Opération de la hernie discale

L’opération chirurgicale de la hernie discale est de moins en moins effectuée car elle n’est généralement pas utile pour résoudre la sciatalgie ou la névralgie cervico-brachiale.
En cas de débordement ou d’expulsion de la hernie, le matériau à l’intérieur du disque sort et touche les vaisseaux sanguins.
Cela provoque une inflammation et un gonflement qui appuie sur la racine nerveuse, causant la lombosciatalgie.


Si la douleur à la jambe provoquée par la hernie s’améliore immédiatement avec des traitements non-chirurgicaux, le patient peut guérir en 6 à 12 semaines.
Si le traitement conservateur pour la hernie discale (médicaments, kinésithérapie de type McKenzie, ozonothérapie, etc.) ne résout pas le problème, le médecin peut conseiller une opération chirurgicale.

hernie discale, L4-L5, débordement

Il faut évaluer les avantages et les inconvénients de l’opération. Les indications sont :

  1. Une grave sciatalgie soudaine associée à d’autres symptômes comme la paralysie et l’incontinence ;
  2. Une lombosciatalgie ou une lombocruralgie qui ne guérit pas après avoir effectué de 3 à 6 mois de traitement et avoir pris des médicaments.
  3. L’incapacité de marcher sur les talons (sans appuyer sur les pointes) à cause de l’inflammation du nerf sciatique.

La discectomie est une opération chirurgicale consistant en l’ablation d’une partie du disque intervertébral et du tissu de la hernie.
L’opération chirurgicale est effectuée lorsqu’une portion du disque sain se déplace et appuie sur le canal spinal ou sur un nerf.

Le médecin qu’il faut consulter est le neurochirurgien qui explique le traitement chirurgical et ce qu’il faut faire après l’opération. L’anesthésie peut être spinale ou générale et cela dépend :

  • Du type d’intervention,
  • De l’évaluation de l’anesthésiste.

 

Symptômes de la hernie discale L4-L5 et L5-S1

La majorité des hernies discales se développe dans la région inférieure de la colonne vertébrale au niveau lombaire (L4-L5) ou lombosacrée (L5-S1).
La hernie se produit rarement au niveau cervicale et dans ce cas, les disques les plus touchés sont C5-C6 et C6-C7.
La pression sur les nerfs, outre les symptômes de la sciatique, peut provoquer :

  • La compression du nerf L5 (au niveau L4-L5) et, par conséquent, un manque de force pour l’extension du gros orteil et pour la flexion dorsale de la cheville (chute de la pointe du pied).
  • Des symptômes peuvent se développer dans la partie supérieure du pied, comme un engourdissement et des douleurs.
  • La douleur peut se diffuser jusqu’au fessier.

La compression du nerf S1 (au niveau L5-S1) peut provoquer :

  • Une perte de réflexes,
  • Une faiblesse de la cheville.

La gêne peut s’étendre dans la partie externe du pied.

 

Types d’intervention chirurgicale pour la hernie discale

Le traitement chirurgical de la hernie prévoit :

Chirurgie à ciel ouvert
Le traitement traditionnel pour traiter la hernie discale est une intervention chirurgicale à ciel ouvert. Cette technique permet au médecin d’arriver au disque endommagé à travers une incision de la peau, des muscles et des tissus qui entourent la structure.

Chirurgie endoscopique ou laparoscopie
La chirurgie endoscopique de la colonne vertébrale est la deuxième possibilité. Le chirurgien utilise des endoscopes et des instruments chirurgicaux spéciaux. Cette méthode requiert seulement une petite incision.
Cela diminue la durée de l’opération et le temps de récupération.

Discectomie endoscopique (ou décompression chirurgicale)
La discectomie endoscopique est une technique moderne qu’on utilise pour enlever le matériau endommagé du disque.
Il n’y a pas :

  • D’ablation des fragments osseux ;
  • D’incisions cutanées ;
  • De lésions musculaires.

La discectomie endoscopique prévoit l’utilisation d’un endoscope, une caméra (avec un zoom) reliée à un écran vidéo qui est guidé dans la région du disque par fluoroscopie (rayons-X).

Foraminotomie endoscopique
Un autre type de chirurgie mini-invasive est la foraminotomie.
Ce procédé traite la pression exercée sur le disque à cause des pathologies suivantes :

  • Compression du disque (hernie discale) ;
  • Épines osseuses (ostéophytes) ;
  • Tissus cicatriciels ;
  • Développement excessif du ligament.

Les temps de récupération après la foraminotomie endoscopique sont courts car l’intervention est peu invasive. Le patient recommence rapidement ses activités habituelles.

Discectomie laser
Cette opération est utile en cas de protrusion et s’il n’y a pas d’expulsion de la hernie discale.
Le chirurgien applique un rayon laser de haute puissance sur la région de la hernie. L’énergie est presque complétement absorbée par le disque jusqu’à 3-4 mm de la région d’émission, sans provoquer de dommages aux tissus environnants.
Le laser provoque la vaporisation et la rétraction du tissu avec la hernie, éliminant la pression sur la racine du nerf.
L’intervention dure environ 30 minutes.

 

Intervention de micro-discectomie pour la hernie discale lombaire

On effectue une micro-discectomie afin de pratiquer l’ablation d’une partie du disque intervertébral et de réduire la pression sur la racine du nerf. Cela améliore la guérison du nerf.
Le médecin ne pratique l’ablation que d’une petite partie du disque : la majorité de la structure intervertébrale reste intègre.

Pendant l’intervention de micro-discectomie, le chirurgien enlève la partie d’os au-dessus de la racine du nerf et la partie du disque intervertébral afin de diminuer la pression sur le nerf.
Lorsque le nerf a plus d’espace, la guérison est plus facile.
On effectue une micro-discectomie pour une hernie discale et cela est efficace pour le traitement de la douleur de la jambe (radiculopathie) d’origine lombaire.

 

 

Photo : neurinome, tumeur, colonne vertébrale, hernie

 

La compression de la racine du nerf peut provoquer des douleurs à la jambe.
Il faut généralement quelques semaines ou quelques mois pour la guérison complète.
L’opération de micro-chirurgie offre au patient un soulagement immédiat.

Comment effectue-t-on la chirurgie de micro-discectomie ?
On effectue une micro-discectomie à travers une petite incision (d’environ 2,5 à 3,5 cm) au centre du dos, dans la partie basse.
D’abord on soulève les muscles du dos (érecteurs du rachis) de la colonne vertébrale (lame).
Puisque ces muscles sont verticaux le médecin peut se tromper de point d’incision.
Le chirurgien effectue l’opération à l’intérieur de la colonne vertébrale en enlevant le tissu qui se trouve sur les racines du nerf (ligament jaune). Pour le voir. un microscope ou de verres spéciaux sont nécessaires.
Le médecin enlève souvent une petite partie du côté interne des facettes articulaires afin de faciliter l’accès à la racine du nerf et pour soulager la pression sur le nerf.

Le médecin déplace la racine sur le côté et il enlève une partie du disque.
Puisque les ligaments, articulations  et muscles ne subissent presque jamais de lésion, la micro-discectomie n’altère pas la structure mécanique de la colonne vertébrale inférieure (rachis lombaire).
L’intervention dure environ 40 à 50 minutes.

 

 

 

Indications pour l’intervention chirurgicale de micro-discectomie
L’individu effectue les activités quotidiennes tant que la douleur est supportable.
Il est conseillé de retarder l’intervention chirurgicale afin de contrôler si la douleur disparaît.

Si la douleur ne s’améliore pas par les traitement non chirurgicaux, l’opération de micro-discectomie est un choix raisonnable pour diminuer la pression sur la racine du nerf et pour accélérer la guérison.

L’intervention chirurgicale immédiate n’est nécessaire que dans les cas suivants :

  • Incontinence fécale et urinaire (syndrome de la queue de cheval) ;
  • Perte progressive de force, sensibilité et des reflexes ;
  • Douleur très grave à la jambe.

Le micro-discectomie peut être indiquée pour les patients qui ont les signes suivants:

  • Douleur à la jambe depuis au moins six semaines,
  • Symptômes stables après un traitement conservateur (tels que les corticostéroïdes oraux, les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens et la kinésithérapie),
  • Si après trois mois de traitement conservateur, il n’ y a pas d’amélioration, l’intervention chirurgicale de  micro-discectomie peut être prise en compte dans les trois à six mois qui suivent.

 

L’opération pour la hernie discale est-elle dangereuse ?

Complications et risques de la micro-discectomie
Comme pour toute opération chirurgicale vertébrale, il y a de nombreux dangers et complications, dont :

La lésion de la dure-mère (perte de liquide cérébrospinal).
Cette complication se produit dans 1% à 2% des cas.
Cela ne modifie pas les résultats chirurgicaux, mais après l’opération, il est demandé au patient de rester allongé pendant un ou deux jours afin de permettre la guérison des symptômes suivants :

  • La lésion de la racine du nerf ;
  • L’incontinence fécale ou urinaire ;
  • L’hémorragie ;
  • L’infection.

Toutefois, ces complications sont assez rares.

 

Pourcentage de succès de la micro-discectomie pour la hernie discale

Le taux de succès de l’intervention à la colonne vertébrale est d’environ 90% à 95%.
5% à 10% des patients développent une autre hernie discale.

Une récidive de la hernie discale peut se produire juste après l’intervention ou après de nombreuses années, bien qu’elle soit plus fréquente durant les trois mois après l’opération.
Il est possible de subir à nouveau l’opération en cas de nouvelle hernie discale.

Après une récidive, le patient a un risque élevé de hernie (de 15% à 20% de probabilité).
Chez les patients avec hernies discales multiples, une fusion lombaire est conseillée pour prévenir d’autres récidives.
La manière la plus fréquente de prévenir d’autres problèmes discaux est d’enlever l’espace entier du disque intervertébral et d’unir les deux disques.
Si l’articulation des facettes arrières n’est pas compromise, il est possible de prendre en compte la substitution du disque avec un disque artificiel.

Les hernies discales ne sont pas directement liées aux activités du patient mais sont provoquées par la dégénération du disque : après l’opération, d’autres hernies peuvent se produire aux niveaux supérieurs ou inférieurs.

 

Combien de temps dure la récupération ? Temps de récupération après l’intervention pour la hernie discale

Après l’opération, le patient doit suivre les conseils du médecin (médicaments, vêtements, etc.) pour une récupération plus rapide.
Les résultats de l’intervention sont souvent très bons et les patients arrivent à effectuer les activités quotidiennes 2 ou 3 jours après.
Toutefois, après l’intervention, il faut suivre certaines précautions afin de réduire le plus possible le risque d’une récidive.
Pendant les 3 premiers mois, il ne faut pas soulever de charges de plus de 15 kg.
Pendant un mois, il n’est pas possible de conduire et de faire du sport. Il est ensuite possible de recommencer progressivement.

 

vertèbres unies, hernie discaleExercices de rééducation après l’intervention pour la hernie discale

Il est généralement nécessaire de commencer à effectuer les exercices de gymnastique posturale pour la sciatique durant les premiers jours suivant l’opération.

Exercices de renforcement
Beaucoup d’exercices peuvent contribuer à renforcer :

  • La colonne vertébrale,
  • Les muscles,
  • Les ligaments,
  • Les tendons.

La majorité de ces mouvements se concentre sur :

  • La zone inférieure du dos,
  • Les muscles de l’abdomen,
  • Les fessiers,
  • Les muscles pelviens.

Puisque ces structures musculaires supportent la colonne vertébrale et la maintiennent stable en facilitant les mouvements d’extension et de flexion, elles permettent d’être soulagé lorsqu’elles sont renforcées correctement grâce aux exercices.

Position en extension

  1. Appuyer le buste sur les coudes en maintenant le bassin contre le sol.
  2. Tenir la position pendant quelques secondes jusqu’à ce que le dos se détende.
  3. Soulever lentement le buste tout en s’appuyant sur les mains.
  4. Effectuer 10 répétitions.

Abdominaux en isométrie
Cet exercice peut être effectué en position assise, allongée ou debout.

  1. Inspirer et contracter les muscles abdominaux.
  2. Tenir la position le plus possible.
  3. Lorsqu’on est étendu sur le sol, il faut appuyer le dos sur le sol sans l’aide des muscles abdominaux et des jambes.
  4. Répéter 10 à 12 fois par jour.


Allonger le dos et le fessier

  1. Commencer en position allongée sur le dos avec les genoux pliés et les bras le long du corps.
  2. Laisser aller doucement les genoux sur un coté.
  3. Tenir la position pendant quelques secondes puis revenir à la position de départ.
  4. Répéter de l’autre côté.
  5. Répéter 10 fois par côté.

Extension en pronation

  1. Commencer en position allongée sur le ventre avec les jambes légèrement ouvertes et les paumes des mains sur le sol à la même hauteur que les épaules.
  2. Appuyer les bras sur le sol pour soulever les épaules en maintenant le bassin sur le sol.
  3. Effectuer au moins 3 séries de 10 répétitions.

Après avoir enlevé les points de suture, le médecin peut conseiller la natation. Par contre, la course  à pied est contre-indiqué car cela peut solliciter excessivement la colonne vertébrale lombaire.