Syndrome d’Asperger

Qu’est-ce que le syndrome d’Asperger ?

Le syndrome d’Asperger (SA) est un trouble du spectre autistique (TSA), un groupe spécifique de maladies  neurologiques complexes caractérisés par :

  • Des difficultés sociales et communicatives
  • Des comportements stéréotypés, répétitifs et limités.

D’autres TSA sont :

  • L’autisme ;
  • Le trouble désintégratif de l’enfance ;
  • Le trouble envahissant du développement non spécifié (généralement désigné par TED-NS ou PDD-NOS).

Les TSA sont des troubles du neurodéveloppement et ils apparaissent dès la petite enfance.Syndrome d’Asperger
L’objectif est de diagnostiquer de façon précoce le trouble, à partir de l’âge de 2 ans, à travers des contrôles standardisés.
En cas de léger TSA, il se peut qu’on diagnostique le trouble très tard car les enfants ont des relations sociales limitées durant les premières années de vie.

Pourquoi ce trouble est-il appelé « syndrome d’Asperger » ?
En 1944, le pédiatre autrichien Hans Asperger visitait quatre enfants avec des difficultés d’intégration. Bien que leur intelligence semblait normale, les enfants n’avaient pas de capacité de communication non verbale, ils n’arrivaient pas à montrer de l’empathie avec les enfants du même âge et ils étaient physiquement gênés.
Leurs discours étaient déconnectés ou trop formels et dans une conversation leur intérêt se concentrait sur un seul sujet.
Le Dr Asperger appela cette maladie « psychopathie autistique » et il la décrit comme un trouble de personnalité caractérisé principalement par l’isolement social.

 

Causes de syndrome d’Asperger

On ne connaît pas encore les causes de ce trouble, mais les chercheurs pensent que l’origine est héréditaire ou génétique, c’est-à-dire due à une altération de différents gènes (ADN).
Il n’y a pas un gène unique qui provoque le syndrome d’Asperger, mais une combinaison de ceux-ci.

 

De quoi s’agit-il ? Les caractéristiques du syndrome d’Asperger

Chaque personne est différente et le trouble peut être léger ou grave.

Le comportement chez les femmes est différent de celui des hommes. Elles ont, par exemple une faible estime de soi, mais elles savent s’occuper des autres (comme des enfants et des malades).
On diagnostique le SA si un individu a un ou tous les comportements suivants :

  • Avoir de grandes difficultés dans les comportements non-verbaux, comme :
    • le regard fixe,
    • l’expression du visage,
    • la posture du corps,
    • les gestes qui caractérisent l’interaction sociale ;
  • Avoir une extrême difficulté dans le développement des relations avec les autres personnes du même âge (par exemple les enfants qui souffrent de SA peuvent être à l’aise avec les adultes, mais pas avec les autres enfants) ;
  • Avoir besoin de respecter de façon intransigeante la routine fixée;
  • Être fasciné par les cartes et les routes ;
  • Posséder une bonne mémoire ;
  • S’inquiéter pour un sujet spécifique à l’exclusion de tous les autres ;
  • Avoir des difficultés à évaluer l’espace personnel, souffrir d’incoordination motrice ;
  • Être sensible à tout ce qui entoure :
    • des bruits forts,
    • la consistance des vêtements,
    • la consistance des aliments ,
    • les odeurs ;
  • Avoir une faible capacité à s’exprimer et une mauvaise compétence linguistique au niveau de la sémantique et de la prosodie (le volume, l’intonation, l’inflexion et le rythme de la voix) ;
  • Avoir des difficultés à comprendre les sentiments des autres ;
  • Avoir une manière formelle et présomptueuse de parler ; la personne est souvent appelée « petit professeur » et elle est prolixe ;
  • Avoir de grandes difficultés pour décrypter et/ou d’interpréter des signaux sociaux ;
  • Avoir des réponses inappropriées du point de vue social et émotif ;
  • Interpréter littéralement le langage, avoir des difficultés à comprendre des sens implicites ;
  • Posséder un large vocabulaire : l’enfant commence à lire dès le plus jeune âge ;
  • Avoir des maniérismes moteurs stéréotypés ou répétés ;
  • Avoir des difficultés dans l’interaction « question-réponse ».

 

Les symptômes du syndrome d’Asperger pendant l’enfance

Les parents remarquent généralement les symptômes de SA pour la première fois lorsque les enfants commencent l’école maternelle ou qu’ils commencent à interagir avec les autres enfants.
Les enfants qui souffrent de SA peuvent :

  • Ne pas capter les signaux sociaux et montrer un manque inné d’habilités sociales, comme la capacité de décripter le langage du corps des autres, de commencer ou de continuer une conversation et de prendre la parole ;
  • Détester les changements de routine ;
  • Montrer un manque d’empathie ;
  • Ne pas arriver à reconnaitre les petites différences d’inflection, d’intonation et de ton qui changent selon le sens d’un discours ; ainsi, l’enfant ne réussit pas à comprendre une blague ou il peut considérer sérieusement un commentaire humoristique. Ses discours peuvent être plats et difficiles à comprendre parce qu’il n’utilise pas d’inflection, d’intonation et de ton ;
  • Utiliser un vocabulaire complexe, une caractéristique très avancée pour son âge. Par exemple l’enfant peut utiliser le mot « inviter » au lieu d' » appeler » ou le mot « attraper » au lieu de « prendre » ;
  • Parler beaucoup, généralement de son sujet préféré ; des conversations unilatérales sont très fréquentes ; il se peut que l’enfant exprime des pensées à voix haute ;
  • Éviter le contact visuel ou fixer les autres ;
  • Avoir des expression faciales ou des postures inusuelles ;
  • Se concentrer sur un ou sur un nombre très réduit d’intérêts, sur lesquels ils sont très informés ; beaucoup d’enfants atteints du SA sont très intéressés par des activités particulières, comme la conception des maisons, le dessin de scènes très détaillées ou l’étude de l’astronomie. Ils peuvent avoir un intérêt inusuel pour des sujets spécifiques comme les serpents, les noms des étoiles ou les dinosaures.
  • Avoir un retard dans le développement des capacités motrices. L’enfant peut mettre plus de temps pour apprendre à utiliser la fourchette ou la cuillère, à faire du vélo ou à attraper une balle. Il peut avoir une manière de marcher embarrassante et une mauvaise calligraphie ;
  • Avoir une grande sensibilité qui peut devenir une hypersensibilité aux bruits forts, aux lumières ou aux gouts forts.

Un enfant qui préSente un ou deux de ces symptômes n’a pas forcement le SA. Pour un diagnostic de SA, un enfant doit avoir une combinaison de ces symptômes et de problèmes pendant les interactions sociales.
Bien que la maladie soit semblable à l’autisme, les enfants qui souffrent du SA ont généralement un développement intellectuel et linguistique normal.
En outre, les enfants atteints du SA peinent souvent plus que les enfants autistes à se faire des amis et à s’engager dans des activités avec les autres.

 

Les symptômes du syndrome d’Asperger pendant l’adolescence

La plupart des symptômes persistent pendant l’adolescence. Et même si les adolescents atteints du SA apprennent certaines habilités sociales qu’ils n’avaient pas, les capacités communicatives restent souvent difficiles. Ils peuvent avoir encore des difficultés à décrypter les comportements des autres.
Un jeune qui souffre du syndrome d’Asperger peut chercher à se faire des amis (comme les autres jeunes). Mais quand d’autres jeunes se rapprochent, il se sent timide et renfermé. Il peut se sentir « différent » des autres.
Si, chez la majorité des jeunes, il est important de paraître « cool », les jeunes atteints du SA peuvent se sentir frustrés et de mauvaise humeur quand ils essayent de s’adapter.
Ils peuvent être immatures pour leur âge et ingénus : cela peut provoquer de la méchanceté et des épisodes de harcèlement.
Par conséquent, les adolescents atteints du SA peuvent devenir introvertis, ils peuvent s’isoler et souffrir de dépression ou d’anxiété.
Toutefois, certains jeunes souffrant du SA réussissent à garder quelques amis proches durant le cursus scolaire. Certaines caractéristiques du SA classique peuvent parfois également offrir des avantages aux jeunes.
En général, les adolescents atteints de la maladie ne sont pas intéressés par suivre les normes sociales, la mode ou la pensée conventionnelle. Ils sont donc créatifs et ont des intérêts et des buts originaux.
Ils préfèrent les règles et l’honnêteté, et deviennent donc des étudiants et des citoyens excellents.
Il est difficile d’avoir une relation amoureuse avec une personne qui souffre de ce syndrome. Il faut beaucoup de patience, de confiance en soi et de compréhension.

 

Diagnostic du syndrome d’Asperger

Le syndrome d’Asperger n’est généralement pas diagnostiqué avant que l’enfant (ou l’adulte) commence à avoir de graves difficultés à l’école, au travail ou dans sa vie privée.
En effet, le syndrome d’Asperger est diagnostiqué chez beaucoup d’adultes seulement durant une visite pour d’autres problèmes, comme l’anxiété et la dépression.
Le diagnostic se concentre principalement sur les difficultés dans les interactions sociales.
Les enfants atteints du SA peuvent cependant avoir un développement du langage normal voire même exceptionnel.
Toutefois, beaucoup d’entre eux utilisent leurs habilités linguistiques de manière inappropriée ou embarrassante dans les conversations ou les interactions sociales, comme quand ils interagissent avec les personnes du même âge.
On confond généralement les symptômes de syndrome d’Asperger avec ceux d’autres problèmes du comportement, comme le trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H).
On diagnostique le syndrome d’Asperger chez beaucoup d’individus quand il est évident que les difficultés dérivent surtout de l’incapacité à se socialiser au lieu de l’incapacité à se concentrer.

Examen et test
Les pédiatres spécialisés, l’orthophoniste et les psychologues peuvent voir l’enfant pour définir le diagnostic. Il n’existe pas d’examen spécifique pour diagnostiquer le SA chez les adultes ou les enfants, mais il existe des instruments de contrôle.

  • Le « Childhood Asperger Syndrome Test » (CAST) est un instrument de contrôle caractérisé par une série de questions auxquelles même les parents ou les enseignants peuvent répondre.
  • Le DSM-V est le manuel diagnostic psychiatrique indiqué pour effectuer le diagnostic.
  • Le test du QI (quotient intellectuel), les entretiens avec les parents et l’étude des symptômes peut aider à définir le diagnostic de la maladie.

Dans le diagnostic différentiel, le médecin doit exclure le trouble de la personnalité limite qui a certains points communs, comme :

  1. L’égocentrisme, la mégalomanie et l’isolement ;
  2. Le sujet n’éprouve pas de sentiments de reconnaissance ;
  3. Il ne donne pas de valeurs aux autres ;
  4. Il ne suit pas les conventions et les règles sociales ;
  5. Il a un quotient intellectuel élevé.

 

Quel est le traitement pour le syndrome d’Asperger ?

Il n’existe pas de traitement pour le syndrome d’Asperger et les troubles du spectre autistique.
Le programme idéal de traitement associe les thérapies et les intervention qui satisfont les exigences spécifiques de chaque enfant.
Il n’existe pas de traitement unique valide chez tous les enfants atteints du SA, mais la majorité des médecins concordent qu’une prise en charge précoce est préférable.
Un programme de traitement efficace se base sur les intérêts de l’enfant, en offrant un emploi du temps clair, en enseignant les tâches comme une série de passages simples et en occupant activement le temps de l’enfant avec des activités bien structurées.
Ce type de programme peut être :

  • Un entraînement aux habilités sociales, un type de thérapie de groupe qui enseigne aux enfants souffrant du SA les capacités dont ils ont besoin pour interagir avec plus de succès avec les autres enfants ;
  • La thérapie cognitivo-comportementale, un type de thérapie conversationnelle qui aide les enfants plus inquiets ou anxieux à mieux gérer les émotions et à réduire les intérêts obsessifs et les routines répétitives ;
  • Le traitement médicamenteux, il n’existe pas de médicament pour l’Asperger, mais, si nécessaire, on peut prendre des médicaments pour les pathologies associées comme l’anxiété et la dépression ;
  • Parmi les traitements naturels il y a l’ergothérapie ou la kinésithérapie chez les enfants ayant des problèmes d’intégration sensorielle (ou traitement de l’information sensorielle) ou une mauvaise coordination physique ;
  • La thérapie du langage peut aider les enfants qui ont des problèmes dans les conversations, comme lors des interactions normales « question-réponse » ;
  • Le soutien et la formation des parents permettent d’enseigner aux parents les techniques de comportement qu’il faut utiliser à la maison.

 

Peut-on guérir du syndrome d’Asperger ? Peut-on le traiter ?

Les enfants souffrant du SA peuvent surmonter leur handicap, mais certaines situations sociales et les relations amoureuses peuvent être difficiles.
De nombreux adultes atteints du syndrome d’Asperger ont beaucoup de succès dans certains métiers (informatique, arts, armée, enseignement, médecine), bien qu’ils puissent continuer à avoir besoin d’encouragement et de soutien moral pour garder une vie indépendante.
Le guérison du syndrome d’Asperger n’est pas possible, mais le patient peut s’améliorer et il est possible de contrôler les symptômes avec les traitements.

    A lire aussi