Saignement de nez

Le saignement de nez est un trouble généralement bénin qui peut être soigné facilement.

Ce trouble est très fréquent chez les enfants.
Il est connu en termes médicaux sous le nom d’épistaxis.
Il survient généralement dans une seule narine. Toutefois, il peut parfois affecter les deux.

Les causes du saignement de nez

Saignement de nez
Saignement de nez

Un traumatisme qui peut être dû à un coup violent ou à une gifle, par exemple en faisant de la boxe, représente la cause la plus fréquente de saignement occasionnel du nez.
On peut parfois provoquer une lésion en mettant les doigts dans le nez lorsque le mucus s’assèche et devient dur et rugueux.
En hiver, le chauffage peut être responsable du saignement de nez car la chaleur provoque la sécheresse des membranes internes du nez, qui risquent de se rompre et de saigner.
Parmi les causes du saignement de nez, il y a :

Parmi les maladies qui provoquent l’épistaxis, il y a :

  1. La leucémie,
  2. La maladie de Rendu-Osler-Weber,
  3. Certains types d’infection,
  4. La tumeur bénigne ou le cancer du nez,
  5. Le diabète,
  6. L’hémophilie,
  7. L’athérosclérose, maladie des artères qui se durcissent à cause de dépôts de graisses (athéromes)
  8. Le purpura thrombotique thrombocytopénique (qui provoque les symptômes suivants : fatigue, fièvre, douleurs musculaires et articulaires, maux de tête, confusion mentale, perte de vision, etc.).

La plupart du temps, les enfants ont tendance à prendre une douche froide immédiatement après avoir joué en plein air, notamment sous le soleil brûlant.
Dans certains cas, le changement soudain de température corporelle peut provoquer le saignement de nez.
Lorsque le corps atteint une température élevée à cause de certaines activités physiques, il a besoin de temps pour la faire baisser.
Dans le même temps, si le corps est soudainement exposé au froid (comme une douche ou un bain froids), le déséquilibre de ce mécanisme peut provoquer le saignement de nez et d’autres troubles.

 

Le saignement de nez et l’hypertension

Il existe deux types de saignement de nez, à savoir antérieur et postérieur. L’une des causes de l’hémorragie postérieure du nez est l’hypertension artérielle. La tension artérielle correspond à la tension exercée par le sang dans les artères. L’épistaxis survient si la tension artérielle systolique (maximale) dépasse au moins 160 mm Hg.

 

Le saignement de nez et la carence en vitamines


La carence en vitamines B9 et B12
La carence en vitamines B9 et B12 peut provoquer le saignement de nez car elle engendre des taux élevés d’homocystéine dans le sang, ce qui endommage les parois des vaisseaux sanguins et augmente le risque d’anévrisme et de ruptures des capillaires.

La carence en vitamine A
La vitamine A est nécessaire pour maintenir l’humidité et la santé des muqueuses du nez, des sinus paranasaux, de la bouche, des yeux et de l’appareil digestif.
La carence peut provoquer la sécheresse et l’inflammation de la cavité nasale, augmentant ainsi le risque de lésions et de saignement. De plus, l’assèchement des muqueuses est un facteur de risque d’infection, ce qui peut provoquer le saignement de nez.

La carence en vitamine K
La vitamine K est utile en tant que cofacteur d’une enzyme qui transforme l’acide glutamique en acide gamma-carboxyglutamique, nécessaire à la coagulation.
La coagulation est le processus qui bloque le saignement en formant un caillot dans l’artère.
Ce processus est fondamental dans la guérison des vaisseaux sanguins endommagés.
La carence en vitamine K provoque une hémorragie incontrôlable en cas de rupture d’un vaisseau sanguin.

La carence en vitamine C
La vitamine C est nécessaire pour le développement du collagène, composant principal du tissu conjonctif.
Le collagène se trouve dans la peau et dans les vaisseaux sanguins.
Une carence en vitamine C affaiblit les vaisseaux sanguins et peut entraîner une maladie appelée fragilité capillaire.
La fragilité des vaisseaux et des capillaires du nez dépend notamment du collagène, utile à prévenir la rupture et les pertes de sang.

Le saignement de nez chez les enfants

Les recherches montrent que le nombre d’enfants qui souffrent d’épistaxis correspond à :

  1. Environ 30 % des enfants entre 0 et 5 ans,
  2. 56 % des enfants entre 6 et 10 ans,
  3. 64 % des enfants entre 11 et 15 ans.

 

Les causes du saignement de nez chez les enfants
L’épistaxis antérieure est plus fréquente en cas de climat sec ou pendant l’hiver. En effet, l’air sec brûle ou assèche les membranes nasales qui peuvent former une croûte, provoquer une rupture et saigner.
Les enfants et les adultes peuvent souffrir de saignement de nez en raison de :

  • Un traumatisme : un accident peut provoquer des lésions du nez qui peuvent entraîner des hémorragies. C’est l’une des causes les plus fréquentes du saignement de nez chez les enfants.
  • Parfois, les enfants insèrent des corps étrangers dans le nez comme de la nourriture, des petits jouets, d’autres objets, etc.
    Ces corps étrangers peuvent pourrir, irriter et éroder les muqueuses, provoquant le saignement de nez.
  • Le grattage : gratter le mucus sec, griffer la muqueuse du nez ou provoquer l’abrasion de la paroi avec les doigts ou les ongles peut entraîner le saignement de nez chez les enfants.
  • Les allergies et les infections : les infections des voies respiratoires supérieures et des sinus paranasaux peuvent provoquer une inflammation, ce qui peut augmenter les probabilités de saigner du nez.
    Les allergies telles que la rhinite peuvent entraîner l’épistaxis.
  • Les facteurs saisonniers : en hiver, lorsque le climat est sec, le chauffage peut provoquer la sécheresse des sinus nasaux, entraînant ainsi la rupture et le saignement des tissus.
    En été ou au printemps, les pollens présents dans l’air provoquent des allergies chez les enfants, ce qui peut être un facteur déclencheur de saignement de nez.
  • Les anomalies structurelles : une structure anormale du nez comme la présence de polypes nasaux ou la cloison nasale déviée peut être une cause ultérieure de saignement de nez.
  • Se moucher avec vigueur : étant donné que, chez les enfants, la muqueuse et les tissus sont très souples et fins, se moucher avec vigueur peut provoquer la rupture des tissus, ce qui peut entraîner le saignement de nez.
  • Les médicaments : le processus de coagulation du sang peut être bloqué par des médicaments tels que l’ibuprofène, l’aspirine, etc. Ces médicaments ne causent pas d’épistaxis mais risquent d’aggraver le trouble et de provoquer des problèmes de coagulation.

Le saignement de nez pendant la grossesse

Les causes du saignement de nez pendant la grossesse
Le saignement de nez est fréquent pendant la grossesse, notamment à partir du deuxième trimestre.
Environ une femme enceinte sur cinq souffre de saignements de nez, tandis qu’une femme (non enceinte) sur seize présente ce trouble.

Souvent, les saignements surviennent car les hormones de grossesse (progestérone et œstrogènes) dilatent les vaisseaux sanguins les plus larges.
En même temps, le flux de sang, plus important, augmente la pression dans les veines délicates du nez.
Les parois internes humides (muqueuses) du nez peuvent gonfler ou s’assécher.
Cela peut s’aggraver en hiver, saison au cours de laquelle le rhume peut toucher de nombreuses personnes et le chauffage rend la maison chaude et sèche.
Tous ces facteurs facilitent la rupture des vaisseaux sanguins, entraînant ainsi de légers saignements de nez.

 

Saignement de nezLes causes du saignement de nez la nuit et le matin

Le climat chaud, froid et sec
La sécheresse provoquée par la chaleur, les allergies, ou encore se moucher avec vigueur ou se gratter l’intérieur du nez représentent les causes les plus fréquentes d’épistaxis, notamment la nuit.
L’air sec provoque l’incrustation du mucus dans le nez, entraînant ainsi l’exfoliation de la muqueuse et un saignement.
Le nez est composé de nombreux petits vaisseaux sanguins sensibles qui saignent facilement, notamment si l’on gratte, si l’on frotte le nez ou si l’on se mouche.

Voici d’autres causes possibles :

  1. Rhume,
  2. Tabagisme,
  3. Infection des voies respiratoires supérieures,
  4. Présence d’un corps étranger dans le nez,
  5. Hypertension artérielle,
  6. Cancer,
  7. Lésion au visage,
  8. Trouble de la coagulation sanguine,
  9. Effet secondaire d’un médicament anticoagulant ou de l’aspirine et de la drogue.

L’allergie, l’infection et le rhume


En cas de rhume ou d’allergie, les membranes nasales peuvent s’enflammer. Cela peut provoquer une épistaxis aussi bien le matin que la nuit.
En outre, le rhume entraîne la congestion des cavités nasales et l’utilisation de décongestionnants nasaux qui peuvent irriter et assécher le nez.
Cela peut provoquer une épistaxis.
Se moucher avec vigueur peut également provoquer la rupture de la muqueuse et le saignement de nez.
Selon l’Académie américaine d’ORL, les allergies et les infections peuvent entraîner des démangeaisons.
Le patient se gratte donc le nez. Cela peut provoquer un saignement.

La déviation de la cloison nasale
On parle de cloison nasale déviée lorsque la paroi entre les deux narines n’est pas droite.
Ce trouble peut prédisposer au saignement de nez.
La déviation de la cloison nasale permet à des objets étrangers de blesser les cavités nasales et de provoquer une épistaxis.
Cela peut entraîner une occlusion nasale, des infections et des lésions de la muqueuse nasale, qui provoquent alors une grave épistaxis.
Le saignement de nez peut par conséquent survenir le matin ou la nuit, pendant le sommeil.

 

Comment peut-on traiter le saignement de nez ?


En cas de saignement de nez, il faut rester droit, en position assise, et pincer fortement les narines entre le pouce et l’index pendant au moins 10 à 15 minutes.
Il ne faut pas pencher la tête en arrière (ou en haut) car on risque de faire pénétrer le sang dans les voies respiratoires.
Si le saignement est dû à la sécheresse, il faut frotter la membrane avec un lubrifiant dense (vaseline, par exemple) afin d’empêcher d’autres hémorragies.
Dans certains cas, l’application d’une compresse de glace entre le front et le nez permet de stopper le saignement.

 

Les remèdes naturels contre le saignement de nez

Lorsque l’hémorragie cesse, il faut maintenir la tête plus élevée par rapport au cœur.
Cela permet de gagner du temps pour la coagulation du sang et d’éviter tout saignement ultérieur.
Il ne faut pas se moucher et ne rien insérer dans le nez car cela risque d’éliminer le caillot.
Si l’on ne peut éviter d’éternuer, il est préférable de garder la bouche ouverte pour faire sortir l’air par la bouche plutôt que par le nez.

Si l’hémorragie se répète, il ne faut pas avoir peur de se moucher avec vigueur. Cela permet d’éliminer tout caillot de sang et de vaporiser ensuite un spray décongestionnant nasal.
Il faut se rappeler que le spray doit contenir de l’oxymétazoline.
Pincer ensuite fortement les narines et rester droit, en position assise.

 

Le traitement médicamenteux et les médicaments contre le saignement de nez


Il existe des médicaments à prendre sous forme de comprimés ou par voie intraveineuse, par exemple l’acide tranexamique (Exacyl).
Il faut consulter le médecin si le saignement de nez ne cesse pas, y compris après avoir suivi les instructions décrites ci-dessus, ou s’il persiste plus de 15 à 20 minutes.
Une hémorragie persistante peut indiquer d’autres maladies graves qui ne sont peut-être pas encore diagnostiquées.
Il faut donc appeler les urgences dès que possible si le saignement est important, notamment si la personne touchée est un nouveau-né, un enfant ou une personne âgée.

 

    A lire aussi