Acouphène de l’oreille – causes et types

Les acouphènes sont des bourdonnements d’oreille que l’on entend aussi en l’absence de bruit.

Il existe un type spécifique d’acouphène, caractérisé par un bruit saccadé comme un craquement qui résonne dans les oreilles.

Ce bruit est souvent rythmique. On peut l’entendre en permanence ou à intervalles réguliers.
Généralement, il s’agit du bruit de la circulation sanguine qui est amplifié pour différentes raisons.

Les oreilles deviennent très sensibles et peuvent entendre le sang qui passe. En d’autres termes, elles entendent les pulsations.
C’est pourquoi on parle d’acouphène « pulsatile » .
Les acouphènes affectent surtout les adultes et les personnes âgées. Ce trouble est très rare chez les enfants.
Le spécialiste à consulter est l’O.R.L. (oto-rhino-laryngologiste).

Les types d’acouphènes

On peut entendre le bourdonnement dans l’une ou les deux oreilles.
L’acouphène peut être :

  • Subjectif,
  • Objectif.

Dans le cas d’acouphènes objectifs, le patient entend clairement le bourdonnement.
Les gens qui sont proches d’une personne affectée peuvent également entendre le bruit émis par les oreilles.

Le tinnitus objectif peut être d’origine :

  • Vasculaire (au niveau des vaisseaux sanguins),
  • Mécanique (un trouble musculosquelettique).

Le tinnitus objectif d’origine vasculaire peut être provoqué par une sténose (un rétrécissement) des artères :

Le tinnitus objectif d’origine mécanique est provoqué par la contraction musculaire anormale du rhinopharynx ou de l’oreille moyenne, comme dans le cas de myoclonie palatale (une contraction rythmique d’au moins un côté du palais mou).

Si les acouphènes sont subjectifs, seule la personne concernée peut entendre ces sons.

Dans ce cas ils sont liés aux mouvements des parois de la cochlée et des liquides qui se trouvent dans cette structure.

L’acouphène pulsatile peut se manifester comme la sensation d’être conscient de son flux sanguin dans l’oreille.
En effet, la cause du syndrome d’acouphène pulsatile peut être :

  • L’activation des voies auditives somesthésiques synchronisées avec le cœur au niveau du cerveau,
  • L’incapacité d’interaction entre le système nerveux central somesthésique et auditif afin d’ignorer les sons cardiaques.

La cause de l’acouphène pulsatile associé au tinnitus peut être la pulsation du flux capillaire dans le canal cochléaire de la membrane basilaire.

Les causes les plus fréquentes de l’acouphène 

L’hypertension artérielle
L’hypertension artérielle ou pression artérielle élevée est une cause fréquente des acouphènes pulsatiles. Lorsqu’une personne présente une tension artérielle élevée, la force avec laquelle le sang circule dans les vaisseaux sanguins est importante.
Le bruit produit par le sang qui circule dans le corps (associé à d’autres situations) peut donc provoquer le bourdonnement dans l’oreille.
En raison de l’augmentation du flux sanguin, les femmes enceintes sont prédisposées aux acouphènes.

Les artères comprimées
Parfois, les artères dans le corps peuvent être écrasées. Si ce phénomène affecte les artères présentes dans la zone proche des oreilles, du cou et de la tête, le sang circulant dans ces artères commence à couler de manière tourbillonante.
Ce problème provoque un bruit intermittent (fluctuant) ou continu dans l’oreille.
Larthrose cervicale peut provoquer la formation d’ostéophytes (excroissances osseuses) qui peuvent compresser les artères vertébrales, réduisant ainsi le flux sanguin qui atteint le cerveau.
Parmi les conséquences, nous pouvons citer :

arthrose,cervicale,vertiges

 

L’inflammation dans l’oreille moyenne
Dans l’oreille, la partie moyenne doit rester remplie d’air.
Si, pour une raison quelconque (comme une inflammation, une infection ou un trouble dans la trompe d’Eustache), le liquide s’accumule dans l’oreille moyenne (hydrops), cela pourrait provoquer des acouphènes.


En même temps que le bruit rythmique, on peut également souffrir de :

  • Douleur,
  • Capacité auditive réduite.

Les spasmes musculaires
Les spasmes musculaires au sein de l’oreille peuvent également provoquer un tic-tac régulier dans l’oreille.
Il y a des muscles très petites dans l’oreille qui peuvent provoquer ce bruit.
Si ces muscles ont des spasmes, le tinnitus est intermittente et il n’est pas associé à aucune perte d’audition.

Le souffle veineux
La veine jugulaire est la plus grande veine du cou.
Elle passe à côté de l’oreille moyenne.
Chez les personnes qui souffrent de problèmes de thyroïde, d’anémie ou également chez certaines femmes enceintes, le flux sanguin peut augmenter dans la veine jugulaire.
En cas de fort flux de sang dans cette veine, des acouphènes pulsatiles pourraient se manifester.artères,carotides,veine,jugulaire,thyroïde,colonne,vertébrale

La sinusite et l’inflammation des sinus
Les troubles des fosses nasales et des sinus paranasaux sont une autre cause de l’acouphène pulsatile.
La sinusite est une inflammation des sinus paranasaux.

Parmi les conséquences il y a une obstruction de la trompe d’Eustache qui lie le pharynx à l’oreille moyenne.
Ce canal sert à maintenir la pression de l’air dans l’oreille moyenne égale à celle de l’extérieur.
En cas d’obstruction de la trompe, la pression dans l’oreille moyenne diminue et le tympan est poussé vers l’intérieur.
La conséquence peut être les acouphènes.

L’accumulation de cérumen
Si l’on n’élimine pas correctement le cérumen, il peut réduire les vibrations des sons qui arrivent au nerf auditif.
Les nerfs qui reçoivent les stimulus auditifs deviennent facilement excitables pour compenser la chute d’audition. La conséquence est un acouphène continu.

Le tinnitus peut être également un effet indésirable du traitement pour retirer le bouchon de cérumen.
En retirant le bouchon les bourdonnements peuvent être la conséquence de l’augmentation de vibrations sonores qui touchent le tympan.
Dans ce cas il s’agit d’un symptôme temporaire.

La pollution sonore
L’exposition à la musique forte et au bruit peut accroître le risque d’acouphènes.

Les bruits forts
Les individus qui sont exposés à sons ou bruits très forts peuvent souffrir d’acouphènes, m♪me si l’exposition est breve, par exemple :

  • En boîte,
  • À un concert.

Cela se passe car les dommages se produisent :

  • Dans l’oreille moyenne, la lacération de la membrane du tympan,
  • Dans l’oreille interne, les dommages aux cellules ciliées qui transmettent le son dans la cochlée, surtout au niveau des mitochondries cellulaires.
  • Selon une étude scientifique de M. Charles Liberman et Sharon G. Kujawa, les terminaisons nerveuses des fibres acoustiques peuvent être endommagées pour toujours même si l’exposition à bruits très forts n’est pas prolongée.

Les médicaments
La prise de certains antibiotiques, de diurétiques, d’antidépresseurs et de médicaments contre le cancer pourrait être un facteur de risque de sifflement dans l’oreille.

Les lésions de la tête ou du cou
Un traumatisme à la tête ou au cou pourrait influencer la partie du cerveau ou des nerfs liés à l’ouïe, rendant ainsi une personne prédisposée aux problèmes d’oreille.
Les maladies qui peuvent provoquer des acouphènes sont :

  • La maladie de Ménière,
  • L’otospongiose (dans la plupart des cas) – il s’agit d’un trouble provoqué par le développement de tissu osseux au niveau de la fenêtre ovale (entre l’oreille moyenne et l’oreille interne). Ce tissu en excès obstrue l’étrier, en réduisant la transmission du son et en provoquant parfois un bourdonnement,
  • Les troubles de l’articulation temporo-mandibulaire,
  • Le neurinome de l’acoustique,
  • La pression artérielle anormale,
  • La fibromyalgie,
  • Les maladies du cœur ou des vaisseaux sanguins,
  • Les problèmes de thyroïde,
  • Les interactions anormales entre les réseaux des neurones, etc.

D’autres causes

  • Les bourdonnements dans l’oreille peuvent aussi être dus à des infections de l’oreille, où la cochlée de l’oreille peut être altérée.
  • Les acouphènes peuvent être dus à des blessures à la tête, des troubles neurologiques, la sclérose en plaques et toute lésion ou infection des sinus.
  • En cas de labyrinthite, se manifestent des attaques de vertige et des acouphènes soudains.
  • Certaines études ont montré que des troubles métaboliques comme les problèmes de thyroïde ou la carence en vitamine B12 peuvent provoquer des acouphènes.
  • Les acouphènes peuvent être dus à des problèmes psychologiques comme la dépression, l’anxiété et le stress.
  • Ils peuvent également être le résultat du vieillissement. L’ouïe est naturellement altérée lorsque l’on vieillit.

 

Les acouphènes et les vertiges

Souvent, le patient souffre d’une sensation de vertige en cas de bourdonnement dans l’oreille.
Parmi les causes des vertiges il y a des problèmes dans le fonctionnement du labyrinthe vestibulaire (organe de l’oreille interne).
Le labyrinthe vestibulaire est constitué de petits canaux qui contiennent des capteurs et des fluides.
Grâce à ces capteurs, on maintient la rotation de la tête sous contrôle.
L’utricule et le saccule sont des organes de l’oreille interne qui contiennent des petites particules appelées otolithes, c’est-à-dire des petits cristaux de carbonate de calcium.
Elles sont reliées à des capteurs qui aident à contrôler le mouvement de la tête.
Une maladie de ces organes provoque des vertiges et, dans certains cas, des bourdonnements dans les oreilles.

Parmi les causes il y a :

  • La maladie de Ménière – une maladie qui touche l’oreille interne et qui peut provoquer des altérations de la pression des fluides dans l’oreille,
  • La labyirinthite – Une inflammation de l’oreille interne au niveau des canaux semi-circulaires du labyrinthe. Ceux sont les structures de l’équilibre, la labyrinthite peut donc provoquer des vertiges et une difficulté importante d’équilibre.
  • L’anémie,
  • La sclérose en plaques,
  • Le cancer du cerveau.

 

 

otoscope,examen,oreille,.diagnosticLe diagnostic de bourdonnements dans les oreilles


Selon les lignes directrices de Interdisciplinary Tinnitus Center, University of Regensburg, Regensburg, Germany, le médecin évalue le patient selon :

  • Son dossier,
  • L’évaluation de la gravité de l’acouphène,
  • L’identification des facteurs de risque,
  • Les symptômes associés (par exemple les vertiges),
  • D’autres maladies.

Parmi les tests et les examens qui l’otorhinolaryngologiste effectue il y a :

  • L’examen audiométrique,
  • L’examen vasculaire à la recherche d’un souffle au niveau du cou : le médecin comprime l’artère jugulaire ou celle carotidienne afin d’évaluer si cette opération met en rélief les acouphènes,
  • Le contrôle du rhinopharynx (région supérieure du pharynx derrière la bouche) afin de chercher des masses qui peuvent provoquer des dysfonctionnements de la trompe d’Eustache et donc l’acouphène,
  • Les analyses de sang pour l’anémie et les maladies thyroïdiennes,
  • Une résonance magnétique lorsque le médecin soupçonne un cancer.

 

Bibliographie

[1] Dobie RA. Overview: suffering from tinnitus. In: Snow JB, editor. Tinnitus: theory and management. Ontario: BC Decker Inc; 2004. pp. 1–7.
[2] Troost BT, Waller MA. Hearing loss and tinnitus without dizziness or vertigo. In: Bradley WG, Daroff RB, Fenichel GM, Marsden CD, editors. Neurology in clinical practice. 2nd ed. Newton: Butterworth-Heinemann; 1996. pp. 239–241.
[3] Levine RA, Nam EC, Melcher JTrends Amplif. 2008 Sep; 12(3):242-53.
[4] Nuttal AL, Meikle MB, Trune DR. Peripheral process involved in tinnitus. In: Snow JB, editor. Tinnitus: theory and management.Ontario: BC Decker; 2004. pp. 52–68.