Douleurs aux fesses

Les douleurs aux fesses sont un problème gênant qui perturbe les activités quotidiennes comme s’asseoir pour lire le journal, marcher, faire du sport, faire du vélo, etc.

La douleur peut être sourde et constante ou soudaine et lancinante.
Les douleurs aux fesses compliquent certaines tâches simples comme mettre ses chaussettes, lacer ses chaussures, ramasser des objets, etc.
Certaines personnes perçoivent une douleur plus forte la nuit, qui les empêche de dormir.

 

D’autres personnes ressentent une gêne le matin.
Les principaux symptômes sont la douleur et la rigidité musculaire qui provoquent une très forte sensibilité de la zone au toucher.
Une déchirure musculaire peut se produire sous la fesse. Toutefois, cela est presque impossible au niveau de ses muscles internes.

 

Les causes des douleurs aux fesses

Les douleurs aux fesses sont le signe de nombreux troubles, du claquage musculaire à la compression d’un nerf. Des douleurs peuvent aussi se manifester dans la colonne vertébrale (au niveau lombo-sacré).

La lombosciatique
Le nerf sciatique est le nerf le plus long du corps humain : il prend son origine dans la colonne vertébrale, puis traverse la fesse et descend dans les membres inférieurs. Le mot « sciatique » est utilisé pour décrire la douleur produite par la compression ou l’irritation de cette structure nerveuse.
La douleur causée par la lombosciatique est continue. On remarque une forte sensation de brûlure qui peut irradier vers le bas de la fesse et à l’extérieur de la jambe.
En plus de douleurs, on peut ressentir un fourmillement ou un engourdissement de la jambe et du pied.
La position assise prolongée aggrave la douleur sciatique.

La hernie discale
La hernie discale est une petite partie en relief du noyau pulpeux intérieur des disques intervertébraux.
Les disques sont des « joints » de cartilage qui amortissent les chocs.
La couche intérieure de ces disques est appelée noyau (noyau pulpeux), tandis que la couche extérieure est appelée anneau fibreux.
En cas de blessure de l’anneau, une petite partie du noyau pulpeux sort, comprime et irrite les nerfs situés à proximité. Cela provoque des douleurs.
La hernie discale provoque la lombosciatique et, par conséquent, une douleur lombaire qui irradie jusqu’au pied.
Les symptômes sont les suivants :

  1. Maux de dos et douleurs aux jambes jusqu’aux pieds,
  2. Faiblesse,
  3. Perte de sensibilité,
  4. Fourmillement,
  5. Perte des réflexes tendineux,
  6. Incontinence (rarement).

Ce trouble n’affecte qu’un côté et n’est presque jamais bilatéral.
La douleur est constante. Toutefois, elle est plus forte le matin car le disque intervertébral absorbe le liquide tout au long de la nuit (comme une éponge) et augmente donc son volume.
Il en résulte une plus forte pression sur le nerf.
La douleur est plus forte pendant la course, tandis qu’elle diminue en position assise.

Le syndrome du piriforme
Le muscle situé dans la zone profonde des fesses est appelé piriforme.
Son origine est sur le sacrum (vertèbre S2 / S3) et son insertion se situe au niveau du grand trochanter du fémur.
Le syndrome du piriforme est une maladie dans laquelle le muscle comprime et irrite le nerf sciatique. La douleur est ressentie dans le bas et à l’arrière du dos, dans la région lombaire, la hanche et la fesse.
Le syndrome du piriforme se manifeste suite à un déséquilibre postural ou à un traumatisme.
La douleur est notamment ressentie en position assise et la nuit, au lit, quand on se retourne d’un côté à l’autre.
Le muscle piriforme peut provoquer des douleurs de deux manières :

  1. En cas de point de déclenchement actif (contracture dans un point spécifique du muscle), on ressent une douleur dans la fesse et à l’arrière de la cuisse jusqu’au genou (derrière) ;
  2. Si le muscle piriforme comprime et provoque une inflammation du nerf sciatique, il peut causer une sciatique ainsi que des douleurs, un fourmillement et un engourdissement qui s’étendent jusqu’au pied.

Ce syndrome affecte presque toujours la fesse gauche, car le corps n’est pas symétrique. La conséquence est que le sacrum et le bassin subissent une rotation qui provoque une tension sur le muscle piriforme gauche.
Souvent, les patients atteints du syndrome du piriforme ressentent aussi des douleurs à l’aine.

La dysfonction sacro-iliaque
La douleur provoquée par la dysfonction sacro-iliaque est une maladie grave.
Cette maladie provoque des douleurs aux fesses ainsi que dans la région lombaire.
Les articulations sacro-iliaques sont situées dans la partie inférieure du dos, des deux côtés de la colonne vertébrale.
L’inflammation de l’articulation sacro-iliaque et des ligaments situés à proximité causent des douleurs aux fesses.
Les personnes atteintes de ce trouble remarquent une forte douleur lorsqu’elles marchent.
Après le cinquième mois de grossesse, les femmes enceintes peuvent ressentir des douleurs dans la région lombaire et au niveau du bassin à cause du poids de l’enfant et d’une plus grande flexibilité des ligaments.

Les points de déclenchement
Les points de déclenchement sont des zones en forme de petits points dans lesquelles on remarque un nodule très douloureux au toucher.
Lorsque l’on presse sur le nodule, on peut ressentir une douleur dans une autre région : par exemple lorsque l’on presse sur un point de déclenchement dans le muscle soléaire (muscle du mollet), on peut ressentir une douleur à la fesse.

Les fessiers
Les trois principaux muscles de la fesse sont le grand glutéal, le moyen glutéal et le petit glutéal. Le fessier est le plus grand muscle du corps et certains spécialistes affirment qu’il est aussi le plus fort. Tous les muscles peuvent causer des douleurs et des problèmes de tendon dans la fesse.
Il existe plusieurs points de déclenchement dans ces tissus musculaires qui causent des douleurs dans la fesse ou dans l’ensemble de la zone : il existe 3 points de déclenchement dans le muscle grand glutéal, 3 dans le moyen glutéal et 7 dans le petit glutéal.

La tendinopathie du biceps fémoral
Ce trouble provoque une forte douleur dans le bas de la fesse, notamment en position assise. La maladie est également connue sous le nom de tendinite proximale du biceps fémoral.
La cause de la douleur est une inflammation de la zone d’où provient le muscle biceps fémoral (tubérosité ischiatique). La douleur se manifeste dans le bas des fesses et près de l’os pelvien. La douleur aux fesses est très forte et est semblable à celle que l’on peut ressentir en cas de maux de dents.

La bursite
Une bourse est une structure anatomique composée de liquide séreux. Sa fonction est de réduire la friction lorsque les muscles frottent sur d’autres muscles, sur les os, les articulations ou les ligaments.
Les structures qui « se frottent » les unes aux autres peuvent s’enflammer et causer des douleurs. Les deux principales bourses des fesses sont la bursite trochantérienne (dans la zone latérale) et la bursite ischiatique (en bas).
La bursite peut affecter la fesse droite, la fesse gauche ou les deux.

La douleur au coccyx
Les personnes atteintes de ce trouble ressentent des douleurs à la base de la colonne vertébrale, juste au-dessus de l’anus. On ressent des douleurs au niveau des ligaments qui maintiennent le coccyx aligné. La douleur peut être légère ou sévère.
Elle peut créer des problèmes lors de certaines activités de la vie quotidienne, comme faire du vélo.

Le ligament ilio-lombaire
Ce ligament fragile est situé dans la partie supérieure de la fesse.
Il relie le rachis lombaire à l’ilion. Le ligament ilio-lombaire se trouve derrière les fossettes sacro-iliaques (aussi appelées salières de Vénus), dans le bas du dos.
Voici une technique d’étirement de ce ligament : on fait asseoir le patient sur le sol, les jambes écartées, l’une tendue et l’autre pliée.
On incline le tronc dans le sens d’un membre inférieur, en essayant de rapprocher le plus possible le nez du genou.
Certains experts affirment que cette douleur peut être confondue avec la sciatique.

Les maladies qui causent des douleurs à la fesse
La douleur à la fesse peut être causée par les maladies suivantes :

  1. L’abcès anal : la cavité près de l’anus est infectée et remplie de pus,
  2. Les fissures anales : petit ulcère de la muqueuse anale,
  3. L’arthrite de la hanche,
  4. Le cancer osseux du bassin (qui provoque des douleurs le jour et la nuit),
  5. Le syndrome des loges : c’est une maladie dans laquelle la pression interne des muscles réduit le flux sanguin vers les nerfs, les tendons et les muscles),
  6. La fibromyalgie : il s’agit d’une maladie chronique qui provoque des douleurs, une rigidité et une fragilité au niveau des muscles, des tendons et des articulations,
  7. Les hémorroïdes : gonflement et inflammation des veines de l’anus ou du rectum,
  8. Le kyste pilonidal : il s’agit d’une tumeur bénigne qui se forme sur le coccyx, qui peut s’infecter et se remplir de pus,
  9. La prostatite : il s’agit d’une inflammation de la prostate qui peut provoquer des douleurs à la fesse, au sacrum et à l’aine.
  1. Douleur à la fesseLa sciatique : sensation de brûlure, douleur ou gêne au niveau des fesses et à l’arrière de la jambe en raison de la compression du nerf sciatique.
  2. Le zona : maladie douloureuse des nerfs causée par le virus de la varicelle,
  3. Canal lombaire étroit : le rétrécissement du canal rachidien crée une pression sur la moelle épinière ou sur les nerfs.
  4. La névralgie pudendale : elle cause une sensation de brûlure douloureuse le long du nerf, donc elle peut affecter le testicule, le vagin et la fesse dans la région près de l’anus.

 

Quels sont les autres symptômes qui accompagnent une douleur aux fesses ?

La douleur aux fesses est accompagnée de nombreux symptômes comme :

  • Les ecchymoses,
  • Le mouvement limité du dos,
  • Le mouvement limité de la hanche,
  • Les difficultés à marcher (boiter),
  • La douleur lombaire,
  • La faiblesse musculaire,
  • L’engourdissement musculaire,
  • La douleur du côté droit ou du côté gauche, des jambes ou de l’aine,
  • Le gonflement (œdème) des fesses,
  • Les variations de température,
  • La sensation de brûlure.

 

Le traitement de la douleur aux fesses

La thérapie repose sur le traitement de la maladie qui cause la douleur.
En cas d’incident récent dans la zone fessière, le repos et l’application de glace devraient suffire à faire passer la douleur en deux jours.
Si elle ne passe pas, il faut consulter un médecin.
Le médecin trouve la cause à partir du dossier médical du patient, en effectuant des examens physiques et des tests de laboratoire comme la radiographie, la TDM et l’IRM.
Si le muscle piriforme est contracté, on peut appliquer de la chaleur sur les fesses pour détendre les muscles.
Une posture incorrecte est une cause de maux de dos.
La correction de la posture soulage immédiatement les douleurs aux fesses.

Lorsque le corps n’est pas aligné, l’articulation sacro-iliaque peut être corrigée à l’aide de la physiothérapie.
Une fois que la douleur de la hanche diminue, il est déconseillé d’effectuer des exercices d’étirement musculaire.
Le muscle piriforme ne s’étire pas et ne bénéficie pas d’élasticité. Au contraire, il pourrait devenir à nouveau douloureux.
Cela allonge le temps de récupération.

En cas de hernie discale ou de lombosciatique, il faut éviter la course ainsi que certains exercices de gym comme le squat et le leg-press.
Bien sûr, les sports comme le tennis, le volley-ball, le basket-ball, etc. sont contre-indiqués.
La natation n’est recommandée que si elle ne provoque aucune douleur. Elle est plus utile en prévention.

 

Les remèdes naturels en cas de douleur aux fesses

De nombreux médecins recommandent l’étirement musculaire avec la flexion de la colonne vertébrale ou l’étirement du muscle piriforme ; en fait, cet exercice n’améliore pas la situation. Au contraire, il peut aggraver la douleur à court terme.
L’étirement peut soulager la douleur qui provient du ligament ilio-lombaire.

L’automassage des fesses, à effectuer en s’asseyant sur une balle de tennis et en bougeant le bassin en avant et en arrière, peut soulager la douleur du syndrome du piriforme.

En cas de hernie discale, la thérapie manuelle la plus appropriée est la méthode McKenzie.