Mucus qui coule du nez – jaune, transparent, avec sang ou malodorant

Le mucus qui coule du nez n’est pas toujours clair. Il peut prendre une couleur jaune, verte, rougeâtre, orange ou marron.

Le mucus est une sécrétion des muqueuses qui peut provenir des organes suivants :

  • Nez
  • Oreilles
  • Bouche
  • Parties génitales
  • Anus.

Sa fonction principale consiste à protéger le corps des micro-organismes nocifs.

 

Formation de mucus dans le nez

Le mucus est une substance produite par :

  • Les cellules calciformes,
  • Les glandes séro-muqueuses.

Le mucus se compose de glycoprotéines, eau, sels minéraux et lipides.
Dans le mucus il y a ègalement :

  • Les anticorps qui aident à réconnaître les virus et les bactéries,
  • Les enzymes pour éliminer les evahisseurs,
  • Les protéines qui rendent le mucus collant et fibreux,
  • D’autres cellules.

Le mucus coule généralement dans la règion postérieure de la gorge.
La personne n’est pas consciente de cette substance car la quantité est petite.
Un nez enflammé produit une quantité plus grande de mucus, qui devient :

  • Épais,
  • Jaune pâle.

Le mucus peut commencer à couler dans la région antérieure du nez et dans la règion postérieure.

Fonction du mucus dans le nez

Le mucus piège les possières et les autres matériaux contenus dans l’air et les arrête.
Les cils de l’épithélium respiratoire poussent le mucus vers le pharynx, où il est avalé.
La production continue dans le nez où il y a toujours du mucus nouveau et propre.
Les cils se trouvent également dans la trachée, dans ce cas elles poussent le mucus vers le pharynx (du vers opposé par rapport aux cils du nez donc) afin de l’avaler.

Les couleurs du mucus

Il est important d’analyser la couleur du mucus. Cet outil de diagnostic donne des indices importants concernant une maladie.

Le mucus clair ou transparent : le mucus clair et aqueux (liquide) est normal et indique que la personne est saine. Cela montre que les sinus sont en bonne santé et qu’ils fonctionnent normalement. Lorsqu’une personne a le nez qui coule à cause d’une allergie ou d’une irritation, de grandes quantités de mucus clair peuvent parfois s’écouler.

Le mucus blanc épais : le mucus blanc ou trouble indique une congestion ou signale que le mucus est bloqué. Lorsque le mucus clair reste bloqué dans les sinus, il s’épaissit et s’assèche. Il prend alors une couleur blanche ou opaque. Cela indique parfois des problèmes digestifs tels que ceux qui peuvent se produire après avoir bu du lait.

D’autres causes sont :

Le mucus vert : le mucus vert représente un type d’infection bactérienne qui peut contenir du pus.
Pour combattre l’infection, le corps envoie les globules blancs.
Ces cellules du sang contiennent un enzyme vert.
La présence de beaucoup de globules blancs peut provoquer le mucus vert.
Le mucus vert peut montrer :

  • Une réaction allergique,
  • Une infection pulmonaire,
  • L’écoulement dans l’arrière-nez,
  • La sinusite.

Le mucus rose ou rouge : le mucus rouge indique la présence de sang à cause de lésions de la muqueuse à l’intérieur du nez.
La muqueuse nasale est riche en capillaires superficiels et fragiles.
Le mucus rose peut être le résultat de stries ou de traces de sang dans le mucus. Il peut également indiquer des troubles au niveau du nez, par exemple :

  • Les varices dans le septum nasal,
  • La rhinosinusite,
  • La rhinite,
  • La lesion des capillaires en se mouchant.

Le mucus marron : le mucus marron peut indiquer du sang séché, provenant du nez et des sinus paranasaux. Toutefois, dans la plupart des cas, il est dû à la respiration dans un environnement :

Certains médicaments et la bronchite chronique peuvent provoquer la production de mucus marron.

Le mucus noir : le mucus noir est considéré comme grave et est souvent dû à des infections fongiques et à la moisissure des sinus.
Les filaments noirs du mucus peuvent être la conséquence de :

  • La pollution de l’air, les personnes qui travaillent dans les mines ou qui inhalent le carbon, la graphte et le béryllium,
  • La fumée de tabac.

 

Quelle est la signification du mucus jaune ?

Un changement de couleur du mucus indique souvent la présence d’une maladie sous-jacente et de micro-organismes pathogènes (tels que les bactéries, les virus ou les champignons). Par exemple, si l’on souffre de rhume, l’un des premiers signes est une grande perte claire et aqueuse (nez qui coule).
Pendant cette phas l’infection est virale.
Un rhume non traité provoquera rapidement une sécrétion nasale jaune ou verdâtre (infection bactérienne).rhinite,allergique,mucus,nez,inflammation

Le mucus jaune est souvent le signe d’une invasion bactérienne. Il indique également que le système immunitaire est en train de lutter contre les bactéries. Épais (purulent), il provoque généralement :

  • Un blocage nasal,
  • Des difficultés respiratoires.


Les causes du mucus jaune
Lorsqu’une infection bactérienne survient, le mucus jaunit. Plusieurs maladies peuvent provoquer cette situation :

Les infections virales : lorsqu’un virus envahit le corps, le système immunitaire, trop occupé à éliminer le virus, devient vulnérable à d’autres infections.
Une grippe ou un rhume non traités sont la cause la plus fréquente de sinusite bactérienne et provoquent souvent de la toux.
Dans ce cas, le mucus peut:

  • Être foncé (par exemple bleu ou noir),
  • Avoir une mauvaise odeur,
  • Être dense et collant.

Le patient le remarque notamment le matin.
Un abcès dentaire dont le pus est drainé dans un sinus nasal peut entraîner la formation de mucus malodorant.

Les allergies : selon Robert H. Shmerling, MD (Faculty Editor, Harvard Health Publications), les allergies de saison peuvent provoquer tout type de sécrétion nasale :

  • Épaisse ou fine,
  • Jaune, verte ou claire.

La nourriture : certains aliments peuvent provoquer des changements de couleur du mucus (colorants artificiels ou naturels contenus dans les aliments).

Les maux de gorge : les maux de gorge dus au rhume ou à la grippe (virus) ou au gonflement des amygdales (les enfants sont les plus affectés) peuvent prédisposer une personne à une infection bactérienne, donc à la production de mucus jaune.

Les infections des voies respiratoires supérieures : la bronchite, la pneumonie et d’autres infections respiratoires peuvent également provoquer la production de mucus jaune, qui indique une infection bactérienne.

Les polypes nasaux : une masse non-cancéreuse (bénigne) d’un polype nasal peut bloquer le nez et les sinus, créant ainsi un terrain fertile à la prolifération des bactéries. Le mucus jaune est le signe de cette infection.

 

Quantité excessive de mucus qui coule du nez

Mucus qui coule du nez

Quand une personne est saine, son corps produit de toute façon environ 1 à 1,5 litre de mucus chaque jour. Plus abondant le matin, il faut se moucher davantage au réveil.
La plus grande partie de ce mucus descend dans la gorge sans que la personne ne s’en rende compte.

Cependant, on peut parfois remarquer la présence de mucus, car, bien que sa production n’augmente pas, sa consistance change.

En général, la production de mucus augmente beaucoup à cause :

  • D’un rhume,
  • D’une allergie,
  • D’un contact avec des substances irritantes.

Pendant la grossesse, un trouble appelé rhinite de grossesse peut se produire. Il est dû à l’augmentation des hormones dans le sang (œstrogènes et progestérone), qui provoquent un gonflement de la muqueuse nasale.


Comment réduire le mucus qui coule du nez

On peut généralement réduire les sécrétions nasales à l’aide de remèdes faits maison.

Diluer le mucus
Le mucus doit être liquide, ni collant, ni épais. Dans le cas contraire, il peut :

  • Provoquer des troubles respiratoires,
  • Augmenter le risque de certaines complications telles que des infections aux oreilles (otite moyenne ou externe).

Pour diluer le mucus, il faut inhaler la vapeur.

Inhalation de vapeur

  • On prend une petite casserole et on verse demi litre d’eau à l’intérieur,
  • On ajoute deux petites cuillères de bicarbonate de soude,
  • On fait bouillir l’eau,
  • On met la casserole sur la table,
  • On met une serviette sur la tête,
  • On inhale la vapeur pendant 10 minutes.

On peut utiliser un spray nasal à base de solution saline ou un humidificateur d’air. Il ne faut pas utiliser de spray nasal décongestionnant pendant plus de trois jours consécutifs (s’il n’est pas prescrit par le médecin).

Les antihistaminiques
Les antihistaminiques sont des médicaments qui préviennent les symptômes des allergies.
Ces médicaments peuvent provoquer une forte somnolence.
Les antihistaminiques peuvent également interagir avec d’autres médicaments. Avant toute prise, consulter le médecin, notamment en cas de prise de :

  • Myorelaxants,
  • Somnifères,
  • Sédatifs.

Mucolytiques – seulement au début (premières 24 heure) pour favoriser le passage de la toux sèche à la toux grasse.
Parmi les plus utilisés il y a l’Acétylcystéine (Fluimucil).
On n’utilise pas de mucolytiques à l’hôpital car ils peuvent provoquer l’accumulation de sécrétions dans les voies respiratoires inférieures.

Les remèdes naturels contre les sécrétions nasales excessives

La tisane au gingembre
Le gingembre est utilisé pour assaisonner de nombreux plats. Il est également un excellent anti-inflammatoire naturel utilisé pour le traitement de différents troubles.
Ses propriétés antibiotiques permettent d’éliminer les infections. La tisane au gingembre est un remède en cas de nez bouché. Il est aussi recommandé d’en inhaler la vapeur.

Lutter contre le rhume et la grippe
Les traitements pour soigner une sécrétion nasale due à un rhume ou à la grippe ne sont pas nombreux.
Il faut se reposer.
Si les symptômes de la grippe sont graves, le médecin peut prescrire un médicament antiviral, afin de réduire le temps nécessaire à la guérison.

La douche bouillante
C’est un « remède » très rapide. Prendre une douche bouillante et continuer à inhaler de la vapeur chaude jusqu’à ce que l’on se sente mieux.
Cela libère non seulement le nez, mais :

  • Calme également les nerfs,
  • Détend la personne.

Ce geste, effectué avant de se coucher, est très efficace.
Il n’est pas recommandé en cas de fièvre.

Les sécrétions nasales excessives chez le nouveau-né

Il est difficile de moucher un nouveau-né. En cas de congestion nasale grave, on peut aspirer le mucus à l’aide d’un petit aspirateur.

 

L’huile d’eucalyptus
Au travail ou en dehors de chez soi, et en cas de nez bouché, on peut pulvériser quelques gouttes d’huile d’eucalyptus sur un mouchoir.
Chaque fois que l’on ressent le nez bouché, sentir ce mouchoir pour soulager rapidement la congestion.

Il est possible d’ajouter quelques gouttes d’huile d’eucalyptus sur la taie d’oreiller.
L’odeur aide à libérer le nez bouché pendant le sommeil.
On peut également utiliser de l’huile de lavande ou de l’huile d’arbre à thé, bien que celle d’eucalyptus soit la meilleure.

 

Les remèdes homéopathiques

L’homéopathie prend en compte tous les symptômes de la maladie avant de conseiller un remède.
Si le mucus est jaune et épais, l’homéopathe peut conseiller la pulsatilla.
Il faut :

  • Chauffer la solution de pulsatilla,
  • Remplir une seringue sans aiguille,
  • Vaporiser quelques gouttes de cette solution dans le nez.

On trouve également des spray nasaux à base de pulsatilla à la pharmacie ou à l’herboristérie.
Répéter ce geste 4 à 5 fois par jour.

 

Prévention du mucus qui coule du nez

Malheureusement, on ne peut prévenir les sécrétions nasales. Il est toutefois possible de prévenir les maladies qui provoquent une sécrétion nasale excessive.
Selon la médecine naturelle les infections se développent lorsque le corps est plein de toxines.
On produit ces substances pendant la digestion d’aliments qui ne sont pas adaptés à l’homme.
Les micro-organismes toxiques se développent dans les organes :

  • Morts,
  • En décomposition.

Les bactéries et les champignons prolifèrent dans un tissu sain car ils ne trouvent pas de nutriment.
Pour éviter le développement de ces micro-organismes, il faut suivre une alimentation naturelle sans :

  • Produits transformés,
  • Aliments frits,
  • Boissons stimulantes et sucrées (Coca Cola, thé, café),
  • Céréales, notamment ceux contenant le gluten,
  • Le lait et les produit laitiers.

Après l’exclusion de ces aliments on peut suivre un régime végétalien ou riche en protéines animales et en légumes (comme le régime du groupe sanguin).
Pour garantir une protection efficace contre la grippe, le médecin recommande de se faire vacciner contre la grippe chaque année. Si les sécrétions sont dues à une allergie, éviter les allergènes qui provoquent les symptômes.
Tenir un journal quotidien des activités effectuées peut être utile afin d’identifier les allergènes.
Éviter de fumer pour libérer les voies nasales de toute irritation ou inflammation.