Symptômes de ménopause et remèdes

Qu’est-ce que la ménopause ?
La ménopause est l’absence de règles pendant 12 mois. Il s’agit d’une période de vie d’une femme dans laquelle la fonction ovarienne s’arrête et le risque de grossesse n’existe plus.

 

Quand commence-t-elle ?

La ménopause commence à environ 51 ou 52 ans, bien que certaines femmes puissent y entrer à 30 ou 40 ans.

Il s’agit de ménopause précoce quand une femme vit la ménopause quand elle a moins de 45 ans. Après 53 ans, elle est définie ménopause tardive.

Symptômes de ménopause et remèdes
Symptômes de ménopause et remèdes

Les règles peuvent s’arrêter soudainement quand on entre en ménopause. Toutefois, il est plus probable que les cycles deviennent moins fréquents, avec des intervalles plus longs avant de s’arrêter.

 

Quelles sont les causes de la ménopause ?

La ménopause est provoquée par un changement d’équilibre des hormones sexuelles.
Tout d’abord le taux d’œstrogènes diminue et provoque l’arrêt de l’ovulation.
Les œstrogènes sont les hormones sexuelles féminines qui règlent le cycle menstruel chez la femme.

La ménopause peut être également provoquée par d’autres événements ou maladies, comme :

  • ablation chirurgicale des ovaires ;
  • traitement du cancer, la chimiothérapie et les radiations ;
  • insuffisance ovarienne précoce.

 

Symptômes de ménopause

Les premiers symptômes commencent avec la diminution des œstrogènes, mais cela ne correspond pas à la date du début de la ménopause (12 mois sans les règles).
Voici une liste des principaux symptômes de la ménopause.

Cycle menstruel irrégulier
La majorité de femmes remarquent des irrégularités du cycle menstruel qui peuvent même durer jusqu’à quatre ans.
Le cycle peut s’allonger jusqu’à quelques mois ou diminuer à 2 à 3 semaines.
Une légère augmentation de la quantité de pertes de sang menstruel est normale.
Chez certaines femmes, on peut prédire une ménopause imminente dans le cas d’absence de règles (aménorrhée) pendant trois mois consécutifs ou quand la durée du cycle moyen est supérieure à 42 jours.
Environ 10 % de femmes subissent un arrêt soudain du cycle.

Augmentation de poids
Beaucoup de femmes augmentent leur poids quand elles entrent en ménopause et après la ménopause, car le métabolisme ralentit.
On pourrait avoir besoin de manger moins pour maintenir le poids actuel et de faire plus d’exercices.
Les gonflements abdominaux (ventre gonflé) sont provoqués par une distribution différente des graisses abdominales qui se déposent davantage dans la région abdominale plutôt que sur les flancs, les cuisses et le tour de taille.

Bouffées de chaleur et transpiration
Il s’agit de signes et symptômes vasomoteurs de ménopause.
Les bouffées de chaleur touchent le visage, la tête, le cou et la poitrine et elles durent quelques minutes.
Une analyse récente suggère que les symptômes vasomoteurs chez la femme augmentent deux années avant d’entrer en ménopause jusqu’à l’année d’après.
Les bouffées de chaleur peuvent provoquer une perte de magnésium qui aggrave les autres symptômes de la ménopause, par conséquent un complément alimentaire peut être utile.

Combien de temps durent les bouffées de chaleur ?
Elles s’arrêtent généralement après environ huit ans. Toutefois cela varie beaucoup d’une personne à l’autre.

Troubles du sommeil
Beaucoup de femmes en ménopause ont de difficultés à dormir en raison de la transpiration nocturne, mais l’insomnie peut se produire également à cause de l’anxiété.
On remarque que le manque de sommeil provoque irritabilité, une diminution de la mémoire à cours terme et de la capacité de concentration.
Il y a plusieurs produits naturels et compléments alimentaires qui peuvent aider, comme la valériane, la melisse et la mélatonine.

Symptômes vaginaux
Pendant la période qui mène à la ménopause, on peut remarquer une sécheresse, des démangeaisons ou des brûlures vaginales car les parois du vagin deviennent plus fines et plus sèches.
Cela peut provoquer de la douleur pendant les rapports sexuels (dyspareunie). Ces symptômes ensemble sont connus comme atrophie vaginale.
Environ un tiers des femmes ressentent les symptômes de l’atrophie vaginale après la ménopause, d’autres femmes les ressentent plus tard.
Dans certains cas, l’atrophie vaginale peut persister pendant plus de dix ans après les dernières règles.
Si on ressent des symptômes vaginaux, il est probable que ceux-ci continuent ou s’aggravent avec le temps, à moins d’effectuer un traitement à base de crèmes ou des lubrifiants vaginaux.

Symptômes urinaires
Pendant la ménopause, il est plus probable de souffrir d’infections récurrentes du tractus urinaire inférieur, comme la cystite. On peut aussi ressentir un besoin urgent et fréquent d’uriner.

Changements d’humeur
Ces changements peuvent inclure l’anxiété, la nervosité, l’irritabilité, la perte de mémoire, le mal de tête, la dépression et des difficultés de concentration.
Un étude suggère que la tendance à développer des symptômes psychologiques peut être liée à des facteurs comme le niveau d’instruction, l’obésité et une activité physique insuffisante.

Perte de la libido
La baisse du désir peut être provoqué par le taux hormonal : les œstrogènes, la progestérone et le testostérone sont impliqués.
La sécheresse vaginale, les prestations d’un compagnon ancien, la perte d’une bonne apparence et d’autres facteurs psychosociaux peuvent aggraver la situation.

Ostéoporose
Il s’agit d’une maladie dans laquelle les os deviennent plus fins et faibles. Cela peut provoquer des fractures et une perte de taille.

menopausa tardivaAutres symptômes
Parmi ceux-ci, on observe les ongles fragiles, l’amincissement de la peau, la perte de cheveux et des douleurs musculaires et articulaires.
On pense qu’ils peuvent être provoqués par la chute du taux œstrogènes.
Les changements de la structure de la peau, rides comprises, peuvent se développer avec une aggravation de l’acné (boutons sur le visage) chez celles qui en souffraient déjà.
Étant donné que le corps continue à produire de bas niveaux de l’hormone masculine testostérone, certaines femmes peuvent remarquer des poils sur le menton, sur la lèvre supérieure, sur le thorax ou l’abdomen.
Certaines femmes ressentent également de la nausée et souffre de constipation, de vertiges, de transpiration, de frissons, de tachycardie (battement du cœur accéléré), et de rétention d’eau.

 

Diagnostic et examen

Les examens ne sont pas nécessaires pour diagnostiquer la ménopause. Toutefois dans certains cas, le médecin peut conseiller les analyses de sang pour contrôler le taux de :

1.  l’hormone folliculo-stimulante FSH et les œstrogènes, car pendant la ménopause le taux de FSH augmente et celui d’œstrogènes diminue ;
2.  l’hormone lutéinisante (LH) ; pendant la ménopause, les valeurs de LH sont plus élevés, les valeurs normales sont compris entre 15,0 et 60,0 mlU/ml
3.  l’hormone thyréotrope (TRH),  car l’hypothyroïdie (activité réduite de la thyroïde) peut provoquer de symptômes semblables à ceux de ménopause.

 

Traitement

Gérer la ménopause
On peut souvent soulager les symptômes désagréables de ménopause en améliorant la mode de vie à travers une alimentation équilibré et des exercices physiques réguliers.

Alimentation équilibrée
Les conseils pour la gestion des symptômes de ménopause grâce à une alimentation équilibrée sont  les suivants :

  • Choisir parmi une grande variété d’aliments, parmi lesquels beaucoup de légumes frais, de fruits, de céréales, céréales complets et de petites portions de viande maigre ou de poisson.
  • Augmenter les liquides et manger des fruits secs qui contiennent des oméga 3 (par exemple des noix).
  • Réduire la caféine et limiter l’alcool (en réduisant la consommation à 1 ou 2 verres ou moins par jour).

Exercices
L’exercice physique régulier est important. Au moins 30 à 45 minutes presque tous les jours de la semaine servent à :

  • garder le cœur sain et améliorer la santé générale ;
  • garder les os sains et prévenir la perte de densité osseuse qui se produit à cause de l’ostéoporose ;
  • avoir une sensation de relax et bien-être ;
  • contribuer peut-être à réduire les bouffées de chaleur.

Éviter le tabac
Il est important d’arrêter de fumer en raison du risque associé d’ostéoporose, de maladies coronariennes et de cancer des poumons.

 

Médicaments

Œstrogènes vaginaux
Pour soulager la sécheresse vaginale, on peut prendre directement des œstrogènes par voie vaginale en utilisant un comprimé vaginal, un anneau vaginal ou une crème. Ce traitement délivre seulement une petite quantité d’œstrogènes qui est absorbée par le tissu vaginal. Cela peut aider à soulager la sécheresse, la gêne pendant les rapports sexuels et certains symptômes urinaires.

Bas dosage d’antidépresseurs
Des médicaments antidépresseurs connus comme inhibiteurs de la recapture de la sérotonine (ISRS) peuvent diminuer les bouffées de chaleur de la ménopause. La prise d’un dosage bas d’antidépresseurs pour la gestion des bouffées de chaleur peut être utile chez les femmes qui ne peuvent pas prendre d’œstrogènes pour des raisons de santé ou chez les femmes qui ont besoin d’un antidépresseur pour un trouble de l’humeur.

Gabapentine (Neurontin)
La gabapentine est un médicament approuvé pour le traitement de crises d’épilepsie, mais on a démontré qu’il peut contribuer à réduire les bouffées de chaleur. Ce médicament est utile chez les femmes qui ne peuvent pas utiliser le traitement à base d’œstrogènes et chez celles qui souffrent de migraine.

thérapie hormonale substitutive
La thérapie hormonale substitutive réduit effectivement les symptômes de la ménopause et peut être appropriée pour un usage à court terme chez les femmes avec des symptômes modérés ou graves.

10 % des femmes ont des symptômes graves qui durent dix ans ou plus. Dans ce cas, on peut continuer à prendre la thérapie hormonale substitutive à long terme.
Il est important de faire un check-up une fois par an pour évaluer les risques spécifiques et les bénéfices qui peuvent se produire suite à ce traitement.

 

Risques à long terme pour la santé associés à la ménopause

Une baisse d’hormones féminines après la ménopause peut provoquer :

 

Remèdes naturels

Certaines femmes peuvent éprouver des bénéfices grâce aux anti-inflammatoires naturels, mais il est important de se rappeler que les herbes naturelles et les médicaments végétaux peuvent provoquer des effets secondaires désagréables chez certaines femmes, de la même manière que les médicaments prescrits par le médecin.
Un naturopathe expert peut donner des conseils et des lignes directrices pour affronter la ménopause à long terme. Par exemple, pour les bouffées de chaleur, les racines de gingembre et les fleurs de safran sont recommandées, tout comme une alimentation contenant une quantité appropriée de zinc.
Les traitements naturels peuvent souvent être associés à un traitement hormonal prescrit par le médecin.
Il est important que le médecin et le naturopathe sachent de manière exacte ce qu’on prend et il faut consulter le médecin avant de commencer tout traitement à base d’herbes ou de compléments alimentaires. Certains traitements naturels peuvent avoir une ou interagir avec d’autres médicaments.

 

Les phyto-œstrogènes peuvent-ils aider ?

Les phyto-œstrogènes sont des substances œstrogèno-semblables qui se trouvent dans certains céréales, légumes verts, légumes (y compris le soja) et les herbes.
Ils pourraient produire les mêmes effets qu’une petite quantité d’œstrogènes.
Les chercheurs sont en train de découvrir si les phyto-œstrogènes soulagent certains symptômes de ménopause et s’ils peuvent provoquer des risques.

Il y a trois catégories de phyto-œstrogènes :

  • Les isoflavones (génistéine, daidzéine, etc.)
  • Les lignanes (entérodiol, entérolactone)
  • Les coumestanes (Couméstrol).

Comment les phyto-œstrogènes agissent-ils ?

Les phyto-œstrogènes agissent de la même manière que les hormones, c’est-à-dire qu’ils se lient aux récepteurs des œstrogènes qui se trouvent à l’extérieur des cellules. De cette manière, ils donnent à la cellule le signal de commencer certaines activités.

Quels sont les effets des phyto-œstrogènes ?
On peut constater les effets positifs chez les femmes ménopausées en étudiant les femmes asiatiques. En effet, elles ont moins de bouffées de chaleur car elles mangent le soja qui peut réduire le cholestérol et l’incidence de cancer du sein.