de ce trouble sont :

  • Une quantité de calcium adéquate :
  • Une alimentation équilibrée ;
  • Un quantité de vitamine D entre 400 et 600 UI/par jour ;
  • Une activité physique régulière contre la gravité (se promener, soulever des poids légers, monter les escaliers) selon l’âge ;
  • Éviter le fume et l’alcool ;
  • Traiter les maladies qui provoquent l’ostéoporose secondaire ;
  • Prévenir les chutes chez les personne âgées en utilisant le bâton, des chaussures avec la semelle non glissante et en illuminant adéquatement la maison ; en plus il faut éviter les tapis et il est utile de monter des poignées ou d’autres points d’appui sur les escaliers et les zones les plus dangereuses de la maison.