Balanite et balanoposthite

La balanite est une maladie de la peau qui touche le gland du pénis et qui cause gonflement, rougeurs et gêne.
L’inflammation peut s’étendre à l’ensemble du pénis et affecter le prépuce.

La balanite peut être aiguë (en général, elle guérit assez rapidement) ou chronique (elle peut durer quelques semaines).
Lorsqu’on décrit une maladie, les termes « aiguë » et « chronique » se réfèrent à l’échelle de temps de la pathologieci et ne concernent en aucun cas la gravité de la maladie.

Balanite et balanoposthite
Il est également possible de souffrir d’une balanite qui réapparaît sans cesse après le traitement.
Il s’agit de la balanite récurrente.
La balanite ne cause pas d’impuissance (problèmes d’érection) parce qu’elle n’affecte pas la circulation sanguine.
Cette maladie affecte aussi bien les enfants que les adultes.
Les sujets ayant souffert de balanite ne développent que rarement une prostatite.

 

Quels sont les signes et les symptômes de la balanite?

Les signes et les symptômes de la balanite peuvent être :

Certains signes et symptômes de la balanite sont semblables à ceux de certaines infections sexuellement transmissibles ou à ceux du muguet.

 


Qu’est-ce qui provoque la balanite?

Les causes les plus fréquentes sont :

  • Des substances irritantes : une hygiène négligée et un prépuce serré (surtout chez les jeunes) provoquent une irritation par smegma (une substance crémeuse sécrétée par le prépuce).
  • Dermatite séborrhéique : un eczéma inflammatoire de cause incertaine qui est souvent observé sur le crâne, derrière les oreilles et dans les plis de la peau.
  • Muguet (candidose) : même si le médecin et le patient surdiagnostiquent trop souvent cette infection.
  • Dermatite de contact : le latex, les additifs utilisés dans la production de caoutchouc (les préservatifs, par exemple) et les composants des produits pour les soins de la peau (utilisés par le patient ou leur partenaire).
  • Balanite xérotique oblitérante (également appelé lichen scléreux) : cette maladie affecte principalement le prépuce et provoque :
    • une perte de couleur de la peau,
    • des cicatrices,
    • une étroitesse du prépuce et le phimosis (impossibilité de découvrir le gland).

    La circoncision peut alors être nécessaire.
    L’ouverture de l’urètre (les voies urinaires) peut causer des irritations et des brûlures.
    Une intervention chirurgicale peutt être nécessaire pour prévenir un rétrécissement de l’urètre.
    Les crèmes stéroïdes peuvent aider à guérir l’irritation, mais les patients doivent régulièrement faire des contrôles pour éviter toute récidive.

  • Balanite circinée : manifestation sur la peau du syndrome de Reiter. Le patient souffre également :
    • d’arthrite (souvent au niveau des genoux),
    • d’urétrite (inflammation des voies urinaires dans le pénis)
    • de conjonctivite (yeux rouges).
  • Maladies généralisées de la peau : elles peuvent affecter aussi le pénis et peuvent être :
    • le lichen plan,
    • le psoriasis,
    • l’érythème polymorphe,
    • érythème pigmenté fixe (causé notamment par des antibiotiques tétracyclines),
    • érythroplasie de Queyrat (une maladie de la peau rare et précancéreuse).
  • Virus : le virus de l’herpès peut causer la balanite herpétique.
  • Diabète



La balanite infectieuse peut être transmise au partenaire pendant les rapports sexuels. S’il ne s’agit pas d’une infection, il n’y a aucun risque de contagion.

 

Balanite à plasmocytes / vulvite à plasmocytes

Les troubles des cellules plasmatiques se présentent sous forme de taches rouges persistantes et bien définies sur les organes génitaux.
Il s’agit de balanite à plasmocytes chez les hommes et de vulvite à plasmocytes chez les femmes. Toutes deux sont causées par le grand nombre de plasmocytes (globules blancs) que l’on trouve dans la biopsie de la peau.
La balanite à plasmocytes (ou balanite de Zoon) affecte le gland.

Quels sont les symptômes de la balanite à plasmocytes ?
Chez les hommes, la balanite à plasmocytes apparaît comme une plaque unique rouge-orange vif.
Les patients peuvent :

  • Ne ressentir aucun symptôme,
  • Une légère douleur,
  • Une légère démangeaison.

Quelle est la cause de la balanite à plasmocytes ?
La cause de la balanite à plasmocytes n’est pas connue. L’identification des cellules plasmatiques dans une biopsie de la peau peut être aspécifique et peut être une réponse à une infection, une irritation ou une lésion. Dans le diagnostic différentiel on doit exclure :

  • Une infection,
  • Une dermatite allergique de contact,
  • Le psoriasis,
  • Le lichen plan,
  • La néoplasie intra-épithéliale pénienne.

 

Balanite causée par le phimosis

Chez les jeunes, la balanite est généralement associée à un prépuce étroit qui ne peut découvrir le gland (phimosis).
Le phimosis provoque un manque d’hygiène et un contact persistant de l’urine et du smegma avec la peau du gland.
Pour les cas récurrents, un examen est nécessaire pour pouvoir exclure une infection des voies urinaires.
Parfois, l’irritation et le gonflement du gland peuvent être dus au paraphimosis, qui se produit lorsqu’un prépuce étroit se rétracte sous le gland. L’étroitesse autour du corps du pénis ralentit le drainage veineux à l’extrémité du pénis. Le gland se gonfle et rétrécit encore plus le paraphimosis, le prépuce ne se rétracte donc pas. Cette rétractation peut interférer avec l’apport de sang au gland.
Un traitement médical urgent devient nécessaire. Le prépuce peut souvent revenir à sa position normale sous sédation, autrement une circoncision est nécessaire.



 

Diagnostic de la balanite

Le médecin s’informe sur les symptômes et effectue un examen. Il peut aussi se renseigner sur les maladies ou interventions qu’a subies le patient.
Le médecin peut effectuer une biopsie : il prélève un échantillon de tissu à l’extrémité du pénis et l’envoie à un laboratoire qui contrôle la présence ou non d’infection. Le médecin peut aussi demander des examens pour les maladies sexuellement transmissibles.
Étant donné que la balanite peut être parfois un signe de diabète, le médecin peut avoir besoin de consulter les analyses sanguines pour vérifier la présence de cette maladie.
Si la balanite se reproduit après le traitement, le médecin peut conseiller une biopsie.

 

Complications et risques de la balanite

Une balanite récurrente non traitée peut provoquer le phimosis, c’est-à-dire l’impossibilité totale ou partielle de découvrir le gland.

 

Traitement de la balanite

Le traitement de la balanite dépend de sa cause. Chez de nombreux hommes et de nombreux jeunes, la balanite ne s’améliore qu’avec une bonne hygiène corporelle.
Le patient peut consulter un andrologue, mais un dermatologue est plus indiqué.

 

Remèdes naturels pour la balanite

Il est important de maintenir le pénis propre et sec. Il suffit d’utiliser de l’eau chaude, sans savon ou gel douche.
Le médecin peut conseiller d’utiliser une crème émolliente (comme une crème aqueuse) pour soulager et laver la zone.
Si la balanite est due à un irritant comme le préservatif ou le savon, il faut cesser d’utiliser ce produit.
Les symptômes devraient disparaître lorsque la peau n’est plus en contact avec la substance qui provoque le problème.
En cas d’infection fongique par candidose, des bains d’eau et de bicarbonate de soude peuvent être une solution.
Pour soulager l’irritation, on peut appliquer de l’huile d’amande sur le gland.

Médicaments
Le médecin peut prescrire une crème stéroïde à appliquer directement sur la peau.
Elle aide à réduire l’inflammation et à soulager les symptômes.
Quand il s’agit d’une infection, le médecin peut prescrire une crème ou une pommade antifongique à appliquer directement sur la peau.
Il peut également conseiller une combinaison de crème antifongique à la cortisone.
Parmi les médicaments antifongiques (contre les champignons), il y a le clotrimazole (Mycohydralin).
Si l’infection est bactérienne ou que la crème et la pommade ne font pas effet, le médecin peut recommander des antibiotiques.

Lorsqu’on soupçonne une infection bactérienne :

Prélever un échantillon de peau à analyser en laboratoire et attendre les résultats.
Une infection bactérienne normale peut être généralement traitée avec flucloxacilline ou amoxicilline (Clamoxyl, Augmentin). Pour les patients allergiques à la pénicilline, l’érythromycine est conseillée.



Infection anaérobique.
Dose conseillée : 400 mg de métronidazole deux fois par jour pendant une semaine.
Traitement alternatif : 375 mg d’Augmentin trois fois par jour pendant une semaine ;
appliquer une crème à base de clindamycine trois fois par jour jusqu’à la guérison.

Parmi les effets secondaires des antibiotiques, la perte de l’équilibre de la flore intestinale est fréquente. Il est donc conseillé de prendre des probiotiques pour améliorer la santé de l’intestin.
Si après un traitement, la balanite ne s’améliore pas ou revient, le médecin peut conseiller de consulter un dermatologue.

 

Intervention chirurgicale pour la balanite

La circoncision est rarement prescrite pour traiter une balanite grave. C’est une opération qui consiste en l’ablation du prépuce. Le médecin peut conseiller la circoncision si la balanite est récurrente ou si des complications se présentent.

 

Combien de temps dure la balanite ? Le pronostic

Ce type d’infection est de courte durée, généralement 7 à 10 jours au maximum.
La prévention est importante pour éviter une récidive. Il faut donc :

 

                                                       Balanoposthite

Chez les hommes la balanoposthite est une inflammation de la peau à la pointe du pénis. La balanite est un trouble inflammatoire qui concerne seulement la tête de l’organe génital, la posthite est une inflammation de la partie interne de la peau du prépuce.

 

Causes de la balanoposthite

Les changements au niveau des organes génitaux d’un homme sont souvent dus à :

  • Infection bactérienne (provoquée par le streptocoque, staphylocoque, trichomonas, Escherichia coli, entérocoque)
  • Candidose,
  • Chlamydia,
  • Gonorrhée,
  • Virus de l’herpès,
  • Traumatisme,
  • Manque d’hygiène,
  • Irritation au savon,
  • Désinfectants.

La balanoposthite est plus fréquente chez les hommes non circoncis à cause du climat chaud et humide.

 

Symptômes et signes de la balanoposthite

Il existe différentes formes de la pathologie :

Balanoposthite simple
On constate des changements sur le gland ou sur la peau sous forme de :

  • Rougeurs,
  • Gonflement,
  • Sécrétions
  • Parfois, des lésions plus ou moins grandes se forment.

On peut souffrir de :

Ce type de balanoposthite peut être :

  • De type irritative (par irritation chimique ou mécanique),
  • Causé par une infection bactérienne.

Balanoposthite candidosique
La balanoposthite candidosique (candidose) présente les symptômes suivants :

  • Rougeur excessive,
  • Apparition de bulles blanchâtres,
  • Démangeaisons,
  • Sensation de brûlure due à la propagation de la candida.

Elle touche souvent les personnes :

  • Atteintes de diabète,
  • Ayant un système immunitaire faible,
  • Prenant des médicaments.

Balanoposthite érosive circinée
La balanoposthite érosive circinée a une évolution chronique avec des altérations cutanées irrégulières blanchâtres, rouges et gris-blanches. Elle peut survenir seule ou être accompagnée du syndrome de Reiter.

 

Diagnostic de la balanoposthite

Le diagnostic est établi sur la base du tableau clinique. On effectue, si nécessaire, des examens supplémentaires pour isoler la cause du trouble. Le partenaire doit également être examiné.

 

Traitement de la balanoposthite

L’approche de base du traitement est de supprimer les éléments déclencheurs. Il est conseillé de nettoyer les zones avec de l’eau et du savon doux et de rincer avec du manganèse.
On peut appliquer une crème ou du gel lubrifiant contre la sécheresse.
Selon la cause, le traitement comprend des antibiotiques ou des antifongiques locaux ou généraux (systémiques).
On peut appliquer la crème valisone, qui est une combinaison de gentamicine et de betaméthasone.
Le patient doit considérer sérieusement la balanoposthite qui doit être guérie avec un traitement adapté. Sinon, elle peut devenir chronique lorsque la muqueuse devient lisse, brillante, plus fine et moins élastique.

Les complications possibles de la maladie sont :

  • Le phimosis (impossibilité de découvrir le gland),
  • Le paraphimosis (la peau derrière le gland se serre et provoque un gonflement).
    A lire aussi