Larmoiement excessif

Le larmoiement excessif indique le fait d’avoir trop de larmes qui coulent des yeux.

Les larmes aident à maintenir la surface de l’œil humide. Elles permettent également d’éliminer les particules et les corps étrangers de l’œil.
Le larmoiement excessif peut survenir à tout âge. Toutefois, il est plus fréquent chez les enfants en bas âge et chez les personnes de plus de 60 ans.

Il peut se produire dans un œil ou dans les deux yeux.

 

D’où vient le liquide lacrymal ?

Le larmoiement est une fonction du film lacrymal. Il s’agit d’un élément essentiel pour la santé de l’œil.
Les fluides de l’œil sont principalement composés de mucus fin et aqueux produit par la conjonctive et par les glandes de Meibomius.
Le liquide produit permet de lubrifier les yeux à chaque battement de cils.

Quelles sont les causes du larmoiement excessif ?

  • Les émotions peuvent faire pleurer ;
  • Tout ce qui irrite l’œil peut provoquer le larmoiement excessif. Il s’agit d’un réflexe protecteur afin d’éliminer les irritants de l’œil tels que l’oignon, la fumée, le piment, etc. ;
  • Une saleté ou un grain de sable qui reste coincé dans l’œil ;
  • Les cils qui poussent vers l’intérieur des yeux peuvent provoquer une irritation. Ce trouble est appelé entropion ;
  • Les modifications du film lacrymal : la teneur en lipides (graisses) dans les larmes peut être modifiée par exemple.
    Cela peut empêcher le film lacrymal de se répandre uniformément sur le devant de l’œil.
  • L’abrasion de la cornée est une lésion de la surface de la cornée (structure transparente en forme de calotte qui se situe à l’avant de l’œil) ;
  • La conjonctivite est une inflammation de la couche transparente qui recouvre la sclère (la partie blanche de l’œil) et les paupières, provoquant ainsi des yeux rouges et des douleurs ;
  • Les pertes provoquées par la conjonctivite virale sont claires et aqueuses. Elles peuvent toutefois contenir du mucus jaune clair ou blanc. Les larmes causées par la conjonctivite bactérienne sont plus denses et similaires au pus (purulentes) et sont généralement jaunes, vertes ou grises.
  • Les pertes provoquées par la conjonctivite allergique sont aqueuses.
  • La blépharite est une affection chronique des paupières caractérisée par une inflammation des follicules pileux des cils.
    Il en résulte une production anormale de sébum par les glandes de Meibomius sur le bord interne des paupières.
    Les symptômes de l’inflammation des glandes de Meibomius sont des larmes mousseuses, des croûtes sur les paupières, des pertes de pus jaunes ou vertes, des douleurs oculaires et une irritation.
    La blépharite peut provoquer un larmoiement intense le matin.
  • L’uvéite antérieure est une inflammation de l’iris, partie colorée de l’œil qui entoure la pupille.
  • Un défaut dans le drainage des larmes. Les larmes peuvent être bloquées au lieu d’être réabsorbées.
  • La cause la plus fréquente de larmoiement abondant chez les adultes est la présence d’une obstruction dans le canal lacrymal.
    Cela peut être provoqué par une légère inflammation persistante.
    En cas d’obstruction du canal lacrymal, outre le larmoiement, il existe un risque que les larmes stagnantes à l’intérieur du canal s’infectent.
    Si le sac lacrymal est infecté, cela provoque des larmes collantes dans les yeux.
    Le canal lacrymal n’est parfois pas complètement bouché. Toutefois, il est trop étroit pour drainer toutes les larmes.
  • Certains enfants naissent avec un canal lacrymal qui n’est pas complètement ouvert. Ce problème est fréquent et se résout habituellement en quelques semaines sans aucun traitement car les canaux s’ouvrent ensuite spontanément et complètement.

Les causes les plus rares du larmoiement excessif
Dans de rares cas, une obstruction peut se produire à l’intérieur ou à l’entrée des canalicules lacrymaux dans le coin interne de l’œil. Elle peut être provoquée par une inflammation ou par une fibrose.
Dans de rares cas, un polype dans le nez peut bloquer la sortie des larmes des canaux lacrymaux.
Les maladies thyroïdiennes peuvent aussi représenter une autre cause rare de larmoiement.

 

Les types de larmes (ou de pertes) des yeux

Les larmes denses grises ou vertes
Les pertes grises ou vertes dans les yeux peuvent être le signe d’une infection oculaire provoquée par une bactérie. La conjonctivite bactérienne peut entraîner le blocage de la paupière au réveil.

Les pertes de mucus jaune
Les larmes jaunâtres avec une petite bosse sur la paupière peuvent être provoquées par un orgelet.
Les glandes de la paupière peuvent s’infecter et perdre du mucus.

Les larmes aqueuses et purulentes
La dacryocystite est une infection du système de drainage lacrymo-nasal qui provoque la formation d’une boule de mucus blanc ou jaune.

Les personnes qui souffrent de dacryocystite ressentent des douleurs au visage. Des rougeurs et un gonflement sont visibles autour de la paupière, près du nez.
On peut également remarquer des pertes qui sortent d’un petit trou au niveau de la paupière.
Cette maladie peut devenir grave si l’on ne prend pas immédiatement des antibiotiques.

Les larmes blanches
Les larmes blanches peuvent être provoquées par la conjonctivite allergique.
Les allergies oculaires peuvent provoquer une forte gêne.

Les larmes aqueuses accompagnées de mucus
Un excès de larmes aqueuses mélangées à une petite quantité de mucus peut être provoqué par un virus.
La conjonctivite virale provoque plusieurs symptômes, notamment le gonflement de la paupière, une vue brouillée, des yeux rouges et une sensation de corps étranger dans l’œil.

 

Larmoiement excessif
Larmoiement excessif

Les symptômes du larmoiement excessif

Le principal symptôme du larmoiement excessif est la production de larmes sans cause.
En plein air, les yeux peuvent pleurer davantage, notamment en cas de vent ou s’il fait froid.
D’autres symptômes sont :

  1. Le mucus, les croûtes ou une sensation collante dans les yeux ;
  2. La douleur ou le gonflement dans le coin interne des yeux, près du nez ;
  3. Douleur et rougeur des bords des paupières.

 

Le diagnostic du larmoiement excessif

L’obstruction du canal lacrymal peut être diagnostiquée par une série de tests, parmi lesquels nous pouvons citer par exemple :

  1. L’examen physique – y compris le dossier médical.
  2. L’examen ophtalmologique – afin de rechercher d’autres causes possibles.
  3. Un test pour vérifier le drainage des larmes – par exemple, on verse un liquide spécial dans l’ouverture du canal lacrymal touché.
  4. La radiographie ou le scanner – dans la région du canal lacrymal.

 

 

Le traitement du larmoiement excessif

Le type de traitement à suivre dépend de la cause du larmoiement.
Si les symptômes sont légers, il est probable qu’aucun traitement ne soit nécessaire.
Les enfants qui sont nés avec des canaux lacrymaux bouchés ne nécessitent aucun traitement.

► En cas d’allergies, les antihistaminiques peuvent aider.
Le test de Schirmer est très utile pour déterminer la qualité et la quantité de larmes.
En ce qui concerne le traitement des yeux secs à cause d’une production insuffisante de larmes, l’utilisation de lubrifiants ou de lentilles de contact spéciales pourrait aider.
En cas de sécheresse des yeux, il faut les protéger si le taux d’humidité atmosphérique est faible.
L’exposition au soleil et au vent peut aggraver les symptômes.

► Les infections telles que la conjonctivite et la blépharite peuvent être traitées à l’aide d’antibiotiques. Les compresses chaudes peuvent aider et soulager le trouble.

 

Les canaux lacrymaux bouchés chez les enfantslarmoiement excessif,glandes lacrymales,yeux

La plupart des cas de canaux lacrymaux bouchés se résolvent au cours des premiers mois de la vie du bébé. Toutefois, dès les premiers signes d’un canal lacrymal bouché, il faut le signaler à l’ophtalmologue pour écarter un problème plus grave.

►En cas de canal lacrymal partiellement bouché, l’oculiste peut introduire un endoscope pour le déboucher.
Une intervention chirurgicale mineure peut parfois être nécessaire afin de déboucher le canal lacrymal et de faciliter le drainage correct des larmes.

► Le chirurgien insère parfois un stent pour dilater le canal lacrymal.
Il introduit un petit ballon qui sera gonflé à l’intérieur du canal lacrymal afin de supprimer l’obstruction.

► Une intervention chirurgicale peut être effectuée pour corriger les anomalies de la paupière comme l’ectropion (enroulement de la paupière vers l’extérieur) ou l’entropion (enroulement de la paupière vers l’intérieur).

 

Les remèdes naturels en cas de larmoiement excessif

La zone autour de l’œil et des paupières doit être propre et sans croûtes.
Appliquer une compresse chaude sur la paupière pendant quelques minutes permet de soulager les symptômes.
On peut tremper une serviette de toilette dans de l’eau chaude (pas bouillante) pour faire la compresse. Une compresse froide aidera à réduire le gonflement des paupières.
Si le larmoiement est dû à l’exposition à des irritants environnementaux comme la fumée, la poussière ou des produits chimiques, on peut facilement le traiter à l’aide de larmes artificielles.
Il est recommandé de porter des lunettes de soleil si l’on sort en plein air, notamment en cas de vent fort et de soleil.

 

L’intervention chirurgicale en cas de larmoiement excessif

Si les canaux lacrymaux sont bouchés et que les autres traitements ne fonctionnent pas, l’ophtalmologue peut effectuer une intervention chirurgicale afin de déboucher les canalicules lacrymaux et d’élargir le canal lacrymo-nasal.
L’intervention est appelée dacryocystorhinostomie ou DCR.
Cette intervention peut être effectuée sous anesthésie locale ou générale.
Avant l’intervention chirurgicale, une radiographie spéciale des canaux lacrymaux peut se révéler nécessaire afin de déterminer la position exacte de l’obstruction.