Pertes vaginales

Les pertes vaginales sont les sécrétions qui sortent du vagin. Les pertes peuvent varier en fonction de :

  • Couleur (clair, gris, rouge, blanc, jaune, vert)
  • Odeur (normale, inodore, mauvaise odeur)
  • Consistance (épaisse, crémeuse, sèche, fine)

Une certaine quantité de sécrétions vaginales est normale et physiologique.

Les parois du vagin et du col utérin contiennent des glandes qui produisent une petite quantité de liquide pour nettoyer le vagin.
Ce fluide normal est généralement clair, blanc et laiteux, mais il a d’odeur désagréable.

Les pertes féminines normales se produisent plus souvent à certains moments spécifiques du cycle menstruel : au moment de l’ovulation, pendant l’allaitement au sein ou à cause d’une excitation sexuelle.

Une sécrétion vaginale normale se compose une cuiller à café (environ 4 ml) par jour, elle doit être fine, inodore, blanche ou transparente.
Celle-ci est formée par des bactéries normales et des et fluides produits par les cellules vaginales.
Les pertes peuvent être plus visibles à différents moments du mois en fonction de l’ovulation, du flux menstruel, de l’activité sexuelle et de l’utilisation de contraceptifs.

Il est important de garder un œil sur les changements dans les sécrétions vaginales. Les modifications suivantes peuvent indiquer un problème :

  • Changement de l’odeur (surtout si l’odeur est désagréable),
  • Changement de couleur (surtout verdâtre, grisâtre ou similaire au pus),
  • Variation de la consistance (par exemple similaire à de la faisselle)
  • Accompagnée par des démangeaisons intimes, des brûlures, des gonflements ou une rougeur,
  • Il se produit en même temps que des saignements vaginaux ou avec un léger jet de sang en dehors de la phase menstruelle.

 

Comment sont les pertes vaginales causées par une infection ?

Les sécrétions vaginales peuvent être un signe d’une infection si elles :

  • Provoquent des démangeaisons.
  • Provoquent un gonflement.
  • Ont une mauvaise odeur.
  • Sont de couleur grise, jaune ou vert.
  • Ont un aspect similaire à de la faisselle.

Ci-dessous, voici les lignes directrices qui peuvent aider à identifier la cause des pertes. Cependant, il est important de consulter le médecin pour un diagnostic approprié et des conseils sur le traitement.


Blanches
Les pertes blanches et filandreuses sont normales, surtout en début ou en fin de cycle menstruel. Cependant, si les pertes sont accompagnées de démangeaisons ou ont une texture presque solide, comme de la faisselle, cela n’est pas normal et il faut un traitement. Ce type de perte peut être un signe d’une mycose, infection à levures (candidose).

Claires et aqueuses
Les pertes claires et liquides sont absolument normales et peuvent survenir à n’importe quel moment du mois. Elles peuvent être particulièrement abondantes après avoir fait de l’exercice.

Claires et élastiques
Lorsque les pertes sont claires mais visqueuses et similaire au mucus, elles indiquent qu’à ce moment-là, il y a l’ovulation. Il s’agit d’un type normal de pertes.

Pertes de couleur blanche ou grise qui ont odeur de poisson

Si les pertes vaginales sont grises ou s’il en émane une forte odeur de poisson, en particulier après un rapport sexuel, vous pourriez avoir la vaginose bactérienne.
Cette maladie est un déséquilibre dans les bactéries normales présentes dans le vagin.
Habituellement, elle ne pas provoque pas de démangeaisons ni d’irritation.
Comme les champignons, la vaginose bactérienne est très fréquente et n’est pas transmise par voie sexuelle. La vaginose bactérienne peut être traitée avec des antibiotiques ciblés. Il faut faire un examen médical pour obtenir la prescription appropriée.

Pertes verdâtres, vertes, jaunes ou gélatineuses
La trichomonase est une maladie sexuellement transmissible causée par un très petit parasite. Il peut donner des pertes vaginales gélatineuses, mais également jaunes ou vertes.
On peut noter des pertes très importantes, et il est possible de sentir une odeur désagréable de poisson.
D’autres symptômes possibles sont de la douleur, un gonflement et des démangeaisons autour du vagin.
La douleur peut être ressentie même lorsque l’on urine.
La trichomonase est facilement traitée par un antibiotique appelé métronidazole, que le médecin prescrit après une visite médicale.


Pertes marron-brun :
Elles peuvent survenir juste après la fin de la phase menstruelle et ce sont seulement des résidus restés dans le vagin. Le sang «vieux» semble brun.
Quelques gouttes de sang ou du sang brun trouvé dans ses sous-vêtements : ce problème peut se produire lors de l’ovulation au milieu du cycle.
Parfois, cela se produit au début de la grossesse et on peut voir des gouttes de sang ou des pertes brunâtres quand la phase menstruelle devrait commencer.

S’il n’y a que quelques gouttes qui tombent pendant la phase menstruelle plutôt que la quantité habituelle de flux, il faut effectuer un test grossesse.

 

Pertes anormales avec de douleur ou saignement

Si les pertes vaginales sont anormales, il peut y avoir des symptômes associés els que :

  • Douleur dans le bassin,
  • Inconfort au moment d’uriner,
  • Saignement vers le milieu de cycle,
  • Pertes hématiques (sang) après l’acte sexuel,
  • Cela pourrait être causé par la chlamydia ou la blennorragie (deux maladies sexuellement transmissibles).

La gonorrhée (blennorragie) peut causer des pertes vertes, bien que généralement la douleur et les saignements soient les symptômes les plus importants.
Si on souffre de ces symptômes, il faut aller voir le médecin de famille ou aller dans une clinique spécialisée dès que possible pour avoir le traitement avec antibiotiques.
La gonorrhée ou la chlamydia non traitées peuvent se propager vers le haut et entraîner une maladie inflammatoire pelvienne, une infection grave de l’utérus, des trompes de Fallope ou des ovaires.

 

Jeunes filles et femmes post-ménopausées

Les jeunes filles qui n’ont pas encore atteint la puberté ont rarement des pertes vaginales anormales.
Si cela se produit, il faut aller voir un médecin.
Il peut y avoir un corps étranger à l’intérieur du vagin, comme par exemple un tampon.
Les pertes anormales sont inhabituelles, également chez les femmes plus âgées.
Si on est presque à la ménopause et tout à coup on remarque une sécrétion vaginale anormale, il faut consulter le médecin dès que possible pour exclure un cancer du col de l’utérus ou de l’endomètre.

 

Causes des pertes vaginales

La cause la plus fréquente des pertes pathologiques féminines chez les femmes en âge de procréer est la vaginose bactérienne.
50 % des cas de vaginose bactérienne sont asymptomatiques, donc la propagation réelle est inconnue.
La candidose vulvo-vaginale touche environ 75% des femmes au cours de leur vie reproductive. 40-50 % ont deux ou plusieurs épisodes et 10-20 % pourrait avoir la candidose asymptomatique.

 

Non infectieuses

Physiologiques

  • Les nourrissons peuvent avoir une petite quantité de pertes vaginales, parfois mélangées avec un peu de sang » en raison des niveaux élevés d’œstrogènes maternelles en circulation.
    Cela devrait disparaître après les deux premières semaines de vie de l’enfant.
  • Pendant les années de fertilité, les niveaux fluctuants d’œstrogènes et de progestérones pendant le cycle menstruel affectent la qualité et la quantité de glaire cervicale produite.
    Ce phénomène est perçu par les femmes comme un changement dans les pertes vaginales.
    Dans un premier temps, lorsque l’œstrogène est à un niveau bas, le mucus est épais et collant. Quand les niveaux d’œstrogènes augmentent, le mucus devient progressivement plus clair, plus humide et plus élastique.
    Après l’ovulation, il y a à nouveau une augmentation de l’épaisseur et de la viscosité du mucus.
  • Pendant la ménopause, la quantité normale de pertes vaginales diminue car les niveaux d’œstrogènes s’effondrement.
  • Polypes cervicaux et ectopie.
  • Corps étrangers, par exemple un tampon.
  • Dermatite vulvaire.
  • Le lichen plan érosif muqueux (LPEM).
  • Néoplasie du tractus génital, tels que le cancer du col de l’utérus, cancer de l’utérus ou cancer de l’ovaire.
  • Fistules.

Infections non sexuellement transmissibles
La vaginose bactérienne est plus fréquente chez les femmes sexuellement actives qui ont une maladie concomitante sexuellement transmissible.
Infections par la candidose – causées par une prolifération excessive de Candida albicans.

Infections sexuellement transmissibles

  • Chlamydia,
  • Gonorrhée,
  • Trichomonase, particulièrement fréquente chez les jeunes femmes et elle est souvent associée avec l’infection à Neisseria gonorrhoea.

 

Pertes chez les nourrissons,sang,blanchâtresPertes vaginales pendant la grossesse

La qualité et la quantité des pertes vaginales changent souvent pendant la grossesse.
La majorité des femmes produisent plus de pertes en début de grossesse en raison de la vaginose bactérienne.

La vaginose bactérienne est souvent associée à :
Avortement spontané,
Accouchement prématurité,
Rupture prématurée des membranes ,
Faible poids corporel à la naissance,
endométrite post-partum .

Le dépistage systématique pendant la grossesse n’est pas encore recommandé et les lignes directrices actuelles afin prévoit un examen seulement pour les femmes ayant eu une fausse couche précédemment (avant 28 semaines de gestation) ou un avortement spontané pendant le deuxième trimestre.

Candidose – fréquente pendant la grossesse (30-35 %) est souvent asymptomatique.
Il n’existe aucune preuve que cela puisse nuire au fœtus.

 

Saignement d’implantation quand on est enceinte

L’ovule est fécondé dans les trompes de Fallope, puis se déplace vers l’utérus où il se fixe à la muqueuse dans les 8-12 jours.
Quand il s’implante sur la paroi utérine, il peut se produire de petites pertes de sang appelées également spotting, mais elles peuvent aussi être brune ou rose.

Pertes vaginales après un avortement spontané, un avortement ou un accouchement
Ces patientes doivent être analysées et traités de façon empirique en attendant les résultats de l’écouvillon.
La vaginose bactérienne, l’endométrite et la maladie inflammatoire pelvienne et peuvent survenir après l’avortement.
Les pertes dues au curetage sont généralement faibles, mais pendant quelques jours il faut mettre une serviette hygiénique.

 

Y a-t-il des examens pour les pertes vaginales ?

En cas de modification des sécrétions vaginales, les tests peuvent aider à comprendre le problème.
Les tests sont les suivants :

  • Examen pelvien, le médecin examine le vagin et le col (la partie de l’utérus qui se trouve au-dessus du vagin).
  • Test du pH, le médecin vérifie le niveau d’acidité des pertes.
  • Analyse des pertes, on prélève un échantillon des pertes et on l’examine au microscope pour contrôler l’infection

 

Remèdes maison pour les pertes vaginales

  • Pour aider à prévenir et traiter les pertes vaginales :
  • Garder la région génitale propre et sèche.
  • Ne pas effectuer de lavage vaginal.
    Alors que de nombreuses femmes se sentent plus propre si elles prennent une douche après les menstruations ou un rapport sexuel, en réalité, les pertes vaginales peuvent s’aggraver car cale élimine les bactéries saines qui tapissent le vagin et sont là pour protéger les femmes contre les infections.
    Les lavages peuvent aussi causer des infections de l’utérus et dans les trompes de Fallope cela n’est jamais souhaitable.
  • Faire un traitement contre l’infection due à une mycose avec des suppositoires vaginaux ou des crèmes en vente libre si les pertes sont causées par le candida.
  • Manger du yogourt ou de prendre des compléments alimentaires tels que des prébiotiques et des probiotiques comme les comprimés Lactobacillus acidophilus lorsque l’on prend des antibiotiques pour éviter une infection par des levures.
  • Utiliser des préservatifs pour éviter d’attraper ou de transmettre des maladies sexuellement transmissibles.
  • Éviter l’utilisation de sprays pour l’hygiène féminine, de parfums ou de poudres dans la zone génitale.
  • Éviter de porter des pantalons ou des shorts très serrés qui peuvent causer une irritation.
  • Porter des sous-vêtements en coton. Éviter les sous-vêtements en soie ou en tissus synthétiques parce que ces matériaux ne sont pas très absorbants et limitent le passage de l’air. Les culottes synthétiques peuvent augmenter la transpiration dans la région génitale, ce qui augmente l’irritation.
  • Utiliser une culotte périodique et pas de serviettes hygiéniques.
  • Maintenir les niveaux de sucre dans le sang sous contrôle si on souffre de diabète.
  • Si les pertes sont causées par une maladie sexuellement transmissible, le partenaire sexuel doit également être traité, même s’il n’a pas de symptômes. Si le partenaire n’accepte pas d’effectuer le traitement, il est possible que l’infection revienne à nouveau chez la patiente et cela peut conduire à la maladie inflammatoire pelvienne ou à la stérilité.

 

Faut-il faire des lavages vaginaux pour se débarrasser des pertes ?

Non! Les lavages vaginaux ne doivent pas être faits en cas de pertes vaginales.
Ce traitement peut perturber l’équilibre naturel des bactéries dans le corps. Les lavages peuvent également provoquer des infections.
Les pertes vaginales normales ne devraient pas être considérées comme impures ou malsaines. C’est une façon normale pour le corps de jeter les cellules vieilles et inutiles.