Rééducation pour la fracture de l’épaule

Rééducation pour la fracture de l’épaule à l’hôpital

Le premier rendez-vous avec le kinésithérapeute peut s’effectuer à l’hôpital juste après l’accident.

Avec beaucoup de probabilité, il est nécessaire de porter une écharpe de bras enveloppante afin de protéger et d’immobiliser le bras pendant la guérison.
Le kinésithérapeute peut enseigner comment il faut porter correctement l’écharpe de bras.

fracture, épaule, physiothérapie, exercices, rotation, douleur, mal, mobilisation
Physiothérapie pour la fracture de l’épaule

Il ou elle peut également enseigner des exercices pendulaires doux (de Codman) afin de maintenir la flexibilité de l’épaule pendant la consolidation de la fracture.
Le médecin indique si un programme d’exercices est risqué.

 

Au cabinet médical

Après quatre à six semaines de l’accident on peut être prêt à commencer la rééducation.
Quand le patient ne peut pas conduire ou il ne peut pas sortir de la maison en raison de son état de santé, alors le kinésithérapeute peut effectuer le traitement à domicile.

Le kinésithérapeute évalue la situation au premier rendez-vous.
Il ou elle demande des informations qui concernent l’accident et effectue des mesurages ou des évaluations afin d’avoir une idée sur comment agir.
L’évaluation aide le kinésithérapeute à choisir le traitement meilleur.

Les mesurages qui on effectue après la fracture de l’humérus servent à évaluer :

  • L’ampleur de mouvement ;
  • La force ;
  • La douleur de l’épaule ;
  • La fonctionnalité et la mobilité ;
  • La mobilité de la cicatrice (si on a effectué une opération chirurgicale ouverte).

Après une évaluation approfondie, le traitement commence à améliorer la fonctionnalité du bras. Le kinésithérapeute devrait donner des informations en ce qui concerne le programme de rééducation et ce que le patient doit faire. La physiothérapie et la rééducation pour la fracture de l’épaule prévoit le travail actif du patient afin d’atteindre des résultats bons.

Le patient et le kinésithérapeute doivent travailler sur des troubles fréquents, comme :

L’ampleur de mouvement. Après une fracture de l’humérus proximal, l’ampleur de mouvement s’est probablement réduite au niveau de l’épaule et du coude.
Cette perte d’élasticité provoque de difformités dans le mouvement du bras.
Le kinésithérapeute peut prescrire des exercices que le patient doit effectuer afin d’aider à améliorer l’ampleur de mouvement.

renforcement, musculaire, force, épaule, bras, fracture, opération
Renforcement musculaire de l’épaule

 

Force. L’épaule reste parfois immobilisée dans un bandage pendant quatre à six semaines de l’accident.
Cette période d’immobilisation provoque fréquemment une perte significative de force et de masse musculaire.
Les exercices de renforcement se concentrent sur les muscles de la coiffe des rotateurs et sur ceux du bras : les triceps et les quadriceps.
Les muscles qui supportent l’omoplate peuvent être plus faibles, mais ils sont fondamentaux pour la santé de l’épaule, on doit donc les renforcer en même temps que les autres.

La douleur. Après une fracture de n’importe quel os du corps, on ressent au moins un peu de douleur. Cela est normal et prévu. Le niveau de douleur devrait s’améliorer jour après jour, bien qu’on puisse ressentir de la douleur même après qu’on a commencé la physiothérapie.
Le kinésithérapeute peut aider à gérer la douleur par l’exercice physique ou par des traitements comme la chaleur, la glace ou la magnétothérapie.
Il faut savoir si le traitement provoque trop de douleur, de manière que le kinésithérapeute puisse modifier le traitement et permettre un contrôle adéquat de la douleur.

La mobilité de la cicatrice. Quand on effectue une opération chirurgicale afin de réduire la fracture de l’humérus, une cicatrice chirurgicale va se former sur le côté antérieur ou latéral de l’épaule. Des adhérences petites de la cicatrice provoquent occasionnellement une sensation de « bloque » et de mouvement limité.
Le kinésithérapeute peut effectuer un massage myofascial cicatriciel et de la mobilisation, afin d’améliorer l’élasticité de la cicatrice. Il ou elle peut également enseigner comment faire un automassage, de manière que le patient puisse le faire à la maison.


La fonctionnalité. Le programme de rééducation devrait se concentrer sur le rétablissement de la fonctionnalité normale du bras et de l’épaule.
Le kinésithérapeute peut enseigner comment effectuer les activités normales quotidiennes, afin d’améliorer la façon dont l’épaule et le bras bougent pour que la lésion ne limite plus l’activité.
Il faut parler avec le kinésithérapeute des actions difficiles (ou impossibles) à faire à cause de la fracture, de manière qu’il ou elle puisse développer un programme personnalisé de récupération fonctionnelle.

Rééducation pour la fracture de l’épaule
Rééducation pour la fracture de l’épaule

La force et la mobilité devraient s’améliorer beaucoup en huit à douze semaines de l’accident, afin de permettre le fonctionnement normal du bras.
Le niveau de douleur devrait être minimum.
Le programme de rééducation, à ce point, peut se réduire graduellement.
Peut-être qu’on a besoin d’effectuer des exercices à la maison pendant quelques mois pour maximiser la mobilité.
Il faut que le médecin et le kinésithérapeute le ou la suivissent afin de comprendre exactement ce que faire et ce qu’il va se passer.

Une fracture de l’humérus proximal (proche de l’épaule) est une blessure douloureuse qui limite le mouvement du bras et de l’épaule.
Cela peut avoir un impact significatif sur la capacité de travailler, d’effectuer les fonctions domestiques et les passe-temps pendant le temps libre.
Un programme de physiothérapie après la fracture de l’humérus proximal peut aider à retourner à l’activité normale de manière rapide et sure.

 

Complications de la fracture de l’épaule

 La rééducation précoce est très importante. Une fracture humérale qui oblige à tenir le bras immobile, peut s’évoluer dans l’incapacité de bouger l’épaule (capsulite rétractile).
La conséquence est qu’on a besoin d’une longue rééducation ou d’une opération chirurgicale afin de libérer les adhérences.
La faiblesse de l’épaule est également présente après la guérison.

Les fractures proximales de l’humérus peuvent se consolider avec un mauvais alignement ou les fragments osseux peuvent ne se souder pas du tout.
Les lésions du plexus brachial et des nerfs (axillaire, supra-scapulaire, musculo-cutané, radial) se produisent dans 50% des fractures de l’humérus proximal et 8% parmi celles provoquent la perte de force musculaire permanente.
Le risque de lésion du nerf augmente chez les individus qui subissent une fracture du cou chirurgical de l’humérus, chez les sujets avec fractures déplacées et chez les personnes âgées.


La plupart des lésions vasculaires se produisent chez les individus qui ont plus de 50 ans.
La lésion de la circulation sanguine de l’humérus proximal (collatérale de l’artère circonflexe antérieure de l’humérus) peut porter à une nécrose avasculaire, qui se produit dans 14% des fractures en trois fragments et dans 34% des fractures de l’humérus en quatre fragments (Frankle).
Cette complication est fréquente pour les fractures du cou chirurgical de l’humérus et on peut par conséquent avoir besoin de substituer l’articulation (arthroplastie).