Vertiges – diagnostic, médicaments et remèdes naturels

Le traitement des vertiges dépend du diagnostic, il est donc important de comprendre l’origine de ce symptôme pour choisir le traitement le plus adapté.

Le diagnostic des vertiges

Les médecins à consulter sont l’oto-rhino-laryngologiste ou le neurologue qui peut faire le diagnostic à partir :

  • Du dossier médical,
  • De l’examen physique
  • D’examens auditifs et vestibulaires,
  • De l’IRM cérébrale (du cerveau),
  • De l’écho Doppler des artères carotides (dans le cou).

Il faut exclure les maladies cardiovasculaires (qui sont fréquentes chez les patients diabétiques).

artères,carotides,veine,jugulaire,thyroïde,colonne,vertébrale

Examens physiques pour évaluer la fonctionnalité du vestibule

L’épreuve de Romberg
Il faut se tenir debout, les pieds joints, les bras le long du corps et les yeux fermés.

L’épreuve de Romberg positive peur montrer :

  1. Un dommage vestibulaire : le patient avec un léger retard se plie et tombe du côté du vestibule qui fonctionne de manière mauvaise,
  2. Une ataxie sensorielle : le patient yeux fermés oscille de toute direction et peut tomber devant, à l’arrière ou d’un côté,
  3. Le patient ne peut pas rester debout si la base d’appui est petite, on dit que le sujet ne peut pas maintenir la position de Romberg : la cause est un problème cérébelleux.

Si le patient est stable, il faut essayer le test d’Unterberger.

L’épreuve des index

Position du patient : assis, les yeux fermés, les bras détendues en avant et les index tendus en avant qui pointent vers ceux du médecin.
Les index se déplacent de manière horizontale ou verticale si on a un problème au niveau de labyrinthe.

La manœuvre de Dix et Hallpike
Lors de cet examen, une personne se déplace d’une position assise à une position allongée sur le dos, avec la tête tournée de 45° sur le côté (par exemple à gauche) et d’environ 20° à l’arrière.
Dans cette position, on observe les yeux du patient : le test est positif si le patient a un nystagmus (la vibration des yeux) et les vertiges.
Dans le cas contraire, l’examen est répété à droite.

 

Le test d’Unterberger
Il faut tenir les pieds joints et les bras étendus vers l’avant avec les yeux fermés.
Le test consiste à marcher sur place, amenant les genoux vers le haut.

Test Unterberger

Les personnes en bonne santé restent dans la même position, tandis que celles avec un trouble avancent de plus d’un mètre ou tournent d’au moins 30° vers le côté malade.

Il est utile d’observer le nystagmus :

  •  À l’œil nu,
  • À l’aide des lunettes de Frenzel, c’est-à-dire un masque avec des lentilles qui provoquent une myopie de +20. De cette manière le patient ne peut pas fixer, autrement on risque de n’observer pas de nystagmus périphérique. Le patient ne voit que quelques contours flous.

Une manière plus moderne d’examiner le nystagmus est un masque avec deux chambres infrarouges qui reproduisent sur un écran l’image agrandie des yeux.
Pour le diagnostic différentiel entre le nystagmus central et celui périphérique il faut comprendre la direction.

Si le patient est assis ou debout et il regarde devant il faut visiter le neurologue si le nystagmus batte :

  • Vers le haut,
  • Vers le bas.

Le nystagmus qui part du labyrinthe batte généralement vers le côté opposé à l’oreille compromise, selon le canal touché ; si la pathologie touche le canal semi-circulaire :

  • Postérieure ou celui latéral, le nystagmus est horizontal ou horizontal et rotatoire en même temps,
  • Antérieure, le nystagmus est vertical (cas très rare).


Le nystagmus ne batte vers le coté compromis qu’en cas de maladie de Ménière, mais il s’agit d’un cas exceptionnel.
On ne peut pas voir de nystagmus positionnel en position debout, il faut donc effectuer des manœuvres spécifiques pour l’identifier.
Après des mouvements les otolithes vont sur les cils des canaux semi-circulaires en provoquant le nystagmus.
Le vertige est rarement l’un des symptômes ressentis, il faut donc évaluer aussi les autres problèmes de santé pour le diagnostic.

Il faut considérer :

  • Le fonctionnement des nerfs crâniens,
  • Des problèmes éventuels de mouvement,
  • L’adiadococinésie,
  • D’autres symptômes de type neurologique.

Selon le trouble, les temps de guérison sont très différents.
Un problème périphérique du labyrinthe a un temps d’amélioration variable, mais le corps peut souvent compenser le mauvais fonctionnement du système vestibulaire et l’amélioration est assez rapide (sauf en cas de maladie de Ménière).

Il y a des terminaisons nerveuses qui :

  • Peuvent remplacer le labyrinthe,
  • Permettent au corps de maintenir l’équilibre.

En cas de dommage au nerf et de réduction des signaux vers le noyau vestibulaire dans le cerveau, le cervelet peut inhiber les signaux qui viennent de ce nerf pour maintenir l’équilibre du système.

En cas d’absence de signaux du labyrinthe, le reflexe oculo-cervical peut remplacer la fonction du labyrinthe compromis.
Cependant, dans certains cas, par exemple en cas de problèmes musculosquelettiques du cou, cela ne peut pas fonctionner bien.

Un autre système qui peut interférer avec le reflexe cervical est au niveau stomatognathique :

  • L’articulation temporo-mandibulaire,
  • L’arc dentaire,
  • Les alvéoles,
  • Les gencives.

On a plein de récepteurs nerveux qui peuvent donner beaucoup d’information proprioceptive (sur la position du corps dans l’espace) au cervelet.

Beaucoup de gens souffrant de trouble au labyrinthe ne peuvent pas récupérer l’équilibre à cause du système stomatognathique qui ne fonctionne pas bien, comme en cas de bruxisme.

Il y a un lien important car les signaux qui vient du système stomatognathique passent à travers la racine ascendante du nerf trijumeau et arrivent au noyau vestibulaire de Diters (où les faisceaux vestibulo-spinales partent).
On peut avoir des interférences entre le système vestibulaire et le cerveau.
Dans beaucoup d’études scientifiques il y a l’hypothèse que le labyrinthe atteint n’est pas remplacé par d’autres terminaisons nerveuses ou des reflexes, car le système nerveux est dans un état d’hyper excitation.
La cause est le lien indirect entre l’amygdale (une région du cerveau qui gère les émotions) et les noyaux vestibulaires :

  • Celui médial,
  • Celui latéral.

Ce lien passe à travers le tronc cérébral et le noyau parabrachial.
Chez les patients anxieux donc la compensation peut être entravée.

Schéma de diagnostic

Tout d’abord il faut identifier le siège de la lésion.
Puis il faut comprendre si d’autres facteurs extra-vestibulaires peuvent influer sur la compensation.

Enfin il faut évaluer le patient de manière complexive, à l’aide d’autres spécialistes y compris :

  1. Le dentiste,
  2. L’orthopédiste,
  3. Le physiatre,
  4. La psychiatre.

Médicaments pour les vertiges

En cas de crise aiguë il y a des médicaments qui peuvent soulager rapidement le symptôme :

  • Les antiistaminiques comme la prométhazine (Algotropiol, Phenergan) bien que la cause soit la maladie de Ménière.
  • Le médecin peut également prescrire 500cc de sérum physiologique en ajoutant le levosulpiride.

En phase post-aiguë lorsque les symptômes sont moins graves mais on n’a pas complètement guéri, le médecin peut prescrire des médicaments cholinergiques pour favoriser les mécanismes de compensation du système vestibulaire.
Les médicaments à impact histaminergique comme la bétahistine (Serc) sont indiqué seulement en cas de maladie de Ménière.

Médicaments à effet antiémétique

Médicament  Indication
Ciclizine En cas de mal de transports ou cinétose, a un bon effet et provoque moins de somnolence que les antihistaminiques génériques.
Cinnarizine
(Sureptil)
en cas de mal de transports, de troubles vestibulaires (par exemple la maladie de Ménière).
 Prométhazine (Phenergan) En cas de nausées matinales graves pendant la grossesse. Aujourd’hui c’est le moins prescript car il provoque beaucoup de somnolence.

 

Régime et alimentation en cas de vertiges

La cause des vertiges peut également être une mauvaise alimentation.
Selon le régime du groupe sanguin, les aliments qui ne sont pas compatibles avec le système immunitaire peuvent provoquer des vertiges.
Selon le groupe sanguin de chacun, certains aliments peuvent être tolérés, alors que d’autres peuvent provoquer des symptômes et des maladies.


Cependant tous peuvent avoir des vertiges en mangeant :

  • Les céréales contenant du gluten,
  • Le lait et les produits laitiers.

Les régimes naturels peuvent réduire les symptômes car :

  • Ils ont un effet anti-inflammatoire,
  • Ils améliorent la fonction des organes.

Selon l’hygiénisme, la santé du corps dépend de l’alimentation et du mode de vie.
Une mauvaise alimentation provoque l’accumulation de toxines dans le sang et par conséquent on développe des symptômes et des maladies.
La médecine naturelle considère la personne de manière complexive, on ne peut pas considérer un seul trouble d’un organe.
Le régime conseillé par les hygiénistes est l’alimentation végétalienne avec la majorité des aliments crus et il faut éviter :

  1. Le lait et les produits laitiers,
  2. La viande,
  3. Le poisson,
  4. Les œufs,
  5. Les gâteaux et les produits transformés,
  6. Les boissons sucrées gazées ou les boissons énergisantes.

Remèdes naturels pour les vertiges

 Amala (groseilles indiennes)

L’amala est un remède populaire ayurvédique pour les vertiges.
Ce remède est une source riche en vitamine A et en vitamine C qui :

  • Renforcent le système immunitaire,
  • Améliorent la circulation du sang,
  • Aident à traiter et à prévenir les vertiges.

Préparation :

  1. On hache deux fruits de groseille indienne (sans graines),
  2. On mélange avec 2 petites cuillères de graines de coriandre et une tasse d’eau,
  3. On fait reposer pendant une nuit,
  4. Le matin suivant l’on filtre et on boit l’eau,
  5. On répète chaque jour pendant quelques jours.

 

Respiration profonde

La respiration profonde est l’un des méthodes les plus adaptées à combattre les vertiges.
Selon top10remedies.com cela permet de porter assez d’oxygène au cerveau et donc :

  • Détend le système nerveux,
  • Soulage les vertiges.

Comment faut il effectuer la respiration profonde ?

  1. On s’assoit ou on se couche en une position confortable,
  2. On met une main sur le ventre,
  3. On met le pouce de l’autre main sur une narine et on ferme la bouche,
  4. On inspire lentement à travers la narine ouverte jusqu’à remplir d’air les poumons,
  5. On retient le souffle, on ferme les deux narines et on serre les lèvres,
  6. Après 2 à 3 secondes on expire lentement et on essaye d’extraire l’air du ventre,
  7. On répète ces passages 10 fois,
  8. On s’assoit doucement pendant au moins 5 minutes et on respire normalement afin d’éviter les vertiges de nouveau.

Ginkgo biloba

Le ginkgo biloba est un autre remède maison pour les vertiges. Il aide à améliorer le flux de sang au cerveau afin d’arrêter ou de prévenir la tête qui tourne.
Cette herbe aide également à traiter l’acouphène qui peut se produire associé aux vertiges.
On peut acheter cette herbe en forme de :

  • Comprimé,
  • Extrait liquide,
  • Feuilles sèches.

Le dosage normal est de 120 à 150 mg d’extrait de ginkgo biloba trois fois par jour pendant quelques mois.
Attention : le ginkgo biloba peut interférer avec d’autres médicaments.
Il faut consulter le médecin avant de prendre ce complément alimentaire.

Gingembre

Le gingembre est un remède testé dans le temps pour les vertiges et la nausée. Il stimule le flux de sang vers le cerveau et autres régions du corps, en aidant à soulager les vertiges :

  1. On mâche une petite tranche de gingembre frais ou on suce des bonbons au gingembre pour soulager les vertiges,
  2. On boit une tisane au gingembre quelques fois par jour pour prévenir la tête qui tourne.

Conseils pour éviter les vertiges

  • Il faut s’asseoir ou se détendre tout de suite en cas de vertiges,
  • En cas de perte d’équilibre et de tête qui tourne, il faut s’allonger et se concentrer sur les objets immobiles autour. Cela sert à distraire l’esprit des vertiges.
  • Il faut effectuer une série d’exercices par jour pour améliorer la circulation du sang dans tout le corps et pour prévenir les vertiges,
  • Il faut éviter de se lever rapidement du lit,
  • Il faut éviter la prise de caféine, alcool et tabac car ces substances peuvent aggraver les maladies qui provoquent les vertiges.