Inappétence ou perte d’appétit

L’inappétence est un manque d’appétit qui survient lorsqu’il y a une diminution dans le désir de manger.

Aussi bien les troubles mentaux que les maladies peuvent provoquer une perte d’appétit.
En cas de perte d’appétit, il peut y avoir d’autres problèmes tels que la perte de poids ou la malnutrition.
Ceux-ci peuvent être graves s’ils ne sont pas traités, il est donc important de trouver la cause du manque d’appétit et la traiter.

La perte d’appétit d’origine psychologique peut être dangereuse pour la santé, notamment chez les filles et les jeunes garçons.
Il faut tout de suite le signaler au médecin si un adolescent refuse la nourriture.

 

La perte d’appétit pendant la grossesse

La plupart des femmes enceintes souffrent de nausée et de vomissement en début de grossesse (pendant les trois premiers mois).
Le deuxième trimestre est très important pendant la grossesse parce que le corps de la femme commence à se régler pour accueillir le fœtus.
En plus du malaise et de la nausée au matin, certaines femmes enceintes peuvent perdre leur appétit.
Ceci est normal et il ne faut pas s’inquieter.

 

Les causes de l’inappétence

L’inappétence se produit principalement en raison de la nausée. La sensation de nausée au matin permet de réduire le désir de manger. En outre, le vomissement peut vraiment rendre difficile l’augmentation du poids ou le maintien d’un poids sain.

Il y a un ralentissement général de l’appareil digestif au cours du deuxième trimestre. Ce ralentissement est dû à la pression exercée par l’utérus sur la partie inférieure de l’intestin.
Cela conduit à la perte d’appétit et à la constipation en début de grossesse.
La grossesse apporte beaucoup de stress physique, mental, émotionnel et hormonaux.
Cela peut être l’une des raisons pour laquelle une femme enceinte n’a pas d’appétit.
Un autre facteur qui affecte la perte d’appétit pendant le premier trimestre est l’augmentation du taux de progestérone.
Cette hormone ralentit tout le processus de digestion.
Même une grande absorption d’eau dans le côlon ralentit le processus de digestion.
L’apport de fer augmente également pendant la grossesse, ce qui provoque la constipation de la future maman.

Les considérations
Les hormones et la taille de l’enfant ne sont pas les seules raisons pour lesquelles une femme perd l’appétit pendant la grossesse.
Beaucoup de femmes souffrent de météorisme ou d’air dans le ventre en raison du ralentissement du tractus digestif.
Les gaz intestinaux peut dilater l’estomac et donner une sensation de satiété.
En outre, le sphincter supérieur de l’estomac se détend pendant la grossesse. Cela provoque souvent une sensation de brûlure d’estomac et le reflux gastro-œsophagien dans le deuxième et le troisième trimestres.
Puisque le fait de manger aggrave souvent l’acidité d’estomac, les femmes préfèrent ne pas manger pour éviter les symptômes.
La perte d’appétit pendant la grossesse avancée ou au troisième trimestre est fréquente chez certaines femmes.
La pression exercée sur l’estomac à cause de la croissance du fœtus peut conduire à une diminution de l’appétit.
Quand l’enfant appuie sur l’estomac, il y a une sensation de satiété plus rapide, rendant ainsi difficile de manger plus.
Il ne faut pas s’oublier qu’une femme enceinte peut avoir les mêmes troubles d’estomac qu’un adulte normal, comme l’ulcère gastrique, la gastrite et l’infection à helicobacter pylori.

 

Le manque d’appétit dans le troisième trimestre de grossesse

Beaucoup de femmes affirment qu’elles ont beaucoup moins d’appétit pendant les derniers mois de grossesse.
L’une des raisons est la pression du fœtus sur l’abdomen, ce qui provoque le mal au ventre ou le mal à l’estomac.
Il y a tout simplement moins de place pour se nourrir. La meilleure façon de combattre l’inappétence est de manger quelque chose, même un en-cas, toutes les 3-4 heures.

Il ne faut pas boire d’eau ou de jus de fruit pendant le repas.
Le liquide remplit rapidement l’estomac, laissant moins de place aux aliments solides.

 

Les remèdes naturels

Quelques mesures simples peuvent aider à surmonter la perte d’appétit pendant la grossesse.
Ces remèdes peuvent en effet augmenter le désir de manger, ce qui peut bénéficier aussi bien la mère que l’enfant.

  • S’il y a la perte d’appétit pendant le premier trimestre de grossesse, il faut faire des petits repas.
  • Lorsqu’on commence à faire des repas réduits pendant la journée, l’estomac reste plein et la nausée est réduite.
  • Il ne faut pas se forcer à manger au matin. On peut manger un peu plus tard dans la journée, surtout des boissons et des aliments sains pour compenser la perte d’éléments nutritifs dans la matinée.
  • Les femmes enceintes devraient boire de 8 à 10 verres d’eau chaque jour pour compenser la perte de l’appétit dans le deuxième trimestre de grossesse.
  • Il faut manger les légumes à feuilles vertes et les aliments riches en fibres.
  • Les femmes enceintes devraient éviter les repas gras ou les aliments qui sont difficiles à digérer et qui réduisent l’appétit.
  • Il faudrait manger de 5 à 7 petits repas tout au long de la journée au lieu des 2 principaux repas. Le même régime devrait continuer si l’on doit faire face à la perte d’appétit pendant le dernier mois de grossesse.
  • Si l’on continue à remarquer l’inappétence et si l’on n’arrive pas à manger les aliments nécessaires, il faut tout de suite le signaler au médecin. La perte de poids et la déshydratation dues au manque d’appétit sont très dangereuses pour la mère et le fœtus. Les femmes enceintes doivent suivre le régime BRAT. Dans ce régime alimentaire il y a les bananes, le riz, la sauce pommes et le pain grillé. Ces aliments donnent les nutriments appropriés et ils n’irritent pas l’estomac. Leur odeur provoque rarement la nausée. Les femmes enceintes devraient éviter les aliments épicés, les œufs et le poisson : ces aliments déclenchent la perte d’appétit et la nausée pendant la grossesse.
  • Dans certains cas, le stress conduit également à l’inappétence ou à la perte de la sensation de faim.

 

La perte d’appétit chez les enfants

Il y a des moments où les enfants peuvent perdre l’appétit ou ils ne voulent pas manger au moment du repas, notamment le soir.
Cela peut être décourageant et inquiétant.
Il y a en outre des moyens simples pour faire des repas un moment agréable pour la mère, le fils et la famille en entier.

Les mauvaises habitudes sont difficiles à changer
Manger dans une atmosphère positive aide les enfants à développer une attitude saine envers la nourriture et eux-mêmes.
Manger ensemble est une façon d’aider l’enfant à développer une attitude saine envers la nourriture.

Les causes de l’inappétence infantile
Les maladies entraînent parfois la perte d’appétit. Si l’enfant souffre de mal de gorge, d’éruptions cutanées, de fièvre ou d’autres symptômes, il peut perdre l’appétit.
Si l’enfant est malade ou n’améliore pas, il faut le signaler ou consulter un médecin.
Il y a une autre cause d’inappétence chez les enfants, c’est-à-dire le retour après les vacances.
Étant donné que les enfants sont routiniers, le retour à la maison après un mois de vacances peut provoquer des symptômes tels que la nervosité, la perte d’appétit, le mal de tête et la fatigue.
L’enfant d’un an doit faire le vaccin hexavalent, appelé de cette façon parce qu’il protège contre les six maladies : la coqueluche, la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, l’hépatite B et l’Haemophilus influenzae de type b.
Dans les deux jours suivant l’injection, le bébé peut avoir une perte d’appétit.
Si la maladie n’est pas la cause de la perte d’appétit, il y a plusieurs raisons pour lesquelles l’enfant peut ne pas manger.
Les causes peuvent être :

  • L’enfant mange entre les repas ;
  • L’enfant boit un jus de fruits ou d’autres liquides (différents de l’eau) entre les repas ;
  • L’enfant a une énergie plus faible que d’habitude.

Pour les enfants qui ont au moins 1 an, l’appétit augmente et diminue selon l’âge, le niveau d’énergie, les périodes de croissance et de tempérament.
Si l’enfant semble en bonne santé et heureux, il n’y a sans doute aucune cause d’inquiétude pour une baisse temporaire de l’appétit.

 

Comment peut-on augmenter l’appétit de l’enfant ?

Enfant,enfants,sans appétit,remèdesIl y a plusieurs façons d’encourager l’enfant à manger :

  • S’amuser pendant un repas. Les repas sont des moments sociables importants pour les enfants qui grandissent. Il faut essayer de rendre ce moment de la journée plus agréable pour l’enfant.
    On peut offrir à l’enfant différents aliments et lui permettre de choisir ce qu’il préfère.
    Il ne faut pas se focaliser sur ce que l’enfant ne mange pas, mais plutôt sur ce qu’il mange.
    On peut montrer avec des exemples que manger est amusant et agréable.
  • Le partage des responsabilités. Certains nutritionnistes encouragent les parents à adopter une théorie de l’alimentation appelée « partage des responsabilités ». Selon cette théorie, les parents sont responsables de fournir la nourriture à l’enfant et ce dernier est responsable de ce qu’il mange .
    Les parents procurent les aliments à l’enfant et ils l’aident à se nourrir de façon équilibrée.
    Lorsque l’enfant grandit, les parents choisissent et préparent la nourriture, ils offrent des en-cas et des repas réguliers, ils rendent le repas un moment agréable et créent un bon modèle afin que l’enfant puisse profiter de la nourriture pendant des repas.
  • Les parents devraient interdire le fils de manger des en-cas entre les repas, l’encourageant à ne boire que de l’eau. Cette théorie donne à l’enfant les nutriments nécessaires selon la nourriture qu’il choisit.
  • Il faut servir des petites portions de façon frequente. Les enfants ont l’estomac plus petit que les adultes. Ils ne mangent pas beaucoup pendant les repas.
    Cinq ou six petits repas ou en-cas peuvent satisfaire les besoins caloriques de l’enfant. Cela peut provoquer des problèmes mineurs pendant les repas.
  • Il faut varier le menu de l’enfant. Lorsqu’on prépare le repas pour l’enfant, il faut prendre les aliments de tous les quatres groupes alimentaires principaux.
    Les produits de grains entiers comme le pain, les pâtes, le riz, les céréales et d’autres produits céréaliers riches en fer, en acide folique et en autres vitamines du type B, y compris la niacine, la thiamine et la riboflavine.
    On peut donner à l’enfant beaucoup de fruits et de légumes coupés en morceaux.
    Le lait, le yaourt, les fromages et les autres produits laitiers offrent un équilibre de protéines, d’hydrates de carbone et de graisses, de calcium et de vitamine d.
    Les viandes maigres, la viande de volailles et le poissons, ainsi que le tofu (le caillé de graines de soja), les haricots et les lentilles donnent au corps de l’enfant les protéines, les graisses, les vitamines et les minéraux comme le fer. Un enfant peut avoir des plats préférés, mais des nouveaux aliments peuvent être introduits peu à peu. Il faut au début être prêts pour le rejet de l’enfant envers des aliments nouveaux.
  • Il ne faut pas forcer l’enfant à manger. Les repas devraient être un moment agréable pour toute la famille.
    Il n’est pas une bonne idée de forcer l’enfant à manger. Cela peut décourager l’enfant à manger la nourriture en question à l’avenir.
    Commander l’enfant de finir tous peut avoir le même effet.
  • Rejeter la nourriture peut être un moyen pour l’enfant d’affirmer son indépendance. Les nutritionnistes affiment que la plupart des enfants mangent ce dont ils ont besoin.
  • Il faut éviter les distractions. Il faut éviter la télévision à fond à proximité ou pendant les repas.
    Il ne faudrait pas amener d’autres distractions comme des jouets ou des livres à la table lorsqu’on mange.
    Il faut éviter de boire avant les repas. Si l’on remplit en effet l’estomac avec de l’eau, l’enfant atteigne la sensation de satiété de façon plus rapide.

 

D’autres conseils utiles pour rendre le repas plus agréable

On peut préparer l’enfant aux repas. Il faut lui faire savoir qu’on mange 10 ou 15 minutes avant de servir le repas.
On peut encourager l’enfant à l’aider dans la préparation des repas. Il peut laver les légumes ou mélanger les ingrédients.
On ne peut servir des boissons qu’après le plat principal afin que l’enfant ne se remplisse pas avec les liquides.
On peut mettre quelques journaux sous et autour de la chaise de l’enfant afin d’éviter le dur nettoyage après le repas.
Les saines habitudes alimentaires pour l’enfant peuvent être :

  • L’enfant doit manger des aliments nutritifs de façon lente.
  • On peut rendre le repas amusants en assignant des noms aux aliments que l’enfant n’aime pas (par exemple, « l’arbre délicieux des brocoli » ).
  • Il faut jamais utiliser la nourriture comme une récompense ou une punition.

En cas de manque en vitamines ou de malnutrition, on peut prendre des suppléments vitaminiques comme Haliborange.
Parmi les remèdes homéopathiques utiles il y a le Natrum muriaticum qui est indiqué en cas d’inappétence, de perte de poids et de déshydratation dans la phase de convalescence après une maladie.

Les points clés

  1. Si l’enfant semble en bonne santé et heureux, il n’y a sans doute aucune raison de s’inquiéter de l’inappétence temporaire.
  2. Il faut s’amuser pendant les repas.
  3. Il faut fréquemment servir des petites portions.
  4. Il faut modifier le menu de l’enfant.
  5. Il ne faut pas forcer l’alimentation ou utiliser la nourriture comme une récompense ou une punition.
  6. Il faut éviter les distractions pendant les repas.

 

Les causes de l’inappétence chez le nouveau-né

La perte d’appétit chez les nourrissons rend toujours les parents anxieux, toutefois ils s’attendent souvent que le nouveau-né mange plus que nécessaire.
Parmi les causes de la perte d’appétit chez le nouveau-né il y a :

Le reflux acide
Le reflux acide est le retour de l’acide gastrique de l’estomac à l’œsophage.
L’acidité de l’estomac peut provoquer l’irritabilité, la douleur et la diminution de l’appétit.

L’allergie au lactose
L’allergie aux protéines du lait de vache (à ne pas confondre avec l’intolérance au lactose) est une maladie dans laquelle le système immunitaire d’un nouveau-né réagit contre la caséine et le lactosérum, c’est-à-dire les protéines du lait.
Cela peut provoquer le mal à l’estomac, le gonflement, les démangeaisons et les difficultés respiratoires chaque fois que l’enfant ingère les produits laitiers.

Les infections
Les nourrissons n’ont pas un système immunitaire mature, ils sont donc vulnérables à des infections graves.
Les infections virales et bactériennes peuvent provoquer la perte d’appétit chez le nourrisson.

La dentition
La grande majorité des enfants remarquent les premières dents de 4 à 8 mois d’âge.
Parmi les symptômes de dents qui poussent il y a :

  • Le gonflement des gencives ;
  • L’irritabilité ;
  • Le refus de la nourriture ;
  • L’insomnie.

Les causes d’inappétence chez les adultes ou chez les personnes âgées sont surtout la prise de médicaments et les maladies cancéreuses.
Certains médicaments comme le zoloft pour traiter la dépression ou l’Amoxicilline Mylan (un antibiotique à base d’amoxicilline) peuvent entraîner une perte d’appétit temporaire.

 

Les causes de la perte d’appétit dues aux cancers

L’inappétence chez une personne atteinte de cancer a des causes multiples :
Certains types de cancer, comme le cancer de l’ovaire, du pancréas, du foie, de la thyroïde et de l’estomac peuvent entraîner une perte d’appétit.
Ces maladies affectent généralement le métabolisme d’une personne (le processus du corps qui décompose la nourriture et la transforme en énergie).

Le cancer avancé (qui ne peut pas être guéri).
Parmi les causes d’inappétence en cas de cancer malin de stade quatre il y a :

  1. Certaines tumeurs peuvent provoquer une augmentation de volume de la rate. Ce trouble (appelé splénomégalie) peut pousser sur l’estomac et créer une sensation de satiété.
  2. L’ascite (une accumulation de liquide dans l’abdomen) peut créer une sensation de satiété après avoir également mangé une petite quantité de nourriture
  3. Les médicaments, la chimiothérapie, l’immunothérapie et les sédatifs (des médicaments qui provoquent des sensation de calme ou de somnolence).
  4. La radiothérapie ou une intervention chirurgicale à n’importe quelle partie des organes gastro-intestinaux tels que l’estomac ou l’intestin.