Perte auditive ou hypoacousie

La perte auditive (ou hypoacousie) signifie affaiblissement de la capacité uditive, les signaux sonores n’arrivent pas proprement au cerveau : elle se manifeste lorsque une composante de l’oreille ou du système auditif ne fonctiontne pas de façon correcte.

 

Le types d’hypoacousie

L’hypoacousie conductive – Tout problème de l’oreille externe ou de l’oreille moyenne qui empêche la condution correcte du son est connu comme « perte auditive conductive » . Elles est généralement légère ou modérée, entre les 25 et les 65 décibels, mais elle peut également être temporaire.


Perte auditive

L’hypoacousie neurosensorielle – Elle vient d’une perte ou d’une lésion des cellules ciliées sensorielles dans la cochlée, elle est toutefois également provoquée par un dommange du nerf audif et est généralement profonde et permanente. Le son arrive normalement dans l’oreille interne, toutefois ici les problèmes sur-cités ne permettent pas d’envoyer proprement d’informations auditives aux centres nerveux supérieurs. Elle est également connue sous le nom de « surdité neurosensorielle » , elle peut être légère, modérée, grave ou profonde.
Les patients emploient souvent des appareils auditifs ou des implants auditifs pour l’oreille moyenne.
L’hypoacousie de perception se vérifie lorsqu’il y a un dysfonctionnement dans l’appareil qui reçoit et élabore les signaux nerveux dans le cerveau.

La surdité mixte – La perte auditive est contemporairement conductive et neuro-sensorielle.

 

La classification de la perte de l’ouïe

L’hypoacousie peut également être classifiée en dégrés :

  • L’hypoacousie légère (la seuil d’autition est comprise entre 20 et 40 décibels) – le patient avec une hypoacousie légère perçoit la plupart des discours, mais les sont légers et bas sont difficiles à sentir.
  • L’hypoacousie modérée (de 40 à 70 décibels) – le patient avec une perte de l’ouïe modérée a des grandes difficultés à comprendre une personne qui est en train de parler avec un ton de voix normal.
  • L’hypoacousie grave (de 70 à 95 décibles) – Ces patients ne comprennent pas ce qu’une personne dit à une autre avec un ton de voix normal, ils ne sentent que des sons forts.
  • L’hypoacousie profonde (plus de 96 décibles) – Le patient avec une perte auditive profonde ne perçoit aucun discours, mais plutôt des sons très forts.

La perte de l’ouïe peut être :

Unilatérale ou bilatérale
L’hypoacousie est unilatérale lorsqu’elle se vérifie dans l’oreille soit gauche soit droite.
L’hypoacousie est bilatérale lorsqu’elle affecte toutes les deux oreilles.

Pré-linguale ou post-linguale
L’hypoacousie est appelée pré-linguale si elle est diagnostiquée avant qu’une personne ait appris à parler, ou elle est appelée post-linguale si elle survient après.

Symétrique ou asymétrique
La perte de l’audition est idéntique dans les deux oreilles ou différente par oreille : on parle réspectivement d’hypoacousie symétrique ou asymétrique.

Progressive ou soudaine
L’hypoacousie s’aggrave avec le temps de façon progressive ou elle survient de façon rapide et soudaine.

Fluctuante ou stable
L’hypoacousie a des améliorations et des aggravations avec le temps, ou elle reste toujours stable et idéntique.
Avec une origine congénitale ou acquise / rétardée
La perte de l’ouïe est présente lors de la naissance ou elle apparaît plus tard dans la vie du patient.

 

Les causes de l’hypoacousie

L’âge avancée et les forts bruits sont les causes les plus communes de perte de l’audition.

L’âge est la cause la plus fréquente de perte auditive : l’hypoacousie augmente lorsqu’on vieillit, à 80 ans la plupart des personnes a des problèmes auditifs signifiants.
L’hypoacousie chez les personnes agées se vérifie lorsque les cellules ciliées à l’interieur de la cochlée meurent graduellement ou si elles s’endommagent de plus en plus : ce type de perte auditive est connue sous le nom de hypoacousie neuro-sensorielle.

Les premiers sons que ces patients ne perçoivent plus sont ceux à haute fréquence (aigus), tels que les voix des femmes ou des enfants, mais c’est également plus difficiles de sentir les consonnes.
On sent plus facilement les sons à basse fréquence.

Une autre cause fréquente d’hypoacousie et un dommage à l’oreille provoqué par une exposition répétée à des forts bruits avec le temps : les cellules ciliées à l’interieur de la cochlée sont endommagées, s’est une hypoacousie de type neuro-sensorielle. Elle peut survenir chez les personnes qui font un emploi avec des outils bruyants (une maladie professionnelle) ou après beaucoup de soirées en discothèque.

 

L’hypoacousie neuro-sensorielle peut également être provoquée par :

  • La surdité générique – certaines personne naissent sourdes ou le deviennent avec le temps à cause d’une anomalie génétique, même s’il n’y a pas toujours le facteur génétique
  • L’infection virale de l’oreille interne – par exemple les oreillons ou la rugeole
  • Les infection du nerf auditiv – elles sont provoquée par le virus des oreillons ou de la rubéole
  • La surdité rhinogène – elle vient de l’inflammation des voies réspiratoies supérieures (le nez et la gorge), chez les enfants elle se vérifie en plus de l’angine ou du gonflement des adénoïdes.
  • La maladie de Ménière – la personne souffre de vertiges, d’acouphènes (un bourdonnement dans les oreilles) et a une sensation d’oreille gonflée et bouchée, tandis que l’hypoacousie a un évolution fluctuante avec le temps
  • Le syndrome de Usher – c’est un trouble génétique qui provoque la surdité, la perte de la vue et dans certains cas des graves problèmes d’équilibre
  • Le neurinome auditif – c’est un cancer benin de la gaine de revêtement du nerf auditif
  • La méningite – c’est une infection des membranes de protection qui entourent le cerveau et la moelle épinière.
  • La labyrinthite – c’est l’inflammation du labyrinthe et des canaux semi-circulaires de l’oreille, elle entraîne les vertiges, la perte auditive, le vomissement, la nausée et l’acouphène.
  • L’encéphalite – c’est une inflammation du cerveau
  • La sclérose en plaques – c’est une maladie neurologique qui affecte le système nerveux céntral
  • L’accident vasculaire cérébral – le flux de sang au cerveau est interrompu, les régions sensorielles primaires de l’ouïe peuvent être affectées.

 

Les causes d’hypoacousie de transmission les plus fréquentes sont une occlusion mécanique du conduit uditif (par exemple par un excès de cérumen), une accumulation de liquide ou une infection dans l’oreille moyenne.

Il existe d’autres causes plus rares d’hypoacousie de transmission :

  • Le tympan perforé – le tympan est endommagé ou il a un trou
  • L’ostéosclérose – c’est une croissance anormale d’un os dans l’oreille moyenne, ce qui provoque une hypomobilité de l’étrier est une conséquente efficace mineure dans la transmission des sons
  • Les dommages de la chaîne ossiculaire provoqués par un traumatisme cranique (par exemple une gifle), des perforations du tympan ou un cholestéatome, c’est-à-dire une masse anormale de cellules épithéliales qui se trouvent à l’interieur de l’oreille moyenne.
  • L’emploi prolongé des écouteurs est un problème très puissant chez les adolescents.
  • Depuis les dernières années il y a eu une augmentation alarmante parmi les jeunes, mais le problème semble avoir été aggravé par l’emploi croissant et continu des écouteurs pour la musique.

L’hypoacousie de transmission est généralement temporaire et traitée avec des médicaments ou des interventions chirurgicales mineures.

cochlée,oreille,labyrinthe

L’hypoacousie temporaire

Il y a plusieures causes qui provoquent une perte temporaire de l’ouïe : la plupart sont réversibles après un traitement approprié. Parmi les causes les plus courantes il y a :

L’accumulation de cérumen
La production de cérumen est un processus naturel, mais le cérumen s’accumule parfois dans le condit auditif et il empêche que les ondes sonores arrivent au tympan.

Les infections de l’oreille moyenne
Elles se vérifient le plus souvent dans le cas où le patient souffre de rhume ou s’il a la fièvre : dans ces conditions il est plus facile que le catarrhe s’accumule et envhait la trompe d’Eustache, ce qui lie l’oreille et la gorge.
La conséquence est une otite moyenne, dans laquelle il peut également y avoir la déchirure ou la rupture soudaine du tympan, le patient ressent la douleur et il peut avoir des pertes de sang ou de pus dans l’oreille.

Le changement de pression
Lorsqu’on voyage en avion, certaines personnes souffrent d’une perte auditive temporaire à cause de la différence de pression entre l’oreille moyenne et la trompe d’Eustache.

L’exposition à des sons forts

Les lésions. Par exemple une blessure à la tête ou à l’oreille.

D’autres causes :

  • Le rétrécissement du conduit auditif
  • Des complications chirurgicales
  • Des corps étrangers ou des formations nouvelles dans l’oreille
  • Des défauts dès la naissance.

 

La surdité unilatérale

La perte auditive dans une seule oreille ou « surdité unilatérale » est un trouble de l’ouïe dans lequel une personne est en mesure d’écouter normalement d’une oreille, mais elle ne sent par contre rien de l’autre oreille.
La surdité dans une seule oreille peut être soudaine, par exemple une personne se couche avec une fonctionnalité auditive normale et se réveille le matain suivant avec une perte complète de l’ouïe d’une oreille.

Il n’y a pas une seule cause pour cette maladie : certains bébés naissent avec la surdité unilatérale, tandis que chez d’autres elle est provoquée par des troubles qui surviennent pendant la grossesse.
Dans l’adoléscence, cette maladie est provoquée par une méningite, par une fièvre haute, par la rougeole, par les oreillons ou par d’autres maladies. Dans certains cas elle survient à cause d’une maladie héréditaire, tandis que les causes les plus communes chez les adultes sont les infections graves, un bouchon de cérumen dans le conduit auditif ou un traumatisme.

 

Perte auditive chez les enfantsOreille interne,marteau,enclume,étrier

La perte auditive chez les enfants peut être :

  • Neuro-sensorielle : elle est due à des facteurs congénitaux tels que la toxoplasmose, la rubéole, le CMV, l’herpès ou la syphilis, à des facteurs génétiques, à des syndromes spécifiques, au bas poids lors de la naissance, au bruit ou aux médicaments ototoxiques.
  • Conductive : elle est provoquée par des anomalies dans la formation de l’oreille externe, du tympan, de la chaîne ossiculaire ou de l’oreille interne.
  • Aquise : elle est plus fréquemment due à un excès de cérumen dans le conduit auditif, à des corps étrangers dans l’oreille, à des tumeurs, à des problèmes dans les trompes d’Eustache, à des otites aiguës et / ou chroniques et à la perforation du tympan.

Les symptômes de la perte auditive
Les premiers signaux d’une perte auditive sont :

  • La difficulté à entendre clairement ce que les autres disent
  • Le patient demande souvent aux personnes de répéter ce qu’elles ont dit
  • Écouter la musique ou regarder la télé à un volume élevé
  • Le patient se sent souvent fatigué ou stressé car il se concentre trop lorsqu’il écoute les autres personnes.

 

Perte auditive ou hypoacousie
Perte auditive ou hypoacousie

Le traitement de la perte auditive

Il faut avant tout consulter l’oto-rhino-laryngologiste, qui effectue des examens (par exemple l’audiométrie) afin de comprendre et de décider le traitement le plus approprié.

Le traitement dépend du type d’hypoacousie dont le patient est affecté : l’intervention chirurgicale améliore les pertes d’ouïe provoquées par l’ostéosclérose ou par une cicatrisation excessive de l’oreille. Les infections sont traitées le plus souvent par un antibiotique et, dans les cas les plus graves, à travers une intervention chirurgicale, tandis que la maladie de Ménière est traitée à travers un régime alimentaire spécfique et parmi les médicaments.

L’hypoacousie est également provoquée par l’emploi de médicaments particuliers, dans ces cas on recommande au patient de consulter le médecin de confiance afin de choisir un traitement médicamenteux altérnatif.

En tout cas, un traitement opportun de la perte auditive soudaine augmente beaucoup les possibilités de récuperation du patient.

En cas d’hypoacousie soudaine provoquée par un dommage aux nerfs de l’oreille, si le patient n’a pas de contre-indications, il peut avoir des bons résultats à travers le caisson hyperbare, ce qui augmente la concentration d’oxygène dans le sang.

Les patients atteints de perte de l’audition permanente ont besoin d’apprendre comment employer de façon efficace les capacités auditives qui leur restent : la plupart d’entre eux emploient un appareil auditif, même s’il s’agit d’une personne sur cinq.
Les appareils auditifs sont des petits outils qu’on porte généralement à l’interieur ou derrière l’oreille, rendant les sons plus forts et clairs pour le patient. Les sons sont souvent différents lorsqu’ils sont entendus parmi un appareil auditif, il est donc important de consulter le médecin afin de choisir les objectifs réels de récuperation de l’hypoacousie.


Il existe des nouvelles technologies qui permettent d’améliorer la perception des sons chez les patients atteints d’hypoacousie : il s’agit de dispositifs d’écoute nouveaux qui synchronisent le patient sur ce qu’il veut écouter, en faisant taire les autres sons supercifiels. Il existe également des outils qui rendent audible la télé ou la radio au patient sans augmenter trop le volume ; certains dispositifs d’amplification sonore ont été en outre notamment conçus pour les téléphones de maison et pour les portables, ils sont utiles pour mieux écouter de façon plus claire les conversations.
Enfin, les implants cochléaires sont surtout employés chez les petits enfants, mais ils sont en train de dévenir de plus en plus populaires chez les adultes atteints de perte auditive grave.