Pertes pendant la grossesse

Les pertes vaginales pendant la grossesse sont beaucoup plus importantes que la normale en raison de l’augmentation de la production des œstrogènes et d’un plus grand afflux sanguin dans la zone vaginale.
Ces pertes sont constituées de vieilles cellules des parois du vagin, de la flore bactérienne vaginale normale, de sécrétions du col de l’utérus et du vagin.

Probablement, on observera plus de pertes vaginales lorsque l’accouchement se rapproche, même si elles sont probablement différentes du flux auquel une femme est habituée.


Dans les premières semaines de grossesse, les sécrétions du col de l’utérus (dites « cervicales ») remplissent le canal cervical et créent une barrière de protection, appelée bouchon muqueux. Quand le col de l’utérus se dilate, il peut expulser ce mucus, et on peut remarquer des pertes qui ressemblent un œuf blanc ou au mucus qui coule du nez pendant une journée froide.
On peut également éjecter le bouchon sous la forme de liquide gélatineux.
Ces pertes pourraient être teintées avec un peu de sang.

 

Quand faut-il appeler le médecin ?

Il est important de savoir qu’une femme peut avoir différents types de pertes. Elles doivent avoir une certaine couleur, texture et odeur.
Si ce n’est pas ainsi, il faut en parler avec le médecin avant d’essayer de prendre des médicaments en vente libre.

Quand tout va bien :
1 couleur laiteuse ,
2 fines,
3 Inodore ou si elles ont une légère odeur.

Lorsque tout n’est pas bon :

  • Beaucoup de pertes fines et claires pourraient être le liquide amniotique;
  • Avant la 37e semaine, si elles deviennent liquide, similaire au mucus, ou si ce sont des pertes de sang, même si sont seulement teintée de rose ou de brun.
  • Cela peut être un signe d’accouchement prématuré.
  • S’il existe un changement de couleur ou de texture de pertes ;
  • Si la couleur est rosée, brunâtre, jaunâtre, verdâtre ou grise ;
  • S’il peut y avoir une infection (par exemple une mycose vaginale due à une levure) ;
  • Si on ressent de la douleur pendant les préliminaires ou lorsque l’on a des relations sexuelles ;
  • Si l’on ressent des démangeaisons intimes ;
  • Si les pertes blanches sont accompagnées par des démangeaisons ou des brûlures ;
  • Si elles émettent une mauvaise odeur semblable au poisson ;

En cas de doute, il faut contacter le médecin ou l’obstétricien.

 

Signes et symptômes d’une infection

Si les pertes sont inodores, blanchâtres et causent de l’inconfort, par exemple, on ressent de la douleur pendant la miction ou pendant les rapports sexuels, si elles provoquent des démangeaisons ou des brûlures, la vulve peut être enflammée.
Dans ce cas, la femme peut avoir l’infection appelée candidose.
Si on remarque de fines fuites blanches ou grises avec une odeur de poisson après un rapport sexuel (quand les pertes sont mélangés avec le sperme), on peut avoir un autre type d’infection vaginale appelé vaginose bactérienne.
Si les pertes sont de couleur jaune ou verte, mousseuses et dégagent une odeur désagréable, on peut avoir une infection sexuellement transmissible appelée trichomonase.
D’autres symptômes possibles de la trichomonase se reconnaissent à la vulve qui peut être:

  1. rouge ,
  2. irritée,
  3. démange.

Le vagin peut causer des douleurs au moment d’uriner ou pendant les rapports sexuels.

Si les pertes sont malodorantes, mousseuses, jaunes, vertes ou grises, on peut avoir un autre type d’infection vaginale ou une infection transmise sexuellement, même si il n’y a pas de symptômes d’irritation, de démangeaisons ou de brûlures.
Dans tous les cas, si on pense avoir une infection, il n’est pas opportun de prendre des médicaments sans ordonnance.
Les symptômes ne sont pas toujours faciles à distinguer, il est donc important de consulter le médecin pour un diagnostic et pour s’assurer de prendre le traitement approprié.

 

Pertes vaginales de sang – saignement vaginal

Au cours du deuxième et du troisième trimestre, un léger saignement ou spotting (qui peut être brun, rose, rouge ou rouge vif) ne devrait normalement pas inquiéter.
Il se produit généralement en raison d’une légère interférence avec le col de l’utérus pendant les rapports sexuels ou lors d’un examen vaginal.
Le mucus rose ou brunâtre peut survenir au cours du deuxième trimestre du quatrième au sixième mois.
Ces pertes sont dues à de petites quantités de sang quittant normalement le corps.
Le saignement vaginal (tels que les menstruations), cependant, peut être un signe inquiétant qui nécessite un traitement immédiat.
Les caillots de sang dans les pertes peuvent être un symptôme d’une fausse couche.
Pour cette raison, on ne devrait jamais juger si les pertes sont normales ou anormales ; Au contraire, il faut appeler le médecin.
Si les pertes de sang sont importantes ou si elles sont accompagnées par des douleurs, appeler immédiatement le médecin.
S’il s’agit d’une perte légère, on peut appeler sans se précipiter.
Habituellement, une grande perte de sang grave est causée par le placenta praevia, par un accouchement prématuré ou par un avortement retardée.

 

Leucorrhée (pertes blanches)

Dans le premier, le deuxième et le troisième mois de grossesse, le corps peut produire des pertes similaires au lait appelées leucorrhée, elles peuvent être difficiles à distinguer du mucus qui se produit normalement au début et à la fin du cycle menstruel.

Cela se produit à cause de l’augmentation de la circulation sanguine dans la région pelvienne et provoque une hausse de production d’hormones, ce sont des pertes physiologique.
Le mucus blanchâtre et filandreux ayant une consistance de blanc d’œuf est aussi généralement tout à fait normal.
Ces variétés de pertes au début de la grossesse peuvent continuer tout au long de la grossesse et peuvent même augmenter à mesure que la grossesse progresse, cela est tout à fait normal.
Si les pertes pendant la grossesse dérangent, il est conseillé d’utiliser un protège-slip.
Selon l’Association américaine de la grossesse, la leucorrhée est mince, laiteuse, filandreuse et a une odeur délicate.
Au troisième trimestre, il est probable que les pertes soient transparentes.
Il n’y a rien à craindre, mais si la patiente présente d’autres signes de grossesse tels que la sensibilité des seins ou de légères crampes, il faut consulter un médecin pour confirmer la grossesse.

Si on constate ce type de perte et l’on croit être enceinte, éviter les actions suivantes :

  1. Lavages profonds, car ils peuvent modifier l’équilibre de la flore bactérienne des parois vaginales ;
  2. Traiter une mycose seule ;
  3. Utiliser des tampons ou des contraceptifs vaginaux, car ils augmentent le risque d’infection.

 

Le saignement d’implantation

Un autre type de pertes que l’on voit dans les premiers jours ou semaines de grossesse est appelé le « saignement d’implantation ».
Le saignement d’implantation peut se produire avec une hémorragie lorsque l’ovule fécondé (blastocyste) et se fixe à la paroi utérine.
Cela se produit entre10 jours à deux semaines après la conception.
En général, le saignement d’implantation a une couleur plus claire que les menstruations normales.
Il peut être rose, rouge ou brun, et il ne dure que pendant une courte période.
Le saignement d’implantation se présente généralement comme une petite tache ou une bande et pas comme un flux.
Si les pertes sont de couleur rose ou rouge, cela signifie que cela vient de juste se passer.
Les pertes brunes peuvent indiquer qu’elles ont été formées quelques jours avant ou plus.

 

Bouchon muqueux

Le bouchon muqueux peut être perdu et peut se refaire à nouveau différentes fois au cours de la grossesse.
Il peut rester jusqu’aux derniers jours avant la naissance et se détacher comme un signe précoce de travail imminent.
En outre, il pourrait se retrouver sur la tête du bébé.
Il est possible d’identifier le bouchon muqueux car il a l’aspect et la consistance d’une grande masse de mucus teinté de sang.
En voyant ce qui semble être une perte de mucus visqueux, les mamans peuvent foncer sur le téléphone prise de panique.
il ne faut cependant pas s’inquiéter.
Le bouchon muqueux est l’un des types les moins dangereux de pertes pendant la grossesse et il n’y a aucune raison d’être bouleversé.

 

Pertes vaginales pendant la grossesse lors du premier trimestre

Sécrétions pathologiques
Les changements imprévus de quantité, couleur et odeur devraient être signalés au gynécologue dès que possible.
Ci-dessous, voici une liste des types de pertes pathologiques, que les femmes ont souvent pendant le premier trimestre de grossesse.
pertes pendant la grossesse,mucus,jaune

  1. Pertes jaunes. Il ne faut pas confondre la glaire cervicale jaunâtre avec des pertes jaunes qui ont une odeur désagréable.
    Ce type de perte indique le début ou l’aggravation d’un processus inflammatoire de l’utérus ou de ses appendices.
    Ce sont des maladies graves qui peuvent constituer une menace pour le développement de la grossesse.
    Un traitement anti- inflammatoire précoce contribue à préserver la grossesse dans ce cas.
  2. Perte de sang. Un saignement pendant le premier, le deuxième et le troisième mois de grossesse, à l’exception du saignement d’implantation, doit alarmer une femme enceinte et la pousser à consulter un médecin.
    En général, les pertes rouges ou brunes sont un signe de fausse couche ou de grossesse extra-utérine. L’intensité du saignement peut varier de quelques saignements à un saignement très abondant qui peut être accompagné de douleurs pelviennes, d’une baisse de la température basale du corps, de nausées et d’une perte d’appétit. Le scénario le moins dangereux est provoqué par l’érosion du col de l’utérus.
    Il est caractérisé par un saignement post-coïtal provoqué par le contact.
  3. Pertes blanches abondantes. Les sécrétions vaginales avec des caillots, semblables à de la faisselle, sont un symptôme de la candidose vaginale ou du muguet.
    Malheureusement, c’est un compagnon fréquent de la femme enceinte.
    L’environnement humide et chaud créé par les pertes vaginales abondantes qui se forme au début de la grossesse est le l’endroit idéal pour la propagation des infections fongiques.
    Les futures mères peuvent avoir des brûlures et des démangeaisons dans la région vulvo-vaginale, intensifiées pendant la nuit, après un rapport sexuel, sous la douche ou en faisant une activité physique.
    Si on ressent ces symptômes désagréables, ne pas reporter la visite chez le gynécologue.
  4. Pertes abondantes et mousseuses.
    Les pertes peuvent avoir une tonalité grisâtre, jaunâtre ou verdâtre et elles peuvent ressembler à du pus.
    L’odeur désagréable et les démangeaisons sont des symptômes qui se produisent souvent en même temps.
    Ce type de pertes est typique dans les cas d’infections sexuellement transmissibles.
    Chez les femmes enceintes, les maladies vénériennes sont compliqués à traiter, car il devrait y avoir une sélection rigoureuse des médicaments qui n’affectent pas le développement du fœtus.

 

Traitement pour les pertes pendant la grossesse

Vaginose bactérienne
La vaginose bactérienne part parfois d’elle-même. Si la femme est dans le premier trimestre, le médecin peut attendre da le traiter jusqu’au deuxième trimestre.
Généralement, on prescrit un cycle de antibiotiques, par exemple le métronidazole ou clindamycine.
En parlez avec le médecin avant de prendre tout type de médicament pendant la grossesse.

Candidose
Le traitement de la candidose prévoit une crème à insérer dans le vagin ou un antifongique oral comme Triflucan.

 

Prévention

On peut essayer de prévenir les infections vaginales dans un premier temps en tenant sèche la zone génitale et en permettant à l’air de circuler.
Certains comportements qui peuvent être utiles :

  • Porter des sous-vêtements de coton qui permettent à la zone génitale de «respirer ».
  • Faire une douche plutôt qu’un bain et utiliser un savon doux sur les parties génitales. Éviter les gels douches ou les produits parfumés.
  • Ne jamais utiliser d’aérosols vaginaux ou de désodorisants.
  • Ne pas s’assoir avec un maillot de bain mouillé.
  • Après la douche ou la baignade, s’assurer que la zone génitale est complètement sèche avant de mettre les culottes et les vêtements.
  • Manger du yogourt qui contient du lactobacillus acidophilus direct ou probiotiques, ou demander au médecin on peut prendre des compléments alimentaires probiotiques pour garder sous contrôle les champignons et les bactéries.
  • Consommer moins de sucre possible ou de produits raffinés.