Causes des acouphènes

Les acouphènes sont des bourdonnements d’oreille que l’on entend aussi en l’absence de bruit.

Il existe un type spécifique d’acouphène, caractérisé par un bruit saccadé comme un craquement qui résonne dans les oreilles.

Ce bruit est souvent rythmique. On peut l’entendre en permanence ou à intervalles réguliers.
Généralement, il s’agit du bruit de la circulation sanguine qui est amplifié pour différentes raisons.

Les oreilles deviennent très sensibles et peuvent entendre le sang qui passe. En d’autres termes, elles entendent les pulsations.
C’est pourquoi on parle d’acouphène « pulsatile » .
Les acouphènes affectent surtout les adultes et les personnes âgées. Ce trouble est très rare chez les enfants.
Le spécialiste à consulter est l’O.R.L. (oto-rhino-laryngologiste).

 

Les types d’acouphènes

On peut entendre le bourdonnement dans l’une ou les deux oreilles. L’acouphène peut être subjectif ou objectif.
Dans le cas d’acouphènes objectifs, le patient entend clairement le bourdonnement.
Les gens qui sont proches d’une personne affectée peuvent également entendre le bruit émis par les oreilles.
Si les acouphènes sont subjectifs, seule la personne concernée peut entendre ces sons.

 

Les causes les plus fréquentes de l’acouphène pulsatile

L’acouphène pulsatile est aussi appelé acouphène objectif. En effet, contrairement aux autres acouphènes, le bruit entendu par la personne affectée peut être entendu aussi par d’autres personnes à l’aide d’outils appropriés.
On peut déduire la cause de l’acouphène pulsatile en effectuant une IRM ou un scanner. Selon les causes identifiées, un traitement est conseillé. Certaines des causes les plus probables sont indiquées ci-dessous.

L’hypertension artérielle
L’hypertension artérielle ou pression sanguine élevée est une cause fréquente des acouphènes pulsatiles. Lorsqu’une personne présente une tension artérielle élevée, la force avec laquelle le sang circule dans les vaisseaux sanguins est importante.
Le bruit produit par le sang qui circule dans le corps (associé à d’autres situations) peut donc provoquer le bourdonnement dans l’oreille.
En raison de l’augmentation du flux sanguin, les femmes enceintes sont prédisposées aux acouphènes.

Les artères comprimées
Parfois, les artères dans le corps peuvent être écrasées. Si ce phénomène affecte les artères présentes dans la zone proche des oreilles, du cou et de la tête, le sang circulant dans ces artères commence à couler avec quelques difficultés. Ce problème provoque un bruit intermittent (fluctuant) ou continu dans l’oreille.
L’arthrose cervicale peut provoquer la formation d’ostéophytes (excroissances osseuses) qui peuvent compresser les artères vertébrales, réduisant ainsi le flux sanguin qui atteint le cerveau.
Parmi les conséquences, nous pouvons citer les vertiges et les acouphènes.

L’effusion dans l’oreille moyenne
Dans l’oreille, la partie moyenne doit rester remplie d’air.
Si, pour une raison quelconque (comme une inflammation, une infection ou un trouble dans la trompe d’Eustache), le liquide s’accumule dans l’oreille moyenne (hydrops), cela pourrait provoquer des acouphènes pulsatiles.
En même temps que le bruit rythmique, on peut également souffrir de douleur et de capacité auditive réduite. On peut traiter cette maladie à l’aide de médicaments ou d’une intervention chirurgicale.

Les spasmes musculaires
Les spasmes musculaires au sein de l’oreille peuvent également provoquer un tic-tac régulier dans l’oreille.
Il existe un petit muscle dans le voile du palais qui est attaché au petit os intérieur de l’oreille des mammifères.
Si ce muscle a des spasmes, un son très fort peut se produire dans l’oreille.

Le souffle veineux
La veine jugulaire est la plus grande veine du cou humain.
Elle passe à travers la section centrale de l’oreille.
Chez les personnes qui souffrent de problèmes de thyroïde, d’anémie ou également chez certaines femmes enceintes, le flux sanguin peut augmenter dans la veine jugulaire.
En cas de fort flux de sang dans cette veine, des acouphènes pulsatiles pourraient se manifester.

La sinusite et l’inflammation des sinus
Les troubles des fosses nasales et des sinus paranasaux sont une autre cause de l’acouphène pulsatile.
La sinusite est une maladie qui affecte les fosses nasales et les oreilles du patient. Les médicaments pour traiter la sinusite sont généralement des antibiotiques puissants.
Lorsque la personne prend ces antibiotiques, un dépôt excessif de mucus dans l’oreille interne se produit.
Il faudrait drainer cet excès de mucus par la trompe d’Eustache.
Toutefois, on ne peut le faire car il devient trop dense.
Cela provoque une réverbération du sang qui coule à l’intérieur et autour de l’oreille ; elle est habituellement bilatérale, mais peut aussi être unilatérale (dans une seule oreille).

L’accumulation de cérumen
Si l’on n’élimine pas correctement et régulièrement le cérumen, il peut bloquer l’arrivée des sons au cerveau et provoquer un bruit saccadé à l’intérieur de l’oreille.

La pollution sonore
L’exposition à la musique forte et au bruit peut accroître le risque d’acouphènes.

Les médicaments
La prise de certains antibiotiques, de diurétiques, d’antidépresseurs et de médicaments contre le cancer pourrait être un facteur contribuant aux bruits anormaux dans les oreilles.

Les lésions de la tête ou du cou
Un traumatisme à la tête ou au cou pourrait influencer la partie du cerveau ou des nerfs liés à l’ouïe, rendant ainsi une personne prédisposée aux problèmes d’oreille.
Les maladies qui peuvent provoquer des acouphènes sont :

  • La maladie de Ménière
  • L’otospongiose (dans la plupart des cas)
  • Les troubles de l’articulation temporo-mandibulaire
  • Le neurinome de l’acoustique
  • La pression sanguine anormale
  • La fibromyalgie
  • Les maladies du cœur ou des vaisseaux sanguins
  • Les problèmes de thyroïde
  • Les interactions anormales entre les réseaux des neurones, etc.

D’autres causes

  • Les bourdonnements dans l’oreille peuvent aussi être dus à des infections de l’oreille, où la cochlée de l’oreille peut être altérée.
  • Les acouphènes peuvent être dus à des blessures à la tête, des troubles neurologiques, la sclérose en plaques, la labyrinthite et toute lésion ou infection des sinus.
  • En cas de labyrinthite, se manifestent des attaques de vertige et des acouphènes soudains.
  • Certaines études ont montré que des troubles métaboliques comme les problèmes de thyroïde ou la carence en vitamine B12 peuvent provoquer des acouphènes.
  • Les acouphènes peuvent être dus à des problèmes psychologiques comme la dépression, l’anxiété et le stress.
  • Ils peuvent également être le résultat du vieillissement. L’ouïe est naturellement altérée lorsque l’on vieillit.

 

Les acouphènes et les vertiges

Souvent, le patient souffre d’une sensation de vertige en cas de bourdonnement dans l’oreille.
Les problèmes dans le fonctionnement du labyrinthe vestibulaire (organe de l’oreille interne) sont responsables des vertiges.
Le labyrinthe vestibulaire est constitué de petits canaux qui contiennent des capteurs et des fluides.
Grâce à ces capteurs, on maintient la rotation de la tête sous contrôle.
L’utricule et le saccule sont des parties de l’oreille interne qui contiennent des petites particules appelées otolithes.
Elles sont reliées à des capteurs qui aident à contrôler le mouvement d’avant en arrière exercé par le corps.
Les dommages causés à l’une de ces parties provoquent des vertiges et, dans certains cas, des bourdonnements dans les oreilles.

 

 

Causes des acouphènes

Le diagnostic des acouphènes

Les médecins et les autres personnes peuvent entendre un bruit de sifflement en cas d’acouphène pulsatile à l’aide d’un dispositif approprié.
C’est pourquoi il est également connu sous le nom d’acouphène objectif.
L’autre forme d’acouphène (dans laquelle seul le patient peut entendre le son tandis que les autres ne le peuvent pas) s’appelle acouphène subjectif. Au début, le médecin effectue un examen physique de la tête et du cou.
Il contrôle les nerfs dans ces zones. Il effectue ensuite un examen de l’ouïe et, selon le type d’acouphène, le médecin peut effectuer un scanner, une angiographie ou une IRM.
Dans certains cas, on effectue aussi une ponction lombaire pour vérifier la pression du fluide dans le crâne et surtout dans la moelle épinière.
Afin d’exclure la possibilité de problèmes de thyroïde (hyperactivité de la glande), on peut effectuer un test de la fonction thyroïdienne, tandis qu’une numération et formule sanguine peut se révéler nécessaire afin de vérifier la présence d’une anémie.

Les remèdes naturels pour les acouphènes

Les remèdes suivants peuvent être employés à la maison :
Mettre de l’extrait de « capillaire de Montpellier » dans les oreilles est l’un des remèdes les plus fréquemment employés. La quantité à utiliser doit être comprise à chaque fois entre 20 et 30 mg.
Le patient devrait éviter de manger des aliments transformés ou qui contiennent des graisses saturées, du sucre et du sel.
Un régime alimentaire sain devrait inclure beaucoup de fruits, de légumes, d’algues et d’ail. Il faudrait aussi y insérer des aliments qui contiennent des quantités élevées de vitamines A, B et E, de choline, de magnésium, de zinc, etc.
Les boissons comme le thé, le café et l’alcool ainsi que les aliments sucrés aggravent le problème.
La pratique d’une activité physique régulière peut aussi être utile pour prévenir cette maladie.
Il existe de nombreux traitements alternatifs qui ont aidé certains patients, par exemple l’acupuncture, la médecine traditionnelle chinoise, la pranathérapie, la thérapie craniosacrale et les compléments alimentaires à base de ginkgo biloba.

Différentes herbes sont utilisées depuis des siècles pour gérer cette maladie. Il s’agit par exemple de :

  • Graines de sésame
  • Actaea racemosa
  • Racine de grande bardane
  • Hydraste
  • Feuilles et fleurs d’aubépine
  • Pervenche
  • Épinards
  • Thé de graines de fenugrec
  • Huile de ricin
  • Jus d’oignon.

D’autres remèdes à base d’herbes comprennent :

  • Tisane à base de gui
  • Prêle des champs
  • Jus d’ail sauvage
  • Passiflore.

Toutefois, il vaut mieux consulter un médecin avant de commencer tout traitement à base d’herbes.

Mis à part les remèdes indiqués ci-dessus, on peut suivre des conseils très simples pour maintenir les oreilles en bonne santé, comme inhaler de la vapeur, se moucher lorsque l’on souffre de rhume pour libérer les obstructions et faire des gargarismes à l’eau chaude deux fois par jour.
En cas de blocages sévères à l’oreille, les médecins conseillent des décongestionnants comme la pseudoéphédrine.