Sang dans les urines

Hématurie est le terme médical utilisé pour décrire la présence de sang dans les urines, due à un saignement dans le système urinaire.
En général, l’urine est rouge et, dans de rares cas, des caillots de sang sont visibles.

Parfois, le saignement peut se manifester à l’échelle microscopique et les urines peuvent sembler normales.
Dans ces cas-là, le sang ne peut être détecté que grâce à des analyses en laboratoire.

 

Classification

  1. L’hématurie visible (également appelée hématurie macroscopique) signifie que le sang est visible à l’œil nu.
  2. L’hématurie non visible (également appelée hématurie microscopique) signifie que les traces de sang ne peuvent être détectées que grâce à une analyse au microscope.

Hématurie symptomatique non visible : les symptômes associés sont liés à la partie inférieure de l’appareil urinaire : hésitation, urgence, fréquence et dysurie.

Hématurie non visible sans symptômes visibles : elle est révélée en cas d’analyse fortuite ou par hasard.

Même si le fait de voir du sang dans les urines peut être effrayant, la plupart du temps l’hématurie ne met pas la vie en péril et ne provoque pas de symptômes.
Cependant, il est important d’étudier la cause de l’hématurie, car elle peut être provoquée par une maladie grave.
L’urine trouble peut être causée par la présence de leucocytes, les globules blancs qui se trouvent habituellement dans le sang.
Quand les leucocytes finissent dans l’urine, cela signifie qu’une infection est en cours dans le système urinaire.

 

Causes du sang dans les urines

Dans l’hématurie, les reins ou d’autres parties du système urinaire versent les cellules du sang dans l’urine.

Différents troubles peuvent entraîner une perte de sang, parmi lesquels :

Infections des voies urinaires
Les infections de l’appareil urinaire, par exemple la cystite, peuvent se manifester lorsque les bactéries pénètrent dans le corps par l’urètre et commencent à se multiplier dans la vessie.
Les symptômes incluent une envie persistante d’uriner, des douleurs et des brûlures lors de la miction et une très forte odeur d’urine.
Chez certaines personnes, en particulier chez les personnes âgées, le seul signe de la maladie est caractérisé par des traces microscopiques de sang.

Infections rénales
Les infections rénales (pyélonéphrite) peuvent se manifester lorsque les bactéries pénètrent dans les reins par le flux sanguin ou remontent des uretères aux reins.
Les signes et les symptômes sont souvent similaires aux infections de la vessie, même si les infections rénales sont plus susceptibles de causer de la fièvre et des douleurs au flanc droit ou gauche.

Un calcul rénal ou urinaire
Dans l’urine concentrée, les minéraux précipitent parfois et forment des cristaux sur les parois des reins ou de la vessie.
Au fil du temps, les cristaux peuvent devenir de petits cailloux durs.
Les cailloux (ou calculs rénaux) sont généralement indolores et la personne affectée ne s’aperçoit probablement pas de leur présence sauf dans les cas où ils provoquent un blocage de l’urine ou qu’ils ne sortent pas.
En général, aucune erreur n’est possible dans la reconnaissance des symptômes.
Les calculs rénaux, en particulier, peuvent causer des douleurs lancinantes.
Les calculs rénaux ou urinaires peuvent provoquer un saignement visible ou microscopique.

Hypertrophie de la prostate
La prostate est située juste en dessous de la vessie et entoure la partie supérieure de l’urètre. Elle commence souvent à croître lorsque les hommes approchent la cinquantaine.
Lorsque la glande augmente de volume, elle comprime l’urètre, bloquant partiellement l’écoulement de l’urine.
Les signes et les symptômes d’une hypertrophie de la prostate (hyperplasie bénigne de la prostate) comprennent une difficulté à uriner, un besoin persistant ou urgent d’uriner et du sang dans les urines, visible ou microscopique.
Certains signes ou symptômes peuvent indiquer une infection de la prostate (prostatite).

Maladies du rein
Un saignement urinaire microscopique est le symptôme le plus fréquent de la glomérulonéphrite, qui provoque une inflammation du système de filtration des reins. La glomérulonéphrite peut être la conséquence d’une maladie systémique telle que le diabète ou bien elle peut se produire seule.
Cette maladie peut être déclenchée par des infections virales ou bactériennes (par exemple par le streptocoque), par des maladies des vaisseaux sanguins (vascularite), ainsi que par des problèmes immunitaires comme la néphropathie à IgA ou maladie de Berger qui affecte les petits vaisseaux capillaires qui filtrent le sang dans les reins (glomérules).

Cancer
Le sang visible dans les urines peut être un signe de cancer avancé de la prostate, de la vessie ou des reins. Malheureusement, aucun signe ni symptôme ne se manifeste dans les premiers stades, lorsque ces cancers sont encore guérissables.

Maladies héréditaires
L’anémie falciforme – défaut héréditaire de l’hémoglobine dans les globules rouges – peut être la cause de sang dans les urines, que ce soit une hématurie microscopique ou une hématurie visible.
Le syndrome d’Alport affecte les membranes filtrantes dans les glomérules des reins.

Lésions rénales
Toute lésion aux reins ou tout autre traumatisme causé par un accident ou par un sport de contact peut provoquer du sang visible dans les urines.

Médicaments
Certains médicaments peuvent causer une hématurie, par exemple l’aspirine, la pénicilline, les anticoagulants tels que l’héparine et le cyclophosphamide (Endoxan), qui est un médicament contre le cancer.

Activité physique intense
La raison pour laquelle l’activité physique intense provoque une hématurie visible n’est pas claire. Il peut s’agir d’un traumatisme de la vessie, d’une déshydratation ou de la rupture des globules rouges qui se produit lors d’un exercice aérobie prolongé.
Les coureurs sont les plus touchés. Toutefois, presque tous les athlètes peuvent présenter du sang visible dans les urines après un entraînement intense.

Cathéter de la vessie
Le cathéter peut blesser les parois de la vessie quand il est inséré ou lorsque le corps est en mouvement, car il gratte la partie intérieure de celle-ci.
Il est nécessaire que le personnel médical l’insère doucement.

 

Quels sont les symptômes associés au sang dans les urines ?

Certains patients sont complètement asymptomatiques, en particulier si le sang n’est détectable que grâce à une analyse de l’urine au microscope.

Certains symptômes associés peuvent être :
Douleur au flanc droit ou gauche (cela indique souvent une obstruction rénale par un calcul ou un caillot de sang).

Les symptômes associés à l’infection :

  • Infection légère de la vessie,
  • Sensation de brûlure quand on urine,
  • Urgence d’uriner,
  • Urine trouble ou nauséabonde.

Infection rénale plus grave :

  • Forte fièvre,
  • Frissons,
  • Douleur au flanc.

Les symptômes associés à une perte considérable de sang sont les suivants :

  • Étourdissements ou vertiges, surtout quand on se lève d’une position assise ;
  • Teint pâle ;
  • Rythme cardiaque rapide ;
  • Rétention urinaire (incapacité d’uriner) : si des caillots de sang se forment dans la vessie, la sortie de la vessie peut se bloquer et le patient aura des problèmes à uriner.

 

Sang dans les urines
Sang dans les urines

Diagnostic

Il existe plusieurs examens disponibles afin de déterminer la cause de l’hématurie. Chez la plupart des personnes, il n’est pas nécessaire d’effectuer chacun de ces examens.

  • Analyse des urines : les analyses d’urine peuvent donner des indices sur la cause de l’hématurie.
    L’analyse des urines repose sur la cytologie urinaire, qui utilise un microscope pour examiner les cellules de la muqueuse de la vessie et du rein (présentes dans les urines).
    Les femmes devraient éviter de faire l’analyse des urines pendant leurs menstruations, car elles peuvent influencer le résultat.
  • Analyses de sang : les tests sanguins peuvent être utilisés pour rechercher des signes de problèmes rénaux ou d’autres maladies qui peuvent causer une hématurie.
  • Le scanner est un examen radiologique qui examine la structure des reins, des uretères et de la vessie. Les calculs rénaux ou les anomalies des reins, des uretères et de la vessie peuvent généralement être détectés à l’aide d’un scanner.
    Un colorant est habituellement injecté dans une veine lors de l’examen afin de mettre en évidence toutes les anomalies possibles.
  • Échographie du rein : une échographie rénale est une alternative au scanner : est pratique pour les personnes qui sont allergiques aux produits de contraste utilisés pour le scanner. L’échographie utilise des ondes sonores pour créer une image de la structure du rein.
  • La cystoscopie est une procédure qui est effectuée afin d’examiner la paroi de la vessie pour déterminer s’il existe d’éventuelles anomalies.
    Elle peut être réalisée comme une procédure de chirurgie ambulatoire.
    Un petit tube équipé d’une caméra est introduit dans la vessie par l’urètre. Avant d’insérer le tube, pour diminuer l’inconfort, un gel anesthésiant est appliqué.
    La plupart des patients tolèrent très bien cette procédure.
    Si le médecin détecte du tissu anormal, il peut effectuer une biopsie.
    Le matériau prélevé par biopsie est examiné au microscope pour déterminer si des cellules cancéreuses ou anormales sont présentes.
  • La biopsie du rein : au cours d’une biopsie de rein, le médecin prélève un petit morceau de tissu de rein. Ce tissu est ensuite examiné au microscope afin de déterminer une éventuelle maladie rénale.

Diagnostic différentiel
Les autres causes d’urine rouge ou sombre sont les suivantes :

  • Hémoglobinurie : présence d’hémoglobine dans les urines.
  • Myoglobinurie : présence de myoglobine dans les urines.
  • Cause alimentaire, par exemple la betterave.
  • Médicaments tels que la rifampicine, la nitrofurantoïne, le séné.
  • Porphyrie : l’urine devient sombre.
  • Bilirubinurie : maladie obstructive des voies biliaires.

 

Traitement du sang dans les urines

Si du sang est visible dans les urines, il ne faut pas tenter de se soigner à l’aide de remèdes naturels ou faits maison. Consulter un médecin sans délai.

Le traitement médical de l’hématurie
De nombreuses maladies peuvent causer la présence de sang dans les urines.
Certaines d’entre elles sont peu importantes et ne nécessitent aucun traitement médical.
Les autres cas peuvent être graves et nécessiter un traitement immédiat.
Le traitement dépend de la cause sous-jacente de l’hématurie.

Calculs rénaux
Dans la plupart des cas de calculs rénaux, le traitement consiste à boire beaucoup d’eau et prendre des médicaments contre la douleur.
La plupart des calculs (cailloux) traversent le système urinaire seuls. Dans certains cas, des mesures plus importantes peuvent être nécessaires.
Une forme de thérapie, appelée lithotripsie extracorporelle par ondes de choc, utilise des ondes sonores pour pulvériser les cailloux en très petits morceaux ou gravelles.
Les petits morceaux peuvent alors passer à travers l’urètre plus facilement, même si une légère douleur peut persister.
Un autre type de traitement est l’urétéroscopie dans laquelle on détecte les calculs dans l’uretère et on les retire ensuite à l’aide d’un outil mince et souple qui ressemble à un tube.

Infection des voies urinaires
Le traitement est utilisé pour tuer les bactéries responsables de l’infection.
Si aucune autre maladie significative ne se manifeste, un seul cycle d’antibiotiques de trois à quatorze jours, selon la source de l’infection, sera probablement nécessaire.

Hyperplasie bénigne de la prostate (hypertrophie bénigne de la prostate)
Parfois, le fait d’éviter les médicaments qui irritent la prostate ou qui affectent le flux d’urine peut aider. Les médicaments ou les interventions chirurgicales ne servent que rarement à réduire la taille de la prostate.

Médicaments
Si un médicament provoque du sang dans les urines, le médecin peut ordonner d’interrompre la prise de ce médicament et recommandera probablement une alternative valable.
Certains médicaments ne font que décolorer l’urine sans causer d’hématurie. Le médecin doit déterminer si ceux-ci peuvent être encore pris.
Ne pas interrompre la prise d’un médicament sans en parler préalablement au médecin.

Obstruction des voies urinaires
Un blocage nécessite généralement une intervention chirurgicale ou d’autres procédures pour corriger ou supprimer la cause.

Dommages au tissu
Ceux-ci peuvent guérir avec le temps ou bien il peut être nécessaire d’avoir recours à une intervention chirurgicale ou à une autre procédure pour réparer les dommages ou retirer le tissu endommagé.