Dépendance affective

La dépendance affective (love addiction ou trouble de la personnalité dépendante (TPD) ) est un trouble de la personnalité caractérisé par l’amour pathologique pour une autre personne.

La relation avec le partenaire devient la chose plus importante de la vie et la personne dépendante se sent mal si le lien est rompu.
Ce trouble se produit avec la même fréquence chez l’homme et chez la femme.
Il commence généralement à l’adolescence.


Dépendance affective

La dépendance affective peut se survenir dans une relation amoureuse, en amitié, envers les parents (père ou mère) ou envers les enfants.
Les conséquences de la dépendance affective peuvent être :

  • la fin du mariage
  • un échec dans le monde du travail
  • la perte de la garde des enfants
  • des problèmes de santé, tels que les maladies sexuellement transmissibles.

Dans certains cas, la dépendance affective masculine peut provoquer des épisodes de harcèlement, de violence domestique et de meurtre.

 

Types de dépendance affective

Personnes co-dépendantes et dépendantes affectives : les personnes co-dépendantes affectives réprésentent les cas les plus fréquents. La plupart d’entre eux souffrent d’une faible estime de soi. Ils pensent, se comportent et éprouvent des émotions que l’on peut prévoir.

Les personnes co-dépendantes ont une caractéristique qui les distingue des autres : elles se lient à des personnes (le partenaire, des amis, etc) qui souffrent d’autres troubles comme le narcissisme ou la dépendance toxicologique. Elles sont permissives, prennent soin du partenaire, contrôlent le comportement passif-agressif et acceptent le narcissisme hystérique ou le fait d’être négligées. La personne co-dépendante fait généralement tout pour “prendre soin” du partenaire dans l’espoir que celui-ci ne le laissera jamais ou qu’un jour il fera la même chose pour lui.

Personnes dépendantes dans leur relation : à l’inverse des autres personnes dépendantes affectives, la personne dépendante dans sa relation n’est plus amoureux de son partenaire (ou d’un amant) mais ne réussit pas à se détacher de lui.
L’individu est généralement si malheureux que la relation pathologique peut avoir des effets néfastes sur sa santé, sur son état mental et sur son bien-être émotionnel.
Même si la personne dépendante est battue par le partenaire  et qu’elle est en danger, elle ne réussit pas à le laisser.
Elle a peur de rester seule, a peur du changement et ne veut pas blesser ou abandonner son partenaire.

Personnes dépendantes affectives narcissiques : les personnes dépendantes affectives narcissiques utilisent la puissance, la séduction et la négation pour contrôler le partenaire.
A l’inverse des co-dépendants qui acceptent de souffrir, les narcissiques ne tolèrent rien qui pourrait troubler leur bonheur.
Elles sont égocentriques et leur faible estime de soi se dissimule derrière leur “grandeur”.
Plutôt que de sembler obsédé par sa relation, le narcissique préfère apparaître détaché et indifférent.
Lorsque le partenaire tente de le quitter, le narcissique panique et utilise tous les moyens pour maintenir le rapport, même la manipulation ou la violence.

Personnes dépendantes affectives ambivalentes : les personnes dépendants affectives ambivalentes souffrent du trouble de la personnalité évitante. Elles n’ont pas de difficultés à quitter leur partenaire : pour ces personnes dépendantes, aller de l’avant est beaucoup plus difficile. Elles cherchent désespérément un partenaire, mais sont en même temps terrifiées par les relations intimes.
Cette situation est très douloureuse.
Il existe différents types de personnes dépendantes affectives ambivalentes :

  • les dépendants : ce sont les dépendants ambivalents obsédés par les personnes qui ne sont pas disponibles. C’est une dépendance appelée aussi “amour non réciproque”.
  • Les dépendants saboteurs : ce sont les dépendants ambivalents qui détruisent les rapports lorsque ceux-ci commencent à devenir sérieux ou lorsque la peur des relations intimes émerge.
  • Dépendants séducteurs rejetants : ce sont des dépendants ambivalents qui cherchent un partenaire chaque fois qu’ils veulent un rapport sexuel ou un peu de compagnie. Lorsqu’ils ont peur ou qu’ils sont peu sûrs, ils commencent à refuser toute compagnie, tout rapport sexuel, toute affection et tout ce que les rend anxieux.
  • Dépendants romantiques : ce sont des dépendants ambivalents qui dépendent de plusieurs partenaires.
    Les dépendants romantiques se lient à chaque partenaire même si les relations sont courtes ou simultanées.
    Lorsque les dépendants romantiques se lient intimement à leur partenaire, leur but n’est pas de s’engager ou d’approfondir la relation.

Une note sur les dépendants affectifs ambivalents : ceux qui refusent ou qui évitent ne sont pas tous des dépendants affectifs. Les personnes ayant peur de l’intimité et des situations sociales, ceux qui se concentrent sur les personnes non disponibles ou créent simplement un petit cercle social ne sont pas nécessairement des dépendants affectifs ambivalents. Toutefois, lorsque la personne se lie pendant plusieurs années à une personne non disponible, qu’elle sabote continuellement ses relations, qu’elle accumulent de nombreuses relations de couple ou qu’elle se lie intimement à un autre évitant, elle peut être un dépendant affectif ambivalent.

Combinaisons : le dépendant peut découvrir d’être touché par plus d’un type de dépendance affective.
Ces types se chevauchent et se combinent à d’autres problèmes comportementaux.
Un individu peut, par exemple, être un dépendant affectif alcoolique co-dépendant ou un dépendant affectif/relationnel.
L’important est de reconnaître son profil pour comprendre de quoi il s’agit.
Dans certains cas, on parle de dépendance affective mutuelle lorsque les deux partenaires sont dépendants. Cela aggrave la pathologie.

 

Causes de la dépendance affective

La dépendance affective est semblable à toutes les autres obsessions : elle affecte relations amoureuses et amicales. Le type de relation malade se développe chez l’individu bien avant d’avoir une relation.
Les origines de la dépendance affective sont :

  • des problèmes d’attachement
  • le manque de nourriture ou d’attention pendant l’enfance
  • l’isolement ou le manque d’attention
  • une douleur émotionnelle
  • l’abandon précoce
  • des besoins non reconnus
  • la peur du rejet, de la douleur et du manque d’affection

 

Quels sont les symptômes du trouble de la personnalité dépendante (TPD) ?

Les individus affectés par le TDP peuvent devenir émotionnellement dépendants d’une autre personne, tout en essayant de satisfaire les autres. Ce sont des personnes passives, “collantes”, qui ont peur de la séparation et ont essentiellement besoin d’affection. D’autres caractéristiques sont :

  • Incapacité à prendre des décisions sans l’avis des autres, même les choix de la vie quotidienne comme les vêtements à porter
  • Éviter la responsabilité en agissant de manière passive
  • L’individu peut dépendre du conjoint ou d’un ami pour prendre une décisions, qu’elle soit simple ou importante
  • La peur intense d’être abandonné, le sentiment de dévastation et d’impuissance lorsque les relations se terminent
  • une hypersensibilité à la critique
  • le pessimisme et le manque de confiance en soi, comme la conviction de ne pas être en mesure de prendre soin de soi
  • Éviter d’être en désaccord avec les autres de crainte de perdre leur soutien ou leur approbation
  • Incapacité à porter des projets en raison du manque de confiance en soi
  • La difficulté à être seul
  • Les sentiments de culpabilité ou de colère
  • Ils peuvent tolérer les mauvais traitements et les abus infligés par les autres
  • Ils posent les besoins de leur partenaire avant les leur
  • Ils sont naïfs et ont tendance à fantasmer

Selon les dépendants affectifs, l’amour :

  • est dévorante et obsessionnelle
  • est inhibée
  • protège du risque ou du changement
  • n’a pas de réelle intimité
  • est manipulateur
  • est dépendant et parasite
  • exige la dévotion complète au partenaire

 

Test pour reconnaître la dépendance affective

Attribuer une valeur de 0 à 2 à chaque affirmation du questionnaire suivant avec la signification suivante
0 = jamais ou presque jamais
1 = parfois
2 = la plupart du temps

Questions du questionnaire

  1. Je dépends beaucoup des autres personnes
  2. Je peux tomber amoureux lors d’une soirée
  3. Lorsque je suis amoureux, je suis obsédé et je ne peux pas résister
  4. Lorsque je cherche un partenaire, je tombe amoureux de tous ceux qui montrent un interêt pour moi
  5. Je fatigue généralement mon partenaire
  6. Je tente de poursuivre la relation à tout prix même si elle présente de grands problèmes
  7. Je tombe toujours amoureux des mauvaises personnes
  8. La confiance envers le partenaire varie considérablement
  9. Lorsque mon partenaire me quitte, je pense que ma vie est finie
  10. Je pense au suicide lorsque ma relation se termine
  11. Je suis prêt à tout pour ne pas rompre une relation
  12. Je peux aimer un partenaire même s’il habite très loin
    13. J’ai une très mauvaise opinion de moi-même
    14. Je ne sais pas qui je suis vraiment
    15. Parfois, je me sens inférieur à d’autres personnes, mais parfois, je pense être supérieur
    16. Je me sens souvent négligé et pas à ma place
    17. Je ne suis jamais seul sinon je ne vais pas bien
    18. Je souffre de solitude quand je n’ai pas de partenaire
    19. Lorsque ma relation se termine j’essaie immédiatement d’en trouver une autre
    20. Je suis terrifié quand je pense ne pas réussir à trouver quelqu’un à aimer
    21. Je ne sais pas ce que je veux en amour
    22. Je ne peux pas dire non à mes partenaires
    23. J’essaie de me comporter comme le souhaite mon partenaire
    24. En dehors de mes relations amoureuses, je n’ai aucun intérêt
    25. Je suis prêt à souffrir pour ne pas que ma relation se termine
    26. Lorsque je commence une relation avec un partenaire, j’ai peur qu’il se comporte comme les autres
    27. J’ai besoin de dominer et de contrôler la relation : c’est le seul moyen de m’épanouïr
    28. Je ne peux pas discuter calmement : j’attaque mon partenaire s’il n’est pas d’accord avec moi ou je cesse de lui parler
    29. Je suis très sensible et je n’accepte pas les critiques
    30. Je réagis de manière exagérée lorsque mon partenaire a une attitude que je perçois comme un rejet
    31. Je pense qu’une relation peut arranger ma vie
    32. Je suis incapable d’améliorer ma vie

Interprétations du test selon le score
0 = Vous n’avez pas de trouble de la dépendance affective
1-16 = Vous ne présentez que certains signes d’une potentielle dépendance affective. Rien à craindre
17-32 = Vous êtes presque considéré comme une personne dépendante affective. Vous pourriez consulter un psychologue ou un psychiatre.
33-48 = Vous souffrez du trouble de la dépendance affective. Vous devriez consulter un médecin.
49-64 = Votre dépendance affective est très perceptible. Il est important de demander l’aide d’un spécialiste.

 

Dépendance affective, amis, soeursComment s’en sortir ? Le traitement du trouble de la personnalité dépendante (les traitements)

La psychothérapie est la meilleure forme de traitement pour soigner les personnes affectées du trouble de la personnalité dépendante. La thérapie cognitive et comportementale se concentre sur les pensées négatives qui sont à la base de ce trouble ainsi que sur la résolution des symptômes ou des caractéristiques du trouble, telles que l’incapacité de prendre des décisions importantes ou de commencer une relation.

Les améliorations ne se voient qu’après une longue thérapie ou un traitement prolongé.
Généralement, les individus souffrant de TPD ne prennent pas d’initiatives, n’ont pas la force de se soigner ou de continuer le traitement.

Groupes d’entraide
Parmi les solutions pour traiter la dépendance affective, cette psychothérapie de groupe consiste à former un groupe de personnes atteintes du même trouble : elles partagent leurs expériences et leur façon de penser sans juger les autres.
L’objectif est d’effectuer une thérapie dans laquelle le patient joue un rôle actif et aide les autres à sortir de la dépendance.

Traitement médicamenteux
Certains types de médicaments tels que les antidépresseurs, les sédatifs et les tranquillisants sont souvent prescrits à ce type de patients pour surmonter la dépendance.

 

Peut-on guérir ? Le pronostic du trouble de la personnalité dépendante

Le TPD est généralement un trouble permanent avec des périodes variables qui dépendent des situations. Continuer avec la psychothérapie, la gestion du sommeil et du stress peuvent améliorer considérablement le niveau de fonctionnement et d’autonomie d’un individu souffrant de personnalité dépendante.
Il faut rappeler que ces personnes peuvent être prédisposées à d’autres troubles, y compris la dépression ou l’abus de substances (surtout l’alcool, la marijuana ou la cocaïne) qui compliquent le traitement.
Les individus souffrant de TPD peuvent avoir des problèmes avec leurs parents. Lors de leur guérison, ils leur manquent un soutien important.