Perte de liquide au sein

La perte de liquide au sein est un écoulement de liquide du mamelon.

Ces sécrétions ne sont pas forcement anormarles chez une femme pas enceinte ou pas en phase d’allaitement, elles devraient toutefois être examinées par un médecin.

La perte du sein chez l’homme représente dans tout cas un problème et il faudrait l’examiner.

Les causes pas liées à la grossesse

Si une femme n’est pas enceinte, l’écoulement du sein peut être provoqué par l’une des maladies suivantes :

  • Le papillome intracanalaire (un nodule au sein), c’est une masse inoffensive qui se trouve dans le canal mammaire (le tube qui transporte le lait de la glande au mamelon) ; il provoque généralement des pertes de sang dans le sein.
  • L’ectasie canalaire mammaire est la dilatation d’un canal galactophore inférieur du sein. Elle est liée à l’âge et peut provoquer une perte jaunâtre ou claire des deux seins.
  • L’abcès du sein ou du mamelon est une accumulation douloureuse de pus qui se forme dans le sein ou autour du mamelon, c’est généralement le résultat d’une infection bactérienne.

Il est important de consulter le médecin pour le diagnostic et le traitement.

 

Le papillome intracanalaire

Le papillome intracanalaire peut provoquer des pertes de sang qui ne se produisent que dans un sein.
Le papillome est une masse ressemblante à une verrue, il mesure généralement 1 à 2 cm environ et il se trouve dans l’un des canaux mammaires.
Ces canaux transportent le lait de la glande au mamelon.
Le papillome se développe en général derrière le mamelon et peut entraîner des pertes de liquide ou de sang.
Il n’y a généralement qu’un papillome, ce qui peut facilement être enlevé.
Bien que la perte peut inquiéter, il faut savoir que cette masse n’est pas susceptible de devenir un cancer du sein.
Il doit toutefois être contrôlé par le médecin afin d’exclure le cancer du sein et de décider le traitement à suivre.

 

L’ectasie canalaire mammaire

Si les pertes sont marrones, vertes ou jaunâtres il peut s’agir d’une maladie inoffensive appelée ectasie canalaire mammaire qui affecte plus souvent les femmes proches de la ménopause.
Quand les sinus vieillissent, les canaux lactifères derrière le mamelon deviennent plus courts et larges et ils peuvent entraîner des pertes.
C’est un changement physiologique, lié à l’âge et il ne faut pas s’inquiéter.
On peut parfois sentir un nodule juste composé de tissu cicatriciel derrière le mamelon, ce qui peut se plier vers l’intérieur.
Bien que cette maladie est inoffensive et disparaît sans aucun traitement, il est important de parler avec le médecin afin d’exclure le cancer du sein.
L’ectasie canalaire mammaire n’augmente pas le risque de cancer du sein à l’avenir.

 

L’abcès du sein

L’abcès du seins ou autour du mamelon peut entraîner des pertes qui contiennent le pus.
L’abcès est une accumulation de pus douloureuse qui se forme d’habitude sous la peau après une infection bactérienne.
La peau peut être rouge, chaude et gonflée.
L’abcès du sein peut être une complication de la mastite (l’inflammation du mamelon).
Si une femme a été touchée par la mastite, le médecin peut déjà avoir prescrit des antibiotiques.
Si après la prise des antibiotiques le sein est toujours dur, rouge et douloureux, le médecin peut consulter un centre de sénologie pour confirmer le diagnostic d’abcès du sein.

 

Les traumatismes et la préssion sur le sein

Les traumatismes thoraciques (par exemple une contusion provoquée par le volant dans un accident de voiture) peut
parfois endommager les canaux lactifères et entraîner un écoulement du mamelon.
Une autre cause fréquente est la manipulation continue et répétée du sein (une autopalpation ou une palpation faite par le partenaire afin de trouver un nodule du sein) peut provoquer un écoulement du mamelon.

 

Le stress

Certaines recherches montrent que les niveaux élevés de stress psychologique ou physiologique peuvent augmenter la production de l’hormone prolactine.

 

Les médicaments

Ils ont souvent des effets secondaires.
Il y a des médicaments qui peuvent augmenter les niveaux de prolactine et provoquer un écoulement du mamelon.
Certains médicaments qui peuvent provoquer des sécrétions du sein sont les antipsychotiques comme le Risperdal, les anti-nauséeux comme le Métoclopramide et les antihypertenseurs comme le Vérapimil ou la Méthyldopa.
Même les opiacés tels que la codéine (présente par exemple dans certains sirops contre la toux) ou la morphine peut provoquer un écoulement du sein chez les femmes et ils ne devraient pas être employés de façon chronique, tous les soirs.
Si les sécrétions de sang contiennent du sang, on peut soupçonner la présence du papillome intracanalaire, c’est-à-dire une tumeur bénigne qui se développe dans les canaux lactifères.
Il faudrait consulter le médecin chaque fois qu’on ressent ce symptôme.

 

Les causes moins fréquentes de l’écoulement du sein

Les causes rares peuvent être :

  • Les contraceptifs oraux : la perte est d’habitude juste un effet secondaire temporaire de la prise initiale (certaines femmes ont des seins gonflés et douloureux).
  • Les changements des niveaux hormonaux liés à la puberté ou la ménopause.
  • L’allaitement maternel dans le passé : certaines femmes continuent à produire du lait jusqu’à deux ans après l’allaitement.
  • La stimulation des mamelon, par exemple lors de relations sexuelles.
  • Les médicaments qui provoquent une augmentation des niveaux de prolactine (l’hormone responsable de la production de lait), tels que les tranquillisants et les antidépresseurs inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS).
  • Le prolactinome, c’est-à-dire une tumeur cérébrale bénigne qui provoque l’augmentation des niveaux de prolactine.
  • Un dysfonctionnement hormonal tel que l’hypothyroïdie ou le syndrome de Cushing.
  • Le canal lactifère bouché appelé galactocèle, qui est généralement associé à l’accouchement.Anatomie du sein,pertes,blanches
  • L’écoulement du sein peut être un symptôme de cancer du sein au stade initial appelé carcinome in situ. Cette masse est confinée dans les canaux lactifères et elle ne s’est pas encore propagée (elle est d’habitude remarquée lors d’une mammographie de routine).

 

La couleur de la perte du sein

  • Les pertes de sang, du rouge au marron foncé : elles représentent le type de pertes dont il faudrait s’inquiéter majéurement car elles peuvent être un signe de cancer. Elles peuvent être provoquées par le cancer si elles ne se produisent que dans un sein et non pas dans les deux.
    L’écoulement contentant du sang ne signifie pas forcement qu’on a un cancer ; il peut également être le résultat d’un traumatisme thoracique ou d’un papillome bénin.
    Dans ce cas, les examens qu’on peut faire sont : une mammographie, une échographie afin de rechercher les ganglions lymphatiques gonflés ou une biopsie du ganglion sentinelle.
  • Les pertes denses ou collantes verdâtres ou noires : elles résultent d’habitude d’une ectasie canalaire mammaire, une maladie assez courante chez les femmes de 40 à 50 ans. L’ectasie est la dilatation d’un de ou plusieurs canaux, tout comme une pustule interne.
    Elle peut rarement provoquer la douleur du sein. Il faudrait faire un contrôle chez le médecin afin de savoir si elle est étendue au point de prendre des antibiotiques.
  • Les pertes blanchâtres, claires, jaunes ou verdâtres : elles répresentent souvent un signe de galactorrhée du sein, c’est-à-dire un désequilibre hormonal.
    Le médecin devrait effectuer une analyse approfondie parce que la galactorrhée peut signaler un trouble dans d’autres parties du corps, comme une hypothyroïdie ou d’un dysfonctionnement hypophysaire.

    Perte de liquide au sein
    Perte de liquide au sein
  • Les pertes claires, jaunes ou verdâtres : elles peuvent indiquer une maladie fibrokystique (kystes du sein). Environ la moitié des femmes développent cette maladie ennuyeuse au cours de la vie. Elle est principalement caractérisée par des nodules et de la douleur du sein, les femmes touchées subissent souvent une biopsie. Dans la plupart des cas, c’est une maladie bénigne.
  • Les pertes blanchâtres : elles peuvent être le résultat d’un abcès provoqué par des bactéries qui entrent dans le sein parmi un mamelon blessé. Le sein peut avoir un écoulement de pus, il peut se gonfler et s’enflammer.
    Ceux qui pensent avoir une infection du sein devraient consulter le médecin.
  • Les pertes multicolores et collantes : l’ectasie canalaire mammaires ou comédomastite peut produire des pertes multicolores, collantes et fréquemment bilatérales chez les femmes en périménopause.
    Cette dilatation des canaux terminaux provoque une accumulation de liquide lipidique ennuyeuse, produisant une réaction inflammatoire et, par conséquent, l’écoulement du mamelon.

L’ectasie canalaire provoque la douleur, les démangeaisons et le gonflement du mamelon.
La palpation de l’aréole peut montrer une masse tubulaire reflétant les canaux dilatés. Cela peut souvent être provoqué par la palpation du sein.
Si la maladie progresse, il peut y avoir une masse (on parle de mastite plasmocytaire) en condition d’imiter le cancer. On ne peut effectuer une intervention chirurgicale que lors de la survenue d’une masse ou si la sécrétion contient du sang parfois mélangé avec du sérum.

 

La couleur de l’écoulement du mamelon Pourrait être provoquée par
Claire, jaunâtre, blanche ou vert foncé Normal (physiologique)
Claire, paille Début de grossesse
Mince, laiteuse Grossesse ou allaitement au sein
Tachée de sang Papillome intracanalaire, cancer du sein
Pus Infection au sein
Laiteuse ou claire, parfois jaune ou verte Galactorrhée
Claire, jaune ou avec le sang Une lésion
Jaune, verte, marrone ou noire Ectasie canalaire mammaire, maladie fibrokystique du sein

 


La perte du sein : quand faut-il s’inquiéter ?

Le médecin va probablement demander quelques informations pour mieux comprendre la maladie.
Notamment, il peut falloir de connaître :

  1. De quelle couleur est la sécrétion ?
  2. Combien est-elle abondante ?
  3. Est-ce qu’elle ne se produit que dans un sein ou dans les deux ?
  4. Est-ce que l’écoulement ne sort que d’une ouverture du mamelon ou de plusieures ouvertures ?
  5. Est-ce que l’écoulement est spontané ou il ne se produit que lorsqu’on presse le mamelon ?
  6. Y a-t-il d’autres signes et symptômes tels que la fièvre, la rougeur, la douleur du sein, le mal de tête ou des troubles visuels ?
  7. Y a-t-il une bléssure de la poitrine récente ?
  8. Quels médicaments doit-on prendre ?

Il faut être prêt à répondre à ces types de questions et à expliquer les faits qui pourraient être pertinents.


Par exemple, le médecin pourrait demander certaines informations du dossier médical du patient et combien de temps on a l’écoulement du sein.

 

La grossesse et l’allaitement

La grossesse : la grossesse elle-même augmente les taux de prolactine et peut provoquer une sécrétion bénigne par le mamelon.
On pense que les niveaux élevés des œstrogènes pendant la grossesse peuvent augmenter la production de prolactine.


L’allaitement et la dépression post-partum : les femmes qui ont juste accouché produisent du lait même si elles n’allaitent pas au sein.
C’est l’une des causes les plus fréquentes d’écoulement du sein bénin.